Recommended Posts

Pinned posts

Publié le 01 novembre 2017 à 05h00 | Mis à jour à 06h08

Pont Champlain: pas de retard ni d'irrégularités, dit Ottawa

Le ministre de l'Infrastructure Amarjeet Sohi a réitéré hier l'échéancier... (Photo Yves Tremblay, collaboration spéciale, archives La Presse)

Agrandir

Le ministre de l'Infrastructure Amarjeet Sohi a réitéré hier l'échéancier fixé pour l'inauguration du pont Champlain. « Nous sommes confiants que le projet sera complété d'ici décembre 2018 », a-t-il dit.

PHOTO YVES TREMBLAY, COLLABORATION SPÉCIALE, ARCHIVES LA PRESSE

613600.png
MAXIME BERGERON
La Presse

(Ottawa) Le nouveau pont Champlain sera bel et bien prêt en décembre 2018, a affirmé hier le ministre de l'Infrastructure Amarjeet Sohi, qui soutient aussi que le déclenchement d'un audit par le Vérificateur général du Canada ne laisse présager aucune irrégularité dans la gestion du chantier.

Amarjeet Sohi, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités... (Photo Justin Tang, archives La Presse canadienne) - image 1.0

Agrandir

Amarjeet Sohi, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités du Canada

PHOTO JUSTIN TANG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

La Presse a révélé la semaine dernière que le Bureau du vérificateur général a lancé un « audit de performance » sur la gestion du projet de 4,2 milliards de dollars. L'organisme a demandé à avoir accès à une série de « documents protégés par le secret professionnel », a-t-on appris, mais il refuse de préciser les raisons de ce contrôle.

Pendant un point de presse au parlement d'Ottawa, le ministre Sohi a fait valoir que ces vérifications ne semblaient pas découler d'irrégularités ou de malversations. « Il n'y a rien qui peut me laisser suggérer que quelque chose de tel se produit, parce que le processus d'approvisionnement est ouvert et transparent, et que nous avons une relation très forte avec nos partenaires à cet égard. »

Décembre 2018

Le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités dit collaborer avec le Vérificateur général depuis le déclenchement de l'audit, en février dernier. Ce type de contrôle, déjà réalisé pendant le chantier du pont de la Confédération, à l'Île-du-Prince-Édouard dans les années 90, ne devrait « pas du tout » inquiéter les contribuables canadiens, selon lui.

M. Sohi a par ailleurs réitéré l'échéancier fixé pour l'inauguration du pont, construit en partenariat public-privé par le Groupe Signature sur le Saint-Laurent (SSL).

« Le projet avance comme prévu, a affirmé le ministre Sohi. Il y a eu quelques problèmes reliés à la grève [de la construction] et à la météo, qui ont causé certains délais, mais la construction a été accélérée et SSL a ajouté plus de travailleurs et plus de quarts de travail. Nous sommes confiants que le projet sera complété d'ici décembre 2018. »

Investissements retardés ?

Si le pont Champlain avance à bon rythme, près de 2 milliards qui devaient être injectés par Ottawa dans des projets d'infrastructures l'an dernier n'ont pas été dépensés. Le Bureau du directeur parlementaire du budget a publié hier son rapport sur les perspectives économiques du gouvernement fédéral, qui confirme un retard dans les investissements.

Amarjeet Sohi soutient malgré tout que les investissements suivent la cadence prévue. Plus de 4000 projets sont en chantier à l'heure actuelle, pour un total d'environ 35 milliards de dollars, a-t-il répété.

 

http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201710/31/01-5141945-pont-champlain-pas-de-retard-ni-dirregularites-dit-ottawa.php

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Livraisons des segments préfabriqués du nouveau pont Champlain : opération terminée

Publié le 3 novembre 2017

Transport-Elements-Prefabriques-Aout-201

Mission accomplie, pour la livraison sur le chantier des 360 segments préfabriqués du nouveau pont Champlain , en provenance de l’usine de Béton Préfabriqué du Lac (BPDL), une entreprise québécoise, située à St-Eugène de Grantham, dans le Centre du Québec.

Les 44 segments de la partie inférieure du pylône principal ont été livrés à l’été 2016. La livraison des 316 segments des approches du pont s’est poursuivie jusqu’à la fin octobre 2017 avec l’acheminement des dernières pièces, officialisant ainsi la fin d’une étape qui ne fut pas de tout repos.  

Au printemps 2016, les restrictions de charge sur le pont Champlain actuel ont déclenché un changement de stratégie de transport, basée uniquement  jusqu’alors, sur le transport routier.

Une petite équipe spécialisée en logistique s’est rapidement formée pour trouver des solutions à ce défi inattendu. Pour acheminer ces pièces de dimensions et de poids hors-normes au chantier, il a fallu revoir la stratégie de transport par route et même opter pour une augmentation du transport maritime et ferroviaire. 

Transport-Elements-Prefabriques-Aout-201

En 2017, d’autres défis se sont présentés et ont aussi eu un impact sur les livraisons de ces segments préfabriqués.

Alex Demers, le gestionnaire responsable de cette logistique de transport complexe, explique tout le chemin parcouru : « Nous avons pris le taureau par les cornes en 2016 et élaboré des stratégies et itinéraires variés, par camion, par bateau et barge, ou encore par train, en fonction du type de pièces, de leur poids, de leurs dimensions et de leur destination finale sur le projet. Grâce au soutien,  entre autres, de Sylvain Matte, à la coordination logistique, nous avons pu faire face aux différentes réalités qui se présentaient de semaine en semaine. C’est un travail colossal  que nous avons réussi, avec beaucoup d’efforts, de ténacité et une planification minutieuse ».

Les équipes sur le chantier sont en mode installation des derniers segments préfabriqués au nombre de 234 à l’approche ouest, complétant ainsi les jambes du pont qui s’élèvent dans le fleuve. La pose des segments, du côté de la Rive-Sud, à l’approche est, où il y en a 90, sera aussi complétée prochainement.

Approche-Ouest-13-septembre-2017-11-1024

Nos yeux sont maintenant tournés vers le transport des poutres caissons qui va bon train mais qui représente tout de même un défi de taille, compte-tenu, entre autres, de leur géométrie hors-normes.  Objectif : fin des livraisons à l’été 2018. 

 

http://www.nouveauchamplain.ca/2017/11/livraisons-des-segments-prefabriques-du-nouveau-pont-champlain-operation-terminee/

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci @nephersir7 ta série de photos répond admirablement bien à la question de Matt,  même si un petit doute raisonnable subsiste.  

Il y a 14 heures, Matt a dit :

Je suis encore etonné de la date de decembre 2018 pour la fin de la construction... un feeling comme ca...

 

Il y a 13 heures, nephersir7 a dit :

4 mai 2017

9yfPAah.png

4 juillet 2017

Kyy5bwq.png?1

4 septembre 2017

O5eWmUT.png

4 novembre 2017

vv1LYQh.png

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.nouveauchamplain.ca/2017/11/fin-de-linstallation-des-segments-prefabriques-en-milieu-marin-de-lapproche-ouest/

Fin de l’installation des segments préfabriqués en milieu marin de l’approche ouest

Publié le 14 novembre 2017

Dernier-segment-prefabrique-pilier-Appro

Le nouveau pont Champlain continue de prendre forme au-dessus du fleuve Saint-Laurent. Une nouvelle étape importante vient ainsi d’être franchie cette semaine avec  la fin de l’installation, en milieu marin, des segments préfabriqués qui forment les piles.

Trois à huit segments de béton d’une hauteur moyenne de 3.5 mètres  sont assemblés l’un sur l’autre pour créer une pile, pouvant atteindre jusqu’à 35 mètres. Au total, 234 segments ont été installés pour la portion du fleuve entre le bout de la jetée ouest et celle du pont à haubans. À noter que chaque pièce est préfabriquée sur mesure en usine, et ne peut être remplacée par une autre. Un plan d’installation très précis a été mis en place, comme un jeu de Lego — à la différence que chaque bloc a ses propres dimensions.

Approche-Ouest-13-septembre-2017-10-1024

Jad Kfouri, coordonnateur de chantier a été au cœur de ces opérations en milieu marin et décrit les défis rencontrés: « Puisque la majorité des travaux se sont faits sur barges au milieu du fleuve, une logistique complexe a été élaborée pour coordonner le déplacement des équipements marins. Nos équipes ont dû aussi faire face à de nombreux défis notamment le manque d’espace pour réaliser des manœuvres complexes et la réalité du fleuve avec son courant et une profondeur qui peut varier ».

Nouveau-pont-Champlain-sur-eau-Approche-

Daniel Carmona, chargé de construction de l’approche ouest explique la vision globale pour cette portion du projet : « Dès le départ, on a choisi une stratégie de construction modulaire qui nous permet d’avancer plus rapidement. On fabrique les segments en béton des piles,et les chevêtres et les poutres caissons en acier, à l’extérieur du chantier. Une fois ces pièces livrées sur nos plateformes de travail, il ne nous reste plus qu’à les installer. Nous sommes très heureux aujourd’hui d’avoir complété l’installation des segments préfabriqués pour maintenant se concentrer sur l’installation des chevêtres et des poutres. Bravo à toutes les équipes qui ont travaillé fort pour réaliser ces opérations. »

L’installation des segments préfabriqués en béton à l’approche est, du côté de la Rive-Sud, continue et prendra fin d’ici la fin du mois de novembre 2017.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Flo
      Alstom is delivering Hydrogen-fuelled intercity Coradia trains to Lower Saxony.
      The locomotive and motor engine were manufactured in France whilst the Hydrogen cell was made in Germany.
      In terms of fuel supply, Hydrogen is generated by electrolysis and the energy used to power this reaction is tapped from wind power.
      Functionally-speaking, energy is generated by converting H2 gas to electricity using reverse electrolysis - an old technology discovered back in the 19th century.
      A single H2 fill-up drives the engine with an autonomy of 1,000 km plus the possibility of peaking up to 140 km/h. This is a direct alternative to diesel trains, the motor engine itself is electric, hence quiet, and overhead lines are history.
      H2 is stored in a highly pressurized state and withheld inside reservoirs bearing high tensile strength, still I ponder on the event of an accident given its extremely exothermic nature.
      Anyway, I often hear people arguing over job losses through delocalized assembly lines or trivial companies moving to Calgary or Toronto and always thought Montreal (besides France and Germany BTW, coz I deeply love these 2 cultures ) had all what it takes to unleash innovative industries that would disrupt traditional transport and energy markets (kind like the way Apple's smartphones relegated Nokia's mobile technology to oblivion). Quebec has top universities that lead research in the Physical Sciences, lots of natural resources and genuine reasons to curb climate change. One could imagine developing shuttles that use hydrogen cells to transit people from one bank of the Saint Laurent to another. La Rochelle already has one such gizmo and Marseille has been using a solar-powered equivalent to move people around the Vieux-Port.
       
      Une petite révolution dans le monde des transports
      Source: Radio France, 11/11/2017

    • Par mtlurb
      Discussion sur la ligne Mascouche de l'Agence métropolitaine de transport.
    • Par ChrisDVD

      TRAINS
      - Voiture de type métro léger, électrique
      - Flotte d'environ 240 voitures à la mise en service
      - Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe
      - Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout)
      - Configuration entre deux voitures de type "boa"
      - Alimentation électrique par caténaire
      - Systèmes et conduite automatisée des trains
      - Vitesse maximale de 100 km/h
      STATIONS / GARES
      - Quais d'environ 80 m de long
      - Portes palières sur les quais
      - Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture
      - Accès universel
      - Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo
      - Wi-Fi offert sur toute la ligne
      - Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle
    • Par acpnc
      Publié le 18 novembre 2016 à 20h52 | Mis à jour le 18 novembre 2016 à 20h52
      Tunnel La Fontaine: pas de PPP, martèle le Parti québécois
       
      Le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est un axe majeur de la région métropolitaine. Il s'agit du seul lien entre l'île de Montréal et la Rive-Sud dans l'est de l'île. Plus de 130 000 automobilistes et camionneurs empruntent le tunnel chaque jour.
      Photo archives La Presse

