Recommended Posts

http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2016/07/06/004-politique-nationale-architecture-saint-laurent-de-sousa-ordre-architectes-quebec.shtml

Saint-Laurent veut mettre un terme aux horreurs architecturales au Québec

Publié le mercredi 6 juillet 2016 à 13 h 07

 

Centre-ville de Montréal Photo : iStockPhoto

 

L'arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, devient la première instance municipale à demander officiellement au gouvernement du Québec une politique nationale de l'architecture, ce qui serait une première en Amérique. Il veut ainsi en finir avec les laideurs architecturales dans la province.

Un texte de Marie-Ève MaheuTwitterCourriel

 

Saint-Laurent a reçu plusieurs prix d'architecture et de design pour sa Bibliothèque du Boisé, construite en 2013 et certifiée LEED platine. Il veut maintenant servir d'exemple. Le conseil municipal a récemment adopté une résolution pour interpeller Québec.

 

« Si nous voulons avoir des bâtiments qui sont faits avec la beauté, la fonctionnalité, mais aussi avec la performance environnementale, il reste encore beaucoup de barrières pour les villes et les instances municipales », dit le maire de Saint-Laurent, Alan De Sousa.

 

Il donne en exemple le manque de latitude pour ouvrir les projets de construction à des concours d'architecture, ce qui a été possible pour la Bibliothèque du Boisé, réalisée par les firmes Cardinal Hardy, Labonté Marcil et Éric Pelletier architectes, réunies en consortium.

Bibliothèque du Boisé, dans Saint-Laurent. Elle a remporté le le Grand Prix d'Excellence 2015 de l'Ordre des architectes du Québec.

Bibliothèque du Boisé, dans Saint-Laurent. Elle a remporté le Grand Prix d'Excellence 2015 de l'Ordre des architectes du Québec. Photo : Yien Chao

 

L'Ordre des architectes du Québec réclame depuis longtemps une politique nationale de l'architecture. « Les processus d'appel d'offres au Québec ne favorisent pas nécessairement la qualité. On choisit les professionnels ou les entrepreneurs selon le plus bas prix. Je ne dis pas qu'il faut payer plus cher, mais il faut qu'on fasse des projets de qualité. C'est tout le monde qui en bénéficie », soutient sa présidente, Nathalie Dion.

 

Fin juin, l'Ordre a déposé un mémoire pour réitérer sa demande dans le cadre des consultations publiques du ministère de la Culture sur le renouvellement de la politique culturelle, qui ont lieu tout l'été. C'est ce qui a inspiré le conseil municipal de Saint-Laurent, avec l'objectif que d'autres villes lui emboîtent le pas.

 

Manque de vision

 

« On se pâme sur les exemples qui se font en Scandinavie ou dans d'autres pays en Europe. Pourquoi on n'est pas capable de faire aussi bien ici? », se désole Nathalie Dion, de l'Ordre des architectes du Québec.

 

Oui, ça me décourage, surtout de savoir des fois que ce ne sont pas les architectes qui manquent de talent. C'est qu'on a pris des décisions basées sur des budgets. (Nathalie Dion)

 

 

Un exemple? La reconstruction de l'école Saint-Gérard dans Villeray, à Montréal, qui se voulait un projet du 21e siècle, mais qui a été ramené à sa plus simple expression pour des questions budgétaires. Le système de géothermie a finalement été sauvé, mais l'atrium central et le toit vert sont passés à la trappe.

 

« On aurait peut-être pu se permettre l'atrium en se disant que c'est un investissement pour les jeunes pour le futur, dit Mme Dion. Il n'y a peut-être pas d'étude qui dit textuellement que quand tu as une belle école tu vas mieux réussir, mais en général le cadre bâti influence la qualité de vie des gens au bureau ou dans un hôpital. Dans une école, c'est sûr que c'est important. »

 

Une politique nationale de l'architecture permettrait de se donner une vision de l'architecture, dit Nathalie Dion, en termes d'esthétisme, de fonctionnalité et de durabilité environnementale entre autres.

 

Et pas besoin d'être un pays pour en avoir une, souligne-t-elle. Elle donne les exemples de l'Écosse et de la capitale du Danemark, Copenhague.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On aimerait bien avoir plus d'influence positive sur ce qui se bâtit. Mais comme la population en général est indifférente ou peu informée sur le sujet, les promoteurs ont donc le champ libre pour proposer à peu près n'importe quoi. Dans les villes où justement le design est nettement plus soigné (en Europe notamment), on constate cet intérêt indéniable parmi la population et aussi bien sûr de la part des autorités, avec des résultats probants. Il y a certainement ici des exemples de réussites, mais ils sont encore trop rares et trop dispersés.

 

C'est donc avant tout une question de culture et tout le monde sera d'accord pour dire qu'il faudra du temps, avant qu'un mouvement semblable prenne vraiment de l'ampleur à Montréal. Ce n'est pas seulement une question de fierté, mais surtout d'éducation et d'intérêt artistique. Il faut donc commencer par le commencement et c'est à l'école qu'on aura le plus de chance de sensibiliser les jeunes à cette ouverture sur l'esthétisme des villes et des paysages urbains. Aussi bien sûr à travers les médias et les réseaux sociaux, mais surtout auprès des autorités municipales, qui ont justement ce pouvoir de faire la promotion d'une meilleure qualité architecturale et la supporter par des incitatifs tangibles.

