Jump to content

Vers une année record dans la construction


mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • Administrator

Vers une année record dans la construction

 

bilde?Site=CP&Date=20080712&Category=LAINFORMER&ArtNo=807120757&Ref=AR&Profile=5891&MaxW=800&border=0

 

12 juillet 2008 - 11h14

 

La Presse

 

Hugo Fontaine

 

Le sourire était de mise hier lors de la conférence de presse annuelle de la Commission de la construction du Québec (CCQ). Non seulement les traditionnelles vacances de la construction approchent, mais les statistiques de l'année 2008 sont telles que les travailleurs pourront se reposer l'esprit tranquille : l'industrie est en excellente forme.

 

La construction québécoise se dirige vers sa meilleure année depuis 1975. De janvier à avril 2008, le volume de travail a augmenté de 11% sur les chantiers québécois, comparativement à la période équivalente en 2007.

 

Si la tendance se maintient, les 137 000 travailleurs de la province auront enregistré 133 millions d'heures de boulot à la fin de l'année, contre 126 l'an dernier.

 

Même le secteur résidentiel, avec une hausse de 12%, s'en sort assez bien. «C'est pas mal pour un secteur dont on annonce le déclin depuis trois ans», dit le président-directeur général de la CCQ, André Ménard.

 

«La construction semble vouloir garder sa place au soleil et même améliorer son rythme malgré les difficultés économiques nord-américaines», ajoute M. Ménard.

 

La Commission prévoit que l'industrie atteindra les 140 millions d'heures de travail en 2012.

 

Le défi de la main-d'oeuvre

 

Le grand défi réside maintenant dans la main-d'oeuvre. La demande est là, et parmi les 26 métiers de la construction, certains manquent de candidats. C'est le cas, par exemple, pour les métiers de cimentier, ferblantier ou monteur-mécanicien (vitrier).

 

Pour répondre aux besoins, la CCQ veut favoriser la reconnaissance des compétences acquises dans d'autres secteurs.

 

André Ménard donne l'exemple de Lebel-sur-Quévillon, où plusieurs employés affectés par les difficultés de l'industrie du bois pourraient facilement transposer leurs compétences dans le secteur de la construction.

 

«L'an dernier, on a reconnu les compétences de 1596 personnes, souligne M. Ménard. Ce sont des choses qu'on ne faisait pas il y a sept ou huit ans.»

 

La solution passe aussi par la formation. Sur les 14 000 nouveaux travailleurs de la construction en 2007, 5000 étaient des diplômés des différentes écoles de la province. Mais la CCQ voudrait voir ce nombre augmenter à 7000.

 

La tendance est encourageante. «Il y a 10 ans, il y avait environ 1000 diplômés», rappelle André Martin, conseiller en relations publiques de la CCQ.

 

Mais depuis, la construction a bien meilleure réputation.

 

Selon un sondage mené au printemps 2008 par la firme Echo Sondage, 85% des gens jugent que l'industrie de la construction est un bon choix de carrière pour les jeunes. C'est une augmentation de 18 points par rapport à 2001.

 

«L'industrie qu'on dénigrait autrefois a maintenant un attrait auprès des jeunes», dit André Ménard.

 

En 2007, 15% des travailleurs de la construction avaient moins de 25 ans. La moyenne d'âge des travailleurs est passée de 42 ans à 39 ans au cours de la dernière année, a noté le ministre provincial du Travail, David Whissel, lors de la conférence de presse.

 

Rencontré sur le chantier du campus Bell, à L'Île-des-Soeurs, où se tenait la conférence de presse, le travailleur Yannick Labrie a dit percevoir ce nouvel afflux de jeunes.

 

Et ce ne sont pas les débouchés qui manquent. «Si les jeunes veulent travailler et qu'ils ont du coeur, il y a de la place pour eux», dit le poseur de systèmes d'intérieur.

 

Il y a aussi de la place pour les femmes, qui ne composent encore que 1% de la main-d'oeuvre du secteur. «Laissez-nous encore quelques années, dit André Ménard. Nous travaillons à augmenter le nombre de femmes, d'autochtones et de minorités dans le secteur.»

Le temps des vacances

 

Près de 82% des travailleurs du domaine seront en congé du 22 juillet au 2 août pour les vacances de la construction, qui sont repoussées d'une semaine.

 

Pour l'occasion, la CCQ leur a remis une somme globale de 246 millions de dollars. La Commission estime que 85% de cette somme sera réinjectée dans l'économie québécoise.

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080712/LAINFORMER/807120757/5891/LAINFORMER01/?utm_source=Fils&utm_medium=RSS&utm_campaign=LPA_S_INFORMER

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...