Search the Community

Showing results for tags 'plateau'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 50 results

  1. Lu sur Cyberpresse.ca Le Plateau découvre le bouchon http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/yves-boisvert/201109/07/01-4432100-le-plateau-decouvre-le-bouchon.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B40_chroniqueurs_373561_accueil_POS2 Yves Boisvert La Presse Si je comprends bien, les problèmes de circulation deviennent une crise nationale quand il y a des bouchons sur le Plateau-Mont-Royal, c'est ça? Après tout, pour le banlieusard moyen, ce retour de fête du Travail était comme les autres. Peut-être même un peu plus facile. Année après année, c'est la pire des 52 semaines. On a l'habitude. On part 15 minutes plus tôt. On s'attend au pire - on nous le promet dans le journal, on nous ouvre même une radio-bouchon, pensez donc! Et pis... Rien. Je veux dire: rien de particulier. Des dizaines de milliers de personnes entrent en ville pour travailler et étudier. C'est plus lent qu'un dimanche. Mais 15 minutes d'attente pour un pont de la Rive-Sud, ça laisse amplement le temps d'écrire à sa mère. Pont Victoria, 5 septembre 2011. Comment vas-tu, maman? As-tu trouvé des bleuets d'Abitibi? Ils n'en ont que pour le Lac-Saint-Jean, dans mon coin. C'est un peu décourageant. Je t'appelle bientôt pour que tu me répètes ta recette de tarte aux pommes. Je t'embrasse. Hein? Quoi? Déjà le centre-ville... Vingt, vingt-cinq ridicules minutes? Que faire de tout ce temps libre? Devrai-je m'inscrire à un triathlon? Apprendre la contrebasse? À part le pont Mercier, où Radio-Canada avait dépêché un reporter, il n'y avait tellement rien à signaler que CKAC a dû avoir le goût de remettre du sport. Ça risque d'être plate longtemps, cette radio-circulation. Des animateurs regardent des écrans du ministère des Transports et nous donnent en plus long et plus répétitif, mais avec un rien d'optimisme, ce que tous les bulletins de circulation de toutes les radios offrent en condensé, sans frais pour le contribuable... Et pendant qu'ils surveillent la 40, la 25, la 15 et tous les ponts, les Montréalais, eux, tournent en rond ou font la queue autour du Plateau ou de NDG. C'est dans l'île, en somme, que la circulation est infernale. Des sens interdits qui changent à gogo, des bouts de rue en chantier, ajoutez à ça une «vente-trottoir» et une rue piétonne temporaire... C'est la fête à Montréal. Les ponts ont été une plaie tout l'été... mais surtout les samedis et dimanches. Ce qui a moins touché les banlieusards que les gens de Montréal qui allaient dans les Cantons-de-l'Est (ou au DIX30 en cachette). Tant et si bien que l'identité urbaine s'en est trouvée ébranlée. Oui madame. Le Montréalais ne s'imagine pas dans un bouchon de circulation. Ce n'est pas lui. Le banlieusard a intégré la notion de circulation chaotique. Il sait qu'il y aura des journées pénibles, mais c'est «le prix à payer» pour un certain mode de vie - maison moins chère, terrain, etc. Et voilà que l'automobiliste qui habite sur le Plateau, lui qui est si peu automobiliste au fond de son coeur et qui en tire un orgueil environnemental, lui aussi se voit poireauter avenue Laurier ou Papineau... Le choc psychologique et moral est brutal. L'ironie de l'affaire, c'est qu'une partie de ce choc culturel vient de la décision de son arrondissement de lui procurer un peu de paix. Des rues tranquilles où l'on ne rencontre que les riverains et où les enfants peuvent circuler en vélo sans souci... Une sorte de Carignan en ville, quoi! Vous y êtes... Sachez que nous, gens d'outre-pont, compatissons. Si on sourit, c'est par sympathie. Mais non, je ne dis pas qu'il n'y a pas de problème de trafic. Mais oui, on en veut, des transports en commun. Sauf que quand on aura déduit du chaos actuel les travaux, inévitables, on ne sera peut-être pas devant un problème aussi infernal qu'on nous le promet. Des économistes ont calculé qu'on perd dans les bouchons plus de 1 milliard de dollars par année à Montréal. Certes. Mais j'essaie d'imaginer une ville à l'activité économique un peu intense qui ne connaîtrait aucun problème de circulation, et je n'en vois pas vraiment. Je ne dis pas qu'il ne faut pas s'y attaquer et mieux déplacer les gens et les objets. Je dis que cette sorte de calcul m'apparaît assez stupide puisqu'un lieu nord-américain où l'on circulerait sans encombre et sans contrôle serait par définition peu fréquenté, donc pas très vibrant. C'est un des coûts de cette invention géniale et irrésistible qui s'appelle la ville.
  2. http://spacingmontreal.ca/2010/05/25/parc-lahaie-transformation-underway/ Résultat du parc Lahaie: C'est très laid ! deux tables dans le milieu, c'est le seul truc qu'ils ont trouvé à installer ? Je crois qu'il serait mieux de détruire la rue si ont veut vraiment la transformer en place publique. Je laisse Étienne vous présenter ses rendus qui sont extra !