 

J'en conclue que tant que le message ne montera pas de la base vers le sommet, là où sont les promoteurs, qu'il n'y aura pas de véritable changement. Il faut d'ailleurs briser ce faux concept résistant, que la beauté coute cher. C'est bien davantage une question d'imagination, d'originalité, de bons choix de matériaux et de sens artistique. Alors Montréal ville de design, demeure encore un titre pompeux qui reste à démontrer. L'avenir nous dira si ce sera enfin mérité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai essayé de changer le titre de cette discussion en ajoutant au début le mot architecture, car les gens pensent que c'est une discussion politique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts/201703/12/01-5078046-le-quebec-mur-pour-une-politique-de-larchitecture.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_architecture_1424045_section_POS2

Publié le 12 mars 2017 à 19h06 | Mis à jour le 13 mars 2017 à 10h20

 

Le Québec mûr pour une politique de l'architecture?

Le pavillon Pierre Lassonde du Musée national des... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

 

Le pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

 

876953.png
Valérie Gaudreau
Le Soleil

(Québec) La première mouture du projet Le Phare en a fait rager plus d'un. Le nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts a, à l'inverse, emballé des milliers de citoyens : l'architecture est partout et les gens s'y intéressent de plus en plus. Le temps est-il venu pour une politique nationale de l'architecture? La discussion entre les architectes et les citoyens, en tous cas, commence dès mardi à Québec.

«On veut se nourrir de ce que le public nous dira», lance d'entrée de jeu la présidente de l'Ordre des architectes du Québec (OAQ), Nathalie Dion. Son organisation amorce mardi au Monastère des Augustines une vaste «conversation publique» sur l'avenir de l'architecture au Québec. La tournée se déplacera dans 13 villes dont Saguenay, Rimouski, Sherbrooke, Gatineau, Trois-Rivières pour culminer à Montréal le 1er juin.

Échanges positifs

À Québec, la soirée de mardi est déjà à guichets fermés avec 90 inscriptions, ce qui réjouit Mme Dion. «Ces rencontres seront basées sur les échanges, sur du positif. On va avoir des débats, mais pas des chicanes», ajoute-t-elle au bout du fil.

 

Citoyens, étudiants, organismes ou architectes iront partager ce qu'ils aiment ou non dans le cadre bâti au Québec, ce qu'ils feraient s'ils étaient «ministre de l'architecture». Quelle place pour les citoyens dans les projets, souvent majeurs? Que faire pour la préservation du patrimoine, pour une meilleure intégration dans le paysage? L'OAQ mettra les idées entendues dans son baluchon en prévision d'un mémoire qu'elle présentera au gouvernement du Québec l'an prochain dans la perspective de la création d'une politique nationale de l'architecture. Une telle politique existe dans plusieurs pays d'Europe.

«Les architectes, souvent, n'ont pas accès au public autant qu'ils le voudraient dans le cadre de leurs projets. On veut s'assurer que la population soit consultée», poursuit Nathalie Dion. 

L'architecture, c'est l'affaire de tous

L'architecte élue en 2013 à la tête de son ordre professionnel qui représente 3826 membres et 1047 stagiaires en architecture note une sensibilité croissante pour l'architecture et l'aménagement urbain. On jase davantage d'architecture dans l'espace public. «Je n'ai pas de statistiques, mais oui, grâce au fait que les gens voyagent, à Internet et aux émissions de télévision, il nous semble que les Québécois sont prêts à ça», dit-elle. Mais il y a encore des mythes à défaire et de la sensibilisation à faire pour affirmer que l'architecture est l'affaire de tous. 

«On veut sensibiliser le gouvernement et le public à l'importance quotidienne de l'architecture. Elle est partout. Un bâtiment affreux fait partie du paysage et on doit vivre avec», illustre Mme Dion. Même chose pour les édifices qu'on aime. Ces immeubles esthétiques, fonctionnels et durables qui seraient peut-être plus nombreux si le Québec se dotait d'une politique de l'architecture, estime l'OAQ.

Le nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Le nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts a emballé des milliers de citoyens

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

À quoi ça sert?

Une telle politique, qui serait suivie d'un plan d'action, poursuit Mme Dion, permettrait entre autres d'uniformiser la réglementation, de se pencher sur le processus pour les concours d'architecture et d'assurer une meilleure cohésion entre les divers ministères impliqués dans la d'écoles ou d'hôpitaux, par exemple. Et ce, pas seulement dans les grands centres. Au contraire. «Des villes comme Québec et Montréal sont équipées avec des professionnels à l'interne. Mais les plus petites n'ont pas toujours les outils nécessaires. Il pourrait y avoir certaines formes d'accompagnement», avance-t-elle. Au Danemark, un tel soutien aux municipalités existe. «Les politiques peuvent prendre diverses formes.» L'OAQ plaide depuis des années pour une telle politique de l'architecture qui a d'ailleurs reçu l'appui d'une trentaine d'instances dont les villes de Rivière-du-Loup, Laval, Sherbrooke et des arrondissements de Montréal. Dans la capitale, le maire Régis Labeaume a officiellement appuyé l'initiative de l'Ordre des architectes en septembre 2016 à l'occasion des consultations sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec.

Les soirées de discussions seront animées par l'Institut du Nouveau Monde et il sera aussi possible de participer à la discussion en ligne à partir de mardi au www.architecture.quebec.

