Jump to content

Montréal: mobiliser pour immobiliser


Habsfan
 Share

Recommended Posts

Trouvé sur cyberpresse.ca

 

Excellent article. ça vaut la peine!

 

http://www.cyberpresse.ca/opinions/201104/15/01-4390367-montreal-mobiliser-pour-immobiliser.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_place-publique_1242600_accueil_POS2

 

Montréal: mobiliser pour immobiliser

 

François Pratte

 

Sur le blogue de la maison de recherche CROP, récemment, on ne cachait pas son enthousiasme: la véritable vedette du message de deux minutes de Chrysler, avec Eminem, est la ville industrielle de Detroit. Elle n'est pas «New York City» ni «The Windy City» (Chicago), ni «Sin City» (Las Vegas). Elle ne se prend pas pour une autre: «This is the Motor City. This is what we do.», nous dit Eminem, à la fin du message.

Qu'on le veuille ou non, Montréal est Montréal et ne sera jamais Barcelone. De trop nombreux Montréalais (minoritaires, sans doute, mais à qui on cède un espace démesuré dans les médias) ont oublié ce qu'est une ville qui se construit, qui vit et qui se métamorphose sans qu'elle ait à demander à l'État de la penser à sa place. Ce sont les habitants d'une ville qui font d'elle ce qu'elle est, et deviendra. Ils la font vivre et évoluer par leurs initiatives individuelles qui, additionnées, enchevêtrées, se bousculant les unes les autres, ne peuvent être planifiées, scénarisées par un maître d'oeuvre déconnecté de la réalité quotidienne des citadins.

 

On a parlé, récemment, de la construction d'une tour ou deux. «Un projet comme on n'en a pas vu depuis plus de 20 ans à Montréal!», avons-nous entendu de la bouche du maire à la radio. Voilà. Montréal est, en fait, une ville qui ne vit pas, mais vivote depuis plus de 20 ans. Une ville qui prétend être grande, mais qui a peur de mots tels que prospérité, richesse, développement.

 

Ce n'est plus vrai? On est fier de voir le Quartier des spectacles se développer? On sent que «ça bouge enfin», à Montréal? Non. On s'illusionne. Montréal était passivement calée dans son divan depuis bien plus que 20 ans, et maintenant qu'elle donne l'illusion de se lever et de se remettre à marcher (non, elle ne court pas), elle se croit aussi en forme que les vraies grandes villes du globe qui, elles, sont des athlètes qui ne craignent pas de courir, de suer, de bouger, de creuser 24 heures sur 24, au risque de commettre quelques erreurs qui seront beaucoup moins graves que la plus grande de toutes, celle que continue de commettre Montréal, cette ville qui a déjà été une grande ville en devenir?: tuer dans l'oeuf tout projet d'envergure en lui faisant passer l'épreuve de l'enfer bureaucratique, lui-même pavé de bonnes intentions de groupes de pression dont la devise est «je mobilise pour immobiliser».

 

 

Les plus grands ennemis de Montréal se trouvent majoritairement parmi ceux qui lui veulent du bien. Ils font de leur ville une cigale paresseuse, lymphatique, neurasthénique, qui essaie de se convaincre qu'elle est une fourmi. Une ville polyglotte qui vit sous le joug de mythomanes soi-disant francophiles, mais en réalité xénophobes ou anglophobes, qui rêvent de lui couper quelques langues, craignant de ne pouvoir la façonner à leur guise, à l'image de ces Québécois qui s'endorment le soir en pensant qu'un jour, leur Québec sera un «vrai» pays... Des Québécois qui se racontent de belles histoires avant de sombrer dans leur rêve chimérique auquel ils croient pourtant dur comme fer.

 

À leur réveil, au matin, ces Québécois, qui ont choisi la carrière d'éteignoir, ne comprennent pas que certains - qui rêvent, eux, de vivre pleinement leur vie et de contribuer à leur collectivité sans adopter la posture de victimes - ne s'intéressent plus à ce conte de fées.

