Jump to content

montreal-est Terminal pétrolier à Montréal-Est


mtlurb
 Share

Recommended Posts

Pinned posts
  • 3 months later...
  • Administrator

 

http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/entrevue/61259/petrole-pipeline-trans-nord

L’eau potable de Montréal menacée par un projet de terminal pétrolier

PUBLIÉ LE MERCREDI 28 FÉVRIER 2018

Une maquette informatique représentant un bateau à quai ainsi que huit réservoir de carburants en bordure du fleuve Saint-Laurent.
Huit nouveaux réservoirs de carburant s'ajouteraient au paysage montréalais si le projet voit le jour.   Photo : Corporation internationale d'avitaillement de Montréal

 

La Direction de la santé publique (DSP) a fait part de ses inquiétudes au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) quant à la construction d'un terminal pétrolier à Montréal-Est. Maxime Roy, médecin-conseil à la DSP, reproche au BAPE de ne pas étudier l'ensemble du circuit pétrolier qui serait relié au terminal.

« La santé publique est préoccupée d’un possible déversement d’hydrocarbures en amont des sources d’eau potable », explique Maxime Roy. Selon lui, si un déversement survenait à cet endroit, la seule solution pour la Ville serait de fermer toutes ses entrées d’eau, privant ainsi d’eau potable l’ensemble des Montréalais, incluant tout le réseau de la santé.

La Direction de la santé publique demande au BAPE de prendre en compte l’ensemble du réseau et de ne pas s’attarder uniquement au projet de terminal. « On parle d'une chaîne d’approvisionnement en carburant et le terminal fait partie de la chaîne », rappelle Maxime Roy. « Une chaîne est aussi forte que son maillon le plus faible, mais là, on est en train de regarder juste le maillon le plus fort pour évaluer toute la chaîne », déplore-t-il.

La DSP souhaite aussi s’assurer que si jamais un déversement survenait, il soit détecté rapidement et que les équipes d’urgence soient déployées le plutôt possible.

« Si on parle d’un court déversement, on peut se dire qu’on va fermer les prises d’eau pendant un certain temps, mais si c’est prolongé, ça devient compliqué », affirme Maxime Roy.

 

-----

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1079808/bape-montreal-est-projet-construction-terminal-petrolier-approvisionnement-carburant-aeroportuaire

Audiences publiques sur un projet contesté de terminal pétrolier à Montréal-Est

Publié le mardi 23 janvier 2018

 

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) mène depuis lundi une consultation sur le futur terminal d'approvisionnement de carburant aéroportuaire de Montréal-Est, un projet auquel s'opposent plusieurs résidents du secteur.

Actuellement, une grande partie du carburant d'avions (ou kérosène) arrive par bateau au port de Québec. Il est ensuite acheminé par train, par barge ou par camion aux aéroports Pierre-Eliott-Trudeau (Montréal), MacDonald-Cartier (Ottawa) et Pearson (Toronto).

La Corporation internationale d'avitaillement de Montréal (CIAM) défend un projet qui pourrait permettre aux compagnies aériennes utilisant ces aéroports d'être ravitaillées beaucoup plus facilement.

S'il voit le jour, ce terminal sera aménagé à l'angle de la rue Notre-Dame et de l'avenue Gamble, à Montréal-Est – un endroit déjà exploité pour des activités pétrolières.

Le projet de 150 millions de dollars, qui a été présenté pour la première fois en 2015, prévoit la construction d'un quai de transbordement pour recevoir les navires-citernes d'approvisionnement sur le Saint-Laurent, ainsi que huit réservoirs géants, qui pourront entreposer 164 millions de litres de carburant. Ce premier site serait relié à un second site, situé de l'autre côté de la rue Notre-Dame, qui permettrait de transborder le kérosène dans des trains en direction d'Ottawa et de Toronto. Enfin, une conduite de 7 kilomètres serait construite pour relier le terminal au pipeline Trans-Nord, qui alimente déjà l'aéroport Montréal-Trudeau.

Le promoteur souhaite amorcer les travaux de construction à l'automne 2018.

Des citoyens préoccupés

Mais voilà, plusieurs citoyens sont inquiets. Une cinquantaine se sont présentés à la première journée de consultation, lundi, à Pointe-aux-Trembles, afin de poser des questions et de partager leurs réflexions avec les membres du BAPE.

« Nous sommes inquiets au sujet des réservoirs [situés] trop près des habitations [et de] la circulation des nouveaux trains avec un nouveau produit, le kérosène », a exposé Vincent Marchione, du Comité de vigilance environnementale de l'Est de Montréal.

De son côté, la CIAM assure avoir diminué le plus possible les dangers et les impacts du projet. « Il y a beaucoup de technologies modernes qu'on va implanter, comme le système de protection d'incendies, les digues de confinement pour les réservoirs [et] les vannes d'arrêt d'urgence », illustre son président, Robert Iasenza.