Le Danemark se démarque

De toutes les politiques nationales de l'architecture qui existent dans le monde, celle du Danemark est la préférée de Christine Lanthier, rédactrice en chef d'Esquisses, la revue de l'Ordre des architectes. «La politique s'intitule Putting People First, Les gens d'abord. Elle dit qu'avant de construire n'importe comment, on doit consulter la population. Elle sert à intéresser les citoyens au cadre bâti, à des activités de sensibilisation», explique Mme Lanthier. 

Le pari danois

Avec cette politique adoptée une première fois en 2007 et modifiée en 2014, les autorités danoises font le pari qu'une fois que la population baigne dans le monde de l'architecture, il est plus facile «d'avoir un langage commun pour en parler et décider». Dans ce pays, la première ville à se doter d'une politique de l'architecture a été Vejle dès 1997 soit 10 ans avant que le pays ne l'adopte et incite les autres villes danoises à en faire autant. 

«Le but n'est pas de réglementer, mais de mettre tout le monde sur la même longueur d'onde», illustre Mme Lanthier. Une façon, dit-elle, d'accompagner les municipalités et de faire en sorte qu'elle ne fasse pas «qu'émettre un permis» et que les citoyens ne se «ramassent avec un bâtiment déjà construit», dit la rédactrice en chef.

La politique danoise permet aussi aux plus petites municipalités de bénéficier de conseils pour élaborer leur politique grâce à des «membres ambassadeurs».

La France, pionnière

Christine Lanthier note aussi que la France a été le premier pays à se doter d'une loi qui, dès 1977 a reconnu l'architecture comme «une expression de la culture» et un élément «d'intérêt public».

Aussi, signe qu'une telle politique va bien au-delà de l'allure des bâtiments, Mme Lanthier souligne que dans la majorité des cas, elles sont nées d'une réalité socioéconomique. 

«Ça part souvent d'un problème de société. Comme le vieillissement de la population, des problèmes de transports ou d'exode rural où les gens ont à vivre dans un milieu plus dense.»

L'heureux exemple d'Halifax

 

la bibliothèque d'Halifax... (La Presse Canadienne, Andrew Vaughan) - image 5.0

Agrandir

la bibliothèque d'Halifax

La Presse Canadienne, Andrew Vaughan

Les discussions sur une éventuelle politique québecoise de l'architecture porteront aussi sur la participation citoyenne et les manières d'impliquer la population. À ce titre, la présidente de l'Ordre des architectes du Québec, Nathalie Dion, cite en modèle la bibliothèque d'Halifax ouverte en 2014. «C'est ça qu'il faut faire, consulter les citoyens et les inclure dans le projet. À Halifax, ils ont fait des rencontres pendant cinq mois, ils ont invité les gens, les enfants, toute la communauté», explique-t-elle à propos du bâtiment conçu par la firme d'Halifax Fowler Bauld & Mitchell avec la danoise Schmidt Hammer Lassen. Une telle démarche n'a en rien miné la créativité des architectes, précise-t-elle. «Ce n'est pas un projet plein de compromis.» Au contraire, la consultation en amont a garanti une adhésion pour la bibliothèque et son café devenus depuis un lieu de rassemblement incontournable de la capitale néo-écossaise en plus de multiplier les prix d'architecture.



 
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
 
12/06/2017 Mise à jour : 12 juin 2017 | 6:35
Ajuster la taille du texte

Antonin Labossière: «La beauté peut vaincre la peur»

Par Andréanne Chevalier TC Media
email_fr_97x23.png

 

une-antonin-labossiere.jpg?w=618&h=408&c Mario Beauregard/Métro Antonin Labossière

Parce qu’ils ont l’impression que la création architecturale actuelle souffre d’un désintérêt généralisé, comparativement au summum vécu à l’époque de l’Expo 67, et pour initier dès aujourd’hui une réflexion collective sur la ville dans laquelle nous souhaitons vivre en prévision du 400e anniversaire de Montréal, l’architecte de 39 ans Antonin Labossière, de la firme Rayside Labossière, a signé avec d’autres jeunes architectes le Manifeste de la relève, publié récemment. Entretien.

Avez-vous l’impression, comme jeunes architectes, que vous n’êtes pas assez intégrés dans des projets de grande envergure?
Ieoh Ming Pei avait 40 ans quand il a fait la Place Ville-Marie. Moshe Safdie avait 25 ans quand il a fait Habitat 67. Renzo Piano était dans la trentaine quand il a fait le Centre Georges Pompidou à Paris. Cette énergie, cette volonté de faire place aux nouvelles idées s’exprime à travers des jeunes qui font de de l’architecture différente. Il faut laisser cette place là. Présentement, on ne l’a pas.

Il y a beaucoup de contraintes pour les jeunes architectes. D’où viennent ces règles?
C’est Pierre Thibault qui l’a souvent mentionné: pour faire une école, il faut que t’en aie fait dix. Oui, ça bloque complètement l’accès aux jeunes dans ces projets. Ce sont des règles qui se sont installées avec le temps. Les années 1980-1990 n’ont pas été joyeuses en architecture, il n’y avait pas de travail. De mon interprétation, ça s’est basé sur la peur de faire des erreurs.

Maintenant, il faut faire des brèches là dedans pour que des nouvelles idées sortent. On oublie ce qu’est l’architecture, comment elle peut être un moteur. Quand on a une architecture plate, on a une ville plate. La beauté peut vaincre la peur.

