Jump to content

Moins de Canadiens vivent d’une paie à l’autre.


Habfanman
 Share

Recommended Posts

Un sondage de l’ACP démontre que moins de Canadiens vivent d’une paie à l’autre.

Les employés épargnent davantage, mais plusieurs sont encore loin de leurs objectifs de retraite.

 

TORONTO (6 septembre 2012) – Ce sont de bonnes et de mauvaises nouvelles qui ressortent du sondage auprès des employés qu’a réalisé l’Association canadienne de la paie (ACP) dans le cadre de la Semaine nationale de la paie de cette année. Commençons par les bonnes nouvelles :

 

Un moins grand nombre vit trop près du seuil

 

Les réponses de 3 500 employés de partout au Canada ont permis de découvrir qu’un moins grand nombre vivent d’une paie à la suivante. Bien que 47 % d’entre eux maintiennent qu’ils éprouveraient des difficultés financières si leur paie était retardée d’à peine une semaine, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une nette amélioration sur les 57 % de l’an dernier qui avaient du mal à joindre les deux bouts.

 

Les provinces ou régions qui comptent le pourcentage le plus élevé d’employés vivant d’un chèque à l’autre sont : les Maritimes (54 %), le Manitoba (53 %) et l’Ontario (52 %). C’est au Québec que le pourcentage est le plus bas (33 %).

Épargner davantage

 

Le quatrième sondage annuel de l’ACP comprend un signe encourageant puisqu’il démontre qu’un plus grand nombre d’employés trouvent qu’ils sont mieux en mesure d’accroître leur épargne. Bien que seulement 40 % employés tentaient d’épargner davantage et le faisaient l’an dernier, ce nombre a augmenté à 66 % en 2012, un saut énorme.

 

Au Québec, les employés sont les meneurs en ce qui a trait à leur capacité d’accroître leur épargne (71 %).

Réévaluer les besoins de retraite

 

Les employés au Canada semblent également se préoccuper davantage de leurs besoins de retraite. Un plus petit nombre croit que des économies de 500 000 $ à un million de dollars suffiront pour leur assurer une retraite à l’aise (34 % cette année, 42 % l’an dernier), alors qu’un plus grand nombre croit qu’il leur faudra plutôt entre un million et trois millions de dollars (38 % cette année, 27 % l’an dernier).

 

Et maintenant, les mauvaises nouvelles :

 

Un taux d’épargne toujours bas

 

Bien qu’un plus grand nombre d’employés au Canada économisent, le taux d’épargne demeure bas. Près de la moitié (46 %) affirment qu’ils réussissent à épargner à peine 5 % ou moins de leur paie. Les spécialistes de la planification financière recommandent généralement un taux d’épargne de 10 % de la paie nette.

 

Très éloignés des objectifs de retraite

 

Ce bas taux d’épargne se reflète dans un autre constat inquiétant. Lorsqu’on leur demande jusqu’à quel point ils se rapprochent de leur objectif de retraite, 73 % des employés disent avoir épargné moins du quart des sommes qu’ils aimeraient avoir accumulées.

 

Une conclusion particulièrement préoccupante : même chez les employés qui se rapprochent de la retraite (50 ans et plus), 45 % mentionnent qu’ils ont amassé moins du quart de l’épargne qu’ils avaient souhaité pour leur retraite.

 

Devoir travailler plus longtemps

 

En ce qui concerne les employés, qui se sont fixé une date de retraite :

 

41 % disent qu’ils devront maintenant travailler plus longtemps – cinq ans de plus en moyenne – qu’ils ne l’avaient prévu en 2007;

la principale raison qui explique cette nécessité de travailler plus longtemps est « Je n’épargne pas assez pour ma retraite »;

l’âge médian de retraite est de 60 ans.

L’endettement est le principal obstacle à l’épargne

 

Deux employés sur cinq au Canada dépensent leur paie nette ou davantage.

 

En résumé

 

« Le sondage de cette année montre qu’un plus grand nombre d’employés au Canada sont maintenant en mesure d’épargner davantage et que moins d’entre eux vivent d’une paie à la suivante », a remarqué Caroline Bernard, présidente du conseil de l’ACP. « Toutefois, à peine 13 % ont épargné la moitié ou plus de leur objectif de fonds de retraite. »

 

Patrick Culhane, président-directeur général de l’organisme, affirme que l’insuffisance d’épargne-retraite est particulièrement préoccupante parmi les travailleurs les plus âgés. « Plusieurs d’entre eux quitteront le marché du travail dans quelques années à peine, pourtant la plupart d’entre eux sont bien loin de leurs objectifs de retraite. »

 

Les professionnels de la paie peuvent souvent aider les employés à épargner automatiquement en demandant qu’une partie de leur paie nette soit versée dans un compte d’épargne distinct ou dans un régime enregistré d’épargne-retraite (qui contribue à réduire l’impôt sur le revenu personnel).

 

Consultez le site http://www.payroll.ca pour une synthèse des conclusions du sondage (sous le volet Salle de presse) ou pour toute autre information. Les porte-parole de l’ACP sont accessibles pour des entrevues.

 

[...]

 

http://www.payroll.ca/Content/NavigationMenu2/Salledepresse/Communiqusdepresse/Communiqué_de_presse.htm

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value