Jump to content

Recommended Posts

  • 1 month later...

http://campaign.r20.constantcontact.com/render?llr=rdozoxjab&v=001yFZRqoHoI_BnuHZDEGeH7jupDn8lhnsIsfIsItFOVdLlALMuuRHGc_hZqCKiGibAP38uNtEM8Kymn9X-WsyCvQPkndCF2RppJYLQ11pLfwpd0MY2Y0Qgfw%3D%3D

 

(English version below)

 

Le projet d'Hydro-Québec de rehausser les lignes à haute tension qui enjambent le fleuve Saint-Laurent permettra aux gros navires de croisière d'atteindre Montréal

 

 

 

 

 

Montréal, 15 novembre 2013 - Le Port de Montréal se réjouit de l'annonce faite par Hydro-Québec relativement au rehaussement de deux lignes à haute tension qui enjambent le Saint-Laurent, une initiative qui permettra aux gros navires de croisière d'atteindre Montréal.

 

 

 

À la suite d'une demande de l'Administration portuaire de Montréal, Hydro-Québec retendra l'année prochaine les câbles électriques à Trois-Rivières et Boucherville, ce qui procurera un dégagement de 52 mètres sous les lignes électriques pour les navires se dirigeant vers Montréal.

 

 

 

Les lignes électriques étaient plus basses que le pont Laviolette de Trois-Rivières, l'obstacle insurmontable le plus bas sur le fleuve Saint-Laurent pour les navires se dirigeant vers Montréal. Le pont présente un dégagement de 52 mètres sous sa structure.

 

 

 

Le tirant d'air - la hauteur de la partie d'un navire qui est hors de l'eau - est d'une importance vitale pour les navires, en particulier pour les navires de croisière qui sont de construction plus haute que les navires de charge en raison de leurs nombreux ponts de passagers.

 

 

 

« Je salue Hydro-Québec pour son engagement à rehausser ces lignes. C'est une excellente nouvelle pour le secteur des croisières à Montréal, qui a continué à évoluer au cours des trois dernières années grâce au travail de nos équipes de commercialisation et des opérations, et au soutien des partenaires du Comité croisières Montréal », a déclaré Sylvie Vachon, présidente-directrice générale de l'Administration portuaire de Montréal. « Le rehaussement des lignes à haute tension qui enjambent le fleuve permettra au port d'accueillir de gros navires de croisière dès 2014, y compris ceux pouvant transporter de 3 000 à 4 000 passagers ».

 

 

________________________________________________

 

 

 

Hydro-Québec initiative to raise power lines over

 

St. Lawrence River will allow larger cruise ships

 

to reach Montreal

 

 

 

Montreal, November 15, 2013 - The Port of Montreal is pleased with an announcement by Hydro-Québec that it will raise two power lines above the St. Lawrence River, an initiative that will allow larger cruise ships to reach Montreal.

 

 

Following a request from the Montreal Port Authority, Hydro-Québec will tighten power cables next year at Trois-Rivières and Boucherville, providing a clearance of 52 metres under the wires for vessels sailing to Montreal.

 

 

 

The power lines were lower in height than the Laviolette Bridge in Trois-Rivières, the lowest insurmountable obstacle on the St. Lawrence River for vessels sailing to Montreal. The bridge has 52 metres of clearance under its structure.

 

 

 

Air draft - the height of the part of a ship that is out of the water - is vital for vessels, especially cruise ships that are built higher than cargo ships because of their multiple passenger decks.

 

 

 

"I commend Hydro-Québec for committing to take action," said Sylvie Vachon, president and CEO of the Montreal Port Authority. "This is excellent news for the cruise sector in Montreal, which has continued to evolve over the past three years thanks to the work of our marketing and operations teams and the support of Montreal Cruise Committee partners. Raising the power lines above the river will allow the port to welcome larger cruise vessels beginning in 2014, including those capable of carrying 3,000 to 4,000 passengers."

 

 

L'équipe du Port de Montréal

 

The Port of Montreal team

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2014/01/03/003-port-montreal-bilan-2013-expansion-contrecoeur.shtml

 

l'administration du port poursuit ses études sur les installations et les terrains qu'elle possède déjà dans la municipalité de Contrecoeur, qui ont un potentiel de stockage de 3,5 millions de conteneurs. Cet agrandissement pourrait créer jusqu'à 3000 emplois dans la région.