Mais Jessie Pelchat, du collectif Solidarité Mercier-Est, n'est pas rassurée. Selon le regroupement, les citoyens de l'est de l'île en ont déjà assez des industries de ce genre. « C'est vraiment des enjeux importants pour notre quartier », explique Mme Pelchat, évoquant des « nuisances » telles que « le camionnage, le bruit, la poussière [et] la pollution ».

À ces enjeux s'ajoute celui du vieillissement du pipeline Trans-Nord, soulevé par Le Devoir en novembre. Construit en bonne partie il y a 65 ans, cet oléoduc, qui relie Montréal-Est à Dorval en passant par Montréal-Nord, la rivière des Prairies et Laval, ne fait pas partie de l'étude d'impact du projet. Or, il serait responsable à lui seul de 6 des 13 incidents liés aux pipelines au Québec répertoriés par l'Office national de l'énergie depuis 2008.

Une fois les consultations terminées, le BAPE aura jusqu'au 22 mai pour remettre son rapport à la ministre de l'Environnement du Québec, Isabelle Melançon. Celle-ci disposera ensuite de 15 jours pour rendre le rapport public.

Pour voir la carte du projet sur le site web du BAPE, cliquez ici.

Avec le reportage d'Ève Couture

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Similar Content

    • By GDS
      2025, rue Peel

      Looks to be 2025 Peel
    • By mtlurb
      Projet immobilier de 90 M$ à Pointe-Claire
      https://journalmetro.com/local/2137732/projet-immobilier-de-90-m/
      Le centre commercial Fairview, à Pointe-Claire, sera rénové. Le propriétaire, Cadillac Fairview, investira 90 M$ en plus de réaliser un projet de développement résidentiel et commercial de 20 hectares sur les terrains adjacents.
      La firme torontoise a l’intention de faire en deux phases. D’abord, apporter les améliorations au vaste mail à l’angle de l’autoroute 40 et du boulevard Saint-Jean d’ici l’été 2020, 30 M$.
      Les travaux incluront l’arrivée d’un magasin Simons ainsi que la création d’une nouvelle aire de restauration. L’éclairage, les planchers, les entrées extérieures ainsi que les balustrades seront remplacés.
      Ensuite, tout juste à côté de la future station du Réseau express métropolitain (REM), la zone délimitée par les boulevards Brunswick et Saint-Jean, la voie de desserte de l’A-40 et la limite Ouest de la Ville sera développée au coût de 60 M$.
      Cette partie du projet immobilier, échelonnée sur au moins 10 ans, sera effectuée en partenariat avec la firme Ivanhoe Cambridge.
      «Nous avons pour vision de créer une nouvelle et vibrante communauté d’usage mixe qui inclura des milliers de nouvelles résidences, des immeubles commerciaux, des restaurants et des espaces publics qui deviendront un véritable centre-ville pour l’Ouest-de-l’Île au complet», indique le vice-président senior développement, chez Cadillac Fairview, Brian Salpeter.
      On ignore pour le moment la date du début des travaux.
    • By Étienne MC
      Un concessionnaire automobile pour revitaliser un terrain abandonné
       
      Par Steve Caron TC Media
       
      La petite maison abandonnée et placardée du boulevard Métropolitain, située devant l’hôtel Quality à Anjou, sera vraisemblablement démolie pour faire place à un concessionnaire automobile de cinq étages.
       
      Le zonage actuel permet les usages résidentiel et commercial dans la zone visée (C-110), mais ne permet pas les concessionnaires automobiles.
       
      Sur le registre des lobbyistes, on apprend que Dany Tremblay, du Groupe BC2, a été mandaté par GPA Motor Trade pour obtenir une modification au règlement de zonage en vigueur auprès de l’arrondissement, en vue d’autoriser la construction d’un concessionnaire automobile de cinq étages, dans le respect du Plan d’urbanisme de la Ville.
       
      Les démarches semblent avoir porté leurs fruits puisque le 3 novembre, les élus angevins déposeront un avis de motion et adopteront le premier projet de règlement à cet effet.
       
      Si tout se déroule comme prévu, à la séance du 1er décembre, il y aura la tenue d’une assemblée publique de consultation et l’adoption du second projet de règlement.
       
      Par la suite, l’adoption du règlement aura lieu en janvier 2016. Après quoi, l’obtention du certificat de conformité de la Ville signifiera son entrée en vigueur.
       
      Sur le registre des entreprises du Québec, on indique que l’actionnaire majoritaire de GPA Motor Trade est Gabriel Azouz, président du Groupe Gabriel.
       
      L’investissement du requérant dans ce dossier se chiffrera probablement à plusieurs millions de dollars.
       
      Difficile toutefois de connaître avec exactitude l’ampleur de l’investissement. Les documents relatifs à ce dossier ne seront publics qu’à l’adoption du premier projet de règlement.
       
      Quant à la petite maison, elle est abandonnée depuis une dizaine d’années et a été, à une certaine époque, un site privilégié par les «squatteurs».
       
