Jump to content

OLF: Pastas interdites dans un resto italien !


WestAust
 Share

Recommended Posts

Pastas interdites dans un resto italien !

SOPHIE DUROCHER

 

Le Buona Notte est un resto jet set du boulevard St–Laurent fréquenté par de nombreuses vedettes.

 

Mais la prochaine fois que Patrick Bruel ou un joueur des Canadiens ira manger là, il ne pourra pas commander des pastas. L’Office québécois de la langue française reproche au restaurant italien d’avoir un menu contenant trop de mots…italiens.

 

BASTA LA PASTA

 

Hier, le proprio du resto Massimo Lecas n’en revenait pas *encore!

 

Il venait de recevoir la lettre de l’OQLF le *réprimandant pour avoir utilisé le mot pasta au lieu de pâtes. Il se fait taper sur les doigts pour avoir utilisé le mot polpette au lieu de boulettes.

 

Pourtant, explique-t-il, la description des mets est en français. Seul le nom des plats est in italiano. Mais il semble que ces quelques mots dans la langue de Sophia Loren soient trop durs à avaler.

 

L’Office lui reproche aussi d’utiliser le mot bottiglia au lieu de bouteille pour sa liste de vins.

 

«Le lendemain de l’élection du Parti québécois, j’ai reçu une visite d’un inspecteur qui me disait qu’il y avait eu une plainte concernant mon menu», raconte Massimo Lecas. «J’étais surpris, franchement. Qui s’offusque de voir le mot pasta dans un resto italien? On m’a dit qu’on allait étudier mon dossier. Et cinq mois plus tard, je reçois une lettre avec une photocopie de mon menu et les mots “fautifs” entourés.»

 

(Heureusement pour lui, le mot pizza n’est pas entouré. Faut dire qu’une traduction française du mot pizza, bonne chance pour trouver ça dans le dictionnaire…)

 

Depuis qu’il a pris une photo Instagram de la lettre de l’OQLF et mis cette information sur Twitter et Facebook, Massimo Lecas est inondé de commentaires. «Les gens trouvent ça ridicule. Est-ce qu’on ne devrait pas s’occuper des vrais problèmes avec la langue plutôt que de «capoter» sur le mot pasta?»

 

Quelle est la prochaine étape pour Massimo Lecas? «C’est entre les mains de mes avocats, m’a-t-il répondu. Jusqu’ici, ça m’a déjà coûté 4500 $ de frais. Le Buona Notte existe depuis 22 ans et c’est la première fois qu’on se fait dire que *notre menu est trop «italien».

 

Il y a quelques années, l’OQLF avait essayé de remplacer le mot hamburger par hambourgeois. Ça n’a jamais fonctionné. Aujourd’hui, demande Massimo Lecas, est-ce que le mot pasta est devenu le nouveau hamburger?

 

PASTA OU HAMBURGER ?

 

J’ai parlé à Martin Bergeron, le porte-parole de l’OQLF.

 

Chaque dossier est confidentiel, il ne commentera donc pas le dossier du Buona Notte. Mais il a tenu à préciser : «Le menu peut être en italien, en anglais, en portugais, mais la Charte de la langue française stipule qu’aucune autre langue ne doit l’emporter sur le français.»

 

Est-ce qu’on compte les mots, ai-je demandé à Mr Bergeron? «Ce n’est pas une question du nombre de mots, mais de TAILLE DE CARACTÈRE.»

 

Un conseil aux autres restos italiens : Écrivez donc le mot pasta en tout petit. Comme ça, vous ne vous ferez pas taper sur les doigts.

 

http://www.journaldemontreal.com/2013/02/19/pastas-interdites-dans-un-resto-italien

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 31
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

JE suis un québecois francophone et ce genre de niaiserie me tappe sur les nerfs au plus haut point.

 

Quelle perte de temps et d'argent! Et après on se demande pourquoi les gens ne veulent pas venir ici? Ou pourquoi il y en a des milliers qui quittent à chaque année.

Link to comment
Share on other sites

Personne de sensé ne sera d'accord avec ce harcèlement de fonctionnaires. Malheureusement on retrouve déjà ce genre d'exagérations des deux côtés des principales communautés montréalaises. Une sorte d'intolérance qui montre que personne ne se fait de cadeau et c'est très dommage. Le fanatisme dans toutes les situations est à proscrire, encore plus quand nous sommes dans un environnement sensible linguistiquement parlant.

 

Personnellement je refuse que l'on gaspille mon argent de taxes et d'impôts pour des balivernes de la sorte. A moins que les actions ne soient véritablement fondées et exigent une intervention sérieuse, autrement usons de notre jugement en demeurant flexibles et ouverts. La meilleure protection pour la langue française est de la faire aimer et parler par le maximum de gens possible. Mais cela doit demeurer un choix libre et volontaire. Au lieu de poursuivre stupidement des restos, qu'ils soient italiens ou autre, mettons l'argent pour mieux accompagner les nouveaux arrivants dans leur études de la langue française et leur intégration. Ainsi nos taxes seront mieux servies et tout le monde y gagnera.

 

Finalement faire la promotion du français ne veut pas dire interdire l'usage des autres langues, mais plutôt de lui donner préséance dans une cohabitation harmonieuse avec les autres communautés. Comme dans tout le reste la modération a bien meilleur goût.

Edited by acpnc
Link to comment
Share on other sites

When I heard about this, this morning. I just started to laugh. Seeing it is quite absurd, that they would spend $1000s of dollars over something like this, which amounts to fractions of a penny per person that pays taxes. My friend just moved here from Mexico and shes like "wow I am paying taxes for this crap".

 

Don't get me wrong, I understand you want to protect the french language, but alienating half the population of Quebec and having this story go global, you will not win many friends abroad. Plus it might also hurt our tourism. Some people might see this province as close-minded and a one way street.

 

I remember seeing someones comment on HuffingtonPost, the guy was speaking about a uni-lingual Quebec couple that he met on a cruise ship and they were miserable, seeing they couldn't interact with anyone, seeing they couldn't speak English. He went into great detail, how there were more than 40 nationalities that were on the cruise and they could speak English and their own language. Yet this couple went on a vacation and were miserable. He had to throw it in their face, it was their choice to never learn English or another language and to leave Quebec. A friend of mine from work even told me, there are people in Mexico, Cuba and the Dominican Republic that learned English and French because of the number of tourists that come every year.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value