Jump to content

OursNoir

Recommended Posts

Ca me désole de voir la désindustrialisation de montreal.

 

Montreal est a la derniere place au Québec et au Canada pour ce qui est de l'entrepreneuriat. 121 ieme sur 121 ouaip.:shiftyeyes:

On fait tout pour nuire. Taxes foncieres atrocement elevé. Bureaucratie etouffante , suréglementation. Transport deficient que se soit les routes et les acces pont etc... Transport en commun deficient. etc...

 

On devient une ville de condos mais sans jobs. Faut pas oublier que le chomage a Montreal tourne dans les doubles digits.

 

http://www.lesaffaires.com/dossier/les-villes-les-plus-entrepreneuriales-de-2015/et-les-villes-les-plus-entrepreneuriales-du-canada-en-2015-sont/582540

 

1) La «désindustrialisation» dans les villes-centre est un phénomène mondial de longue date. Dans un premier temps, elle s'est surtout manifestée par une relocalisation en banlieue. Plus récemment s'y est ajoutée la délocalisation dans les pays «à faibles coûts». Le cas de Montréal est donc loin d'être unique --il suffit de voir les transformations sur le territoire de la «vielle ville de Toronto» pour le constater. Par conséquent, il est erroné d'attribuer aux faiblesses (toutes relatives) de Montréal, en termes de fardeau fiscal et d'infrastructures, la cause première de ladite désindustrialisation.

 

2) Cependant, il est vrai que la fermeture d'entreprises industrielles sises dans les quartiers centraux ou péri-centraux a des répercussions négatives sur la population locale qui y trouvait une importante source d'emplois, car même lorsque l'entreprise ne fait qu'une relocalisation en banlieue, l'accès aux emplois ainsi déplacés devient difficile, même parfois impossible pour certains employés résidant `proximité du site original (par exemple, besoin d'une automobile, une option trop coûteuse).

 

3) Globalement, le territoire de la Ville de Montréal compte encore beaucoup plus d'emplois que de de résidents sur le marché du travail --ce qui veut dire que des résidents de la banlieue viennent en grand nombre combler la différence. Il faut savoir aussi que le calcul du taux de chômage «local» , par exemple le territoire de la Ville de Montréal, est effectué en mettant en relation le nombre d'emplois occupés par les résidents occupant un emplois, et le nombre de personnes sur le marché du travail sur le même territoire. Le lieu du travail n'entre pas en ligne de compte. Ainsi, à l'inverse de Montréal, le taux de chômage à Hampstead par exemple peut bien être très faible, bien qu'on ne trouve pratiquement pas d'emplois dans cette ville. Ou encore, si tous les chômeurs résidant à Montréal décrochaient un emploi à Laval ou à Longueuil, le taux de chômage montréalais tomberait par miracle à zéro, sans qu'un seul emploi n'y fut créé.

 

Tout ça pour dire que j'accueille très favorablement la nouvelle du re-développement du site de l'usine Armstrong! La mauvaise nouvelle, ce serait que le site devienne une ruine industrielle abandonnée.

Link to comment
Share on other sites

Il ne faut pas oublier que plusieurs anciens sites industriels sont convertis en bureaux pour une nouvelle génération d'entreprises, ramenant des emplois dans ces quartiers... Saint-Viateur Est, secteur Chabanel, le Mile-Ex, et d'autres... Mais c'est certain que ce sont des emplois plus spécialisés, et cela entraîne une certaine gentrification des quartiers.

Link to comment
Share on other sites

À vincethewipet: tu as parfaitement raison. C'est un autre aspect de la reconversion de certains anciens usages industriels, et un signe certain de dynamisme.

 

Les exemples de secteurs que tu donnes sont d'excellents exemples. Ce qui m'amène à poser la question suivante: pourquoi certains autres secteurs ne réussissent pas aussi bien--restent en friche/ruine? Facteurs possibles: sols fortement contaminés, environs laids/hostiles, éloignement du bâti résidentiel existant, pauvreté de l'accès, notamment en TEC. Pour ces secteurs défavorisés, des interventions publiques musclées sont nécessaires pour leur donner une nouvelle vocation. Mais le site de l'usine Armstrong fait plutôt partie de la première catégorie «naturellement favorable».

 

Pour ce qui est du phénomène de gentrification des quartiers environnants, tu as raison d'ajouter» «certaine» (...une certaine gentrification), car on ne parle pas ici de créer des ghettos pour gens riches attirés par l'architecture, l'ambiance ou la proximité du centre, mais simplement des (futurs) employés des (futures) entreprises. Donc normal et légitime selon moi.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

http://globalnews.ca/news/2871419/more-changes-to-the-cotes-des-neiges-landscape/

 

A condo building, apartment buildings and a high-end hotel could form part of the new skyline in an aging industrial and residential neighborhood of Cote-des-Neiges.

 

A commercial development company has plans to build the new residential/commercial project at the site of the old Armstrong floor tiling manufacturing plant on Decarie Boulevard south of Jean-Talon Avenue.

 

The proposal would take up more than 32,000 square metres of land — making it larger than downtown Montreal’s Eaton Centre.

 

“A couple of years from now this is going to be a green neighborhood with good housing,” Councillor Marvin Rotrand told Global News.

 

The councillor representing the Snowdon district says the project is the latest in the ongoing efforts to revitalize this working class district.

 

Nearby, a 4,000 housing unit project called The Triangle is already well underway.

 

Rotrand is hoping a skywalk could be built over nearby CP railroad tracks leading to the nearby Namur Metro station.

 

But there are no plans to build a new AMT train station in the area despite the St-Jerome line running directly through the area.

 

“The successor organization to the AMT is probably going to be looking at where they’re going to build ridership. And the suburban trains have more potential in my estimation than they’re doing right now,” Rotrand said.

 

The project still hasn’t bee formally introduced at the Cote-des-Neiges/NDG borough council.

 

The old plant would have to be leveled and the land decontaminated before any work can begin.

 

 

Sent from my iPhone using Tapatalk

Link to comment
Share on other sites

J'estime que le potentiel de re-développement de ce site réside bien davantage dans le résidentiel qu'à titre de pôle d'emplois. Si c'est le cas, c'est l'accès au métro en direction du cente-ville et de l'UdeM qui est le plus crucial: un lien piétonnier (surplombant les voies ferrées) vers la station Namur serait alors l'investissement public le plus indiqué. Même chose si on y construit aussi un hôtel.

Link to comment
Share on other sites

J'abonde dans le même sens et selon la densité choisie, une station de l'AMT pourrait à terme relier l'ensemble. Mais le plus important étant une passerelle au-dessus de la voie ferrée qui garantirait dès le départ le succès du redéveloppement, en mettant le quartier à distance de marche de la station de métro.

Link to comment
Share on other sites

La démolition est on hold depuis cet hiver. Ils ont fait le desamiantage ainsi que le ramassage des métaux de valeur (cuivre) et depuis, rien. Il y avait de l'équipement de démolition lourd qui a récemment disparu du site.

J'ai discuté avec le garde de sécurité qui m'a dit que le propriétaire du terrain n'avait pas payé la compagnie de démolition et qu'il y avait présentement litige.

À suivre.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...