vincethewipet

Moderator
  • Content Count

    4,175
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    18
  • URB$

    6,770 [ Donate ]

vincethewipet last won the day on October 26 2019

vincethewipet had the most liked content!

Community Reputation

2,269 Excellent

7 Followers

About vincethewipet

  • Rank
    Est-ce un avion? Est-ce un oiseau? Non, c'est Vincethewipet

Personal Information

  • Biography
    Fier résident du Mile End.
  • Location
    Montréal, Qc
  • Interests
    Urbanisme, immobilier, technologie
  • Occupation
    Recherche, psychologie

Member profile

  • Type of dwelling
    Condominium appartement / condominium apartment

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Détail intéressant, il y a une plaque à l'entrée de l'immeuble expliquant le contexte de l'édifice, l'histoire du quartier, les alentours...
  2. Règle 7 du forum: Faut accepter que certains membres utilisent de mauvais termes de temps en temps. Par contre, si un membre connaît la bonne terminologie et corrige poliment une utilisation, je vous invite à simplement apprendre du commentaire. Le savoir, c'est full cool, et les gens sont ici pour partager ce qu'ils connaissent. On arrête d'apprendre le jour de notre mort. BREF De retour au 750 Peel, ces magnifiques «escaliers» qui seront peut-être un jour dans le notre fantastique ligne d'horizon.
  3. Cette mesure me fait rouler des yeux. Ce taux change aussi pour Montréal à tous les nouveaux rôles d'évaluation foncière. C'est un taux complètement relatif au marché immobilier. Si on faut vraiment comparer Montréal, faut comparer le montant payé au bout de ligne pour une propriété comparable. C'est la seule façon de savoir à quel point Montréal est gourmande envers les commerces par rapport à ces villes. Je ne doute pas que ce soit plus cher ici, mais c'est pas 4 fois plus cher qu'à Vancouver, quand là-bas une roulotte à patates vaut un million de dollars. Il nous faut de vrais données pertinentes pour une comparaison utile. Celle-ci ne l'est pas.
  4. Ce que je trouve fantastique, c'est d'avoir réussi à augmenter la fréquentation du transport en commun de 4% sans aucun projet structurant. On a eu les nouveaux trains Azure et c'est pas mal tout, non? Les projets structurants arrivent dans les prochaines années. Si on peut faire un petit transfert modal en s'entassant comme des sardines, j'ai hâte de voir ce qu'on peut faire avec des extensions de métro, un REM, un nouveau SRB, les divers projets de la CAQ ici et là... Hâte aussi de voir les chiffres complet de l'enquête, un peu dommage de sortir seulement les déplacements motorisés pour le moment, quand les déplacements actifs peuvent être le quart ou le tiers dans la zone centrale d'enquête...
  5. Ouais, j'avais dit 6 ans en me fiant au premier message dans ce sujet :P. C'est encore plus long faut croire. Bien souvent dans notre monde, plus de volonté, ça veut souvent dire plus d'argent... Mais en architecture, c'est parfois aussi juste une question de bons goûts ou de contraintes. C'est possible que l'architecte soit content de son édifice. C'est possible que le client aime le projet. C'est aussi possible qu'après analyse des contraintes du site, du budget disponible, c'était la meilleure option, même si personne n'est super heureux du look. Ou bien le client n'aime pas le résultat, mais quand t'as déjà payé un architecte et tous les services connexes pour un édifice du genre, c'est le logement qui compte et repenser l'enveloppe, avec tous les coûts que cela implique, est inacceptable pour une coop. Bref, je pense que c'est facile de critiquer un projet, mais être responsable de faire sortir une coop de terre, c'est une autre histoire. Et même quand les astres sont enlignés, on peut être déçu d'un choix purement subjectif. Par exemple, je ne pense pas que la BNC a choisi le plus beau projet pour son nouveau siège social, et ce n'est pas une question de volonté. C'est pour cela que je dis que si on veut une architecture plus intéressante dans des projets où il y a des fonds publics, comme ici, faut prendre les moyens de contrôler toutes ces variables dès le début. Si par exemple la ville avait une politique systématique de faire des concours d'architecture pour les projets où elle met de l'argent, et qu'elle offre l'organisation d'un tel concours, c'est certain qu'on pourrait voir des projets plus intéressants dès le début, et de manière plus transparente pour le public. Je vais mettre le lien dans l'entête, merci!
