IluvMTL

Navette fluviale de Pointe-aux-Tremble jusqu'au centre-ville

Recommended Posts

Pinned posts

Navette fluviale de Pointe-aux-Trembles jusqu'au centre -ville

Retour des navettes fluviales pour une semaine entre l'arrondissement RDP-PAT et le centre-ville.

Citation

Informations:

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=30095

Navettes fluviales de RDP-PAT : une semaine de mise à l'essai pour un accès direct au centre-ville!

17 mai 2018

Montréal, le 17 mai 2018 - L'arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles est heureux d'annoncer la mise à l'essai d'un nouveau service de navettes fluviales entre le Vieux-Pointe-aux-Trembles et le Vieux-Port de Montréal. Ainsi, du 28 mai au 1er juin prochains, les utilisateurs de ce mode de transport alternatif bénéficieront d'un accès direct au centre-ville. Près de 50 personnes pourront prendre place à bord des navettes à chaque trajet, dont 15 places réservées aux cyclistes et à leur vélo. 

« Il s'agit d'une semaine de mise à l'essai pour une nouvelle offre de transport alternatif qui représente plus qu'un nouvel accès direct au cœur de la métropole, c'est aussi une belle opportunité de consolider le développement du Vieux Pointe-aux-Trembles et plus largement de l'est de Montréal. Cela favorise également l'utilisation du transport actif, en plus de permettre une nouvelle utilisation du fleuve.» a déclaré la mairesse de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau. 

La navette, qui effectuera le trajet entre le Quai Saint-Jean-Baptiste, situé au bout de la place du Village-du-Vieux-Pointe-aux-Trembles et le quai Jacques-Cartier dans le Vieux-Port, s'inscrit dans le contexte où la mobilité et la congestion routière sont des enjeux de premier plan et invitent à la mise en place de nouvelles mesures pour désengorger les réseaux terrestres. Alors qu'en voiture cela peut prendre jusqu'à 55 minutes pour se rendre au centre-ville à l'heure de pointe, ce trajet s'effectuera en moins de 30 minutes, soit la moitié moins de temps.

Billets et horaires

Pour profiter des navettes, il en coutera 3,25$ par voyage pour les citoyens, soit le même tarif qu'un billet de la STM. Les billets seront disponibles en ligne sur le site Web de Navark ou bien à l'embarcation. Les trajets s'effectueront aux heures tout au long de la journée, soit de 7 h à 18 h à partir du quai Saint-Jean-Baptiste à Pointe-aux-Trembles et de 7 h 30 à 18 h 30 à partir du quai Jacques-Cartier dans le Vieux-Port.

Les navettes Fleuve à vélo : de retour cet été

L'arrondissement et les municipalités de Varennes et Repentigny s'unissent à nouveau cette année pour mettre en place ce projet de navettes fluviales Fleuve à vélo qui sera en service tout au long de l'été. Le lancement du service, les tarifs, horaires et autres détails, seront annoncés prochainement.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wow quelle bonne idée ! J'en rêve ! Surement que les détracteurs vont dire qu'on vient d'avoir le train de l'est mais honnêtement....ça ne vaut pas de la merde pour les gens de Pointe-Aux-Trembles le train

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous ne seront pas pionnier dans ce domaine. Ça se fait ailleurs depuis longtemps.

Le fleuve offre beaucoup de possibilités et ça sera long avant de saturer ses capacités de navigation.

Les liaisons peuvent être autant inter rives que le long de celles-ci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
It's a great idea. They do it in Vancouver. How will this work with our tough winters though??

 

Le service ne sera pas disponible en janvier et février.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1102051/navette-fluviale-pointe-aux-trembles-montreal-test

Une navette fluviale reliant Pointe-aux-Trembles au port de Montréal testée à la fin mai

Publié le vendredi 18 mai 2018 à 21 h 26

Plusieurs sièges sont disponibles à l'intérieur de la navette.
Ce bateau peut accueillir 45 personnes en plus des membres d’équipage et d'une quinzaine de vélos. Photo : Radio-Canada

 

Le premier test d'une navette fluviale reliant Pointe-aux-Trembles au port de Montréal, un projet cher à la mairesse d'arrondissement Chantal Rouleau, sera lancé du 28 mai au 1er juin.

