Jump to content

Microcondos : une tendance qui prend de la place à Montréal


monctezuma
 Share

Recommended Posts

Microcondos

Une tendance qui prend de la place à Montréal

Agence QMI

Emmanuel Delacour

10/01/2012 17h28 - Mise à jour 13/02/2012 09h04

 

 

MONTRÉAL - Les microcondos, ces logements de 500 pieds carrés et moins, font leur apparition au centre-ville de Montréal et il faut s'attendre à les voir se multiplier d'ici les prochaines années.

 

La hausse du prix des terrains au cœur de la métropole et le désir de se rapprocher des grands centres en amènent certains à faire un compromis quant à l'espace. Ils deviennent ainsi propriétaires d'un appartement dont la pièce principale sert à la fois de salon, de cuisine et de chambre à coucher.

 

Et cette tendance est là pour rester selon Jacques Saint-Pierre, professeur de développement immobilier à l'École des sciences de la gestion de l'UQAM.

 

«Comparativement au reste du marché canadien, le prix des logements à Montréal reste en dessous de la moyenne. Ces dernières années un rattrapage s'est enclenché sur le marché immobilier montréalais et il va perdurer», a expliqué M. Saint-Pierre.

 

Selon lui, la densification du centre-ville de Montréal ne ralentira pas et la demande pour des logements plus abordables va mener à de plus en plus de subdivision des immeubles existants, ainsi qu'à la création de plus petites propriétés.

 

Cette demande provient en premier lieu des jeunes professionnels, souvent célibataires et sans enfants, qui veulent profiter de ce qu'offre un logement en plein milieu de Montréal.

 

Cependant, il n'y a pas que des jeunes achètent ces microcondos. «Il y a quelques couples, souvent proches de la retraite, qui veulent s'offrir un pied à terre à Montréal. Ces gens peuvent avoir une résidence principale à la campagne et ils viennent en ville quelques jours par semaine», a expliqué Patrice Groleau, propriétaire de l'agence immobilière McGill immobilier.

 

Le courtier immobilier est d'ailleurs l'un des premiers à mettre en vente un bâtiment offrant des microcondos à Montréal. Un des ses projets, le M9, est situé en plein Ville-Marie et a déjà vendu des dizaines de ces condominiums dont la taille se limite parfois à 350 p2.

 

La valeur réelle?

 

Bien que les microcondos coûtent moins cher aux acheteurs que le modèle traditionnel, il faut savoir que sa valeur au pied carré n'est pas amoindrie. Selon M. Groleau la valeur d'un logement de 350 pieds carrés peut être arrondie à 175 000 $, alors qu'un condo de 1000 pieds carrés tournera autour de 350 000 $. Ainsi, dans le microcondo, le pied carré se vend à 500 $, alors qu'il se vend 350 $ le pied carré dans un plus grand logement.

 

Cependant, M. Saint-Pierre assure «la compétition est si grande sur le marché immobilier montréalais, que cette augmentation du prix au pied carré ne rapporte pas beaucoup plus aux promoteurs. Ceux-ci doivent investir dans un design intelligent afin de rendre ces petits espaces habitables.»

Link to comment
Share on other sites

Si on veut garder le monde à Mtl, va falloir, en plus des micros, des jumbo condos relativement abordable pour ceux qui voudraient élever une famille. Les célibataire finissent pour la plupart à s'en aller en banlieue une fois qu'ils changent de statut marital, et familial.......

Link to comment
Share on other sites

c'est encore le vieux mythe qu'elever une famille requiert une salle de jeu, une cour arriere avec piscine, ......

 

c'est l'oeuf et la poule ... la grande cour et la salle de jeu ne paraissent necessairent aux banlieusard que parce qu'il n'existe en banlieue aucun autre endroit ou les enfants peuvent s'epanouir !! en ville, on sort de chez soi, et on va au parc, dans la ruelle, etc ... tout simplement !

 

comme si tout les menages a montreal etaient constitues de celibataires ou de couples sans enfants lol ... ceux qui "sortent de la ville pour s'acheter une maison en banlieue" sont le plus souvent des gens qui n'ont pas grandit en ville en premier lieu et qui ne desirent que retourner vivre dans ce qu'ils ont connu quand ils etaient eux meme enfants.... personnellement, j'ai grandit en pleine ville et ne n'y voit ni inconvenient, ni limitation ....

