Jump to content

Artistes et immobilier: Allied étend sa présence dans le Mile-End.


bxlmontreal
 Share

Recommended Posts

Le pouvoir d’attraction du Mile-End est indéniable.

 

Des centaines d’artistes y ont leurs ateliers; les boutiques et bars branchés foisonnent; de plus en plus d’entreprises y déménagent leurs bureaux.

 

Bref, le quartier est dans le vent. Et une transaction tout juste notariée vient de confirmer l’attrait économique du Mile-End pour les grands groupes immobiliers.

 

Le fond de placement Allied Properties, déjà propriétaire de l’édifice d’Ubisoft et du 5455 de Gaspé, vient d’acquérir la bâtisse voisine, le 5445 de Gaspé. Un immense cube de béton de 500 000 pieds carrés.

 

Allied a contracté une hypothèque d’un peu plus de 29 millions de dollars pour acquérir cette ancienne usine textile, révèle l’acte notarié. Le groupe avait acheté le 5455 –quasi identique– en juin dernier.

 

Cet intérêt accru des promoteurs pour le Mile-End a soulevé une vague d’inquiétude chez les artistes du secteur. Ils paient actuellement de très bas loyers et craignent de se faire expulser au profit de locataires beaucoup plus payants.

 

Allied a déjà commencé à dépenser des millions pour rénover le 5455. Les investissements devraient totaliser 7 millions sur trois ans dans ce seul immeuble.

 

Dans un appel-conférence le mois dernier, M. Emory a indiqué que des locataires déplacés du 5455 pourraient être déplacés vers le 5445. Tout cela en vue de d’accueillir des locataires “plus gros et plus haut de gamme” au 5455.

 

Malgré cette nouvelle transaction, les artistes semblent aujourd’hui plus rassurés qu’à l’automne dernier. Ils sont environ 600 dans les deux immeubles de la rue de Gaspé, selon le Regroupement Pied Carré.

 

Raphaëlle Aubin, coordonnatrice de l’organisme, a indiqué vendredi matin que des négociations étaient en cours avec Allied. Les pourparlers visent à “garder les éléments créateurs” dans les immeubles de la rue de Gaspé, a-t-elle dit.

 

Michael Emory, d’Allied, ne nous a pas rappelé. L’automne dernier, il avait toutefois affirmé ne pas vouloir expulser en bloc les créateurs de la rue de Gaspé.

 

http://blogues.cyberpresse.ca/lapresseaffaires/immobilier/2012/04/13/artistes-et-immobilier-allied-etend-sa-presence-dans-le-mile-end/

Link to comment
Share on other sites

La création artistique autant que les affaires sont des éléments dynamisants dans une société, et leur cohabitation dans un même lieu, ne peut qu'influencer positivement les deux groupes en apportant à l'un, ce qui peut manquer à l'autre. Il ne faut justement pas compartimenter les activités, dans un monde hautement compétitif, une société moderne a besoin de toutes ses forces vives pour s'épanouir et se développer harmonieusement. La rénovation de ces énormes surfaces offre donc une occasion en or de créer ce genre de synergie dont tout le monde sera bénéficiaire. Rares sont les bâtiments de cette dimension qui peuvent se prêter à autant d'activités variées. Montréal est choyée par cette héritage immobilier, qui a le potentiel d'apporter une foule de retombées diverses pour ce quartier central en pleine transformation.:applause:

Link to comment
Share on other sites

J'habite le quadrilatère recemment 'protégé' que forme boulevard st-laurent, Bernard, Maguire et St-Denis. En quelques années le secteur a vécu une superbe transformation; c'est plein de vie grace aux bureaux sur de Gapsé ainsi que Ubisoft.

 

D'ailleurs j'ai travailler au 5455. On y trouve des artistes, des designers de mode et start-up webs, mais aussi des vieilles entreprises de textiles. Immeuble merveilleusement dilapidé!

Link to comment
Share on other sites

J'espère qu'on va trouver le moyen de combiner développement économique et accessibilité pour les artistes. Comme à NY, ces derniers dynamisent souvent un quartier "oublié" et le rendent attrayant. Puis, les promoteurs arrivent et le loyers deviennent inaccessibles. Les artistes se réfugient de plus en plus loin. Les quartiers centraux deviennent peu à peu par une culture un peu standardisée, commerciale, internationale. Il y a de la place pour ça, mais j'aimerais vraiment qu'on puisse trouver un équilibre acceptable qui finira par animer Mtl d'un dynamisme culturel vraiment unique. Peu de villes l'ont réussi. On verra bien.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...