  3. Votre opinion la dessus ? Est-ce qu'enlever les panneaux publicitaire rend la ville plus humaine ? Source: Ville de Montréal Retrait des panneaux-réclames sur Le Plateau Mont-Royal - Une première canadienne qui devrait être imitée Montréal, le 7 septembre 2010 - Les élus du Plateau-Mont-Royal seront appelés à voter ce soir une résolution visant l'enlèvement des enseignes publicitaires sur l'ensemble du territoire de l'arrondissement. « Nous voulons construire une ville à échelle humaine et cette décision nous permettra d'améliorer la qualité de vie de nos citoyens sans avoir d'incidence significative sur les revenus de la Ville », a déclaré le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez. En effet, les 45 panneaux publicitaires géants sur Le Plateau ne rapportent que 40 000 $ par année en taxes à la Ville, ce qui est une somme risible en contrepartie des impacts de ces panneaux sur le territoire. Des peanuts « Chaque panneau rapporte moins de 1000 $ par année en taxes à la Ville centre. C'est des peanuts par rapport à l'importance qu'ils ont dans nos vies de tous les jours et par rapport aux profits que réalisent ces grandes entreprises », a dénoncé Alex Norris, conseiller du Mile End et responsable du dossier. « Les principaux bénéficiaires de cet arrangement sont une poignée de puissantes entreprises publicitaires. Les perdants, ce sont les citoyens qui doivent regarder ces laideurs au quotidien. C'est un très mauvais deal pour les Montréalais », a-t-il poursuivi. Advenant l'adoption du règlement, les 45 panneaux publicitaires sur le territoire du Plateau-Mont-Royal devront être démantelés, aux frais des exploitants, au cours des 12 mois suivant son entrée en vigueur, prévue pour novembre prochain. Embellissement du Plateau Mont-Royal « Nous avons toujours souhaité réduire la pollution visuelle; c'est un engagement que nous avons pris et nous allons le réaliser, a affirmé Richard Bergeron, conseiller de Jeanne-Mance et chef de la 2e opposition. Si nous voulons embellir notre ville, nous devons retirer les laideurs qui nous entourent et les panneaux publicitaires en font partie ». Le retrait des enseignes publicitaires permettra de réduire les nuisances visuelles dans l'arrondissement reliées à leur grande superficie, leur luminosité et l'encombrement du paysage urbain. « Avec cette décision, nous améliorerons les entrées et les sorties de notre arrondissement », a indiqué Richard Bergeron. Un défi aux autres arrondissements et aux autres villes Le Vermont, le Maine, Hawaï et l'Alaska ont banni depuis plusieurs années les affiches publicitaires. C'est le cas aussi de la ville de São Paulo, au Brésil, la septième plus grande ville du monde et la capitale commerciale de l'Amérique du Sud. Les avantages du retrait des panneaux-réclames sont nombreux : mise en valeur du patrimoine naturel et architectural, maintien du rythme du paysage urbain et rétablissement du prestige de certaines grandes avenues montréalaises, comme du Parc et Papineau. La Loi sur l'aménagement et l'urbanisme permet aux arrondissements et aux villes de retirer les panneaux publicitaires. « Nos recherches nous indiquent qu'aucune ville canadienne et aucun arrondissement montréalais n'ont encore agi de façon aussi complète pour bannir et faire enlever les panneaux-réclames de leur territoire. Je leur lance un défi aujourd'hui : imitez-nous et faisons de Montréal une ville sans panneaux-réclames », a conclu Alex Norris, fier d'améliorer la beauté du Plateau-Mont-Royal.
  4. Quel est selon vous, le quartier Montréalais qui va devenir le prochain Plateau au courant de cette décennie?
  5. Est-ce qu'il y a des gens, d,accord avec moi, qui croit qu'il est temps de redéfinir les quartiers de Montréal et surtout ne pas laisser le tout dans l'administration qui est plus intéressé par les arrondissements que par les quartiers eux-mêmes. Pour l'instant Montréal est quand même bien servi aux niveaux quartiers mais je crois que certains pourraient être crées et d'autres améliorer, c'est à dire mis en valeur autre que dans un arrondissement qui prend toute la place. j'ai plusieurs idées en tête mais je n'arrive pas à les formuler. Une chose que j'adore c'est de passer d'un quartier à l'autre en constatant facilement la différence de population, d'architecture et ou d'orientation. J'aime bien un centre-ville et un quartier d'international avec de hautes tours mais des quartiers résidentiels avec des édifices plus modestes en hauteur avec une belle architecture et un style distinct ne fait qu'augmenter la qualité de vie d'une ville comme Montréal. Plusieurs quartiers pourrait sortir de terre comme un quartier portugais, un quartier Chabanel, Snowdon, P'tite Haiti, Plateau Ouest et Plateau Est etc.... Qu'en pensez vous ?