« On veut y améliorer les installations pour y faire aussi de la manutention de conteneurs. C'est donc là où on pourra prendre notre croissance », affirme la PDG de l'Administration portuaire de Montréal, Sylvie Vachon.

 

Légère baisse de volume dans le port de Montréal en 2013

 

Mise à jour le vendredi 3 janvier 2014 à 18 h 16 HNE

Le reportage de Normand Grondin

Malgré une légère baisse de marchandises traitées en 2013, le port de Montréal poursuit ses projets d'expansion, en vue de l'augmentation du commerce maritime qui devrait suivre, notamment, la ratification de l'accord de libre-échange avec l'Europe.

Actuellement, le port peut stocker 1,5 million de conteneurs et jusqu'à 2 millions en modifiant ses installations. Mais ce ne sera pas suffisant à long terme.

C'est pourquoi l'administration du port poursuit ses études sur les installations et les terrains qu'elle possède déjà dans la municipalité de Contrecoeur, qui ont un potentiel de stockage de 3,5 millions de conteneurs. Cet agrandissement pourrait créer jusqu'à 3000 emplois dans la région.

« On veut y améliorer les installations pour y faire aussi de la manutention de conteneurs. C'est donc là où on pourra prendre notre croissance », affirme la PDG de l'Administration portuaire de Montréal, Sylvie Vachon.

Cette perspective enchante la mairesse de Contrecoeur, Suzanne Dansereau.

« Contrecoeur, c'est une ville qui est déjà industrielle avec la présence d'Arcelor Mittal. Écoutez, on est collé sur [l'autoroute] 30, on a la voie ferrée, l'autoroute. Au niveau de la logistique, c'est une place extraordinaire », explique la mairesse.

Elle mise sur l'expansion du port pour développer un pôle de transport à partir de sa municipalité.

« C'est tous les transports reliés. C'est la marchandise qui arriverait par bateau, après ça elle repart, bon, ça peut être des Costco, des Walmart de ce monde. Elle repart à travers le Québec, soit par voie ferrée, soit par camionnage. Comme je vous dis, on est collé sur la 30. C'est beaucoup d'emplois », s'enthousiasme Suzanne Dansereau.

L'administration du port complète des études environnementales et économiques et pourrait commencer ses opérations à Contrecoeur à partir de 2020.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Grâce à un taux de chômage en deçà du reste de la Montérégie (environ 6,1%) et des investissements privés et publics qui se chiffrent en milliards, la Montérégie-Est se porte plutôt bien. Ce territoire, qui va de Sorel jusqu'à la frontière du Vermont, table actuellement sur le transport pour accroître son développement. Deux projets phares en ce sens sont dans le collimateur: la mise en place d'un port de manutention et d'un pôle logistique à Contrecoeur, de même que le parachèvement de l'autoroute 35. Seul bémol, leur réalisation n'est peut-être pas pour demain.

 

Boom à Contrecoeur

 

Cela fait plus de 25 ans que l'Administration portuaire de Montréal (APM) possède une bande riveraine en friche longue d'environ quatre kilomètres au port de Contrecoeur. Une petite parcelle sert déjà à la manutention de produits en vrac. Bientôt à l'étroit à Montréal, APM souhaite établir un terminal de manutention de conteneurs à Contrecoeur. Un projet de 600 millions.

 

Selon Sylvie Roy, PDG de l'APM, le processus est enclenché. «Je dirais que sur un horizon de 10 ans, nous sommes à l'année 4, dit-elle. En fait, tout va dépendre de l'économie. Si l'accord de libre-échange avec l'Europe voit le jour rapidement, il se pourrait que cela accélère les choses.»

 

Un site de manutention, avec accès autoroutier et ferroviaire, pouvant gérer un million de conteneurs annuellement est prévu dans la première phase du projet. À terme, le port de Contrecoeur pourra manutentionner plus de 3 millions de conteneurs annuellement, ce qui sera supérieur au Port de Montréal où, d'ici 2020, on aura atteint le plein rendement avec 2 millions de conteneurs.