De quelles villes pourrait-on s’inspirer?
Copenhague s’est donné une politique de l’architecture, ce que l’Ordre des architectes essaie de promouvoir ici. Là-bas, toutes les nouvelles constructions sont audacieuses, il y a des quartiers complets qui sont basés sur le transport en commun. On se questionne sur la façon dont on veut que la ville se développe.

Le quartier Vauban, à Fribourg, en Allemagne, est un quartier hyper écologique. Les rues sont piétonnes. Le transport en commun dessert principalement le quartier. Les rues sont vertes. Les enfants jouent partout. C’est une qualité de vie incroyable. C’est ce que les gens veulent avoir.

Il y a Portland, en Oregon, aussi, où la rue centrale est piétonne. L’architecture n’y est pas flamboyante, mais on n’a pas peur d’essayer des trucs.

Comment ça se fait qu’on ne construit pas des quartiers semblables ici? C’est un non sens. Comment ça se fait que des projets dans des villes plus anciennes en Europe soient beaucoup plus audacieux que dans une ville moins vieille comme ici? On a de la misère avec notre lien avec notre histoire. Je crois que l’architecture l’exprime.

Vous déclarez, dans le manifeste : «ne faisons pas dire au patrimoine ce qu’il n’est pas». Faut-il changer notre relation au patrimoine?
Le patrimoine, c’est un discours construit sur des symboles. Collectivement, on va trouver qu’une maison a une histoire intéressante, par exemple. Mais le patrimoine peut accepter de se faire ajouter des couches d’histoires.

On le voit avec les églises. Elles sont condamnées à être réinventées. Mais pour ça, il faut accepter que l’église ne représente plus une église, et il faut essayer de changer son usage. Chaque cas est unique. Quand on se cantonne dans des règles patrimoniales strictes, on passe à côté [de beaux projets], dans beaucoup de cas.

Vous parlez de beauté et d’architecture «plate», mais ces concepts sont relatifs. Qu’est-ce qu’ils signifient pour vous?
C’est ce qu’on a nommé une «démocratie architecturale» dans le manifeste. C’est de dire qu’on a le droit d’exprimer des différences. À Paris, par exemple, tout est uniforme, mais les nouvelles constructions sont très différentes. À Montréal, on se fait dire qu’il faut s’intégrer à ce qui existe, alors que la ville est hétéroclite. Ça veut dire qu’on se construit des faux discours sur l’intégration. Quand on nous demande en 2017 de s’intégrer à un immeuble de 1930, c’est non. On doit exprimer un immeuble de 2017.

Il faut aussi accepter qu’on tente parfois des choses et que ce n’est pas tout à fait réussi. Ça fait partie de la vie.

«Pour le projet Sainte-Germaine-Cousin, à Pointe-aux-Trembles, j’ai demandé à tous les entrepreneurs de me fournir les noms de toutes les personnes qui avaient mis les pieds sur le chantier. J’ai fait un générique, un peu comme dans les films. Pour dire «bravo». Il faut retrouver ce dialogue là. Il faut redonner de la fierté.» – Antonin Labossière, architecte, Rayside Labossière

Certains bâtiments n’ont effectivement pas été applaudis au moment où ils ont été construits, mais ils ont acquis une reconnaissance avec les années…
Le Westmount Square de Mies van der Rohe est probablement le meilleur exemple. Il a été énormément critiqué. Dans les années 1980-1990, on trouvait que c’était une horreur et je pense que maintenant on apprécie à quel point c’est exceptionnel. Dans le postmodernisme, il y a plein de choses que maintenant on trouve vraiment horribles, et je suis sûr que dans 30 ans on va les apprécier et qu’on va parler de patrimoine postmoderne, de comment il faut le préserver. Il faut accepter d’évoluer. On dirait que quand on a peur, on arrête d’évoluer. Il faut accepter le changement.

Est-ce que ça coûte vraiment plus cher de faire un beau bâtiment, qui correspond à certaines exigences?
Non et oui. Le projet le moins cher, c’est une boite en tôle pas de fenêtres. Si tu veux, pour la rendre belle, ajouter des fenêtres, de la brique, oui, ça vient de te coûter plus cher. Mais si tu pars de ce que ça coûte pour construire quelque chose de raisonnable, de correct, de beau, et que tu veux le mettre un peu plus beau ou différent, là, ça ne coûte pas plus cher. Il faut changer notre approche. Si on veut de la beauté, il y a un prix «normal» et il y a moyen de faire de très beaux projets avec ce prix là. Comme il y a moyen de rater son coup et de rentrer dans les budgets.

Il y a peu d’éducation du public à l’architecture. Qu’est-ce qui pourrait être fait en ce sens?
Je pense que beaucoup de gens réclament de la beauté, mais ils ne savent pas quels sont les ingrédients nécessaires pour qu’elle naisse.
L’architecture, c’est élitiste. Je suis contre ça. Par exemple, beaucoup d’architectes n’aiment pas la couleur. Souvent, les gens vont voir ça comme étant populaire, comme si ce n’était pas de la grande architecture. Évidemment, il faut qu’elle soit bien utilisée… Mais si tu passes devant un bâtiment et qu’à cause de la couleur, ça vient donner du dynamisme et que les gens trouvent ça intéressant, je trouve que ça participe à l’animation de la rue. Je pense que les architectes, comme l’OSM, comme l’Opéra, ont un devoir de démocratisation.