 

De quelle ville fêterons-nous les 375 ans en 2017? Quel branding, quelle signature, allons-nous lui attribuer?

Link to comment
Share on other sites

C'est ce qu'on appelle une opinion. Une opinion comme plein de gens en ont... y compris moi-même. Est-on obligé de la partager ? Certainement pas.

 

Je suis entièrement d'accord avec toi, en ne partageant pas cette vision défaitiste et sombre d'une ville que je ne reconnais pas. Il y a malheureusement trop de gens qui "ch " sur la tête de cette ville qui ne demande pourtant qu'à être elle-même sans autre artifice. On a beau avoir une administration pourrie, il y a tout de même beaucoup de choses positives qui se réalisent, preuve que Montréal a une force de résilience bien plus grande qu'on le pense.

 

Imaginez alors quand on aura trouvé l'équipe qui aura le leadership nécessaire pour coordonner toutes ses forces. Je ne désespère pas car la vie est un mouvement naturel de contraction et d'expansion qui s'applique à toutes ses composantes. La prochaine phase vient tout juste de commencer, laissons lui alors le temps de se manifester et de prendre son élan.

Link to comment
Share on other sites

Montréal manque surement de leadership. Montréal a une bureaucratie beaucoup trop lourde. Montréal était trop passive depuis les 20 dernières années. Tout ça est vrai mais ce ''mec'' en beurre trop épais, beaucoup trop épais. Au lieu d'avoir une attitude négative et de taper sur des groupes qu'il ne semble pas aimer il aurait du avancer des idées constructives. Au moins une idée !

 

La réalité que je perçois en ce moment est fort différente que ce qu'il d'écrit. Montréal bouge, Montréal vit et Montréal commençe à bouilloner en ce moment. Il ne reste qu'à trouver le leader qui réussira à mobiliser les montréalais derrière une vision à l'image de ce que nous attendons de Montréal. Nous ne sommes pas loin, à mon avis.....Le jour est proche.

Link to comment
Share on other sites

On n'a pas besoin d'un il duce a Montreal, surtout dans l'hotel de ville. Les Montrealais sont plus que capables de faire une ville exceptionnelle. Tout qu'on a besoin a l'hotel de ville c'est du competence, du respect pour la loi, et du respect pour les citoyens.

Link to comment
Share on other sites

Article d'une sinistrose simpliste, en effet. (Reflet de la bonne vieille tendance maniaco-dépressive québécoise ?)

 

Je me souviens de la série de photos - dans quel dossier ? - qui montrait la transformation radicale de plusieurs quartiers depuis 2000... Ils ont vraiment la mémoire courte ceux qui répètent sans arrêt que rien n'a bougé depuis 20 ans.

 

Le verre à moitié vide est bien sûr du côté de la construction de gratte-ciels. Mais il n'y a pas que les gratte-ciels, dans la vie. La Cité internationale, par exemple, représente un apport considérable en matière de surface bâtie et d'urbanisme. Même chose pour toute la zone multimédia à l'ouest de la rue McGill. Et peut-être que maintenant qu'une large partie des innombrables trous du Montréal des années 70 sont bouchés, cela forcera de nouveau à viser la hauteur.

 

Mon souhait : que les Montréalais soient de plus en plus nombreux à exiger la qualité !

 

Tout à fait d'accord avec toi, la qualité avant la hauteur, la planification et la rigueur dans ce qui se bâtit sont plus importants que les impératifs des promoteurs. Je serais pour une augmentation de la hauteur permise des bâtiments plus hauts loin devant la montagne. Mais comme tu le dis, pas mal d'efforts de synthêse ont été déployés pour avoir un bâti plus uniforme en hauteur dans le quartier international, les hôtels sur St-Antoine, les réhabilitations d'anciens édifices en condos partout en ville. Je pense que Montréal a devancé pas mal de villes en terme de reconversion de ses vieux bâtiments. Je pense aussi que ça devrait continuer, qu'on doive recycler tout ce qui a bonne valeur historique et bonne charpente.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...