  6. MARCHÉ IMMOBILIER Plateau: le marché ralentit, les prix se maintiennent Publié le 7 janvier 2009 à 11:03:51 | Mis à jour à 13:26:22 La Presse Le marché immobilier du Plateau Mont-Royal montre des signes de ralentissement. «On sent que les acheteurs sont hésitants. Ils ont un peu plus de choix, font moins de compromis qu'au temps où les propriétés se vendaient en deux semaines», constate René Legault, directeur du Groupe Le Pailleur. «C'est moins un marché de vendeurs», dit-il. L'agent Pascal Atlan-Wallet du Groupe Sutton Immobia est très surpris que les prix se maintiennent, dans ce contexte. «La demande est là pour des cottages sur le Plateau, rénovés et de bon goût. En bas de 600 000$, ça se vend très bien», dit-il. Un cottage de 1800 pieds carrés qu'il a vendu 525 000$ en décembre 2007 vient d'être revendu 564 000$, douze mois plus tard, rue Garnier. Ces jours-ci, on peut trouver un cottage pour 425 000$ - à rénover, précise René Legault - et un appartement de deux chambres à coucher pour environ 225 000$, 275 000$ et plus si celui-ci a été rénové. Agrandir Agrandir La superficie habitable de l'appartement est de 1001 pieds carrés. Photo Alain Roberge, La Presse Toujours dans le Plateau, un condo coûte grosso modo de 250$ à 300$ le pied carré, estime Pascal Atlan-Wallet. Plusieurs variables déterminent bien sûr le prix, comme le voisinage, l'étage, la présence ou non d'une terrasse, d'un stationnement, le design... Un exemple? L'agent Pierre Viens, de La Capitale du Mont-Royal, demande 319$ le pied carré pour cet appartement situé rue de la Roche. Superficie habitable: 1001 pieds carrés. Outre sa localisation à 100 mètres de l'avenue du Mont-Royal, cette copropriété présente deux atouts «vendeurs»: un aménagement intérieur conçu par un professionnel, et une succession de fenêtres en forme de «V» arrondi. Orientées au sud, au sud-ouest et à l'ouest, ces fenêtres éclaircissent trois des cinq pièces. Les planchers craquent. L'immeuble date de 1900. C'est en 1995 que cet appartement, au deuxième, a été rénové. L'intérieur a été dessiné et aménagé par le designer Richard Bélanger. Deux cabinets sont encastrés au salon et dans la salle à manger. Le premier incorpore un plan de travail et une bibliothèque. Le deuxième, un vaisselier, est surmonté de deux spots encastrés au plafond. Son dosseret argenté et texturé réfléchit la lumière. Petite, la cuisine peut loger une petite table et deux ou trois chaises. Les deux chambres se trouvent du côté de la rue de la Roche. L'une d'elle a un balcon. Les fenêtres sont oscillo-battantes. La chambre principale possède une penderie. À noter: les portes sont pleine hauteur, mettant en valeur les neufs pieds et demi de plafond. Il y a un autre balcon, accessible de la cuisine, et un espace de stationnement via la ruelle. Ceux qui ne peuvent pas s'offrir le Plateau se tournent apparemment vers Villeray et La Petite-Patrie, incluant la Petite Italie. Mais pas Outremont, d'après l'expérience de René Legault: «Les gens (dans le Plateau) aiment ce style de vie-là, par exemple ceux qui n'ont pas de voiture et qui veulent un endroit pour leur bicyclette (...) même s'ils sont un peu plus tassés (qu'à Outremont).» La propriété en bref Prix demandé : 319 000 $ Évaluation municipale : 158 300 $ Nombre de pièces : 5 Salle de bains : 1 Impôt foncier : 1621 $ Taxes scolaires : 363 $
