vincethewipet

Moderator
  • Content Count

    3,913
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    17

vincethewipet last won the day on September 3 2018

vincethewipet had the most liked content!

Community Reputation

1,766 Excellent

6 Followers

About vincethewipet

  • Rank
    Est-ce un avion? Est-ce un oiseau? Non, c'est Vincethewipet

Personal Information

  • Biography
    Fier résident du Mile End.
  • Location
    Montréal, Qc
  • Interests
    Urbanisme, immobilier, technologie
  • Occupation
    Recherche, psychologie

Member profile

  • Type of dwelling
    Condominium appartement / condominium apartment

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Oui, je suis certain que tes actions de Nortel vont remonter d'un jour à l'autre! Faut pas perdre espoir.
  2. Les murales sont souvent protégées après leur conception, et elles sont entretenues et restaurées de temps en temps. À long terme c'est quand même mieux je dirais qu'un simple mur qu'on oubli.
  3. Dans le cas du Mile-End, c'est les loyers le problème avant tout. On parle de cas où le loyer passe de 2000-3000$ par mois à 6000-7000$. Les taxes ne font pas un tel saut! D'ailleurs la plupart des commerçants ont eu une diminution de taxes dernièrement en réduisant de 10% le taux de taxation sur le premier 500 000$ d'évaluation, au même moment ou des propriétaires comme Shiller-Lavy imposait une hausse du loyer de 200 ou 300% sur plusieurs locataires. La ville a aussi pris un engagement de réduire la part des taxes commerciales dans le budget de la ville. Les hausses commerciales seront systématiquement une fraction de celles résidentielles. Finalement, ce n'est pas un système comme tel qui charge les taxes aux commerçants locataires, ce sont les propriétaires des édifices qui le font parce qu'ils ont le droit et le pouvoir de le faire, tout simplement. Ça tient purement du domaine privé, et si l'état ne réglemente pas les loyers commerciaux¸ ça va rester comme ça. Ceci étant dit, c'est évident qu'il faut aussi continuer de faire des efforts fiscaux pour faire respirer nos petits commerçants, 100% d'accord de soutenir les efforts sur cette question, et faire plus à long terme. (à titre indicatif, un commerce qui vaut 1 million dans le Plateau va se faire charger environ 35 000$ en taxes, et pour un local au prix "normal" de Shiller Lavy dans le Mile-End, environ le double en loyer). PS: je viens de passer par Bernard, il y a 3 pancartes à louer en ce moment entre Saint-Laurent et Parc. Par contre quelques locaux vacants en plus de cela, difficile de savoir quand un nouveau projet s'en vient.
  4. La spéculation touche Bernard encore plus durement que Saint-Viateur à mon avis. Saint-Viateur est directement dans l'axe des travailleurs du secteur Saint-Viateur Est, et bénéficie directement de milliers de travailleurs. C'est plus facile de faire un restaurant qui va profiter de cette masse en quasi-permanence. Pour Bernard, la rue est un brin plus excentré et ça paraît dans l'achalandage. Elle doit miser sur des commerces originaux. Mais si les loyers font déguerpir ces commerces en pensant chercher le même prix qu'un local collé sur Ubisoft, c'est plus difficile de convaincre quelqu'un prêt à mettre 6000-7000$ en loyer de s'installer là que plus proche du centre du Mile-End, et les travailleurs ne vont nécessairement pas aller jusque là le midi. D'ailleurs, Shiller-Lavy a expulsé beaucoup de gens sur Saint-Viateur, mais tous ces locaux, sauf un (celui de la pâtisserie), sont maintenant occupés. Force de l'attrait du secteur... Par contre l'ancien Cagibi est toujours vide, bien entendu. C'est probablement le local le mieux situé du quartier. Le roulement sur Saint-Viateur est impressionnant. Un resto qui fonctionne comme feu Farine a juste fermé du jour au lendemain, et est aussitôt remplacé, sans réelle transition. Aussi, je pense qu'il ne reste qu'une seule pancarte à louer sur Saint-Laurent, de Saint-Joseph au viaduc. Plusieurs magasins ont agrandi (Maria Bonita, Maguire, Vestibule, l'espèce de magasin de jeux VR/sais pas trop quoi...) Fun fact aussi: le local en photo dans l'article est vacant depuis toujours, sans le moindre signe que son proprio veut louer. Pourquoi? Mystère. Pareil pour l'ancien local de l'Hôtel Hermann, ou l'Édifice au coin Saint-Viateur/Saint-Laurent, abandonné.
  5. Je ne sais pas l'apparence définitive du projet, mais je sais que les coûts doivent être contrôlés, et c'est ce qui risque d'influencer le design final j'imagine.