Autrement, la première éducation à l’architecture, c’est quand on se promène dans la ville. S’il y a des beaux bâtiments, je pense que les gens vont naturellement augmenter leurs standards.

Les autres signataires du manifeste
Renée Mailhot (La SHED architecture), Sébastien Parent (La SHED architecture), Yannick Laurin (La SHED architecture), Jean de Lessard (Jean de Lessard ‐ designs créatifs), Robert Lavoie (APPAREIL architecture), Nicolas Lapierre (L’Abri), Francis Pelletier (L’Abri), Francis M Labrecque (L’Abri), Tom Balaban (TBA), Guillaume Pelletier (GPA).

http://journalmetro.com/actualites/national/1152667/antonin-labossiere-la-beaute-peut-vaincre-la-peur/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un nouveau plan d’action et un observatoire pour le patrimoine montréalais

http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/506016/un-nouveau-plan-d-action-et-un-observatoire-pour-le-patrimoine-montrealais

Le vieux palais de justice qu’est l’édifice Lucien-Saulnier (notre photo) est parmi les investissements prioritaires du Plan d’action en patrimoine de Montréal, avec l’hôtel de ville et le parc agricole du Bois-de-la-Roche.Photo: François Pesant Le Devoir Le vieux palais de justice qu’est l’édifice Lucien-Saulnier (notre photo) est parmi les investissements prioritaires du Plan d’action en patrimoine de Montréal, avec l’hôtel de ville et le parc agricole du Bois-de-la-Roche.

La Ville de Montréal a adopté jeudi son Plan d’action en patrimoine 2017-2022, titré S’ancrer dans l’identité urbaine montréalaise. Un plan ambitieux, surtout pour le court laps de temps de son application. Comme si Montréal chaussait ses bottes de sept lieues afin de rattraper un certain retard en patrimoine, de répondre aux urgences et de faire preuve, dans une seule et même foulée, d’audace. Observations, en attendant de voir si le conseil municipal adoptera lundi la proposition.

 

« C’est un changement de culture dans la façon de fédérer le milieu patrimonial, à l’initiative de la Ville de Montréal », que propose ce plan, comme le résume Manon Gauthier, responsable de la culture, du patrimoine et du design au comité exécutif. « La multitude des acteurs dans le patrimoine montréalais, la multitude des couches de responsabilités et de pouvoirs fait qu’il faut établir une nouvelle culture, et d’abord réussir à fédérer le milieu. Et le grand parapluie de ce plan d’action, ce qui englobe tout, c’est cette notion d’Observatoire montréalais sur le patrimoine. » Un bureau réel, concret, qui réunira des intervenants de divers milieux et savoirs, dont les lignes et manières restent à définir, et qui aura pour but, comme le résume le plan, de connaître, de partager et de diffuser.

 

« Il faut se donner une responsabilité de vigie, poursuit Mme Gauthier. La majorité des enjeux de patrimoine auxquels on a tous été confrontés au cours des quatre dernières années tenaient à des questions d’entretien et de vigie. Pas qu’on ne fasse pas nos devoirs et qu’on ne soit pas informés, mais les enjeux de patrimoine sont si complexes… »

 

Il y a présentement un sentiment d’urgence, partagé par tous, poursuit celle qui est aussi responsable d’Espace pour la vie et du statut de la femme. « Et c’est une des responsabilités que nous avons. Donc, on se lance dans l’action. »

 

Laboratoire transitoire

 

Germe de la nouvelle politique culturelle de Montréal, poussé en droite ligne des Entretiens d’avril 2016 sur le patrimoine, le plan d’action propose quelques idées nouvelles. Outre la formation de cet observatoire, la mise en place d’un laboratoire transitoire, qui proposera des projets-pilotes d’occupation temporaire, est un beau risque. L’idée, puisque tout lieu occupé se préserve en général mieux que s’il est vacant, est de trouver qui peut investir, ne serait-ce qu’un temps, un immeuble vide ou un terrain vague.

 

Quatre chantiers de réflexion sont aussi prévus, d’abord sur la fiscalité et le financement alternatif, puis sur les lieux de culte, sur l’entretien, la conservation et la mise en valeur des bâtiments publics et sur le développement, justement, des pratiques émergentes d’usage transitoire.

 

L’enjeu du financement est-il si important qu’il doit être le premier chantier envisagé, et être nommé si souvent dans ce plan d’action ? Oui, répond le directeur général d’Héritage Montréal, Richard Turgeon. « C’est une question d’éducation des propriétaires et des promoteurs, une question de moyens pour les inciter à utiliser tous les outils pour préserver les propriétés patrimoniales, ou pour tenir compte de l’environnement dans lequel les promoteurs vont inscrire de nouvelles architectures. »

 

Héritage Montréal reçoit par ailleurs favorablement ce nouveau plan, poursuit M. Turgeon, « son esprit et certaines de ses mesures. On reconnaît le leadership de la Ville dans cet exercice, auquel on a participé en déposant un mémoire ».