  7. Photos prises par moi le dimanche 28 septembre. Link to full set on Flickr here.
  8. Avec tout les chantiers présents et ceux passé des dernières année, j'ai pensé que l'on pourrait reprendre de vieilles photos et d'essayer de s'amuser un peu en identifiant quel bâtiment est en construction. Règlement: Photo de bâtiment en construction dans la région de Montréal seulement ( y compris Laval et la Rive-Sud) Bâtiment de plus de 3 étages ( pas de duplex Samcon sur le plateau par exemple) ou infrastructure d'importance . Le bâtiment peut être en construction présentement ou complété. Le premier qui identifie le projet re-poste une photo. Image 1:
  9. Phase 2 en pré-vente http://www.grouperossi.ca/55-condo-espace-plateau-phase-ii.html
  10. Les commerçants commencent à réaliser que les stationnements sont pas si important que ça pour attirer leur clientelle... http://m.24heures.ca/24hmontreal/actualites/archives/2015/04/20150416-183632.html La Petite-Italie: stationnement sacrifié pour des terrasses Améli Pineda Hier à 18:36 Photo Améli Pineda / 24 Heures Stefano Faita, co-propriétaire de Impasto. MONTRÉAL - Malgré un manque de stationnement dans le secteur, des restaurateurs de la Petite-Italie, à Montréal, sont prêts à sacrifier des places de stationnement pour voir plus terrasses dans les rues du secteur. Stefano Faita, copropriétaire du restaurant Impasto, fait partie des restaurateurs qui troqueront les espaces de stationnement devant leur commerce pour installer une terrasse. «Même si on perd une couple de places de stationnement, je ne crois pas que ce soit un gros problème. Je pense au Plateau, où on se promène et qu'il n'y a pas toujours de stationnement et pourtant, les terrasses sont bondées», a dit M. Faita. Il soutient qu'avec seulement une douzaine de places supplémentaires grâce à cette terrasse, les retombées économiques viendront éponger les mois plus difficiles. Un avis partagé par Nick De Palma, propriétaire du restaurant Inferno situé sur la rue Dante. «L'hiver a été très difficile alors c'est certain qu'avec une terrasse ça aide à arrondir nos fins de mois», a-t-il confié. Solutions recherchées À la Société de développement commercial (SDC) Petite-Italie-Marché Jean-Talon, Cristina D'Arienzo assure que des solutions sont actuellement analysées pour combler le manque de stationnement dans le quartier. «Ce n'est pas les une ou deux places qui vont changer la problématique. Le manque de stationnement dans le quartier est connu et on travaille pour y remédier», a fait valoir Mme D'Arienzo. Elle indique que la SDC tente d'établir des partenariats pour occuper des stationnements privés, notamment dans des immeubles à condos, ainsi qu'au marché Jean-Talon, qui possédera un stationnement souterrain de 350 places. Doubler le nombre de terrasses Le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François W. Croteau, veut doubler le nombre de terrasses dans le quartier dès cette année. Quatre nouvelles rues seront autorisées à implanter des terrasses sur la rue, soit les rues Dante, Saint-Zotique, Shamrock ainsi que Beaubien, entre la 1re avenue et Fabre et entre Saint-Denis et Saint-Laurent. «On veut que ça amène une qualité de vie, que ça attire des gens pour que le quartier soit animé», a dit M. Croteau. En plus des restaurants et cafés, les autres commerces pourront aussi se doter d'une terrasse publique, à l'image des «placottoirs» sur le Plateau, qui constituent un espace de rencontre, avec des bancs et de la verdure. «On veut amener les commerçants à créer une vie de quartier. Si une crèmerie veut offrir un espace pour ses clients, elle pourra aussi le faire en implantant sa propre terrasse», a mentionné M. Croteau. Dans Rosemont, la saison des terrasses sera lancée le 1er mai. sent via Tapatalk
  11. Radio-Canada fait une série de reportages sur les stéréotypes de différents quartiers de Montréal Le premier parle des bobos du Plateau : Les bobos du Plateau existent, en voici la preuve Mise à jour le mercredi 29 octobre 2014 à 16 h 13 HAE Montréal traîne son lot de clichés, mais sont-ils tous vrais? Dans ce premier article d'une série sur les stéréotypes revus et corrigés de la métropole, nous décortiquons l'un des plus souvent cités : les bobos du Plateau. (voir les cartes interactives sur le site) Une chronique de Pasquale Harrison-Julien Bobo : nom et adj. « Personne d'un milieu aisé, jeune et cultivée, qui recherche des valeurs authentiques, la créativité. Acronyme : bourgeois bohème. » C'est ainsi que Le Petit Robert définit le bobo. À Télé-Québec, ils étaient incarnés par le couple fictif formé par Anne Dorval et Marc Labrèche. Et si l'on plonge dans les données statistiques sur l'éducation, l'emploi, l'état civil, la religion et l'âge, on constate que dans la réalité, ils habitent majoritairement sur le Plateau-Mont-Royal. 