Jump to content

H2 technology turning pretty nifty


Flo
 Share

Recommended Posts

Alstom is delivering Hydrogen-fuelled intercity Coradia trains to Lower Saxony.

The locomotive and motor engine were manufactured in France whilst the Hydrogen cell was made in Germany.

In terms of fuel supply, Hydrogen is generated by electrolysis and the energy used to power this reaction is tapped from wind power.

Functionally-speaking, energy is generated by converting H2 gas to electricity using reverse electrolysis - an old technology discovered back in the 19th century.
A single H2 fill-up drives the engine with an autonomy of 1,000 km plus the possibility of peaking up to 140 km/h. This is a direct alternative to diesel trains, the motor engine itself is electric, hence quiet, and overhead lines are history.
H2 is stored in a highly pressurized state and withheld inside reservoirs bearing high tensile strength, still I ponder on the event of an accident given its extremely exothermic nature.

Anyway, I often hear people arguing over job losses through delocalized assembly lines or trivial companies moving to Calgary or Toronto and always thought Montreal (besides France and Germany BTW, coz I deeply love these 2 cultures :x ) had all what it takes to unleash innovative industries that would disrupt traditional transport and energy markets (kind like the way Apple's smartphones relegated Nokia's mobile technology to oblivion). Quebec has top universities that lead research in the Physical Sciences, lots of natural resources and genuine reasons to curb climate change. One could imagine developing shuttles that use hydrogen cells to transit people from one bank of the Saint Laurent to another. La Rochelle already has one such gizmo and Marseille has been using a solar-powered equivalent to move people around the Vieux-Port.

 

Une petite révolution dans le monde des transports

Source: Radio France, 11/11/2017

Coradia iLint.jpg

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Faudra voir le stockage et la distribution. Les piles à combustible sont au points depuis un bon moment. C'est et ça la toujours été la distribution et le stockage qui pose problème. Surtout le stockage vu que la distribution en dépend. 

 

Pour stocker suffisament d'hydrogène, il faut soit une pression énorme, soit le liquéfier (et encore avec une pression énorme). Toute rupture du réservoir implique la mort des occupants du véhicule. 

Link to comment
Share on other sites

We will for sure see more of hydrogen vehicles being used in the next decade or so. HQ should look into developing hydrogen fuel stations across Quebec, when more and more vehicles will be using that fuel source. 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
  • 1 month later...

Toyota will be launching a hydrogen pilot project here in the province of Quebec with 50 Mirai's for commercial use only.

Quote

Dans la Politique énergétique 2030, le gouvernement Couillard prévoyait d’«accompagner les ménages et les entreprises qui feront le choix d’acquérir un véhicule neuf électrique ou à faible empreinte carbone, y compris les véhicules à hydrogène dont la mise en marché se profile à l’horizon ». On prévoyait aussi dans la politique de « mettre en place un projet pilote de stations multicarburants [essence, biocarburants, gaz naturel, propane, électricité, hydrogène] et l’étendre à l’échelle du Québec d’ici à 2030».

You can read all about it here: http://www.tvanouvelles.ca/2018/01/18/lauto-a-hydrogene-roulera-au-quebec-1

I am looking forward to seeing more electric and hydrogen vehicles on the road in the next decade or so. I for one wouldn't mind getting an electric or hydrogen vehicle.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

The 1st hydrogen fueling station will be in the Quebec City area at an Esso.

If the demand is high, the 2nd phase would be to have a station here in Montreal.

La première station-service d’hydrogène financée par des deniers publics ouvrira ses portes à Québec et c’est une entreprise québécoise, Harnois Groupe pétrolier (HGP), qui est derrière le projet.

Notre Bureau d’enquête a appris que cette station servira entre autres à alimenter les 50 voitures Mirai de Toyota attendues cet automne dans le cadre du projet pilote soutenu par Transition énergétique Québec (TEQ).

Le groupe Harnois a identifié la station-service Esso, située sur le boulevard Hamel tout près des viaducs des autoroutes Henri-IV et Félix-Leclerc, pour accueillir la nouvelle borne à hydrogène.

Ressources naturelles Canada vient de bonifier de façon substantielle sa subvention à ce projet la faisant passer de 850 000 $ à 1 M$.

Ce montant est d’ailleurs deux fois plus élevé que les 460 000 $ réservés aux bornes électriques par Ottawa.

Production sur place ?

L’entreprise ontarienne Hydrogenics corporation incorporated a obtenu le contrat pour l’installation de la station de ravitaillement de Québec.

« Il y a plusieurs scénarios sur la table. Il se peut qu’il y ait production d’hydrogène sur place ou du stockage avec du ravitaillement. La décision n’est pas arrêtée », nous a confié la porte-parole du groupe Harnois, Élisabeth Karam.

TEQ ne cache pas sa préférence pour la fabrication de l’hydrogène à même la station-service, ce qui pourrait signifier une facture de plus de 4 M$.

Sans vouloir préciser le montant de l’aide gouvernementale apportée à ce projet, Mme Gélinas soutient que TEQ peut subventionner jusqu’à 50 % du coût des installations. Additionné à l’aide fédérale, jusqu’à 75 % du coût du projet pourrait provenir de fonds publics.

Hydrogène propre

« On a une prémisse de base qui est une condition non négociable. Il faut que l’hydrogène soit produit à partir d’énergie propre. [Si l’hydrogène est] transporté, c’est moins propre et ça ne nous intéresse pas », déclare la présidente de TEQ.

Cette première station servira d’abord au déploiement des Toyota, mais risque d’intéresser d’autres fabricants.

« Notre engagement de départ c’est une station à Québec. Dépendamment de l’intérêt, on va passer à une deuxième phase qui sera une station à Montréal assurément, mais on ne sait pas quand », avance Mme Gélinas.

TVA Nouvelles

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Pau: La ville dévoile son Fébus, le premier bus à hydrogène de France

TRANSPORTS Ce bus à haut niveau de service électrique, alimenté par de l’hydrogène, doit être mis en service d’ici à septembre 2019…

Mickaël Bosredon

Publié le 03/03/18 à 08h08 — Mis à jour le 03/03/18 à 08h08

  • Ce sera la première fois en France qu’une ligne complète de bus sera alimentée par de l’hydrogène.
  • Cette nouvelle ligne traversera Pau du nord au sud.
  • Le matériel sera fourni par Van Hool, leader européen des bus à piles à hydrogène

 

BHNS Van Hool :

 

febus-premier-bhns.jpg

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value