Le bateau quittera Pointe-aux-Trembles, à la hauteur du boulevard Saint-Jean-Baptiste, pour accoster au quai Jacques-Cartier, dans le Vieux-Port.

Un départ dans les deux directions sera assuré toutes les heures durant la semaine du 28 mai, de 7 h à 18 h, à bord de l’Explorateur, de la compagnie Navark.

Ce bateau peut accueillir 45 personnes, en plus des membres d’équipage et une quinzaine de vélos.

L’Explorateur peut faire le trajet en un maximum de 30 minutes. Si les conditions sur le fleuve le permettent, il pourra gagner le quai Jacques-Cartier en 22 minutes seulement.

La navette s'éloigne sur l'eau.
 

Si les conditions sur le fleuve le permettent, l’Explorateur pourra gagner le quai Jacques-Cartier en 22 minutes. Photo : Radio-Canada

La mairesse Rouleau, qui sera candidate pour la Coalition avenir Québec lors des prochaines élections provinciales, revient à la charge avec un projet qu’elle n’a pas su vendre à l’ex-maire de Montréal Denis Coderre, même si elle faisait partie de son équipe.

Chantal Rouleau pense « que ça va fonctionner parce que c’est un transport alternatif […] Voyager sur le fleuve, c’est quelque chose de vraiment merveilleux pour qui a eu l’occasion de le faire », insiste-t-elle.

On met en place depuis plusieurs années des navettes récréatives, ici dans le secteur. On est associé maintenant avec Repentigny, avec Varennes et on le voit, l’engouement.

Chantal Rouleau, mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles

Le projet pilote ne fait pas l’unanimité chez les résidents de Pointe-aux-Trembles. Si certains voient d’un bon œil l’économie d’essence et l'impact positif da la navette sur la congestion routière et l’environnement, d’autres font remarquer qu'il s'agit seulement d'une solution estivale.

Certains disent attendre de voir la file d’attente avant de se prononcer et d’autres encore se demandent combien il en coûtera aux contribuables.

La mairesse Rouleau ne dit rien pour le moment sur le coût du projet pilote. Le passage coûtera 3,25 $ pour un aller simple.

Ce genre de bateau coûte 750 000 $. Si le projet pilote s’avère concluant, il faudra penser à rajouter un ou deux bateaux pour assurer un service régulier, sans oublier le salaire de l’équipage.

Du côté de la ville-centre, l’équipe de la mairesse Valérie Plante dit encourager tout projet local qui vise à améliorer la fluidité du transport.

Selon une étude déjà présentée par la Société de transport de Montréal (STM), une navette pareille pourrait assurer de 200 à 1000 déplacements par jour.

Avec les informations de Jean-Sébastien Cloutier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par JPG
      Le Sainte-Hélène

