Jump to content

Immobilier: vive concurrence pour Montréal à Cannes


MtlMan
 Share

Recommended Posts

Un argument supplémentaire pour le lancement de projets déjà en attente!!!!!:)

 

(Cannes) Montréal a déployé de grands efforts pour charmer les investisseurs internationaux la semaine dernière à Cannes, dans une véritable chasse aux capitaux que se sont livrée des centaines de villes de partout dans le monde.

 

Maquettes géantes, hôtesses voluptueuses, alcool et petits fours à volonté?: les 400 municipalités présentes au MIPIM, vaste congrès immobilier, n'ont pas lésiné sur les artifices. Les villes d'Europe de l'Est - dont Prague et Cracovie - se sont montrées particulièrement flamboyantes, tandis que Londres et Paris ont dressé d'immenses tentes à l'extérieur du Palais des festivals pour vanter leurs projets. D'autres encore ont organisé des fêtes privées sur des yachts.

 

Montréal et Toronto, deux seules villes canadiennes à avoir une représentation à Cannes, ont adopté une présentation plus sobre. La Ville reine n'avait même pas de brochures officielles - elles ne se sont jamais rendues jusqu'en France, a confié un membre de la délégation.

 

La métropole québécoise s'est pour sa part dotée d'un stand rouge assez discret. Mais son slogan - «Montréal, investissement garanti» - n'a pas manqué d'attirer de nombreux investisseurs potentiels durant tout le MIPIM, a affirmé Richard Deschamps, membre du comité exécutif et responsable du développement économique.

 

 

«Un argument qu'on vend beaucoup, c'est que Montréal est un investissement sûr, dans le sens de "régulier", a-t-il dit dans la petite salle de conférence attenante au stand montréalais. Ça donne des cash flows réguliers, et dans une diversification de portefeuilles, des grands groupes peuvent vouloir s'intéresser à ce genre d'actifs-là.»

 

La délégation montréalaise était constituée d'une dizaine d'organismes, dont le CHUM, le Quartier des spectacles et Technoparc Montréal. La participation a coûté environ 100 000?$ (excluant les vols et l'hébergement), alors que Stockholm, ville de taille similaire, a injecté plus d'un demi-million de dollars dans sa présentation, a souligné Mario Monette, PDG de Technoparc Montréal.

 

Malgré des moyens limités, les organisateurs montréalais se sont dits hautement satisfaits de cette participation au MIPIM. Au moins quatre ou cinq rencontres impromptues se sont ajoutées chaque jour à celles déjà planifiées avec des investisseurs «?préqualifiés?», soutiennent-ils.

 

Il faut dire que l'intérêt pour Montréal est bien réel. Selon la firme CBRE, le nombre de transactions d'immeubles commerciaux a bondi de 52?% l'an dernier dans la métropole, pour totaliser 2,9 milliards de dollars. Le nombre d'acheteurs est plus élevé que la quantité d'immeubles sur le marché, indique aussi PricewaterhouseCoopers.

 

Pas assez de construction

 

Cet appétit des investisseurs représente en quelque sorte une arme à double tranchant, souligne Mario Monette, de Technoparc. «Notre faiblesse, c'est qu'on n'a pas assez de projets en conception. Nos investisseurs internationaux sont prêts à racheter des projets déjà construits, mais pas à en faire de nouveaux.»Selon M. Monette, les investisseurs institutionnels comme la Caisse de dépôt devraient investir davantage dans la construction de projets immobiliers commerciaux à Montréal. Les rendements ne seront pas faramineux pendant les travaux, mais élevés à la revente, ce qui s'équivaudra en fin de compte, avance-t-il.

 

«Il faut que la Caisse de dépôt se mouille, a lancé M. Monette. Ils prennent plus de risque à l'étranger qu'à Montréal, par exemple avec BAA (qui détient l'aéroport de Londres). La Caisse devrait s'engager davantage dans la construction immobilière.»

 

Les représentants montréalais au MIPIM comptent assurer un suivi au cours des prochains mois avec les investisseurs rencontrés à Cannes.

 

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/immobilier/201103/14/01-4378949-immobilier-vive-concurrence-pour-montreal-a-cannes.php

Link to comment
Share on other sites

La grande question est: Est-ce les investisseurs internationaux ne veulent pas construire de nouveau projet qu'à Montréal ou c'est le cas partout ailleurs.

 

Parce que bon, avec les scandales de la construction et la mafia bien implémenté dans les syndicats et les compagnies de constructions, je peux les comprendre...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...