arch

Member
  • Content Count

    153
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

86 Neutral

About arch

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Biography
    Architecte
  • Location
    Montreal
  • Interests
    Architecture
  • Occupation
    Architecte

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. En tant qu'architecte, je trouve ton intervention plutôt simpliste à l'égard de la conception en architecture. C'est notre métier de composer avec les différents codes et réglementations qui régissent la construction de bâtiment. Le CCQ et les divers règlement de protection incendie existent parce qu'il y a des risques réels à la sécurité des occupants du bâtiment. Que les règles du Québec et du Canada soient plus strictes qu'ailleurs (ce qui n'est pas toujours le cas) ne change absolument rien à notre devoir de concepteur: concevoir le meilleur projet, avec les ressources qui nous sont accordées. Aussi, les règlements d'urbanisme existent pour des raisons évidentes d'encadrement du développement du territoire; mais sur ce point, je dois t'accorder que la Ville de Montréal devrait revoir complètement son règlement qui ne prône pas un développement intelligent du territoire, ni ne sous-tend une qualité architecturale représentative de notre talent. Les codes et règlements ne sont pas des freins à la créativité. Si un architecte n'est pas capable de concevoir à l'intérieur de ces cadres (relativement faciles d'exécution), peut-être devrait-il revoir la façon dont il travaille et se questionner sur sa capacité à concevoir ou à construire un ouvrage... et si même après tous ces questionnements, l'impasse demeure, reste toujours les demandes de mesures différentes qui permettent de contourner la plupart des règlements en échange d'une solution acceptable. Cela dit, ce n'est pas à la ville de juger de la qualité architecturale d'un projet, mais bien à l'architecte qui le propose, et à travers une meilleure éducation du côté des promoteurs. Je ne suis pas d'accord avec l'idée que la bonne architecture devrait être réservée à de richissimes promoteurs, puisque nous avons de très bon projets publics, qui sans avoir l'esthétique la plus actuelle, présentent des concepts aboutis et une fonctionnalité digne des meilleurs projets du monde. Je parle ici de projets d'hôpitaux récents, de musées, de bibliothèques d'équipements urbains publics, et aussi de projets privés qui tranquillement changent le visage de la ville. Aussi, la Ville n'est pas là pour flatter l'ego des architectes qui dessinent les projets, elle est là pour défendre l'intérêt de ses citoyens, et c'est précisément ce qu'elle s'efforce de faire régulièrement. Maintenant, est-ce que les architectes sont les artisans de leur propre malheur? Probablement, considérant la propension de plusieurs d'entre-nous à brosser du revers de la main toute production commerciale, ou encore issue des "gros bureaux". Mais aussi artisans de leur propre malheur en acceptant encore et toujours des honoraires trop bas, qui empêchent un travail de profondeur sur la conception en architecture. Malheureusement, il n'est pas donné le luxe à tout le monde de travailler gratuitement pour faire le meilleur projet...
  2. Quand on engage plus de 100 personnes (voire 200!) pour travailler sur un projet, c'est que c'est sérieux et qu'on va de l'avant avec ce projet. Les dernières études pour la ligne bleue remontent à 2014, et n'employaient pas plus de 30 architectes et ingénieurs. Elles ont permis de dégager les paramètres de base sur lesquels les plans et devis pour le prolongement seront basés, notamment l'emplacement exact des stations et des structures auxiliaires. C'est grâce à ces études que nous savons aujourd'hui qui exproprier pour réaliser le prolongement. Par contre, les études n'ont pas figé la volumétrie ni l'allure des stations, ni même la composition fine de tous leurs éléments. La conception des 5 stations et de tous les ouvrages secondaires nécessitera du temps et énormément de ressources. Je crois personnellement que cette fois-ci, c'est la bonne, mais il faudra être patient!
  3. Ce serait effectivement un système de transport très attirant! Toutefois, la lecture des différentes lignes est plutôt difficile pour le non-initié, pourquoi tant d'embranchements sur les lignes bleues et jaunes? Ne pourrait-il pas y avoir des lignes concourantes dans les mêmes stations? Ce schéma me fait penser au Docklands Light Railway (DLR) de Londres, où il est plutôt ardu de comprendre par où les trains cheminent pour arriver à une station, puisque tous les circuits sont identifiés par la même couleur et le même trait. Cette observation est vraie aussi tant pour le REM que pour d'autres systèmes à embranchements dans le monde (London Overground, JR East à Tokyo etc.).
