Jump to content

Le Plateau découvre le bouchon


Habsfan
 Share

Recommended Posts

Lu sur Cyberpresse.ca

 

Le Plateau découvre le bouchon

 

http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/yves-boisvert/201109/07/01-4432100-le-plateau-decouvre-le-bouchon.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B40_chroniqueurs_373561_accueil_POS2

 

Yves Boisvert

La Presse

 

Si je comprends bien, les problèmes de circulation deviennent une crise nationale quand il y a des bouchons sur le Plateau-Mont-Royal, c'est ça?

Après tout, pour le banlieusard moyen, ce retour de fête du Travail était comme les autres. Peut-être même un peu plus facile.

 

 

Année après année, c'est la pire des 52 semaines. On a l'habitude. On part 15 minutes plus tôt. On s'attend au pire - on nous le promet dans le journal, on nous ouvre même une radio-bouchon, pensez donc!

 

 

 

Et pis...

 

 

Rien.

 

 

Je veux dire: rien de particulier. Des dizaines de milliers de personnes entrent en ville pour travailler et étudier. C'est plus lent qu'un dimanche. Mais 15 minutes d'attente pour un pont de la Rive-Sud, ça laisse amplement le temps d'écrire à sa mère.

 

 

Pont Victoria, 5 septembre 2011. Comment vas-tu, maman? As-tu trouvé des bleuets d'Abitibi? Ils n'en ont que pour le Lac-Saint-Jean, dans mon coin. C'est un peu décourageant. Je t'appelle bientôt pour que tu me répètes ta recette de tarte aux pommes. Je t'embrasse.

 

 

Hein? Quoi? Déjà le centre-ville... Vingt, vingt-cinq ridicules minutes? Que faire de tout ce temps libre? Devrai-je m'inscrire à un triathlon? Apprendre la contrebasse?

 

 

À part le pont Mercier, où Radio-Canada avait dépêché un reporter, il n'y avait tellement rien à signaler que CKAC a dû avoir le goût de remettre du sport.

 

 

Ça risque d'être plate longtemps, cette radio-circulation. Des animateurs regardent des écrans du ministère des Transports et nous donnent en plus long et plus répétitif, mais avec un rien d'optimisme, ce que tous les bulletins de circulation de toutes les radios offrent en condensé, sans frais pour le contribuable...

 

 

Et pendant qu'ils surveillent la 40, la 25, la 15 et tous les ponts, les Montréalais, eux, tournent en rond ou font la queue autour du Plateau ou de NDG.

 

 

C'est dans l'île, en somme, que la circulation est infernale. Des sens interdits qui changent à gogo, des bouts de rue en chantier, ajoutez à ça une «vente-trottoir» et une rue piétonne temporaire...

 

 

C'est la fête à Montréal.

 

 

Les ponts ont été une plaie tout l'été... mais surtout les samedis et dimanches. Ce qui a moins touché les banlieusards que les gens de Montréal qui allaient dans les Cantons-de-l'Est (ou au DIX30 en cachette).

 

 

Tant et si bien que l'identité urbaine s'en est trouvée ébranlée. Oui madame.

 

 

Le Montréalais ne s'imagine pas dans un bouchon de circulation. Ce n'est pas lui. Le banlieusard a intégré la notion de circulation chaotique. Il sait qu'il y aura des journées pénibles, mais c'est «le prix à payer» pour un certain mode de vie - maison moins chère, terrain, etc.

 

 

Et voilà que l'automobiliste qui habite sur le Plateau, lui qui est si peu automobiliste au fond de son coeur et qui en tire un orgueil environnemental, lui aussi se voit poireauter avenue Laurier ou Papineau...

 

 

Le choc psychologique et moral est brutal.

 

 

L'ironie de l'affaire, c'est qu'une partie de ce choc culturel vient de la décision de son arrondissement de lui procurer un peu de paix. Des rues tranquilles où l'on ne rencontre que les riverains et où les enfants peuvent circuler en vélo sans souci... Une sorte de Carignan en ville, quoi! Vous y êtes...

 

 

Sachez que nous, gens d'outre-pont, compatissons. Si on sourit, c'est par sympathie.

 

 

Mais non, je ne dis pas qu'il n'y a pas de problème de trafic. Mais oui, on en veut, des transports en commun.

 

 

Sauf que quand on aura déduit du chaos actuel les travaux, inévitables, on ne sera peut-être pas devant un problème aussi infernal qu'on nous le promet.

 

 

Des économistes ont calculé qu'on perd dans les bouchons plus de 1 milliard de dollars par année à Montréal.

 

 

Certes. Mais j'essaie d'imaginer une ville à l'activité économique un peu intense qui ne connaîtrait aucun problème de circulation, et je n'en vois pas vraiment. Je ne dis pas qu'il ne faut pas s'y attaquer et mieux déplacer les gens et les objets. Je dis que cette sorte de calcul m'apparaît assez stupide puisqu'un lieu nord-américain où l'on circulerait sans encombre et sans contrôle serait par définition peu fréquenté, donc pas très vibrant.

 

C'est un des coûts de cette invention géniale et irrésistible qui s'appelle la ville.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Très bien dit!

 

D'autant plus que quelque soit l'endroit oû on habite, il faut parfois (ou souvent) prendre un moyen de transport (autre que la marche à pied) pour se rendre à destination. Et alors, ça risque de prendre du temps! Même d'une station de métro à une autre, quand on inclut le temps pour s'y rendre, plus le temps d'atteindre le niveau des départs, plus le temps d'attente (moyenne), plus la durée du déplacement proprement dit, plus le temps de sortie, ça ne se fait pas en moins de dix minutes. Et s'il faut faire une correspondance entre deux lignes, ajoutez un autre cinq/dix minutes.

 

Et imaginez s'il faut prendre l'autobus, ou pis encore, l'automobile (du Plateau à Sainte-Anne-de-Bellevue, sur l'Ile).

 

Alors, la congestion, peut-êre pas toujours, mais une consommation de temps, c'est inévitable, c'est même une dimension de la vie.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...