 

Occuper pour protéger

 

Pour Héritage Montréal, l’adoption de pratiques émergentes est une bonne nouvelle, et M. Turgeon souligne tout particulièrement les usages transitoires. « Il y a trop souvent de la négligence à Montréal chez les propriétaires. L’édifice Robillard en est un des dramatiques exemples récents. » Rappelons que cette bâtisse du boulevard Saint-Laurent, qui avait accueilli le tout premier cinéma au Canada, a disparu dans les flammes, le feu et les cendres en novembre dernier. « Le développement de pratiques transitoires est selon nous un moyen de contrer la négligence et la vacance de certains immeubles. »

 

La tenue et la mise à jour d’un « répertoire de vulnérabilité », qui recense les bâtiments vacants, ceux dont l’entretien est déficient et ceux qui risquent d’être la cible de promoteurs — parce que la valeur du terrain excède celle de la bâtisse, ou à cause de la vigueur du marché immobilier du secteur —, sont aussi soulignées comme un bel outil pour Héritage Montréal.

 

« On souhaite que le milieu puisse s’approprier ce plan, puisque tout le monde en a été partie prenante. On espère que lundi le plan va être adopté avec enthousiasme au conseil municipal, indique Manon Gauthier. On voulait, on veut que ce soit l’affaire de tous. La Ville doit mener par l’exemple. Comment peut-on agir comme propriétaire et gestionnaire exemplaires ? Comment peut-on repenser notre cadre de travail ? — ce qui n’est pas simple, parce qu’il faut alors repenser le rôle de la Ville, celui des arrondissements, de Québec, la liaison avec Ottawa… Cette complexité fait qu’on doit repenser le modus vivendi, et surtout donner l’exemple. »

Le Plan d’action 2017-2022 de Montréal Les enjeux

La conservation et la mise en valeur des bâtiments vacants ;

L’entretien des immeubles privés comme publics ;

La gestion durable des bâtiments et des lieux ;

Le développement de la connaissance de ce qui fait l’identité montréalaise et de l’intelligence collective par la diffusion ;

La commémoration ;

L’innovation dans le financement.

Les actions

1. Agir à titre de propriétaire et de gestionnaire exemplaires.

2. Assurer la mise en valeur du patrimoine de proximité.

3. Soutenir la requalification d’ensembles identitaires.

4. Diffuser la connaissance et encourager la reconnaissance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Montréal a définitivement un rôle précis à jouer dans cette éventuelle politique nationale sur la qualité architecturale. Il s'agit en fait d'occuper le rôle de leader puisqu'elle est la métropole du Québec et sa principale vitrine internationale. Alors que ce soit dans le résidentiel, l'institutionnel ou le commercial et même dans le génie, il faut investir dans la recherche de factures originales et de matériaux de qualité qui rehausseront l'esthétisme de nos rues et de l'espace public en général.

En d'autres mots il faut insister sur l'apparence soignée de nos nouvelles constructions, car chacune contribue à projeter une image de la ville. C'est finalement l'effet global qui donnera le ton définitif, comme on le constate actuellement, mais de manière négative, en faisant le désolant bilan de Griffntown.

En effet ce quartier si prometteur déçoit, parce qu'on a raté une superbe occasion de créer un environnement nettement plus contemporain, stimulant sur le plan urbanistique, pour ne pas dire avant-gardiste. La plupart des promoteurs sont restés dans leur zone de confort et n'ont pas innové, parce que la Ville ne les a pas invité à le faire. Tout le monde s'est alors inspiré de Devimco qui est devenu la principale référence au lieu de l'exception.

Quand c'est mal parti, difficile d'intervenir mais tout de même pas impossible. Comme première condition, il faut cependant mettre de l'avant une politique agressive basée sur la qualité architecturale, afin que la Ville finisse par démontrer une fois pour toute le bien fondé de son fameux titre de ville internationale de design.

Commençons par le commencement avec des exigences claires et des critères mieux définis, comme on le fait quand il s'agit d'intégration dans des quartiers comme le Plateau notamment. Seulement ici on ne parle pas d'intégration mais d'innovation et de créativité, par l'audace et l'originalité.

A ce propos il n'y a pas de petits projets puisque tous petits et grands ont une influence directe sur leur environnement. Inspirons-nous au passage des meilleurs exemples dans le monde pour qu'à notre tour nous devenions aussi une véritable référence internationale.

Montréal a tous les atouts pour réussir. Il ne lui manquait qu'un marché actif et profitable avec une demande soutenue et en croissance. C'est maintenant chose faite depuis quelques années déjà. Ne reste plus alors qu'à surfer sur la vague, en améliorant notre style et en inventant des figures qui nous ferons ressortir de la masse.

Je propose donc une compétition amicale tacite basée sur la qualité architecturale, qui ne peut faire que des gagnants avec tous les participants. Nous connaissons déjà nos adversaires internationaux et ils sont de taille. Raison de plus pour mettre la barre haute, parce qu'à ce jeu on y gagnera toujours quelque chose. En retour cette participation suscitera la fierté qui deviendra elle-même le moteur et le carburant pour continuer à aller encore plus loin.