  6. Il y a tout de même une différence majeure ici: l'état est responsable de l'urbanisme. Dans ces exemples, il serait aussi celui qui vendrait la malbouffe ou les cigarettes, avec un produit subventionné de surcroit. C'est certain que c'est une question délicate. Il y a le choix et les préférences des individus qui sont légitimes, mais la situation actuelle met un voile complet sur les conséquences. L'état n'hésite pas à faire des compagnes de sensibilisation contre la cigarette, la vitesse au volant ou sur l'importance de l'exercice physique, pourquoi il serait incapable de le faire quand on parle de l'impact de l'urbanisme, qui a un rôle majeur à jouer dans les plus grandes crises de notre époque? Exemple concret: le type de quartier dans lequel on habite à plus d'impact sur notre surpoids que les activités sportives qu'on pratique. Combien l'état investi dans ce dernier pour atteindre le même objectif, surtout auprès des jeunes? Bref, je pense qu'il y a un manque d'information sur les coûts, les conséquences, et qu'on ne donne pas les outils aux gens pour réfléchir à ce genre d'enjeux, sur des actions entreprises par le gouvernement dans le domaine public. J'ai l'impression que c'est un tabou qu'on censure souvent (pas ici, mais en général) sur une question de choix personnelle, comme si l'information et la connaissance était une atteinte aux libertés et au libre choix. Quand je parle de coûts assumés par les responsables, ce serait une claque en plein visage pour réaliser l'impact, parce que je suis certain que la plupart des gens n'ont pas idée, par exemple, comment le coût de leur unifamiliale est plus élevé sur le budget de leur ville que le serait un condo d'une valeur équivalente dans un développement plus dense quelques rues plus loin. Il ne faut pas perdre de vue que tout le monde paye en bout de ligne, même s'il existe un déséquilibre. Si un type d'habitation ou de quartier n'est pas soutenable et qu'on ne compense pas autrement, la réalité fiscale rattrapera tout le monde en bout de ligne (on le voit déjà à l'échelle municipale dans plusieurs villes d'ailleurs), et tuera ce style de vie. Avec une réflexion pour introduire de meilleures pratiques d'urbanisme dans une offre diversifiée de produits résidentiels, y compris l'unifamiliale, ont assure une certaine pérennité. On a rien à perdre à mieux faire les choses, et on peut aussi lutter contre certains préjugés. On peut avoir un quartier aussi tranquille pour une famille, tout en ayant des services ou une certaine densité à proximité, par exemple. Mais faut pouvoir le vendre et l'expliquer correctement, et ne pas avoir peur de le faire.
  7. Comme les gens qui veulent vivre sur le bord de l'eau malgré les inondations, et se faire payer une nouvelle maison aux 10 ans? L'état à un devoir de satisfaire tous les besoins, aussi dommageables et coûteux soient-ils? L'état doit accepter la destruction de terres agricoles, la congestion routière, la pollution engendrée, les problèmes de santé publique, l'obstacle à la lutte aux changements climatiques, et le coût des infrastructures? Ce qui est critiqué ici, ce n'est pas le développement de la banlieue, c'est inévitable et normal. C'est la forme de ce développement. Ce développement se ferait, même si on refuserait à Montréal le droit de construire un ou deux nouveaux parcs ou non. D'ailleurs, la construction d'un parc à Montréal, c'est un besoin aussi de la part des résidents, et tu ne te gènes pas pour critiquer un choix de qualité de vie qui met un frein à la densité et l'efficacité de l'aménagement du territoire bâti. Ici, les résidents demandent bien pires pour leur choix personnel, ça devrait être autant, sinon plus, ouvert à la critique: plus de parcs, moins de densité, aucun service de proximité, aucun mixité des usages. Si on souhaite que de tels développements existent à cause d'une demande du marché, le coût devrait être réel. Tant que le coût de l'étalement urbain sera refilé à la société, celle-ci peut imposer des conditions. Sinon, c'est un marché artificiel. Si l'état subventionnait les bonbons et le chocolat, je suis certain qu'on serait nombreux à ne manger que cela :P.
  8. Je suis un peu confus, le rendu en tête du sujet n'est pas bon?
  9. Rendu à ce point, je préfère voir la ville construire quelque chose de beau et bien pensé en aérien ou en souterrain que d'aller en guerre encore plusieurs années et de ne probablement rien avoir. Un passage large, un peu d'architecture pensée, il suffit de demander aux artistes du Mile-End d'habiller le tout et ça va être joli.
  10. Entendu à travers les branches: la construction de la tour devrait commencer à l'automne, l'appel d'offre pour sa construction a été attribué :).
  11. Hier entre deux orages (iPhone XS de ma sœur sur ma terrasse):
  12. Les arbres ont été plantés dans la nouvelle piste de la rue Clark: