Recommended Posts

Pinned posts

Grand parc de l'Ouest

parc-ouest-ile-montreal.PNG

http://realisonsmtl.ca/grandparcouest

Citation

 

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31872

Préservation des espaces verts : Montréal annonce la création du Grand parc de l'Ouest

8 août 2019

Montréal, le 8 août 2019 - C'est avec fierté que la mairesse Valérie Plante annonce la création d'un grand parc urbain de 3 000 hectares afin de protéger des espaces naturels de l'ouest de l'île de Montréal. Hier, le comité exécutif de la Ville de Montréal a adopté le règlement relatif à l'établissement et à la délimitation du parc. Ce territoire regroupe les parcs-nature de l'Anse-à-l'Orme, du Bois-de-L'Île-Bizard, du Bois-de-la-Roche, du Cap-Saint-Jacques et des Rapides-du-Cheval-Blanc, en plus d'inclure différents secteurs d'intérêt à des fins de grands parcs.

« Avec plus de 3 000 hectares de superficie, le Grand parc de l'Ouest deviendra le plus grand parc municipal du Canada. Il s'agit d'un moment historique qui marquera un tournant majeur en matière de protection des milieux humides et de mise en valeur des espaces naturels. Cette démarche s'inscrit dans notre volonté de protéger 10 % de la superficie du territoire de Montréal et vise à conserver et à protéger à perpétuité les aires naturelles de l'ouest de l'île de Montréal. Cela profitera à toutes les Montréalaises et à tous les Montréalais », explique Valérie Plante.

« Avec le Grand parc de l'Ouest, la Ville de Montréal prend le parti de la nature et des espaces verts. Le territoire du Grand parc de l'Ouest possède une mosaïque de milieux naturels riches et diversifiés. Pas moins de 175 hectares de rares milieux humides et hydriques au cœur de l'île de Montréal seront également protégés. En plus d'assurer la pérennité des écosystèmes, la protection des milieux naturels offrira à la population montréalaise de nouveaux lieux de contact avec la nature et contribuera au pouvoir d'attraction de la Ville », ajoute Sylvain Ouellet, vice-président du comité exécutif.

Le Grand parc de l'Ouest assurera non seulement la santé des milieux naturels, mais contribuera également à améliorer la qualité de vie des Montréalaises et Montréalais. Mis en valeur dans une perspective intégrée et globale, cet espace permettra de boucler la ceinture verte bordant le lac des Deux-Montagnes. Le Grand parc de l'Ouest consolidera la trame verte de la ville et créera un environnement urbain respectueux de l'environnement et accessible à toutes les citoyennes et à tous les citoyens.

Face aux conséquences des bouleversements climatiques, Montréal multiplie ses efforts pour offrir des milieux de vie résilients et durables. Par la protection de ces importants milieux humides, le Grand parc de l'Ouest contribuera à l'adaptation et à la résilience de l'agglomération face aux changements climatiques et augmentera la résilience de la Ville de Montréal face aux crues des eaux dans le secteur de Pierrefonds-Roxboro.

Le règlement relatif à l'établissement et à la dénomination du Grand parc de l'Ouest assurera l'intégration légale des lots identifiés à l'intérieur de ses limites, ce qui permettra ensuite à la Ville de poursuivre ses démarches en vue d'assurer leur conservation, en tout ou en partie. Dès cet automne, une plateforme de consultation citoyenne sera mise en place et la population sera appelée à s'exprimer sur le projet du Grand parc de l'Ouest afin de faire connaître ses besoins et ses attentes.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, fmfranck a dit :

Il n'est pas question de tels enjeux dans cette requête judiciaire, mais plutôt de la FAÇON dont la mairesse a géré ce dossier pour faire dévaluer le bien du propriétaire. L'expropriation est déjà prévue par la loi, et les municipalités sont autonomes dans son utilisation pour des fins "d'utilité publique". Par contre, l'expropriant ne peut pas, en vue d'une telle expropriation, agir de mauvaise foi et minimiser la compensation de l'exproprié. 

Pour le reste, au Québec, une hiérarchie des normes est établies entre les deux droits que tu mentionnes. Le droit de propriété, comme tous les droits fondamentaux, est "supralégislatif" en ce qu'il est une norme supérieure au lois ordinaires, et ne peut être contredit par celles-ci que dans des mesures justifiées dans une société libre et démocratique. Le droit de "vivre dans un environnement sain et respectueux de la biodiversité" est aussi prévu à la Charte, mais comme tous les autres droits économiques et sociaux, n'est pas protégé de telle manière.

La Ville de Montréal a un service de contentieux qui s'occupera de l'affaire. Dans tout litige il y a des interprétations différentes et souvent opposées, d'autant que la justice est un domaine complexe qui exige des experts pour bien démêler les imbroglios. Quant à moi je n'ai pas les informations pertinentes, ni l'intérêt pour aller plus loin dans ce dossier, que je laisserai aux personnes compétentes.

Comme j'ai déjà tout dit ce que j'en pense dans mes commentaires précédents et que je n'aime pas les débats qui tournent en rond inutilement, je reviendrai sur le sujet seulement s'il y a de nouveaux développements.

Share this post


Link to post
Share on other sites

26 septembre 2019Par: Zacharie GoudreaultMétro

Grand parc de l’Ouest: un élu propose une option élargie… et sans poursuites

https://journalmetro.com/actualites/montreal/2382408/grand-parc-de-louest-un-elu-propose-une-option-elargie-et-sans-poursuites/

 

Photo: Josie Desmarais/MétroLe Grand parc de l'Ouest englobera entre autres le Parc-nature du Cap-Saint-Jacques. Sa superficie totale sera de 3200 hectares, ce qui en fera le plus grand parc urbain municipal du pays.

Alors que la Ville de Montréal est la cible d’une poursuite de plus de 170 M$ de la part des promoteurs du projet de Cap-Nature, un élu municipal propose qu’Ottawa chapeaute la réalisation d’un grand parc national dans l’ouest de l’île.

«Ce serait avantageux parce que le gouvernement fédéral a beaucoup plus d’argent que la Ville», affirme le conseiller indépendant de Snowdon, Marvin Rotrand.

L’élu déposera une motion à la prochaine séance du conseil municipal, le 22 octobre, pour demander à la Ville de «militer pour obtenir un parc fédéral national». Celui-ci, en étant géré par Parcs Canada, bénéficierait d’un plus meilleur financement. Il pourrait en outre être encore plus grand que les quelque 3200 hectares prévus actuellement, selon l’élu.

En mai 2017, Projet Montréal a d’ailleurs proposé de créer un parc national dans l’ouest de l’île en collaboration avec la Société des établissements de plein air du Québec. Or, il s’agit maintenant d’un projet de «parc municipal urbain», a confirmé à Métro le cabinet de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

«Projet Montréal était ouvert à l’idée [d’avoir un parc national] dans la dernière élection. Je ne sais pas pourquoi ils l’ont rejetée depuis pour se plonger dans un litige en Cour», questionne M. Rotrand.

La Ville et l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro font l’objet d’une poursuite de plus de 170 M$ de la part de trois promoteurs immobiliers. Ils affirment être victimes d’une «expropriation déguisée» alors que Valérie Plante entend mettre fin à leur projet de 5500 logements pour réaliser le Grand parc de l’Ouest.

Selon M. Rotrand, l’option du parc national permettrait d’éviter cette poursuite parce que le processus d’expropriation peut être étiré sur 20 ans.

«J’espère avoir un consensus. La dernière chose que les citoyens veulent, c’est que la Ville soit perdante en Cour.» -Marvin Rotrand, conseiller de Snowdon

Un parc élargi

Marvin Rotrand propose de faire renaître le projet de Parc écologique de l’archipel de Montréal. En 2007, une quarantaine d’organismes se sont alliés pour proposer la création d’une zone protégée qui irait des Basses-Laurentides jusqu’à la frontière américaine de Suroît, à Sorel, en passant par l’ouest de l’île de Montréal.

Cinq ans plus tard, en mai 2012, le conseil municipal d’alors a adopté une motion offrant le soutien de la Ville à ce projet.

«L’idée, ce serait d’élargir le territoire [du Grand parc de l’Ouest] pour aller chercher d’autres modes de financement, autant à Québec qu’à Ottawa», explique le responsable des dossiers Espaces verts et milieux naturels au Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-MTL), Emmanuel Rondia.

Selon M. Rotrand, si la Ville obtenait du gouvernement fédéral la réalisation d’un tel parc, elle pourrait concurrencer Toronto. Parcs Canada y aménage actuellement l’une des plus grandes aires protégées en milieu urbain au monde.

«Ce serait dans l’intérêt du public que le gouvernement fédéral travaille à créer un parc national dans le sud du Québec similaire à celui de la Rouge [en Ontario]», souligne la motion. 

Le mois dernier, le premier ministre Justin Trudeau a promis un financement de 50 M$ pour le Grand parc de l’Ouest. Le budget initial du projet atteint ainsi 125 M$ en tenant compte de la contribution de la Ville.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2019-09-25 à 10:20, fmfranck a dit :

Outre l'autorité "morale", il y a l'autorité légale aussi. L'État, autant que le citoyen, est soumis à la légalité (the rule of law), et doit en respecter les modalités. Or, le droit jouissance paisible et la libre disposition de ses biens est enchâssée dans notre Charte des droits et libertés.

Vivement l’ajout d’une nouvelle charte des droits environnementaux/charte des droits à un environnement sain alors! Il est grand temps que la législation soit modifiée pour protéger davantage notre patrimoine écologique, et ce non pas seulement pour les générations vivantes mais également pour toutes les générations à venir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, charley_lec a dit :

Vivement l’ajout d’une nouvelle charte des droits environnementaux/charte des droits à un environnement sain alors! Il est grand temps que la législation soit modifiée pour protéger davantage notre patrimoine écologique, et ce non pas seulement pour les générations vivantes mais également pour toutes les générations à venir.

Le droit à un environnement sain est déjà prévu dans la Charte des Droits et Libertés de la Personne. En fait, il faudrait seulement protéger les droits économiques et sociaux de la même manière que les droits fondamentaux pour arriver à cette fin, mais je ne crois pas qu'aucun gouvernement ne s'obligerait de la sorte, puisque sa limiterait sa souveraineté, et créerait des obligations entre individus qui ne seraient pas gèrables. (La Charte gère autant les relations privés, que la relation de l'individu avec l'État). Je crois cependant, qu'il faut que l'État porte une importance plus grande sur les droits qu'il a lui même consentie par cette Charte. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2019-09-26 à 07:55, acpnc a dit :

26 septembre 2019Par: Zacharie GoudreaultMétro

Grand parc de l’Ouest: un élu propose une option élargie… et sans poursuites

https://journalmetro.com/actualites/montreal/2382408/grand-parc-de-louest-un-elu-propose-une-option-elargie-et-sans-poursuites/

 

Photo: Josie Desmarais/MétroLe Grand parc de l'Ouest englobera entre autres le Parc-nature du Cap-Saint-Jacques. Sa superficie totale sera de 3200 hectares, ce qui en fera le plus grand parc urbain municipal du pays.

Alors que la Ville de Montréal est la cible d’une poursuite de plus de 170 M$ de la part des promoteurs du projet de Cap-Nature, un élu municipal propose qu’Ottawa chapeaute la réalisation d’un grand parc national dans l’ouest de l’île.

«Ce serait avantageux parce que le gouvernement fédéral a beaucoup plus d’argent que la Ville», affirme le conseiller indépendant de Snowdon, Marvin Rotrand.

L’élu déposera une motion à la prochaine séance du conseil municipal, le 22 octobre, pour demander à la Ville de «militer pour obtenir un parc fédéral national». Celui-ci, en étant géré par Parcs Canada, bénéficierait d’un plus meilleur financement. Il pourrait en outre être encore plus grand que les quelque 3200 hectares prévus actuellement, selon l’élu.

En mai 2017, Projet Montréal a d’ailleurs proposé de créer un parc national dans l’ouest de l’île en collaboration avec la Société des établissements de plein air du Québec. Or, il s’agit maintenant d’un projet de «parc municipal urbain», a confirmé à Métro le cabinet de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

«Projet Montréal était ouvert à l’idée [d’avoir un parc national] dans la dernière élection. Je ne sais pas pourquoi ils l’ont rejetée depuis pour se plonger dans un litige en Cour», questionne M. Rotrand.

La Ville et l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro font l’objet d’une poursuite de plus de 170 M$ de la part de trois promoteurs immobiliers. Ils affirment être victimes d’une «expropriation déguisée» alors que Valérie Plante entend mettre fin à leur projet de 5500 logements pour réaliser le Grand parc de l’Ouest.

Selon M. Rotrand, l’option du parc national permettrait d’éviter cette poursuite parce que le processus d’expropriation peut être étiré sur 20 ans.

«J’espère avoir un consensus. La dernière chose que les citoyens veulent, c’est que la Ville soit perdante en Cour.» -Marvin Rotrand, conseiller de Snowdon

Un parc élargi

Marvin Rotrand propose de faire renaître le projet de Parc écologique de l’archipel de Montréal. En 2007, une quarantaine d’organismes se sont alliés pour proposer la création d’une zone protégée qui irait des Basses-Laurentides jusqu’à la frontière américaine de Suroît, à Sorel, en passant par l’ouest de l’île de Montréal.

Cinq ans plus tard, en mai 2012, le conseil municipal d’alors a adopté une motion offrant le soutien de la Ville à ce projet.

«L’idée, ce serait d’élargir le territoire [du Grand parc de l’Ouest] pour aller chercher d’autres modes de financement, autant à Québec qu’à Ottawa», explique le responsable des dossiers Espaces verts et milieux naturels au Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-MTL), Emmanuel Rondia.

Selon M. Rotrand, si la Ville obtenait du gouvernement fédéral la réalisation d’un tel parc, elle pourrait concurrencer Toronto. Parcs Canada y aménage actuellement l’une des plus grandes aires protégées en milieu urbain au monde.

«Ce serait dans l’intérêt du public que le gouvernement fédéral travaille à créer un parc national dans le sud du Québec similaire à celui de la Rouge [en Ontario]», souligne la motion. 

Le mois dernier, le premier ministre Justin Trudeau a promis un financement de 50 M$ pour le Grand parc de l’Ouest. Le budget initial du projet atteint ainsi 125 M$ en tenant compte de la contribution de la Ville.

 

Je n'aime pas l'idée que le Fédéral se mette le nez là-dedans.  Si je ne me trompe pas, la principale raison qu'il n'y ai pas beaucoup de parc nationaux (lire fédéraux) au Québec est que pour avoir cette désignation il faut céder les terrains au gouvernement Fédéral.  Je veux moins de propriétés fédérales au Québec, pas plus.  Ça peut sembler alléchant mais tout pacte avec le Diable l'est... au début.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, ToxiK a dit :

Je n'aime pas l'idée que le Fédéral se mette le nez là-dedans.  Si je ne me trompe pas, la principale raison qu'il n'y ai pas beaucoup de parc nationaux (lire fédéraux) au Québec est que pour avoir cette désignation il faut céder les terrains au gouvernement Fédéral.  Je veux moins de propriétés fédérales au Québec, pas plus.  Ça peut sembler alléchant mais tout pacte avec le Diable l'est... au début.

Ouais, j'ai un peu la même opinion sur le sujet. Ça serait bien si Québec pourrait y investir plutôt.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, ToxiK a dit :

Je n'aime pas l'idée que le Fédéral se mette le nez là-dedans.  Si je ne me trompe pas, la principale raison qu'il n'y ai pas beaucoup de parc nationaux (lire fédéraux) au Québec est que pour avoir cette désignation il faut céder les terrains au gouvernement Fédéral.  Je veux moins de propriétés fédérales au Québec, pas plus.  Ça peut sembler alléchant mais tout pacte avec le Diable l'est... au début.

 

Il y a 1 heure, fmfranck a dit :

Ouais, j'ai un peu la même opinion sur le sujet. Ça serait bien si Québec pourrait y investir plutôt.

A ce propos je partage votre avis. De toute façon Québec a les pouvoirs qu'il faut pour bien protéger l'environnement, ne suffit qu'une volonté plus affirmée, un peu plus de vision et un consensus élargi.

Quant aux promoteurs: une compensation juste, raisonnable et équitable doit être négociée à la satisfaction de tous les partis. Je m'attends donc à un entente hors cour quand les émotions se seront refroidies. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 21 heures, ToxiK a dit :

Je n'aime pas l'idée que le Fédéral se mette le nez là-dedans.  Si je ne me trompe pas, la principale raison qu'il n'y ai pas beaucoup de parc nationaux (lire fédéraux) au Québec est que pour avoir cette désignation il faut céder les terrains au gouvernement Fédéral.  Je veux moins de propriétés fédérales au Québec, pas plus.  Ça peut sembler alléchant mais tout pacte avec le Diable l'est... au début.

Une chance le canal Lachine est sous gestion du federal. Sinon je me demande bien ce que la ville ou le provincial aurait fait pour le maintenir en etat.

Pour ce qui est de proteger les forets le gouvernement du Québec a tres souvent laisser aller les exploitants couper dans les forets public et meme dans des parcs nationaux.

https://www.journaldemontreal.com/2017/07/31/exploitation-forestiere-une-petition-lancee-pour-sauver-le-mont-kaaikop

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, andre md a dit :

Une chance le canal Lachine est sous gestion du federal. Sinon je me demande bien ce que la ville ou le provincial aurait fait pour le maintenir en etat.