  6. Désolé si tu vois un ton de confrontation excessif. Mais j'ai beau être modérateur, j'ai toujours aimé débattre de ces sujets, le forum reste un loisir pour moi aussi après tout. Je pensais dire avec un peu d'humour que tu pourrais décrire ton opinion de manière plus développée qu'une simple question, mais je m'excuse si ça n'a pas passé. Aussi si je parle de problèmes de société, faut pas le prendre personnellement. C'est toujours un peu délicat de faire des critiques sur un style de vie. Je pense que tout le monde a une expérience de la vie de famille, certes pas nécessairement d'un même point de vue, mais généralement assez longtemps pour avoir un regard critique sur la chose. Est-ce que les avantages de ces quartiers seraient vraiment perdues à introduire des services et plus de mixité pour les rendre plus autonomes et viables au quotidien? Personnellement je pense que non, si on fait bien les choses. Mais si tu as des exemples précis en contre-argument, n'hésite pas à les écrire. Aussi, faut pas oublier que beaucoup de cette densité en banlieue ne s'adresse pas aux familles non plus, et pourtant ça se construit avec la même homogénéité.
  7. Tu penses qu'il a été élevé par des loups dans une forêt? C'est une question étrange non? Tout le monde a une famille à un stage ou l'autre de sa vie. Plutôt que des questions cryptiques, pourquoi ne pas contribuer au débat en disant en quoi cela est important ici? Est-ce que des quartiers monolithiques sont un réel avantage pour les familles? Parce qu'il existe des tonnes de problèmes étudiés et documentés fondamentaux en terme de développement pour les enfants dans ces quartiers, par exemple une explosion d'obésité, des contraintes majeurs d'autonomie, de perte d'opportunité, et des effets mesurés menant à un taux plus faible d'activité physique une fois adulte, ou des chances réduites d'augmenter son niveau de vie par rapport à ses parents. Ces quartiers ont beaucoup de défauts pour les réalités de nos enfants. Sans compter la santé physique des parents, les coûts et le temps de transport... On peut aussi rentrer dans l'impact environnemental à long terme, qui n'est certainement pas une bonne chose pour sa progéniture. Bref, je dirais que c'est une question de culture et de goûts personnels de préférer ces quartiers, plutôt que d'avantages décisifs.
  8. Comment faire mieux en architecture? Est-ce que les édifices subventionnés devraient passer en concours d'architecture, au risque d'augmenter les coûts? Est-ce qu'il y a une acceptabilité sociale à augmenter le financement de ces édifices pour utiliser des matériaux plus chers, sur mesure, ou plus compliqués d'entretien? Ça revient souvent à ça, quand tous les sous sont comptés. Dans ce cas précis, c'est un édifice en préparation depuis 6 ans. La ville aurait eu l'air folle de dire non à la plus grande coop en ville pour des raisons esthétiques assez subjectives en bout de ligne. Ça aurait tué le projet, ni plus ni moins. Mais on peut réfléchir à une façon de mieux accompagner DÈS LE DÉBUT ce genre de projet pour l'avenir. Mais ça va demander des ressources à mon avis.
  9. Détail intéressant sur les taxes que vont payer les commerçants: Dans 40% des cas, le propriétaire demande au commerçant de payer les taxes pour tout l'immeuble, pas juste du local commercial. Pour cette raison, la baisse des taxes commerciales pour les petits commerces des deux dernières années n'est pas aussi intéressante pour tout le monde (la baisse est quand même importante sur le premier 600 000 d'évaluation). Ce serait le même scénario pour un baisse généralisée du taux, surtout si celui-ci était compensé par une hausse du taux résidentiel. À mon avis, la fiscalité municipale a besoin d'une réforme au Québec si on veut régler ce problème à fond. Et si on veut réellement protéger les commerçants, ça prend un contrôle des baux, sinon il y aura toujours des expulsions "sauvages", parfaitement capable de ruiner des emplois et des vies sans aucune protection.