      Louis-Samuel Perron
      La Presse
      Le ministère des Transports devrait écarter complètement la possibilité de réparer le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine en partenariat public-privé (PPP), puis d'imposer un péage, selon le Parti québécois. «C'est incompréhensible ! Qu'ils réfléchissent à ça, c'est un non-sens ! Ils ne devraient même pas penser à ça. Non, il n'y en aura pas! C'est ça qu'il faut dire!», fulmine le député péquiste Alain Therrien.
      La Presse a dévoilé vendredi que le MTQ envisageait d'effectuer en mode PPP la réfection majeure du tunnel, un projet de plusieurs centaines de millions de dollars. Dans un appel d'intérêt publié lundi et destiné aux entrepreneurs et firmes de génie-conseil, le MTQ met sur un pied d'égalité trois modes de réalisation du projet, soit le mode traditionnel, le mode conception-construction et le mode conception-construction-entretien-financement. Le second mode s'apparente à celui choisi dans le projet Turcot, alors que le troisième est un PPP.
      Les entreprises sont appelées à répondre à ce sondage de marché pour vérifier leur intérêt pour ces trois modes de réalisation. Ils devront remettre des montages financiers pour chaque mode au MTQ. Ainsi, toutes les options sont sur la table, même celle d'effectuer la réfection majeure du tunnel en PPP. La question du péage n'est pas abordée dans cet appel d'offres.
      Au cabinet du ministre des Transports Laurent Lessard, on maintient qu'une décision n'est pas encore prise, sans exclure toutefois la possibilité de faire le projet en PPP. «On ne se positionne pas. C'est une étude d'opportunité dans le fond. On veut analyser l'ensemble des situations.
      Est-ce qu'il y a des choses qu'on ne veut pas ? On veut laisser les chiffres parler. On veut regarder l'ensemble des scénarios. Une fois que ces scénarios seront documentés de façon rationnelle et cartésienne, le conseil des ministres prendra une décision», a indiqué Mathieu Gaudreault, attaché de presse du ministre Lessard.
      Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie Alain Therrien dénonce vivement cette décision du ministre Lessard. «On s'est battu pour qu'il n'y ait pas de péage sur le pont Champlain, et là on sort d'un chapeau la possibilité d'un péage sur un pont de la Rive-Sud? L'expérience des PPP a été très très mauvaise dans l'ensemble de l'oeuvre, autant au CHUM que les autres fois. Ça n'a pas donné le résultat escompté. Ça fait juste monter la facture. Il faut verser des profits à ces entreprises. Que ce soit les usagers ou les contribuables, il faut que le profit soit versé. Ça fait en sorte que le projet est plus cher», dénonce le député de Sanguinet.
      Le président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) Christian Daigle dénonce également l'option du PPP. «Ça nous inquiète au plus haut point. Pour nous, il n'y a aucune logique à aller en PPP, ou donner ça à une compagnie privée pour l'ensemble de la gestion. On l'a vu avec le pont de la 25, avec la 30, c'est des scandales, des hausses rapides de coûts avec la 25. Qu'est-ce qui va se passer avec le tunnel ?», s'inquiète le dirigeant syndical.
      Le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est un axe majeur de la région métropolitaine. Il s'agit du seul lien entre l'île de Montréal et la Rive-Sud dans l'est de l'île. Plus de 130 000 automobilistes et camionneurs empruntent le tunnel chaque jour. Selon le MTQ, il faut refaire rapidement le tunnel de «fond en comble». Résultat : les travaux pourraient durer jusqu'à quatre ans, rendant le tunnel «relativement inaccessible» pendant une période de temps indéterminée.
      Les travaux débuteront au plus tôt en 2019, puisque le MTQ s'est engagé à ne pas commencer les travaux tant que le nouveau pont Champlain ne sera pas inauguré, en décembre 2018.
      Tunnel La Fontaine: pas de PPP, martele le Parti quebecois | Louis-Samuel Perron | Montreal
    • Par Habsfan
      je regardais un film hier soir, et il y avait une image des ponts de New-york. J'airemarqué qu'ils étaient prèsque tous illuminé la nuit.
       
      Pendant ce temps à Montréal, nous avons un superbe Pont qui date du début du dernier siècle, et on ne le mets pas en évidence! C'Est quoi la joke?
       
      Dans un ville ou nous recherchons des symboles, pourquoi ne pas dépenser quelque dollars de plus pour bien illuminer la structure complète du Pont Jacques-Cartier.
       
      J'ai de la misère à croire qu'il n'y a personne à l'hôtel de Ville qui a pensé à ceci?!?! Si c'est le cas, ils devraient tous être remercié!
       
      Twitter #illuminationMTL Search Twitter - #illuminationMTL