 

Ce nouvel endroit permettra de mettre en place un important pôle de logistique de transport intermodal, dont les investissements et les retombées se chiffreront en centaines de millions, voire en milliards de dollars. Même si tout le monde est pour le projet, la balle est toutefois dans le camp du gouvernement, indique Sylvain Berthiaume, directeur général du CLD Marguerite-d'Youville.

 

Il est permis de croire que le Groupe Jean Coutu croit au potentiel d'un pôle logistique, puisque l'entreprise a annoncé qu'elle quitte Longueuil pour consolider ses activités d'affaires sur un terrain de trois millions de pieds carrés le long de l'autoroute 30, à Varennes Un investissement de 190 millions. Varennes n'est qu'à une vingtaine de kilomètres de Contrecoeur.

 

http://affaires.lapresse.ca/portfolio/developpement-economique-regional-2014/portrait-2014-monteregie-est/201404/24/01-4760409-deux-projets-phares-dans-le-transport.php

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

[TABLE=width: 600]

<tbody>[TR]

[TD=width: 100%][TABLE=width: 100%]

<tbody>[TR]

[TD=align: center]77.jpg [/TD]

[/TR]

</tbody>[/TABLE]

[TABLE=width: 100%]

<tbody>[TR]

[TD=align: center]

Communiqué de presse

Pour diffision immédiate

[/TD]

[/TR]

</tbody>[/TABLE]

[/TD]

[/TR]

[TR]

[TD][/TD]

[/TR]

[TR]

[TD=width: 100%][/TD]

[/TR]

[TR]

[TD=width: 100%][TABLE=width: 100%]

<tbody>[TR]

[TD=align: left]

Réunion annuelle de l'Administration portuaire de Montréal :le Port a connu une bonne année 2013

 

Montréal, le 13 mai 2014 - En 2013, le Port de Montréal a connu une autre très bonne année, malgré une conjoncture économique encore difficile. En effet, il a réussi à maintenir des résultats comparables à ceux des deux dernières années. Rappelons que l'année 2011 avait été une année record. En 2013, le Port de Montréal a manutentionné un grand total de 28,2 millions de tonnes (Mt) de marchandises, soit une baisse minime de 0,9 % par rapport à l'année 2012.

 

La présidente-directrice générale de l'Administration portuaire de Montréal (APM), Mme Sylvie Vachon, a rendu compte des activités de l'APM pour 2013 lors de la réunion annuelle tenue le 13 mai 2014. À cette occasion, Mme Vachon a également présenté le bilan financier de l'organisation.

Ainsi, les revenus d'exploitation de l'APM ont atteint 87,4 millions de dollars, en hausse de 2 % par rapport à l'année précédente. Quant à l'augmentation des dépenses, elle a été contenue à 1 %, soit 81,7 millions de dollars. Le bénéfice d'exploitation a grimpé de 19 %, à 5,7 millions de dollars. Après les produits financiers et autres éléments extraordinaires, le bénéfice net se chiffre à 4,2 millions de dollars.

 

Le Port de Montréal manutentionne des conteneurs, du vrac liquide et du vrac solide, en plus d'accueillir des croisiéristes. En 2013, le trafic des conteneurs est resté à peu près stable, soit 11,9 Mt, par rapport à 12 Mt l'année précédente, ce qui signifie une légère diminution de 1,1 %. Considérant la faiblesse de l'économie européenne, la baisse a été maitrisée grâce à la diversification croissante des marchés desservis par le Port de Montréal.

 

Le trafic de vrac liquide a aussi été marqué par une baisse de 1,8 % pour s'établir à 9,5 Mt. 2013 demeure l'une des meilleures années pour ce secteur d'activité. Le trafic de vrac solide a, quant à lui, augmenté de 0,2 %, à 6,6 Mt. Parmi les hausses notables, mentionnons celle du minerai de fer (31,9 %). « En 2014, ce secteur continuera sa croissance, surtout avec l'arrivée d'un nouveau partenaire, CanEst, qui, à partir de la fin de l'été, opérera une installation de conteneurisation du grain », a dit Sylvie Vachon.

Au chapitre des croisières, la gare maritime Iberville a accueilli un nombre record de 69 966 passagers et membres d'équipage en 2013.