1. Un quartier jeune? L'âge médian du résident du Plateau est de 34,1 ans. C'est le plus bas sur l'île de Montréal. C'est aussi l'arrondissement avec le plus fort pourcentage de personnes âgées de 25 à 29 ans, ainsi que de 30 à 34 ans. L'endroit où l'âge médian est le plus élevé sur l'île? Senneville (47,4 ans). 2. Un quartier d'artistes? C'est sur le Plateau-Mont-Royal qu'on retrouve le plus de personnes qui travaillent dans le milieu des arts, de la culture, des sports et des loisirs, soit 9015 personnes - comme l'indique la carte. Cela représente environ un résident sur sept. C'est plus que son plus proche concurrent, son voisin, Rosemont-La Petite-Patrie, où habitent 6590 travailleurs de ce secteur. Pour cette série, nous avons utilisé l'Annuaire statistique de l'agglomération de Montréal, publié par l'équipe de Montréal en statistiques, de la Ville de Montréal. Ce document analyse des données tirées du recensement de 2011 et de l'enquête nationale auprès des ménages de 2011. 3. Un quartier d'universitaires? Plus d'un résident sur deux du Plateau possède un diplôme universitaire, soit 44 085 personnes. Seul l'arrondissement de Côte-des-Neige-Notre-Dame-de-Grâce a un nombre plus élevé de diplômés : presque 10 000 personnes de plus, à 55 155 personnes, mais dans une proportion moindre (40,7 %). En termes de pourcentage, Westmount, Mont-Royal et Outremont ont les plus grandes proportions de diplômés universitaires sur l'île. 4. Un quartier de cyclistes et de piétons? Le stéréotype du résident du Plateau qui se rend à vélo ou à pied pour travailler semble se confirmer : cela représente 33,7 % des gens de cet arrondissement. Le Plateau éclipse tous les autres arrondissements pour l'utilisation du vélo : 6125 personnes, soit 11,6 % de l'arrondissement. C'est deux fois plus qu'Outremont, le second dans cette catégorie. Ils sont aussi les plus nombreux à Montréal à marcher : 11 710 personnes. En pourcentage toutefois, Ville-Marie est proportionnellement plus adepte de la marche pour se rendre au boulot (27,8 % comparativement à 22,1 % pour le Plateau). Toutes proportions gardées, les résidents de Pierrefonds-Roxboro sont ceux qui utilisent le moins la marche et le vélo pour aller au travail. 5. Un quartier de célibataires? Le mariage n'a pas la cote sur le plateau : l'arrondissement compte 50,1 % de célibataires et 21 % de personnes en union libre. En nombre, c'est toutefois dans Rosemont-La Petite-Patrie que les célibataires sont les plus nombreux. Dans le coin opposé : Côte-Saint-Luc, où moins du quart de ses résidents sont célibataires et à peine 3,3 % vivent en union libre. On peut aussi observer sur la carte une profonde différence entre l'Est ou l'Ouest. 6. Un quartier peu religieux? Côté foi, 38 980 résidents du Plateau disent n'avoir aucune religion, soit 39,7 % des résidents de l'arrondissement. En proportion suivent Ville-Marie (30,3 %) et Rosemont-La Petite-Patrie (25,9 %). L'arrondissement le moins athée? Saint-Léonard (7,1 %). Bobo pour toujours? Le Plateau n'a pas toujours été un quartier bobo, comme le rappelle l'urbaniste Daniel Gill. Et à l'avenir, son visage pourrait continuer d'évoluer. « Il y a un désir de partager des lieux communs avec des gens qui ont le même mode de vie. Historiquement, la création de l'UQAM a attiré des universitaires sur le Plateau. Les petits appartements d'ouvriers correspondaient aussi aux besoins des gens célibataires. »— Daniel Gill, professeur à l'Institut d'urbanisme de l'Université de Montréal. Les changements de population dans les quartiers prennent du temps à se produire. Ce qui ne veut pas dire que le Plateau sera le fief des bobos pour toujours. « Certains le trouvent déjà ringard. De nouvelles générations, plus jeunes, pourraient décider de s'installer ailleurs comme dans Villeray, Rosemont ou Griffintown », remarque Daniel Gill. Demain : L'Ouest riche, l'Est pauvre? Nous décortiquons les chiffres.
  12. http://www.thrillist.com/travel/nation/top-10-sexiest-neighborhoods-on-earth-ipanema-rio-de-janeiro-tops-our-list It's happened to us all before: wandering through an unfamiliar part of town, you suddenly realize you're surrounded by throngs of devastatingly attractive people. It's as if you stumbled into a dream, or at least onto the set of an Abercrombie & Fitch catalogue shoot. And while your good fortune might appear to defy the laws of science, allow us to be the Scully to your Mulder by suggesting that there is, in fact, a perfectly logical explanation for this phenomenon. Thanks to chic shopping, trendy bars, and high-end real estate, certain neighborhoods just happen to be populated by really ridiculously good-looking people. Here are 10 of them. 5. Le Plateau-Mont Royal Montreal, Canada In a town already filled with a staggering number of beautiful Québécois, the Plateau elevates MTL's "holy crap these people are gorgeous" game to new heights. It's bisected by Boulevard St. Laurent, which is one of the city's main drags and peppered with lively bars, clubs, and scores of nubile young coeds -- most of whom speak French andEnglish! -- from nearby McGill University.