Link to comment
Share on other sites

c'est encore le vieux mythe qu'elever une famille requiert une salle de jeu, une cour arriere avec piscine, ......

 

c'est l'oeuf et la poule ... la grande cour et la salle de jeu ne paraissent necessairent aux banlieusard que parce qu'il n'existe en banlieue aucun autre endroit ou les enfants peuvent s'epanouir !! en ville, on sort de chez soi, et on va au parc, dans la ruelle, etc ... tout simplement !

 

comme si tout les menages a montreal etaient constitues de celibataires ou de couples sans enfants lol ... ceux qui "sortent de la ville pour s'acheter une maison en banlieue" sont le plus souvent des gens qui n'ont pas grandit en ville en premier lieu et qui ne desirent que retourner vivre dans ce qu'ils ont connu quand ils etaient eux meme enfants.... personnellement, j'ai grandit en pleine ville et ne n'y voit ni inconvenient, ni limitation ....

 

En fait, j'ai souvent vu des études qui trouvaient un avantage au niveau de l'épanouissement intellectuel à un enfant élevé en ville, comparé à un enfant élevé dans la banlieue traditionnelle. L'avantage principal qui revient souvent est l'autonomie dans les transports. Plus facile d'être exposé à quelque chose de stimulant quand tu as le choix et surtout les moyens de découvrir par toi-même.

 

Enfin, le problème n'est pas toujours le grand terrain et la piscine hors-terre derrière le bungalow. Si tu veux deux enfants, tu n'as pas trop le choix d'avoir au moins 3 chambres dans ton logement. Et des condos à 3 chambres, c'est 500 000$+ bien souvent. Sinon il faut voir voir dans des quartiers plus excentrés, ou considérer l'option du plex... Le prix du logement est le problème. Et je ne vois pas trop ce qu'on peut faire contre ça. Ce sont les promoteurs et le marché qui décident; si les habitations se vendent à ces prix, c'est qu'il y a une clientèle pour acheter.

 

Par contre, rien n'empêcherait les gros projets d'offrir des services axés sur les familles. On fait bien des salons urbains, des piscines et des salles d'entraînement dans plusieurs développements, pourquoi ne pas faire de gros projets avec une garderie, du transport scolaire, et des activités pour les jeunes? Je connais beaucoup de gens qui aimeraient vivre dans un tel environnement.

Edited by vincethewipet
Fautes et petit ajout
Link to comment
Share on other sites

Bah entre 350K pour avoir 2 chambre et donc 1 seul enfant et 350k pour avoir une maison avec garage et terrain et 3-4 chambre en banlieue, le calcul se fait vite.

 

C'est possible d'élever des enfants en ville, mais ça prend beaucoup d'argent c'est tout.

Link to comment
Share on other sites

c'est encore le vieux mythe qu'elever une famille requiert une salle de jeu, une cour arriere avec piscine, ......

 

Laisse faire la piscine, que je trouve inutile... mais une salle de jeu et un peu de verdure... on s'en reparle quand t'auras TES enfants ;-)

Link to comment
Share on other sites

Bien sûr qu'il faut plus d'espace pour accommoder les familles et que l'offre en ville n'est pas toujours à la hauteur. Mais le problème vient aussi des familles elles-mêmes qui surévaluent parfois leurs besoins. Un enfant = une chambre dans un esprit individualiste plus ou moins justifiable et qui n'a pas toujours eu cours. Si les jeunes sont du même sexe et du même groupe d'âge, ils ont intérêt à apprendre tôt la cohabitation et le partage. Leçons qui leur serviront toute la vie et qui contribueront généralement à développer de meilleurs relations durables dans la fratrie. Et qu'on ne vienne pas me dire que c'est d'une autre époque, les valeurs humaines doivent s'apprendre jeune et n'appartiennent pas aux modes, mais aux apprentissages nécessaires qui mènent aux vertus de tolérance et de générosité.

