Jump to content

Recommended Posts

http://journalmetro.com/actualites/montreal/983950/hippodrome-les-citoyens-veulent-y-construire-un-village/

 

 

22/06/2016 Mise à jour : 22 juin 2016 | 18:21

Hippodrome: les citoyens veulent y construire un village

Par Laurence Houde-Roy Métro

 

Les citoyens ont parlé: ils souhaitent que l’ancien site de l’hippodrome de Montréal devienne un véritable petit village au coeur de Montréal.

 

La Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges (CDC), qui regroupe plusieurs citoyens et organismes communautaires de Côte-des-Neiges, a dévoilé mercredi ce qu’ils aimeraient avoir comme aménagement de l’ancien site de l’hippodrome de Montréal, à l’angle de l’autoroute 15 et 40, non loin du site du futur centre commercial Royalmount.

 

Les citoyens veulent littéralement un petit village, le plus vert possible, sans tour à condos, mais plutôt des logements de 3 à 6 étages avec une diversité d’habitants et d’habitations. Cette idée émane d’un forum citoyen tenu en 2014, en collaboration avec la firme d’architecture et design urbain Rayside Labossière. Il faut surtout que tout le projet soit bien pensé en amont, disent-ils, et que chaque aspect de la construction respecte tous les citoyens, peu importe leur âge, sexe, origine ou condition physique. «Il ne faut pas morceler le projet, commencer à construire sans avoir pensé au plan général avant», fait valoir Jennifer Auchinleck, organisatrice communautaire à la CDC.

 

Bien sûr, ils gardent le même message qu’ils ont depuis plus de 10 ans: le site doit accueillir au moins 2500 logements sociaux pour répondre aux besoins des gens du quartier. Ils font valoir que 5060 ménages de Côte-des-Neiges dépensent plus de 80% de leur revenu pour se loger. Alors que la Ville promet que 15% des logements qui seront construits sur l’ancien site de l’hippodrome seront des logements sociaux, la CDC maintient que ce n’est pas assez pour répondre aux besoins de la population.

 

Mais au-delà de cette demande, les citoyens souhaitent que ce terrain réponde à l’ensemble des besoins des citoyens, et que tout soit accessible facilement et rapidement. Selon la première ébauche élaborée par Rayside Labossière (voir photo), une artère principale traverserait le quartier en partant de la station de métro Namur sur laquelle on retrouverait tous les services comme les écoles, les épiceries, les restaurants (abordables et sains, demandent-ils), la bibliothèque, etc…«Une artère qui donne une âme au quartier», résume Ron Rayside, de Rayside Labossière. Deux «pôles communautaires» (points mauves sur la photo), où les habitants pourront se rassembler et fraterniser, pourraient être aménagés à deux endroits sur cette artère. Les différents parcs seraient reliés entre eux par des corridors verts.

 

Tant qu’à rêver, pourquoi ne pas également y imposer des exigences de développement durable, comme utiliser la géothermie dans les logements, encourager les initiatives d’économie sociale, réguler les prix des baux commerciaux, limiter la place de l’auto, aménager de rues de moins de deux voies et adopter une politique d’embauche locale, se disent-ils. «C’est un terrain public, et il est vide, on peut en profiter pour faire les choses autrement, on peut faire tout ce qu’on veut», ajoute Mme Auchinleck.

 

Pour répondre aux besoins d’un maximum d’habitants de Côte-des-Neiges, la CDC souhaite accueillir le plus de personnes possible dans ce petit village. Ainsi, les maisons avec une cour seraient à proscrire, croient-ils, pour maximiser l’espace. La CDC souhaite au moins 7500 unités de logement, dont 2500 logements sociaux. Ceci correspond à la densité de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. M. Rayside croit que le site peut facilement accueillir 4000 ou 5000 logements. Puisque la voie ferrée se trouve non loin du site, la question de la densité pourrait poser problème, reconnaissent-ils, considérant les nouvelles normes de sécurité imposées à la suite des événements de Lac-Mégantic.

 

Le site, qui appartient au gouvernement du Québec, doit être cédé à la Ville de Montréal avant que les constructions débutent. La condition, avant la signature, est que le bâtiment de l’ancien hippodrome soit démoli. Le gouvernement vient d’obtenir le certificat de démolition.

Link to comment
Share on other sites

Hippodrome: les citoyens veulent y construire un village

 

Quel titre absurde!

 

Ce qui est décrit ici ce n'est pas un village, c'est un quartier du 21e siècle!

 

Et ça serait très bien de voir ça à Montréal. Ce serait le 2e au Québec après le projet Angus...

 

Tranquillement, le concept de la densité confortable arrive au pays (20 ans en retard), et on comprend enfin qu'il existe quelque chose entre les tours de 30 étages et les bungalows de banlieue. C'est ce qu'on appel «une ville où il fait bon vivre».

Link to comment
Share on other sites

En effet, les villages du Québec ont rarement pleins de maisons de 3 à 6 étages. Titre qui se veut accrocheur, bien sûr. En fait dans tous les villages du Qc, et même plusieurs villes, on appellerait ça un "méga-développement" et une "forêt de tours en hauteur". :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

Je pense qu'on faisait référence à une atmosphère plus conviviale qu'autre chose en parlant de village. Disons que les gens signifient par cette expression qu'ils ne veulent pas un autre Griffintown. Je partage cette vision modérée de développement, avec un axe commercial qui servirait de lien, et des places publiques stratégiquement bien situées pour favoriser les échanges et la création d'événements ponctuels. Donc quelque chose entre un village et un quartier, le tout à distance de marche pour la majorité, où il fera bon vivre et auquel les citoyens pourraient s'identifier.

 

Je trouve d'ailleurs intéressant que ce soit la population qui propose et qui rêve sa ville. Ça apporte un peu d'oxygène dans la planification du développement, en mettant les résidents du secteur dans le coup et cela avant les promoteurs. J'ose donc espérer que la Ville et l'Arrondissement auront une oreille attentive à cette proposition citoyenne qui va parfaitement, à mon avis, dans l'esprit du développement durable.

 

C'est ça une ville à échelle humaine, sans pour autant imposer cette vision à tout le territoire urbain. Pas besoin non plus de partir de zéro, Angus offre un déjà un excellent canevas que l'on peut encore améliorer.

Link to comment
Share on other sites

Ce concept (de développement urbain) est intéressant à plusieurs égards, mais avant d'aller plus loin dans cette discussion, je dois soulever un aspect de l'article déclencheur («Hippodrome: les citoyens veulent...), que je trouve contestable, soit l'appellation «les citoyens». Non pas que je mette en doute la représentativité de la CDC de Côte-des-Neiges, la question n'est pas là, mais je me demande pourquoi dans ce cas (comme dans d'autres), un enjeu de cette envergure (l'usage du site Blue Bonnets) concernerait seulement (les citoyens de) l'arrondissement, plutôt que (ceux de) la ville entière--tous les Montréalais. Je crains que le fait de conférer (tacitement, si ne n'est formellement) la prépondérance aux préférences locales a (aurait?) pour effet de balkaniser l'ensemble, à son détriment--ce qui est (serait) d'autant plus ironique quand (comme dans le contexte présent), c'est l'ensemble qui assume les coûts.

Link to comment
Share on other sites

Bien sûr, c'est ce que je voulais mais je ne trouvais plus le fil.

 

Quand je ne retrouve pas un fil, je vais sur Google et j'écris le mot clé ainsi que mtlurb (ex.: hippodrome mtlurb), ça marche à chaque fois.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value