  13. le 13 avril 2007 Alors que l'arrondissement voisin de Ville-Marie construira un nouvel édifice pour accueillir la bibliothèque Centrale-jeunes, l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal cherche toujours une solution au débordement de sa bibliothèque. La bibliothèque du Plateau-Mont-Royal occupe présentement un espace de 12 000 pieds carrés. Selon les normes, elle devrait plutôt profiter de 34 000 pieds carrés. L'espace est tellement exigu que les rayons débordent et les livres sont disposés tant par terre que sur le bord des fenêtres. Louise Guillemette-Labory, directrice associée bibliothèque à la ville de Montréal, admet que l'arrondissement Plateau-Mont-Royal planche toujours pour trouver une solution à la surcapacité de la bibliothèque du Plateau-Mont-Royal, sur l'avenue du Mont-Royal. «La bibliothèque du Plateau est très utilisée, confirme-t-elle. Il y a encombrement et un manque d'espace minimal à respecter». Le nerf de la guerre consiste à trouver le financement pour mener un projet d'agrandissement de la bibliothèque. «On cogne à toutes les portes», ajoute-t-elle. Plan de rattrapage La Ville de Montréal s'est engagée par le biais de sa Politique de développement culturel de la Ville de Montréal 2005-2015, à se doter d’un plan de rattrapage pour ses bibliothèques. Amorcé en 2005, ce plan vise à atteindre, au cours des 10 prochaines années, le niveau moyen de services des bibliothèques des grandes villes canadiennes. Le plan prévoit notamment l'augmentation des heures d'ouverture selon les particularités locales, l'ajout de personnel spécialisé, la mise à jour des collections dans les bibliothèques sous-dotées, de même que la mise aux normes des espaces. Sa mise en œuvre fait appel à la volonté de tous les acteurs concernés et implique, entre autres, une synergie entre les bibliothèques, les partenaires du milieu, les arrondissements, les services corporatifs et les villes de l'Île de Montréal. Le défi est vaste et sa réalisation contribuera à faire de Montréal une Ville de lecture, une Ville de savoir. Le financement La Direction du développement culturel et des bibliothèques évalue à environ 175 M$ les sommes nécessaires à la réalisation du plan de rattrapage dont une partie sera versée par le biais du programme triennal d'immobilisations. @R:En comptabilisant les sommes récurrentes d’année en année, le total des investissements requis, selon la Direction, se chiffre à près de 250 M$ pour les 10 prochaines années. Les trois éléments incontournables et indissociables dans la mise en place d’une bibliothèque publique sont : des locaux adéquats, des collections à jour et un personnel qualifié. Cependant, il apparaît pertinent de rappeler l’importance capitale des espaces alloués au fonctionnement d’une bibliothèque, car même «un bibliothécaire exceptionnel ne pourra jamais donner sa mesure dans un local étriqué», comme l'écrit Bertrand Calenge dans le livre Les petites bibliothèques publiques. À l'étroit La bibliothèque du Plateau occupe 12 000 pieds carrés alors que la norme est de 34 000 pieds carrés.
  14. Petit projet qui contribue à l'amélioration de la rue Papineau bien entamé depuis 2 ans environ. Il est situé sur une petite bande étroite de terrain coin Papineau et Masson. Pour l'instant pas de rendu. À venir http://www.mp12.ca/
  15. Parmi les choix suivants, quel est votre quartier favoris à Montréal ? Ahuntsic Centre-ville Côte-des-neiges / NDG Griffintown Hochelaga-Maisonneuve Plateau Mont-Royal Pointe Saint-Charles / St-Henri Rosemont Vieux-Montréal Verdun
  16. quel arrondissement gere le mont-royal et son parc? est-ce ville marie, le plateau, outremont ? ... partage entre les arrondissements qui l'entourent, ou est il soumis a sa propre administration independante ?
  17. Réaménagement des rues Laurier, Rachel et Roy Radio-Canada.ca Mise à jour le lundi 21 juin 2010 à 15 h 48 Le parti Projet Montréal, au pouvoir à la mairie d'arrondissement du Plateau Mont-Royal, annonce des mesures qui modifieront les secteurs des rues Laurier, Rachel et Roy, à l'est du boulevard St-Laurent. Ces mesures visent à améliorer la sécurité des citadins qui empruntent ces rues à pied ou à vélo. De plus, ces mesures auront un impact sur la circulation automobile. Le maire d'arrondissement Luc Ferrandez a annoncé que : * La rue Laurier Est deviendra sens unique vers l'Est entre le boulevard St-Laurent et la rue de Mentana (elle est à double sens sur ce tronçon actuellement). De plus, la chaussée sera rétrécie à la hauteur du métro et d'autres rues changeront de sens pour apaiser la circulation automobile dans ce secteur. * La rue Rachel sera entièrement réaménagée au carrefour des avenues du Parc-La Fontaine et Christophe-Colomb de même qu'à l'intersection avec la rue De La Roche. * Enfin, le sens de plusieurs rues sera changé dans le secteur de la rue Roy Est, entre les rues Saint-Denis et Saint-Hubert Un quartier risqué à pied... Chaque année sur le Plateau Mont-Royal, une trentaine de piétons et de cyclistes sont victimes d'accidents de la circulation. Au kilomètre carré, il s'agit du taux le plus élevé sur l'île de Montréal. Par tranche de 100 000 habitants, le Plateau Mont-Royal occupe le second rang de ce triste palmarès sur l'île de Montréal, avec 232 blessés, chaque année. Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, conseiller de Jeanne-Mance et responsable de l'urbanisme au comité exécutif de la Ville de Montréal, affirme que les résidents du Plateau réclamaient semblables mesures depuis plus de 20 ans. Nous redonnons à des rues qui n'avaient pas été faites pour le transit leur caractère résidentiel ou leur calme. — Le maire de l'arrondissement Plateau Mont-Royal, Luc Ferrandez L'arrondissement compte rediriger la circulation automobile vers les artères et l'éloigner des rues où se trouvent des Centres à la petite enfance et des écoles. Les travaux seront exécutés d'ici le printemps 2011. En ce qui a trait à la rue Laurier, elle sera modifiée à compter du mois d'août. La mairie d'arrondissement n'a pas indiqué combien coûteraient ces interventions.