       
    • Par greenlobster
      2019 reserve une autre surprise pour nous , une annonce de nouveau bureau Québec est du Canada pour un des Big 5 banques canadien.
      Oui Montréal monte la côte .
    • Par p_xavier
      Des transports collectifs en mouvement…
      La grande réforme dans l’organisation des transports collectifs de la région métropolitaine de Montréal s’est concrétisée le 1er  juin 2017, alors que deux nouvelles entités ont pris la relève de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) et des autorités organisatrices de transport (AOT) des couronnes nord et sud :
      L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) est responsable de la planification, de l’organisation et du financement des services de transports collectifs pour la grande région métropolitaine de Montréal. Elle favorise l’intégration des services entre les différents modes de transport. Le Réseau de transport métropolitain (connu sous exo) est responsable sous mandat de l’ARTM, d’exploiter sur son territoire les services de transport collectif réguliers par autobus (couronnes nord et sud) et par trains de banlieue, incluant le transport adapté pour les personnes handicapées). Le Réseau de transport de Longueuil (RTL), la Société de transport de Laval (STL) et la Société de transport de Montréal (STM), continuent de fournir leurs services respectifs, sous le mandat de l’ARTM.  
    • Par IluvMTL
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136958/parc-automobile-agglomeration-voitures-vehicules?fbclid=IwAR1o1mYJdYbsfGoomVM14xorfEMiTzviEr1O11iNk3Oa5hTX4A43c05_w98
      En route vers le million de véhicules immatriculés sur l'île de Montréal
      Publié aujourd'hui à 11 h 53Mis à jour à 12 h 24 Congestion routière sur le pont Jacques-Cartier, à l'heure de pointe matinale à Montréal. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron
        L'île de Montréal comptera bientôt plus d'un million de voitures, à en croire les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).
      Un texte de Jérôme Labbé
      Les chiffres relayés lundi par le bulletin Montréal en statistiques indiquent que le parc automobile de la métropole continue de croître, et non l'inverse.
      Ainsi, l'île de Montréal comptait 968 466 véhicules immatriculés en 2017, en hausse de 1,64 % par rapport à 2016. C'est la plus forte augmentation enregistrée depuis 2004, alors que le même territoire comptait 115 000 véhicules en moins.
      Depuis 13 ans, près de 9000 véhicules s'ajoutent au parc automobile montréalais chaque année, calcule la SAAQ.
      Cette hausse provient surtout des véhicules de promenade. Car si le nombre d'automobiles décroît un peu chaque année depuis le début des années 2010, celui des camions légers – une catégorie qui englobe notamment les véhicules utilitaires sport (VUS) – a plus que doublé depuis 2004.
      En fait, il y a maintenant un camion léger pour deux automobiles à Montréal.
      Quant aux véhicules institutionnels, professionnels ou commerciaux, ils connaissent sensiblement le même phénomène – réduction des automobiles et augmentation des camions légers – avec comme résultat un nombre total relativement stable, autour de 150 000.
      À noter que le nombre de taxis, lui, a légèrement diminué au fil des ans, passant de 3489 en 2004 à 3190 l'an dernier.
      La faute à la croissance
      La SAAQ remarque que la fluctuation du prix de l'essence influence généralement le nombre de véhicules immatriculés à Montréal : plus les prix à la pompe augmentent, plus la croissance du parc automobile ralentit.
      « Par contre, après 2016, la conjoncture économique favorable à Montréal fait en sorte que même avec une hausse des prix de l'essence, peu d'impacts sont ressentis sur l'achat de véhicules », observe-t-elle.
      Et la croissance démographique n'explique pas à elle seule la croissance du parc automobile, puisque le nombre de véhicules de promenade par habitant a augmenté, passant de 0,365 à 0,392 entre 2004 et 2017.
      Enfin, la Société affirme que 5323 véhicules électriques étaient enregistrés sur l'île de Montréal en septembre dernier, alors qu'elle n'en comptait que 652 en août 2004.
      Ces nouvelles données sont publiées alors que le conseil municipal de Montréal, à l'instar de la Communauté métropolitaine, a adopté lundi une « déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique » sur la nécessité de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.
      Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine
    • Par mk.ndrsn
      Tram de l'Est

      COURTOISIE - COALITION AVENIR QUÉBEC - QuartierHochelaga.com 
      La CAQ propose un tramway pour l’Est de l’île de Montréal
      Le 7 septembre dernier, la Coalition avenir Québec (CAQ) annonçait un investissement de 2,6 milliards de dollars d’ici 2030 pour l’est de Montréal qui servirait notamment à la mise en place d’un tramway qui traverserait Hochelaga-Maisonneuve.
      Le tramway promis par la CAQ partirait du centre-ville de Montréal et passerait au sud de la ligne verte, pour se rendre au métro Radisson. Il se diviserait ensuite en deux : une partie continuerait dans l’est et l’autre irait vers le nord jusqu’au Cégep Marie-Victorin. Le tramway croisera le prolongement de la ligne bleue, que la CAQ s’engage à mettre en place pour 2026.
      [...]
      Les coûts du projet sont estimés à 1,8 milliard de dollars.
      Une enveloppe budgétaire de 625 millions $ serait également prévu pour transformer la rue Notre-Dame Est en boulevard urbain, un projet qui est annoncé et annoncé de nouveau depuis 1992.