      «Le bâtiment a perdu plus de la moitié de sa valeur. Un projet commercial revitaliserait le secteur», indique Isabelle Ménard, directrice de l’aménagement du territoire à l’arrondissement d’Anjou.
       
      Le Groupe Gabriel compte déjà plusieurs concessionnaires automobiles dans la région montréalaise.
       

      Photo : Steve Caron
       
      Le terrain bordé par le boulevard Métropolitain, le boulevard des Galeries d'Anjou, la rue de la Pleiade et l'avenue de Neuville accueillera vraisemblablement un concessionnaire automobile de cinq étages du Groupe Gabriel.
    • By GDS
      http://www.progresstleonard.com
       
      Le carrefour des boulevards Lacordaire et des Grandes Prairies se métamorphosera au cours des prochaines années avec, d’une part, l’aménagement d’une gare pour le train de banlieue de l’Est, mais aussi, comme l’a appris le Progrès Saint-Léonard, avec le projet de développement piloté par le Groupe Mach, qui veut y construire quatre bâtiments d’un à huit étages, en plusieurs phases, entre 2009 et 2012.
      Ce projet de développement commercial et résidentiel de 70 M$, embryonnaire pour le moment, n’est pas encore passé à travers toutes les étapes réglementaires, bien que le comité consultatif d’urbanisme (CCU) de l’arrondissement de Saint-Léonard ait déjà vu, à deux reprises, des esquisses et ait été mis au fait des intentions du promoteur, selon ce que nous avons appris.
       
      Il faudra notamment que le CCU et l’administration Bissonnet approuvent la demande de modification de zonage pour permettre l’usage résidentiel dans ce secteur zoné à des fins commerciales et industrielles. Cette étape pourrait s’amorcer en début d'année.
       
      Le projet devra aussi passer à travers les mains de l’Agence métropolitaine de transport, la Société de transport de Montréal et la Ville, suggérant qu’il y aura beaucoup de concertation à faire avant de procéder à la première pelletée de terre et de voir la machinerie débarquer sur le site.
       
      Pierre-Jacques Lefaivre, vice-président Développement du Groupe Mach, affirme que son entreprise souhaite démolir des bâtiments situés au nord-ouest du carrefour Lacordaire et des Grandes-Prairies pour y aménager quatre édifices commerciaux de 3000, 25 000, 50 000 et 80 000 pieds carrés, lesquels accueilleront notamment un marché d’alimentation, une pharmacie et un centre de conditionnement physique.
       
      « Des commerçants ont déjà signé une lettre d’intention et nous sommes en discussion avec plusieurs locataires potentiels, explique M. Lefaivre. En ce qui concerne les locataires actuels du centre commercial, plusieurs seront relocalisés dans les nouveaux bâtiments, comme le restaurant Kyoto, le club de danse sociale Le Rendez-vous et une clinique dentaire. »
       
      Outre les commerces prévus, le projet comprend une tour de huit étages où 170 à 200 unités d’habitation seront aménagées.
       
      Selon M. Lefaivre, une étude de circulation a été réalisée, puisque le site accueillera possiblement un stationnement incitatif, bien que les arrondissements de Montréal-Nord et de Saint-Léonard revendiquent tous deux que la gare et les espaces de stationnement aboutissent dans leur cour. L'Agence métropolitaine de transport doit tenir des consultations à l'hiver avant de trancher.
       
      « Nous poussons pour que le stationnement incitatif soit du côté sud. Les espaces de stationnement pourront servir le jour pour les voyageurs et le soir et les week-ends pour les commerces. Nous demandons aussi un feu de circulation devant notre site, sur le boulevard Lacordaire (entre l’intersection actuelle et le viaduc du CN), pour assurer la sécurité de tous les usagers, les automobilistes comme les piétons », souligne M. Lefaivre.
      Densifier autour des pôles de transport
      Ce dernier rappelle que la Ville de Montréal a affirmé à maintes reprises son intention de densifier autour des stations de métro et de train de banlieue.
      « Notre projet va être un moteur de redéveloppement et permettra de densifier autour de la future gare Lacordaire. Les gens vont pouvoir aller travailler sans leur voiture », souligne M. Lefaivre, qui croit que cela fait du sens alors qu’on parle de développement durable et d’environnement.
    • By mtlurb
      Je viens de réaliser que le projet n'avait pas de fil. 
      Il sera situé tout juste au nord de Rosemont-les-Quartiers et de la composante sociale du redéveloppement des terrains de Norampac. 
      Avec l'épicerie, c'est assez majeur pour le coin. 
      D'autres articles :
      http://ruemasson.com/2016/03/07/nouveau-projet-residentiel-commerces-molson-masson/
      http://journalmetro.com/local/rosemont-la-petite-patrie/actualites/931530/un-immeuble-de-sept-etages-en-projet-dans-le-vieux-rosemont/


×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value