  18. depuis que j'ai enmenager dans mon petit 400pc du plateau il y a deux ans, j'ai apprecu l'apparition de certaines craques dans le platre des murs; je sais que le logement a recu des renovations majeures un peu avant que j'y demenage, dont le retrait complet d'un grand mur au centre pour 'ouvrir' l'espace. une recherche rapide sur google ne retourne pas beaucoup de resultats interessants .. il y a meme plusieurs informations contradictoires. il y a cependant un point commun de toutes ces info que j'ai trouver, et c'est que les craques en "escalier" sont generalement signe de mouvements plus inquietants des fondations au dela du simple "settling". et ca, j'en ai au moins une. l'exterieur de l'immeuble est aussi un peu a desire mais les batisses sont toutes vielles dans le coin, on s'y attarde peu .. ma question dans tout ca elle la suivante: est-ce que je peut requeter la visite d'un inspecteur de la ville sans l'accord de mon proprietaire ? j'ai peur qu'il ne soit pas totalement neutre dans l'inspection du logement car evidement cela risquement de lui engendre des couts, potentiellements eleves, ou si les circonstances des renovations n'etaient pas totalement "by the book", mettons .. .. je l'aimes bien mon mini racoin du plateau, et mon bail est du pour renouvellement ... mais certaines de ces craques font un peu peur et l'edifice est 'seul' et ne s'accote sur absolument aucun autre sur la rue. jsuis pas un expert et certainement que suite a des renos de la sorte on peut s'attendre a ce que l'immeuble se "tasse" un petite peu ... mais il me semble aussi que ces choses la commence lentement et se degradent rapidement par la suite .. pas le gout que le ciel me tombe sur la tete ! ....
  19. Publié le 24 novembre 2009 à 00h00 | Mis à jour à 00h10 Éric Clément La Presse La nouvelle administration Projet Montréal du Plateau-Mont-Royal veut faire de l'arrondissement un modèle de gestion «humaniste et écologiste»: il y aura moins de contrats avec le secteur privé, plus de contributions des citoyens et priorité sera donnée à la lutte contre la pauvreté. De plus, il n'y aura plus de chargement de neige la fin de semaine, a appris La Presse. Le nouveau maire Luc Ferrandez a vite compris que sa tâche ne serait pas aisée. Depuis le 2 novembre, il travaille sept jours sur sept, afin de prendre connaissance des dossiers afin de remettre le Plateau-Mont-Royal sur les rails d'une saine gestion. L'administration précédente, dirigée par l'ex-mairesse Helen Fotopulos et l'ex-directrice générale Johanne Falcon, a laissé en héritage une dette de 4 millions et des relations de travail conflictuelles. Les sept élus Projet Montréal du Plateau veulent administrer différemment, en dépensant moins, dans la convivialité et en faisant participer ressources internes et citoyens. Hier, le maire a trouvé 30 minutes, pas une de plus, pour exposer à La Presse l'ampleur du travail à accomplir. «Les besoins sont énormes, a-t-il dit. Notre matériel roulant a vieilli, les immeubles ont de grands besoins, tout comme les rues. Mais on présentera demain soir (ce soir) un budget équilibré et notre plateforme électorale sera appliquée au fur et à mesure. On veut qu'en quatre ans, le Plateau-Mont-Royal devienne la vitrine d'un quartier humaniste et écologiste. On va le faire avec de la broche et du tape, mais on va le faire! La notion de frugalité, on connaît ça.» Selon lui, le plus gros problème dans le Plateau, «c'est la pauvreté et le logement social». «On doit se doter de quelques maisons de chambres et s'occuper des plus démunis», a-t-il dit. Mais, grosse différence d'appréciation par rapport à l'administration précédente, le déneigement le plus vite possible en tout temps ne sera plus considéré comme une obligation absolue. Un Sommet sur le déneigement «On va instituer un Sommet sur le déneigement afin de trouver des solutions, car on ne dépassera plus jamais le budget pour déneiger, a dit M. Ferrandez. On ne fera plus de déneigement à tout prix. On ne donnera pas de contrats supplémentaires. On ne fera pas de chargement de neige la fin de semaine. Ce n'est pas vrai que ce sera prioritaire.» Le maire et ses collègues vont aussi créer une «équipe voirie» chargée de travaux effectués auparavant par le secteur privé, par exemple la construction de dos d'âne et de saillies de trottoirs. Mais pas dans les prochains mois, car ça prend de l'équipement et une formation. «Au début, on ne fera pas d'argent, mais ça va changer après quelques années. Faire un dos d'âne, ça coûte entre 5000$ et 8000$. On veut que ça nous coûte 3000$ afin d'en faire davantage, pas pour faire de l'argent», a-t-il soutenu. Projet Montréal poursuivra l'expérience de budget participatif créée par l'équipe de