Ainsi chaque réussite architecturale se transformera naturellement en autant de trophées bien concrets pour la ville, tout en stimulant nos énergies pour en gagner d'autres. Avec le temps Montréal pourrait devenir son propre podium, en s'affichant à la face du monde, comme à sa population, sous son meilleur jour et pour longtemps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne crois pas que le Québec est mur... Continuez de construire vos atrocités à Laval et ailleurs.. les gens lambdas ne voient aucune différence entre laid et beau.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Rocco a dit :

Je ne crois pas que le Québec est mur... Continuez de construire vos atrocités à Laval et ailleurs.. les gens lambdas ne voient aucune différence entre laid et beau.

je crois que la majorité des gens n'achètent pas leur  condos en fonction du look extérieur, mais plutôt en fonction de l'intérieur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par vivreenrégion
      Lien rapide entre Montréal et Québec
      Discussion sur le projet d'un train rapide Montréal-Québec.
      Actualités:
    • Par Marc.PMR
      http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2016/09/06/002-projet-train-passagers-montreal-bromont-sherbrooke-etude.shtml
       
      Ce n'est pas la nouvelle la plus récente, mais je m'étonne qu'elle n'ait pas été reprise et commentée sur ce site.
       
      Avec la collaboration d'une société comme Kéolis ou Transdev (opérateurs de trains pour passagers en Europe et toutes deux bien présentes au Québec), j'aimerais croire que l'exploitation d'un tel service est au moins envisageable. Un train régional entre Montréal et Sherbrooke desservirait un bassin de population non négligeable et offrirait une option de transport pratique aux amateurs de sports d'hiver
    • Par amos404
      J’aimerais vous partager cette vision d’un transport en commun lourd dans les Quartiers industriels de Montréal. Saint-Laurent est le deuxième plus important employeur du grand Montréal avec plus de 200 000 emplois pourtant contrairement au centre-ville qui est desservi par 3 lignes de métro, 6 lignes de train de banlieue et bientôt le REM, Saint-Laurent n’a aucun projet de transport lourd. Devant cette situation il est normal que le transport en commun ne soit pas une option populaire pour se rendre dans ce secteur. Pourtant, s’il y a un seul secteur dans le grand Montréal qui est le plus successible de produire un important transport modal c’est bien ce quartier industriel!
      En effet, le secteur est lourdement congestionner, car la majorité des gens si rendre en auto solo. Donc un système de transport plus rapide deviendrait très intéressant pour les travailleurs. Pour être une réussite, le transport en commun doit être rapide, fréquent et flexible en raison des horaires atypiques en usine.
      C’est pourquoi je propose ici l’idée d’une ligne de rem logeant l’autoroute 13 de la 640 jusqu’à Lachine. La position de la plupart des stations est assez approximative, car je ne veux pas que l’on se penche là-dessus c’est plus pour suscité la discussion.
      L’idée est d’offrir une alternative crédible à l’auto solo pour les travailleurs de la rive nord, de Laval et de l’ouest de l’île (grâce à une correspondance avec le REM 1 et la ligne de train Vaudreuil). La ligne pourrait aussi être avantageuse pour les résidents de Lachine et du centre de Montréal qui voudraient se rendre dans ce coin.  Je suis au courant que les distances de marche sont importantes et c’est pourquoi les usines pourraient offrir un service de navette vers la gare la plus proche à la fin des quarts de travail.
      J’ai inclus le classique prolongement de la ligne orange jusqu’à Bois-Franc (pour faciliter les correspondances)  et une version allonger de la ligne bleue qui inclurait une station supplémentaire dans les quartiers résidentiels d’Anjou et une autre dans le quartier industriel (pour les mêmes raisons que ma ligne rouge de REM)
      J’aimerais vous entendre là-dessus, devrait-on desservir les quartiers industriels? Sinon pourquoi? Et si vous n’aimez pas mon idée que proposeriez-vous à la place? (en restant dans le thème de la desserte des quartiers industriels)

    • Par ScarletCoral
      Je n'ai pas trouvé une fil pour ce projet
      via Le Devoir :
      Dan Hanganu et EVOQ remportent le concours d’architecture pour la bibliothèque Maisonneuve
      21 octobre 2017 |Jeanne Corriveau Photo: Dan Hanganu architectes + EVOQ Architecture
      Le jury dit avoir aimé cette proposition «qui met en valeur le bâtiment patrimonial, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur». Les firmes Dan Hanganu architectes et EVOQ Architecture ont été sélectionnées pour réaliser le projet d’agrandissement de la bibliothèque Maisonneuve, rue Ontario, à Montréal.
       Dans le cadre d’un concours d’architecture lancé au printemps dernier, le jury a arrêté son choix sur la proposition des deux firmes. Le projet prévoit la construction d’atriums vitrés de chaque côté du bâtiment patrimonial afin d’augmenter la surface de plancher de la bibliothèque, qui passera de 1240 à 3315 mètres carrés. Ces travaux seront exécutés par un aménagement extérieur destiné à devenir un lieu de rencontre et de détente.
      Les firmes gagnantes disposeront d’un budget de 11,1 millions pour réaliser les travaux d’agrandissement, lesquels devraient se terminer en 2020. Le coût global du projet est estimé à 23 millions.
      Inauguré en 1912, l’immeuble abritant la bibliothèque Maisonneuve avait été construit pour accueillir l’hôtel de ville de Maisonneuve, une municipalité qui fut annexée à Montréal en 1918. La bibliothèque municipale occupe les lieux depuis 1981, mais elle y est trop à l’étroit.
      À la suite du lancement du concours d’architecture, le jury avait retenu quatre propositions parmi les quinze dossiers reçus avant d’arrêter son choix sur la proposition des firmes Dan Hanganu et EVOQ Architecture.
       Rappelons que l’architecte Dan Hanganu est décédé le 5 octobre dernier, laissant derrière lui un héritage important. On lui doit, entre autres, la conception des bâtiments du musée Pointe-à-Callière, du Théâtre du Nouveau Monde (TNM) et de HEC Montréal.
       