Pour ce qui est de proteger les forets le gouvernement du Québec a tres souvent laisser aller les exploitants couper dans les forets public et meme dans des parcs nationaux.

https://www.journaldemontreal.com/2017/07/31/exploitation-forestiere-une-petition-lancee-pour-sauver-le-mont-kaaikop

 

 

Pour le Canal Lachine, le gouvernement fédéral fait juste un peu plus que le minimum pour s'assurer une belle visibilité Canadian.  Crois-tu réellement que si le Canal avait la propriété de la ville, Projet Montréal ne serait pas présentement en train de le rénover afin d'y construire des parcs et une piste cyclable de toutes façons?  Si le Canal appartenant à Montréal ou au gouvernement du Québec on pourrait le développer en fonction de nos objectifs urbanistiques, touristiques ou de transport avec une vision plus globale plutôt que d'avoir de simples objectifs de visibilité.

En ce qui concerne les forêts publiques, les coupes ne sont pas nécessairement mauvaises si on remplace ce que l'on coupe.  On ne peut pas parler de développement durable et demander qu'on remplace le plastique et le métal par du bois sans couper d'arbres.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, ToxiK a dit :

Pour le Canal Lachine, le gouvernement fédéral fait juste un peu plus que le minimum pour s'assurer une belle visibilité Canadian.  Crois-tu réellement que si le Canal avait la propriété de la ville, Projet Montréal ne serait pas présentement en train de le rénover afin d'y construire des parcs et une piste cyclable de toutes façons?  Si le Canal appartenant à Montréal ou au gouvernement du Québec on pourrait le développer en fonction de nos objectifs urbanistiques, touristiques ou de transport avec une vision plus globale plutôt que d'avoir de simples objectifs de visibilité.

En ce qui concerne les forêts publiques, les coupes ne sont pas nécessairement mauvaises si on remplace ce que l'on coupe.  On ne peut pas parler de développement durable et demander qu'on remplace le plastique et le métal par du bois sans couper d'arbres.

A une epoque on parlait de faire une autoroute avec le canal. Heureusement que ca n appartenait pas a la province. On a fait juste lun peu plus que le minimum?????   Je te trouve severe avec les administrateur de parc canada. On a rebati 5 ecluse et la navigation est possible sans parler de rebatir les murs du canal que l on fait presentement  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By SkahHigh
      Fil de discussion sur la station Sunnybrooke du REM.
    • By SkahHigh
      Fil de discussion sur la station Pierrefonds-Roxboro du REM.
    • By nephersir7
      14375, blvd de Pierrefonds

      Projet locatif d'envergure à Pierrefonds, près du boulevard St-Jean
       
    • By ScarletCoral
      Le parc B au coin d'Ottawa et Peel devrait être le premier des trois parcs à être complété. Contrairement aux deux autres, celui-ci n'a pas de bassin de rétention.

      Projet MR-63 :

       
    • By _mtler_
      Consultations à Montréal: jusqu'à 8500 nouvelles unités d'habitation
       
      L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) étudiera deux importants projets de développement en début d'année, lesquels pourraient se traduire par la construction de 8500 unités de logement à l'est du Stade olympique et dans l'ouest de l'île.
       
      L'OCPM a obtenu le mandat du comité exécutif de la Ville de Montréal pour passer au peigne fin les projets qui figurent dans le Programme particulier d'urbanisme (PPU) pour le secteur Assomption Nord, à l'est du Stade olympique, et pour le secteur Pierrefonds-Ouest, dans l'axe du boulevard 440, dans l'ouest de l'île.
       
      COHABITATION AVEC LES MILIEUX NATURELS
       
      Pour ce qui est des consultations publiques touchant au développement de Pierrefonds-Ouest, le projet, qui est sur la table depuis 2005, a déjà soulevé l'ire des environnementalistes parce que le secteur visé comprend plusieurs milieux naturels. L'acceptation citoyenne n'est pas acquise pour le développement de cette zone de 455 hectares, située à l'ouest du boulevard 440. Un total de 181 hectares seraient protégés des bulldozers.
       
      Quelque 5500 unités d'habitation pourraient y être construites selon les documents rendus disponibles par l'OCPM. Le processus de consultation se prolongera jusqu'en 2019.
       
      Ces deux consultations publiques seront lancées fin janvier ou au début de février 2017. Les dates seront annoncées incessamment.