 

Plein d'enfants ont grandi en ville dans des espaces plus restreints et ne s'en portent pas plus mal. La proximité des services, écoles, centres sportifs et les transports en commun, leur offrent en plus davantage d'indépendance et de mobilité, tout en libérant les parents des fastidieuses tâches de raccompagnements perpétuels. On a trop souvent honni la ville pour les familles et avec quelques accommodements et compromis, c'est un milieu qui peut tout à fait convenir à l'épanouissement de tous et revenir grosso-modo à peu près au même financièrement.

 

Quant aux micro-condos qui prennent de plus en plus de place dans l'offre générale, ils contribuent à la densité et répondent à différents besoins selon la clientèle. Tant qu'à occuper un mini espace autant l'acheter si on en a les moyens. On se bâtit ainsi une équité qui peut servir pour acheter plus tard quelque chose de plus grand, ou même le louer quand il n'est pas occupé, pour un revenu ponctuel. La formule logement doit idéalement être la plus variée dans une ville et favoriser par surcroit la mixité des types de résidents en créant un tissu social équilibré.

Link to comment
Share on other sites

[quoteDavidbourque

Bah entre 350K pour avoir 2 chambre et donc 1 seul enfant et 350k pour avoir une maison avec garage et terrain et 3-4 chambre en banlieue, le calcul se fait vite.

]

Un bungalow c'est peut-être plus intéressant qu'un condo pour une jeune famille mais l'achat d'un plex est aussi un choix intéressant. Le plex te donne un revenu additionel, les réparations et rénovations nécessaire au fil du temps son déductible d'impôts, même les interets hypothécaires sont déductible d'impôts. Pour une jeune famille, une seule voiture suffit quand tu habite en ville, c'est clair que si j'habiterai dans un bungalow sur la rive sud ou a Laval, 2 voitures seraient nécessaire. faites le calcul par vous même, ça coute moins cher habiter dans un plex comme propriétaire que d'habiter dans un bungalow en banlieue. Par expérience personnelle, quand tu dois faire un drain français ou réparer la toiture ou changer les fenêtres sur ton bungalow en banlieue ton porte feuille y goute....c'est moins pire sur un plex car c'est déductible d'impôts.

Link to comment
Share on other sites

Un bungalow c'est peut-être plus intéressant qu'un condo pour une jeune famille mais l'achat d'un plex est aussi un choix intéressant. Le plex te donne un revenu additionel, les réparations et rénovations nécessaire au fil du temps son déductible d'impôts, même les interets hypothécaires sont déductible d'impôts. Pour une jeune famille, une seule voiture suffit quand tu habite en ville, c'est clair que si j'habiterai dans un bungalow sur la rive sud ou a Laval, 2 voitures seraient nécessaire. faites le calcul par vous même, ça coute moins cher habiter dans un plex comme propriétaire que d'habiter dans un bungalow en banlieue. Par expérience personnelle, quand tu dois faire un drain français ou réparer la toiture ou changer les fenêtres sur ton bungalow en banlieue ton porte feuille y goute....c'est moins pire sur un plex car c'est déductible d'impôts.

 

C'est faux.... seule la partie locative est déductible d'impôt et non le tout.

 

Tu peux vivre avec une auto en banlieue aussi, je l'ai faite pendant quelques années, mais il faut faire des choix sur qui fait quoi et quand.

 

Évidemment c'est un luxe, mais si t'es capable de te le payer, je vois pas pourquoi tu te passerais d'une deuxième auto en ville aussi.

 

Les gens sont assez intelligents pour faire des choix et assumer leurs conséquences (càd: les coûts).

Link to comment
Share on other sites

C'est faux.... seule la partie locative est déductible d'impôt et non le tout.

 

C'est vrai, sauf la partie locative peut compter pour 40, 50 voir 60% du plex et quand vient le temps d'une réparation majeur comme des réparations sur la toiture, les fenêtres le solage, plomberie, électricité tu as droit a un retour d'impôt intéressant tandis que le propriétaire d'un bungalow doit assumer les frais sans avoir droit a aucun retour d'impôt. pour ce qui est de l'automobile elle est indispensable en banlieue pour ceux qui travaillent....je connais pas un couple avec enfant qui vie en banlieue avec seulement une voiture...même ceux ou seulement un des 2 adultes travaillent. La realité est celle ci: en banlieue il te faut 2 voitures, il y en a surement qui vivent avec une voiture seulement (but they are few and far between).

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...