Mme Fotopulos, mais ne mettra plus un sou dans cette activité. «Cela coûtait 330 000$ avant, a dit M. Ferrandez. Avec nous, ça coûtera zéro dollar. Les citoyens seront informés par l'Internet. Pas besoin de publier des brochures en couleur pour ça.» Projet Montréal va aussi changer la gouvernance. Le maire va créer huit commissions qui travailleront avec la direction du Plateau. Ces commissions seront formées de citoyens-experts, par exemple des avocats, des ingénieurs ou des architectes, prêts à donner de leur temps pour mieux gérer l'arrondissement et à moindre coût. Parmi les dossiers que traiteront ces commissions, il y aura notamment la pauvreté et le logement social, le bruit, le verdissement, l'aménagement du territoire, l'utilisation des espaces publics et la culture. Pendant ce temps, le maire va consacrer 80?% de son temps à l'audit des services. Il veut tous les passer en revue afin de changer les façons de faire. Il précise que la nouvelle directrice générale, Isabelle Cadrin, a déjà fait «un très bon travail» et ce, en à peine quelques mois. «Elle a comprimé les dépenses; par exemple, elle a réussi à replacer des employés. Cela permet d'économiser un demi-million en salaires. Et puis, des parcs à 5 millions dans le Plateau, on n'en fera pas. On est capable de reverdir pour moins cher. Et il n'y aura plus de cabinet de la mairesse et moins d'attachés politiques, ce qui permettra d'économiser 150 000$», a conclu M. Ferrandez. ---------------------- J'aime bien le mentalité faisons avec ce qu'on a en respectant nos moyens, plus de politiciens devraient suivre cette mentalité de fiscalité à droite. Pour le déneigement, c'est drôle, le dépassement de couts à sûrement dû être à cause du record de neige l'an passé, 4 mètres! On verra bien jusqu'à quand la patience des citoyens et des commerçantes va durer avec des rues remplis de neige http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/200911/23/01-924386-plateau-mont-royal-finis-les-chargements-de-neige-la-fin-de-semaine.php
  20. Bonjour à tous! Si vous vous attendiez à (enfin) lire une bonne nouvelle sur le forum dans ce fil, détrompez-vous... La situation est grave : Sachez que le Plateau Mont-Royal compte maintenant un nouveau hippie (grano, pour habsfan ) parmis toute la maudite communauté d'"écolo à vélo". En effet, je déménagerai le 1er décembre dans mon tout nouvel appartement, en plein Plateau Mont-Royal. Étant moi-même un écologiste, pacifiste, contre la culture nord-américaine de "l'automobile-roi" (pour toi, Malek;)), pour la protection de la limite de hauteur, pour les transports en commun, pour un plus grand nombre de pistes cyclables, pour un Québec souverain, etc. , je crois que j'ai le profil parfait du "grano" de la "clique du plateau". En plus, je n'aurai pas d'auto et irai travailler en vélo le printemps prochain!! Malek Watch out, le forum prendra une tout autre tournure. ---------------------------------------------------------------------------------------- Je tenais à vous prévenir. (À ceux qui perçoive difficilement le sarcasme et l'exagération : Il y a quelque peu des deux dans mon annonce;))
  21. LES TERRASSES CHERRIER maisons de ville condos Plateau, Montreal 5 superbes Maisons de Ville de 2000 pieds carrés au cœur du plateau, situé à l’angle de 2 artères de prestiges soit la rue Cherrier et Saint-Hubert. À mi-chemin du Parc Lafontaine et de la rue Saint-Denis, situées près du métro Sherbrooke et à quelques minutes du centre-ville, vous aurez accès à toutes les commodités qu’un quartier peut offrir ; écoles, garderies, boutiques, restaurants, marchés d’alimentation et la beauté des espaces verts dans un environnement des plus stimulants Chaque maison de ville possède une immense terrasse privée sur le toit, une cuisine de style européenne, salles de bain moderne et salle d’eau aux lignes épurées, des plafonds de plus de 9 pieds et une fenestration abondante. Garage intérieur disponible. Livraison été 2012. Réalisées par SP IMMOBILIER, promoteur immobilier du projet de condos Les terrasses Chambord près de l’avenue Mont-Royal sur le Plateau, Montreal, elles sont synonymes de bon goût et d’originalité.
  22. faisant partie du plan de bonification des artères mineures du plateau, merci encore une fois à nos amis de projet montréal:
  23. http://www.youtube.com/watch?v=hgSI0IBxwJQ&feature=player_embedded
  24. Nouveau sur le Plateau au coin des rues Cartier et Masson. 36 condos de 1, 2 et 3 chambres à partir de 128 900$. Découvrez les plans d'étage de notre tout nouveau projet en prévente. Projet situé au coin des rues Cartier et Masson http://www.mondev.ca/Nouveau-Plateau-Mont-Royal-Le-Masson-Cartier-36-condos-neufs-maintenant-en-prevente_fr.html?ProjetID=97