 

Faits marquants

Investissement record - En 2013, les installations de l'APM ont profité d'un investissement record de 55 millions de dollars. Ces argents ont servi notamment à accroitre de 13 % la capacité de manutention des conteneurs, à réaménager une zone du secteur des produits pétroliers pour pouvoir accueillir de plus gros navires et à rajeunir la gare maritime Iberville.

 

L'année 2013 est également « l'année post-Panamax », où le Port de Montréal a obtenu l'autorisation d'accueillir des navires pouvant mesurer jusqu'à 44 mètres de large et transporter jusqu'à 6 000 conteneurs.

 

Développement durable - En 2013, l'APM a poursuivi ses efforts pour réduire son empreinte environnementale. Entre autres, il a récupéré et réutilisé des sols pauvres, aux travaux du secteur Viau, selon une méthode avant-gardiste et il a complété sa flotte de véhicules hybrides, au service de la sûreté et des incendies.

 

Au chapitre de la responsabilité sociale, l'APM a renforcé ses relations avec les communautés voisines du port, notamment en mettant en place des canaux de communication permanents avec elles.[/TD]

[/TR]

</tbody>[/TABLE]

[TABLE=width: 100%]

<tbody>[TR]

[TD=align: center]______________________________<wbr>______________________________<wbr>______[/TD]

[/TR]

</tbody>[/TABLE]

[TABLE=width: 100%]

<tbody>[TR]

[TD=align: left]

Annual meeting of the Montreal Port Authority:

the Port had a good year in 2013

 

Montreal, May 13, 2014 - In 2013, the Port of Montreal had another very good year despite still difficult economic conditions. In fact, it managed to maintain comparable results to those of the last two years, and to put this in context, 2011 was a record year. In 2013, the Port of Montreal handled a grand total of 28.2 million tonnes (Mt) of cargo, a slight decrease of 0.9% compared to 2012.

 

The President and CEO of the Montreal Port Authority (MPA), Ms. Sylvie Vachon, reported on the MPA's activities in 2013 at the annual meeting held on May 13, 2014. Ms. Vachon also took the occasion to present the organization's financial results.

 

The MPA's operating income reached $87.4 million, up 2% compared to the previous year. The increase in expenditures was contained at 1%, or $81.7 million. Operating earnings rose 19% to $5.7 million. After investment income and other extraordinary items, net income totalled $4.2 million.

 

The Port of Montreal handles containers, liquid bulk and dry bulk, and welcomes cruise passengers. In 2013, container traffic remained stable at 11.9 Mt compared to 12 Mt the previous year, a slight decrease of 1.1%. Factoring in the weakness of the European economy, this decrease was offset by the growing diversification of the markets served by the Port of Montreal.

 

Similarly, liquid bulk traffic edged down 1.8% to 9.5 Mt. The year 2013 remains one of the best years for this business sector. For its part, dry bulk traffic increased 0.2% to 6.6 Mt. One of the noteworthy increases is iron ore (up 31.9%). "In 2014, this sector will continue to grow, especially once a new partner, CanEst, starts operating a grain containerization facility at the end of the summer," said Sylvie Vachon.

 

On the cruise front, Iberville Passenger Terminal welcomed 69,966 passengers and crew members in 2013, setting a new record.

 

Highlights

Record investment - In 2013, MPA facilities benefited from a record investment of $55 million. These monies were used to increase their container handling capacity by 13%, to redevelop an area of the petroleum products sector to be able to accommodate larger vessels, and to give Iberville Passenger Terminal a makeover.

 

The year 2013 was also the post-Panamax year, when the Port of Montreal received authorization to welcome vessels up to 44 metres wide and carrying up to 6,000 containers.

 

Sustainable development - In 2013, the MPA continued its efforts to reduce its environmental footprint. Among other things, it used a highly innovative method to extract, solidify and reuse poor soils in the Viau sector and completed its fleet of hybrid vehicles for the security and fire prevention departments.

 

With respect to social responsibility, the MPA strengthened its relations with its neighbouring communities, notably by setting up permanent communication channels with them.