  4. L'image que vous voyez est probablement sortie tout droit du programme fonctionnel et technique du projet. Ces documents sont en quelques sortes le cahier de charges du projet, qui indique tous les locaux, liens fonctionnels et particularités à inclure dans la future construction. Cette volumétrie sert de scénario de référence pour l'estimation des coûts de base du projet, et pour guider certaines orientations d'implantation du projet sur le terrain de l'hôpital. Elle ne constitue en rien la volumétrie de ce qui sera construit... Ces images sont très fréquentes dans les dossiers de projet en santé et en éducation, il ne faut jamais les prendre à la lettre!
  5. Projet en consortium Provencher_Roy Architectes + Jodoin Lamarre Pratte Architectes + Birtz Bastien Beaudoin Laforest Architectes L'ICM sera méconnaissable une fois le projet terminé! Par contre, seuls les deux premiers étages du bâtiment le long de Viau seront construit pour l'instant, la dernière image évoque surtout ce que pourrait avoir l'air un agrandissement vertical futur. Les autres perspectives sont fidèles à ce qui sera construit.
  6. Il y avait en 2015 un projet touchant le poste de ventilation mécanique du tunnel du Mont-Royal, et je suis certain que le tube gris n'a jamais été prévu pour accueillir les ascenseurs d'une future station... c'est le puits de ventilation naturelle d'origine qui a été dévié lors de la construction de la ligne bleue. L'endroit qui a été prévu pour accueillir une future connection se trouve au niveau des quais, proche de l’extrémité direction Saint-Michel. La voûte est légèrement plus haute à cet endroit et il y a deux piliers décoratifs qui marquent le passage. Les passages en question n'ont jamais été construits, et les construire auniurd'hui nécessiterait de trop gros travaux sous et dans la station pour être réalisés sans perturber l’accessibilité de la station, d'où la solution retenue pour le REM.
  7. Dans l'idée que je me faisais de la proposition, les professeurs des programmes décentralisés seraient les mêmes que les programmes des campus principaux, de sorte qu'il n'y ait pas de doublons (cela dit, à budget illimité, on peut littéralement construire un nouveau programme!!). Peut-être un défi qui serait à surmonter dans une telle proposition est le recrutement de candidats de qualité. Plusieurs professeurs et chargés de cours dans les écoles d'architecture de la province (et du pays) sont des professionnels engagés dans leurs pratiques privés (pour la plupart) qui ne peuvent prendre congé de leurs autres occupations pour aller en "région"...
  8. @macha, je ne pense pas que la profession soit sur aux soins palliatifs, bien que des vents de front lui font face, et que nous avons de la difficulté à faire évoluer les pratiques surtout en raison des honoraires faibles que nous recevons pour nos services. Le plus récent épisode de ces difficultés a été la décision de l'ancien gouvernement libéral d'octroyer les contrats en architecture et en génie sur le prix uniquement, plutôt que sur la qualité du CV et du portfolio des firmes qui appliquent pour la réalisation d'un projet. Cette proposition a fait levé des boucliers de la part de toutes les associations représentant les architectes (OAQ, AAPPQ) et les ingénieurs en bâtiment, puisqu'elle nie l'apport d'un travail de qualité dans la réalisation de meilleurs bâtiments et milieux de vie. Nous parlons beaucoup de politique nationale de l'architecture, de concours, de Lab-École, il faut que les processus d'approvisionnement suivent ces idées, et ça passe en premier par la qualité. Cela dit, je ne suis pas contre l'idée de programmes satellites en région comme Trois-Rivières, Sherbrooke, ou le Grand-Nord (dans une idée de pont entre les cultures des Premières Nations et le sud du Québec). Ces programmes pourraient être conjoints entre l'UdeM, McGill et Laval, de sorte qu'il y aurait un véritable partage des cultures des écoles d'architecture, et une mise en commun des ressources financières. Une école d'architecture coûte cher en immobilisations et matériel: ateliers, tables de travail, ordinateurs de pointe, imprimantes laser et 3D pour les maquettes, coop, auditoriums pour les cours théoriques et j'en passe!
  9. Le bâtiment gare me fait penser aux immenses complexes commerciaux qui sont joints à plusieurs gares japonaises. Dans plusieurs de ces villes, les gares sont des milieux de vie intégrés qui ont une offre commerciale importante. Elles obligent les passagers à passer à travers tout le complexe avant de se rendre à une "Gate" qui permet d'entrer dans la gare comme-telle. C'est un peu la même chose que l'on voit ici avec la station du Quartier, adapté dans son contexte nord-américain.
