Jump to content

Monocle: Montréal Best city in Canada


mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • 4 weeks later...

Un magazine britannique branché fait l’éloge de St-Henri

 

par Marilyse Hamelin Article mis en ligne le 22 décembre 2007 à 0:00

La Voix Populaire

 

Le quartier St-Henri fait l’objet d’un reportage plutôt flatteur dans la dernière édition du prestigieux magazine britannique Monocle.

 

Le quartier St-Henri fait l’objet d’un reportage de quatre pages dans la dernière édition du prestigieux magazine britannique Monocle, une publication mêlant mode et politique, sorte d’enfant illégitime de Foreign Policy et Vanity Fair.

On y célèbre le côté «underground» de St-Henri et ce qui allèche le plus le journaliste - et probablement ses lecteurs -, c'est le côté encore abordable des propriétés qu’on y trouve, trois fois moins chères qu’à Vancouver et une fois et demi moins chères qu’à Toronto, selon le magazine.

 

«Les investisseurs recherchent autre chose que les secteurs déjà embourgeoisés que constituent le Plateau-Mont-Royal et le Mile-End. Ils s’intéressent de plus en plus aux quartiers aux abords du canal Lachine, dont St-Henri, qui est le plus prometteur en raison de ses anciens bâtiments industriels transformés en lofts», écrit l’auteur de l’article, Edward Helmore.

 

«Depuis plus d’une décennie que le quartier St-Henri est promis à une revitalisation, mais il semblerait qu’après plusieurs faux départs ce soit en train de devenir une réalité», poursuit-il.

 

Le journaliste souligne également qu’un des restaurants les plus prisés de la ville se trouve à St-Henri, en parlant de Jo Beef (ce qui est une petite erreur factuelle puisque l’établissement se situe à l’est d’Atwater et donc dans le secteur Petite-Bourgogne).

 

Il affirme également que le groupe Arcade Fire réside à St-Henri (fait à vérifier) et se réjouit que le secteur abrite un des meilleurs marchés de produits frais en Amérique du Nord, en référence au marché Atwater.

 

Parmi les attractions incontournables du quartier, on mentionne le studio Victor, la galerie Parisian Laundry et le Théâtre Corona.

Témoignages concluants

Le journaliste a par ailleurs pris la peine d’interviewer quelques résidants du secteur, dont Marie-Noëlle Lecloche, jeune décoratrice d’intérieur, qui affectionne tout particulièrement le côté «relax, jeune et professionnel de St-Henri».

Même chose pour Marc Lavallée, un designer informatique: «St-Henri était un quartier très pauvre, mais aujourd’hui ça a changé et je me sens plus en sécurité lorsque je m’y promène. Et puis c’est agréable d'être au bord de l'eau, on peut faire du kayak sur le canal!», raconte-t-il.

 

Montréal y est également présentée comme la ville canadienne la plus cool avec de très belles œuvres architecturales, de bonnes tables et une scène musicale bien vivante.

 

On raconte aussi l’histoire récente du Québec dans le reportage, de la Révolution tranquille au mouvement pro-indépendantiste. Même la poutine n’y échappe pas avec une description, disons-le, plutôt condescendante.

 

Néanmoins, véritable coup de cœur montréalais du journaliste, le quartier St-Henri profitera sans doute de cette tribune exceptionnelle que lui procure ce magazine distribué à travers le monde: «Près du Vieux-Port, à 10 minutes du centre financier de la ville, la transformation lente de St-Henri en fera bientôt le quartier le plus désirable de Montréal et, en attendant, il n’est pas trop tôt pour qualifier Montréal de meilleure ville au Canada», conclut le journaliste.

 

Magazine nouveau genre

Lancé en février de cette année, Monocle est un magazine londonien publié dix fois l'an. Son fondateur, Tyler Brûlé, est une petite vedette médiatique. Originaire du Manitoba et fils du footballeur Paul Brûlé, Tyler quitte le Canada en 1989 pour devenir journaliste. De Londres, il travaille pour la BBC, The Guardian, The Sunday Times et pour le célèbre magazine Vanity Fair. En 1994, alors qu'il est en Afghanistan, une blessure par balle lui fait perdre l'usage de sa main gauche. Brûlé quitte alors le journalisme pour lancer, en 1996, le magazine Wallpaper. Cette publication traitant de design, de bouffe et d'architecture provoque une petite révolution dans le monde du «beau» magazine. Quittant la direction de Wallpaper en 2002, Tyler Brûlé se consacre par la suite à sa boîte de design avant de fonder, l'hiver dernier, le magazine Monocle.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value