[/TD]

[/TR]

</tbody>[/TABLE]

[/TD]

[/TR]

</tbody>[/TABLE]

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Port de Montréal : des croisières en vogue, mais un terminal défraîchi

de Jean-Sébastien Cloutier

 

Il était 6 h 50 mercredi matin quand le Aida Bella s'est pointé sous le pont Jacques-Cartier. À son bord, 2500 Allemands qui terminaient à Montréal une croisière dans l'Atlantique Nord et le Saint-Laurent. Puis, jeudi matin, c'était au tour du Seven Seas Navigator, plus petit, mais plus chic, d'accoster devant Montréal.

 

En fin de semaine, deux autres gros paquebots sont attendus. En tout, ce sont 9300 passagers qui visiteront Montréal en cinq jours. La ville profite de la croissance de l'industrie des croisières sur le Saint-Laurent. En quatre ans, le nombre de croisiéristes aura doublé dans la métropole.

 

Pour Montréal, il y a un grand avantage. La ville est une destination d'embarquement et de débarquement. Les 2500 passagers de l'Aida Bella par exemple, repartiront en avion pendant que le bateau quittera vers New York vendredi avec 2500 autres passagers.

 

Tant qu'à être à Montréal, ces visiteurs choisissent de rester en moyenne deux nuits à l'hôtel. Chaque année, le comité croisières Montréal évalue que les croisiéristes rapportent ainsi de 15 à 20 millions de dollars dans l'économie de la Ville.

 

Évolution du volume de passagers internationaux à Montréal

2014 (e) : estimation, 2015 (p) : projection

 

passagers.JPG

 

Navires.JPG

 

Montréal a toutefois aussi un désavantage : les géants des mers comme le Queen Mary 2 ne pourront jamais monter le Saint-Laurent jusque là. Le pont de Québec est trop bas.

 

« On vise donc des bateaux moyens et petits, des bateaux haut de gamme, des gens qui vont rester à Montréal, qui vont dépenser beaucoup. Donc le potentiel est majeur. On pourrait se rendre à 100 000 croisiéristes par année. »

Pierre Bellerose, vice-président à la recherche et à l'accueil pour Tourisme Montréal

 

quai.jpg

 

Première impression difficile

 

À Montréal, contrairement à bien d'autres endroits, les croisiéristes accostent au pied de la ville. La vue est très belle, mais de loin seulement. Le terminal actuel date des années 60 et la jetée Alexandra où il se trouve a été bâtie en 1901.

 

À leur sortie, les passagers du Aida Bella ont droit à un paysage assez déprimant : infrastructures abandonnées, hangars rouillés et défraîchis, immenses stationnements quasi déserts. La fameuse première impression est un échec.

 

« C'est un peu pourri, mais bon ça passe, on est habitués d'accoster dans des zones industrielles. »

croisiériste qui vit ses premières secondes à Montréal

« Les autres ports sont plus beaux. Ici, on ne se sent pas les bienvenus », ajoute une autre passagère.

 

Des commentaires difficiles à entendre pour la porte-parole du Port de Montréal, Sophie Roux

 

aida.jpg

 

« C'est clair que ça vient nous chercher et c'est clair que nous aussi on rêve à livrer une nouvelle gare maritime pour les croisiéristes. Je pense que Montréal se doit d'avoir une porte d'entrée à la hauteur de ce qu'elle a à offrir, puis à la hauteur de sa renommée. »

Sophie Roux, directrice des communications au Port de Montréal

Le message n'est pas nouveau. Chaque année, depuis huit ans, le Port doit investir des centaines de milliers de dollars dans la jetée Alexandra pour sécuriser ses hangars et le quai.

 

vetuste.jpg

 

Cette intervention majeure pourrait coûter jusqu'à 67 millions de dollars, mais ne changerait pas grand chose à l'apparence des lieux. Pourquoi alors ne pas en profiter pour offrir un plus bel accueil aux croisiéristes? Par manque d'argent, répond Sophie Roux. Au total, revitaliser toute la jetée et construire une nouvelle gare maritime pourrait avoisiner les 100 millions de dollars.

 

« S'il advenait qu'on ait à trancher et qu'on dise : "bon bien, on n'arrive pas à obtenir de soutien financier", ce qu'on pourra livrer ne sera pas la pleine mesure de ce qu'on aurait pu s'offrir avec des partenaires financiers. »

Sophie Roux, directrice des communications au Port de Montréal

Ottawa, mais aussi Québec et la Ville de Montréal ont notamment été approchés.