      ----------------------
      Communiqué de presse de la Ville de Montréal
      Dan Hanganu architectes + EVOQ Architecture remportent le concours d'architecture pluridisciplinaire de la Bibliothèque Maisonneuve
      MONTRÉAL, le 20 oct. 2017 /CNW Telbec/ - Félicitations aux firmes Dan Hanganu architectes et EVOQ Architecture, accompagnées des firmes NCK et PMA en ingénierie et Civiliti en architecture du paysage, pour avoir été sélectionnées par un jury au terme du concours d'architecture pluridisciplinaire pour la rénovation et l'agrandissement de la Bibliothèque Maisonneuve.
      Un concept audacieux résolument contemporain
      Les lauréats disposeront d'un budget maximal de 11 135 000 $ (avant taxes) pour rénover et agrandir l'actuelle Bibliothèque Maisonneuve qui loge dans l'ancien hôtel de ville de la Cité de Maisonneuve, à l'intersection de la rue Ontario et du boulevard Pie-IX dans l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Le concept déployé assurera la mise en valeur de ce bâtiment municipal d'intérêt historique, dont les dimensions actuelles de 1240 m2 seront de 3 315 m2 à la fin du projet. On y retrouvera notamment des pavillons abondamment vitrés aux extrémités de l'édifice, lesquels se marieront à son caractère néo-classique. Les lauréats envisagent aussi de développer un aménagement urbain extérieur en un lieu de rencontres, d'animation et de détente, tout en maintenant un environnement végétalisé. Une certification LEED Argent étant visée pour ce projet, les concepteurs privilégieront des matériaux locaux et des procédés à faible incidence énergétique.
      « Je suis ravi du projet gagnant qui contribuera au rayonnement de Montréal, à titre de Ville UNESCO de design. Celui-ci s'inscrit également harmonieusement dans un quartier en pleine effervescence en offrant un lieu culturel magnifiquement pensé. Nul doute que la Bibliothèque Maisonneuve deviendra une source de fierté pour tous les Montréalais et Montréalaises et un rendez-vous incontournable des résidents du quartier », déclare M. Russel Copeman, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, responsable de l'habitation, de l'urbanisme, de la gestion et de la planification immobilière et de l'Office de consultation publique de Montréal. 
      « Bravo aux lauréats d'avoir mis à contribution leur talent et leur ingéniosité afin de transformer la Bibliothèque Maisonneuve en un lieu contemporain, audacieux et respectueux de son caractère patrimonial. Cette transformation illustre la capacité des firmes d'ici de proposer des projets d'une qualité exceptionnelle, tant sur le plan architectural que sur le plan patrimonial et environnemental », ajoute Mme Manon Gauthier, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, responsable de la culture, du patrimoine, du design, d'Espace pour la vie ainsi que du statut de la femme.
      « Je tiens à souligner l'excellent travail déployé par l'ensemble des collaborateurs dans le cadre du concours d'architecture pour le projet de rénovation et d'agrandissement de la Bibliothèque Maisonneuve. Mettre en valeur un bâtiment historique et patrimonial comme la Bibliothèque Maisonneuve et concevoir un agrandissement moderne qui saura répondre aux besoins techniques d'une bibliothèque du 21e siècle est un défi de taille qui commandait une analyse rigoureuse de la part du jury. Tous les efforts déployés dans le cadre de ce concours d'architecture permettront aux citoyens d'avoir accès à une installation de qualité adaptée à leurs besoins », précise M. Réal Ménard, maire de l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.
      Le jury
      Sélectionnés en juin parmi 15 dossiers de candidature, quatre finalistes ont présenté leurs esquisses lors d'une soirée publique tenue le 10 octobre dernier. Le projet  de l'équipe de Hanganu et ÉVOQ est une réussite très habile et applaudie par le jury pour la mise en valeur du bâtiment patrimonial tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. « L'aménagement de deux atriums de chaque côté du bâtiment existant permet un dégagement et une mise en valeur accentuée du patrimoine architectural ».
      Ce dernier était composé de M. Richard Adam, chef de division à la Division du Programme RAC à la Ville de Montréal, de Mme Claude-May Ambroise, architecte à l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, de M. Sébastien Bouchard, ingénieur et directeur du service technique à la Ville de Chambly, de M. Dinu Bumbaru, directeur des politiques chez Héritage Montréal, de Mme Mylène Poirier, architecte, citoyenne et membre du comité consultatif d'urbanisme à l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, de Mme Patricia-Ann Sarrasin-Sullivan, architecte chez Box architectures et de M. Frédéric Stében, chef de division, culture et bibliothèques à l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. L'équipe lauréate fera l'objet d'une recommandation au conseil municipal pour un octroi de contrat.
      Rappelons que les travaux de rénovation et d'agrandissement de la Bibliothèque Maisonneuve s'inscrivent dans le cadre du programme de rénovation, d'agrandissement et de construction des bibliothèques (programme RAC). Conforme aux exigences du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, le concours d'architecture ainsi que le projet de rénovation et d'agrandissement de la Bibliothèque Maisonneuve font partie de l'Entente sur le développement culturel de Montréal, financée conjointement par le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Montréal. Le coût global du projet est estimé à plus de 23 M $. La fin des travaux sont prévus en 2020.