  10. Il est vrai que le cheminement pour devenir architecte est long: j'ai commencé mes études en 2010, gradué de la maîtrise en 2015, et admis à l'OAQ en 2017. Cela dit, le système à 2 vitesse existe déjà: une maîtrise de 3 ans est obligatoire aux étudiants en design de l'environnement, alors qu'elle est de deux ans pour les gradués au baccalauréat en architecture. Suite à la maîtrise, les stagiaires sont appelés à passer l'ExAC et à s'inscrire au tableau de l'ordre. La nature multidisciplinaire de notre profession nous appelle à interagir avec toutes sortes de domaines connexes à l'architecture, ce qui permet de faire de meilleurs projets. Ouvrir la maîtrise en architecture à d'autres gradués que les gradués en architecture ou design de l'environnement demanderait de bonifier son programme. Il faudrait le rendre plus long, ajouter des cours de construction, de design, des ateliers et des cours informatiques: un étudiant au baccalauréat en architecture part littéralement de rien, alors qu'à la maîtrise, il est déjà en possession de ses outils. Aussi, la formation en architecture repose beaucoup sur des notions historiques d'architecture et de culture générale qui sont couverts au baccalauréat. Or, le cheminement vers la profession prend déjà 7 ans minimum (lorsqu'on fait tout à la suite); le porter à 8 ou 9 ans rend l'entreprise difficilement justifiable compte tenu des conditions de travail qui ne sont pas mauvaises, mais pas représentatives d'un si long parcours d'études professionnelles. Aussi, ouvrir la porte à d'autres baccalauréats pour la maîtrise serait une belle baffe à la figure aux étudiants au baccalauréat en architecture: ce programme est contingenté: il faut entre 30 et 32 de cote R (selon les années) pour y être admis à l'UdeM. En gros, faire le baccalauréat sans la maîtrise ne mène à rien: le bac permet uniquement de s'inscrire comme stagiaire. Il y a aussi la question de la sursaturation du marché du travail, qui est très dépendant des cycles économiques: on ne veut surtout pas répéter l'hécatombe des années 1990, où plusieurs personnes qui ont entrepris le parcours universitaire n'ont jamais trouvé de travail en architecture. Notre profession est fragile et peu valorisée dans le milieu de la construction: il ne faut pas l'amoindrir et la diluer. Le rôle de l'architecte est important, et une formation universitaire complète et riche est selon moi un atout important pour l'avenir de la profession.
  11. Au moins, il y aura quelque chose pour agrémenter le paysage de Griffintown... autre que de la brique beige!
  12. D'après moi, le montant de 3.9G$ inclus tous les coûts afférents au projet: achat du matériel roulant additionnel, reconfiguration de la station Saint-Michel, modifications au PCC, etc etc... Un dossier de La Presse faisait état il y a quelques années des conséquences du projet de la ligne bleue sur l'ensemble du réseau. Peut-être a-t-on décidé de suivre certaines de ces recommandations?
  13. Heureusement pour nous, Trainsparence a choisi le mauvais cheval dans l'écurie... Propos électoralistes, tendancieux, peu réfléchis, et surtout d'une autre époque. L'incurie des projets de transport en commun à Montréal portent presque tous la marque du PQ: la ligne bleue, la ligne orange, les améliorations aux trains de banlieue et j'en passe! Le Grand Déblocage, c'est avant tout une façon de faire plaisir aux syndicats, qui ne nous trompons pas, est un lobby péquiste aussi puissant que le patronat l'est au parti Libéral... D'abord, le choix de technologie pour les grands axes est douteux: personne ne prendra un tramway pour se rendre à l'aéroport d'une ville qui se veut internationale. C'est une lubie, et un manque de vision criant. Deuxièmement, oui pour les voies réservées de bus, mais ça peut se résumer à des bandes peintes sur la chaussée... peu d'aménagements couteux sont requis pour aménager des SRB (celui sur Pie-IX fait cas d'exception et est une erreur de planification majeure à mon avis). La plupart de ces axes de transport devraient faire l'objet d'une planification à l'échelle régionale, et entrent pour la plupart en complémentarité avec le REM... Selon la pénalité, autant bien terminer le REM et utiliser le reste des sommes pour partir les autres projets coûteux... (hem hem ligne bleue et future ligne rose!)...
  14. Moi ça serait ça: Hong Kong Shanghai ou Seoul Stockholm ou Copenhague (Et je retournerais bien à Tokyo, et pour ceux qui en rêvent, Osaka a beaucoup à offrir aussi!!!)
  15. À Chicago, il y a plusieurs stations qui portent le même nom puisque l'entièreté de la première couronne est construite autour de grands boulevards: Division, California, Western etc. etc. Ce n'est pas très mélangeant, les gens donnent simplement l'indication de la ligne à prendre et la station, par exemple: take the CTA Blue Line to California... ce n'est pas plus compliqué que de dire prend la ligne bleue et sort à Pie-IX...