 

« Je pense que c'est le temps que ça bouge. Je pense que les gens du port on fait ce qu'ils pouvaient avec les installations qu'ils avaient [...], mais là, il faut vraiment passer à une autre étape », affirme Pierre Bellerose, de Tourisme Montréal.

 

Réaliser cette autre étape, c'est maintenant le plus grand défi du comité Croisières Montréal dont il fait partie.

 

Étude SNC-Lavalin, 2013

 

« Le vieillissement des ouvrages de la jetée montre un état de dégradation important nécessitant le maintien des mesures de mitigation mises de l'avant depuis quelques années. Seules une intervention majeure et une remise aux normes actuelles peuvent restaurer à long terme la pérennité des ouvrages de la jetée. »

 

Source et reportage vidéo sur: http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2014/10/02/007-industrie-croisieres-passagers-internationaux-croissance.shtml

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Montréal veut une nouvelle gare maritime dans le Vieux-Port

 

PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

LA PRESSE

 

Montréal veut aussi profiter de la croissance fulgurante du marché des*croisières. L’administration Coderre, qui rêve de récupérer la gestion du Vieux-Port, allongera 15 millions dans un projet qui vise à aménager une nouvelle gare maritime afin de mieux accueillir les*géants des mers.

 

«*Montréal est une ville portuaire, et pas seulement pour les conteneurs ou le*transport de marchandises. On peut faire beaucoup plus*», a récemment confié à La Presse le maire Denis Coderre. Son*administration a ainsi décidé d’inscrire dans son plan d’investissements le projet de*réaménagement de la jetée Alexandra, où*accostent les bateaux de croisières qui*font escale dans la métropole.

Le Port de Montréal, qui relève du*gouvernement fédéral, a dans ses cartons un projet de 78 millions pour réaménager tout ce secteur, projet dont les détails seront dévoilés jeudi après-midi lors d’un colloque de l’Association québécoise des transports. Aménagée en 1901, la jetée Alexandra montre d’importants signes de vieillissement. Centenaire lui aussi, l’entrepôt où transitent les croisiéristes n’a*pas fait l’objet de travaux importants depuis qu’on y a aménagé une gare maritime, en 1967. En plus d’un nouveau terminal de*croisière, le projet prévoit la construction d’une tour d’observation.

Les 15 millions versés par Montréal serviront notamment à la réhabilitation des voies de circulation et à l’aménagement d’une place publique aux abords du terminal. «*Il y a de 5*à 6 millions de touristes qui vont au Vieux-Port chaque année. Le fait d’avoir des croisières supplémentaires va créer de la richesse à Montréal, va ajouter à notre essor économique*», a confié Denis Coderre.

Le maire affirme avoir discuté du projet avec*le ministre fédéral de l’Infrastructure, Denis Lebel*–*une contribution de 20 millions d’Ottawa étant attendue pour ce projet. De plus, Denis Coderre confirme qu’il veut toujours rapatrier la gestion du Vieux-Port, l’un de ses engagements électoraux. Il compte entreprendre les négociations sous*peu.

Le Port de Montréal s’est réjoui de l’appui de*la Ville de Montréal, premier ordre de*gouvernement à se commettre en faveur de son projet. «*On est très contents que la Ville nous appuie. Ça nous permet d’avoir un espoir légitime d’attacher le reste du financement [avec Ottawa et Québec]. On pense que Montréal doit avoir une gare maritime à la hauteur de sa renommée internationale*», a indiqué une porte-parole de l’administration portuaire, Sophie Roux.

L’industrie des croisières connaît une croissance fulgurante depuis quelques décennies. L’Association internationale des lignes de croisières (AILC) rapporte que le nombre de passagers est passé de 3,8 millions en 1990 à 21,6 millions dans le monde l’an dernier, soit une croissance annuelle de 7*%.

Link to comment
Share on other sites

Tant mieux. Le Vieux-Port et la jetée Alexandra sont la porte d'entrée maritime de Montréal pour les touristes. Il faut leur laisser une meilleure première impression et les inciter à s'aventurer plus loin dans Montréal.

 

Et j'espère que la ville de Montréal sera capable de récupérer la gestion du Vieux-Port du gouvernement fédéral.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value