  10. C'est un article de Quebecor. Ils ont pris la peine de demander l'avis des automobilistes, mais ils ont ignoré les 15 000 personnes qui ont maintenant un service en site propre. C'est un biais éditorial fort. Même la citation de l'expert est mise en contexte de façon à faire croire que la voie réservée à comme but de réduire la fluidité routière, plutôt que d'être une mesure de bonification du transport en commun dans cet axe. Il y a une raison pourquoi Quebecor n'est pas dans le Conseil de Presse, et poursuit même celui-ci dans l'espoir de ne plus être critiqué devant leurs nombreux manquements journalistiques. Cette voie réservée bouge 15 000 personnes hors de la congestion, sera bonifiée, et est un gain net de mobilité. Si l'automobiliste qui se rend au centre-ville est jaloux des autobus qui lui passe dans la face pendant 25 minutes sans obstacle, il sait quoi faire. Beaucoup ont le choix, et si ceux-ci en profitait, ça roulerait mieux pour tout le monde. Éliminer cette voie reviendrait à faire un doigt d'honneur à 15 000 personnes qui vont l'effort du transport en commun. C'est un exemple concret d'une voie réservée pertinente. Et franchement, si une voie réservée est pertinente dans un axe donné, les chances sont que celui-ci est déjà achalandé. On veut des voies réservées utilisées, et bien c'est ça, ça prend de la place là où les gens bougent.
  11. Beaucoup de clubs ne s'aidaient pas non plus. Endroits surchargés, inconfortables, personnel désagréable sur le rush, difficile de se faire servir, cocktails trop chers avec de l'alcool cheap... Bien sûr ils ne sont pas tous comme ça, mais assez pour brûler beaucoup de gens à mon expérience. Incidemment, les expériences "confortables" sont plus populaires. Microbrasseries, speakeasy, bars à vin, bars concept, les gens vont même souvent au resto plus tard et ça fait toute une sortie plutôt qu'un simple repas avant d'aller ailleurs. T'as de l'alcool de qualité, une table pour discuter, un service attentionné, et il y a une foule d'autres activités de nos jours dans divers endroits (jeux de société, ping-pong, arcades rétros, karaoké plus chic, etc...). C'est autant de monde qui ont des préférences différentes autre que le parterre de danse et vont maintenant ailleurs, dans une offre plus large.
  12. Ce n'est pas nécessairement la faute au PMAD, celui-ci permet de construire sur des terrains qui sont excédentaires pour répondre à la croissance de la région pour de très nombreuses années. Sur papier, il n'y a pas une rareté de terrain, il devrait rester des zones blanches à échéances du plan. Mais un terrain moins bien situé sera toujours moins cher. PMAD ou non. Une zone agricole développée à Laval sera quand même plus chère qu'un développement à Saint-Clin-Clin-Du-Pas-De-Service. À mon avis, le Québec devrait simplement avoir une politique soutenable d'urbanisme pour toute la province, ni plus ni moins. Pourquoi en dehors de la CMM on a le droit de construire des développements collectivement nuisibles? Ça ne fait pas de sens.
  13. Je voulais bouger les messages anyway, c'est fait là, c'était effectivement hors-sujet!
  14. Ton ton est insultant et méprisant. On ne fait que discuter ici. Un phénomène physique n'est pas une excuse pour quoi que ce soit. C'est juste un fait, ni plus ni moins. La plupart des gens vont reconnaître sans problème qu'il y a eu des décennies d'abandon de nos infrastructures et un gros problème avec la qualité des travaux. Je le reconnais expréssement dans mon message, et tu insinues que je cherche à excuser cet état? Ça ne fait aucun espèce de sens. L'un n'excuse pas l'autre, ce sont deux réalités concrètes. On ne va pas améliorer l'un en réfutant l'autre. Faut regarder la façon dont on fait nos routes aussi, en fonction du climat. C'est juste le gros bon sens. En plus de mettre l'argent qu'il faut, et d'avoir des normes de qualités élevés pour les travaux.