Recommended Posts

Pinned posts

La disparition des maisons victoriennes à Montréal est un phénomène assez ancien et était déjà bien amorcée sous l'ère Drapeau. Je suis consterné quand je vois de tels exemples de négligence et de mépris du patrimoine bâti.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wow I just realized where this baby will be ... and I am real happy this section will be changed ... I always wondered why it looked how it did vrs the rest pf Peel that is a pretty posh street :highfive:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je continue de penser qu'un ZONAGE  restrictif est le principal instrument par lequel on aurait pu préserver des ensembles architecturaux remarquables.  Parallèlement,  des amendements au zonage permettant des hauteurs/dimensions plus grandes (que celles permises jusqu'alors) sont un signal clair que les bâtiments actuels sont voués à la démolition tôt ou tard (il peut y avoir des nuances, comme l'exigence de préserver des façades).  

Dans la première phrase, j'ai employé le temps passé (aurait pu) parce que j'estime que les plus grands dommages ont déjà été faits.  Néanmoins,  il reste suffisamment de zones qu'on souhaite préserver dans leur état actuel pour que cela vaille la peine d'édicter des règles qui découragent  la tactique(?)  consistant à négliger l'entretien des bâtiments jusqu'au jour où il n'y a plus d'autre choix que de procéder à la démolition. (Les inspections et les amendes ne suffisent pas: il faut éliminer le potentiel de gain consécutif à une démolition ouvrant la voie à une reconstruction en surhauteur)

Par ailleurs, ça ne veut pas dire que je suis opposé inconditionnellement à tout amendement de zonage.  La croissance de la ville, allant de pair avec la densification de son noyau, l'exige, à moins d'avoir recours à une «solution» radicale, comme  la création  d'un nouveau quartier des affaires à l'extérieur de l'enceinte de la ville, par exemple LA DÉFENSE en banlieue de Paris.  Autrement, on peut cibler des zones ayant peu ou pas de bâtiments intéressants, mais quand même bien localisés (quitte à investir massivement dans les infrastructures de transport pour les rendre plus accessibles, et y prévoir des espaces publics proportionnels à l'envergure des futures fonctions urbaines (que le zonage amendé permettra).  Dans les grandes villes ayant un passé industriel majeur, comme Montréal, cette «option» est facilitée par l'«apparition» sur le marché de vastes zones abandonnées ou en voie de l'être; par exemple, jusqu'aux années 1950/60, on n'aurait pas pu envisager de trouver une autre vocation aux terrains bordant le canal de Lachine,  parce que ces terrains servaient des fonctions (alors) essentielles pour l'économie de la ville.  On pourrait dire la même chose des Docklands de Londres.  En dirigeant le développement sur de tels sites, on se trouve à atténuer la pression sur le «redéveloppement» des quartiers centraux, évitant ainsi des démolitions malheureuses.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Malheureusement, l'image du projet que nous avons n'est pas la bonne. Finalement, le projet conservera le bâtiment victorien. Il sera fabriqué en préfab et aura un style plus "traditionnel".

23 étages résidentiel, 82 logement, un local commercial, 9 stationnement.

 

4376909652f69188472b7e5e1da586b6.0.jpg

20180416_171216-1.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, franktko a dit :

Un autre beau top. Nouvelle mode?

« Résidence pour étudiants » ça ne pouvait pas etre magnifique. Dommage

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      https://www.newswire.ca/fr/news-releases/declaration-pour-revitaliser-lest-de-montreal---chantal-rouleau-et-valerie-plante-annoncent-des-actions-pour-revitaliser-lest-de-montreal-702780792.html?fbclid=IwAR13v0RN1WwjGtQkhj1VKrdKeixgfrJcGc8TGpL3PaD-HFHN61IyAQW3lO4
       
      https://www.tvanouvelles.ca/2018/12/14/annonces-pour-la-revitalisation-de-lest-de-montreal
      Annonces pour la revitalisation de l’est de Montréal
      Agence QMI
      | Publié le 14 décembre 2018 à 12:41 - Mis à jour à 12:56
                  La rue Notre-Dame sera revitalisée dans l’est de Montréal, où l’on entreprendra de plus un vaste programme de décontamination des sols, des engagements pris en campagne la Coalition avenir Québec (CAQ).   Play Video         La rue Notre-Dame sera revitalisée dans l’est de Montréal, où l’on entreprendra de plus un vaste programme de décontamination des sols, des engagements pris en campagne par la Coalition avenir Québec (CAQ).
      L’ancienne mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, qui est devenue la ministre responsable de la métropole, a annoncé vendredi, aux côtés de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, la création d'un bureau de revitalisation de la rue Notre-Dame.
      Les deux femmes, jadis adversaires à l’hôtel de ville, ont signé la Déclaration pour revitaliser l’est de Montréal.
      Les partenaires que sont le gouvernement du Québec, la Ville de Montréal et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) travailleront en collaboration, a-t-on précisé, en ajoutant que «l'objectif est de redessiner cette artère stratégique pour en faire un boulevard urbain, un corridor de mobilité durable reliant les quartiers de la pointe de l'île au centre-ville».
      Cette annonce survient à deux jours de l’élection partielle pour justement trouver un successeur à Chantal Rouleau à la mairie de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.
      Au cours des dernières décennies, plusieurs promesses ont été faites concernant la réfection de la rue Notre-Dame Est, entre le pont Jacques-Cartier et le quartier Pointe-aux-Trembles.
      Le premier ministre François Legault s’était aussi engagé, en campagne, à décontaminer les sols, un enjeu important pour l’est de Montréal, réclamé depuis des années par les gens d’affaires.
      «Il est temps qu'on s'occupe, enfin et très sérieusement, de ce territoire trop longtemps délaissé. Avec la Ville de Montréal et nos autres partenaires, nous nous attaquerons à des problèmes criants. Nous allons investir pour faire progresser des projets structurants, dont la revitalisation de la rue Notre-Dame et la décontamination de terrains», a dit Chantal Rouleau, qui est aussi ministre déléguée aux Transports.
      «Les besoins sont nombreux dans l'est de Montréal et nous devons agir afin d'améliorer la qualité de vie de ses résidents et résidentes, a indiqué de son côté la mairesse Valérie Plante. Nous avons lancé plusieurs projets innovants et d'autres seront déployés à court terme afin d'aider la population à vivre dans des quartiers accessibles et agréables. C'est en travaillant tous ensemble que nous pourrons faire de Montréal une ville où il fait bon vivre d'une rive à l'autre.»
      L’est de Montréal fait l’objet, en parallèle, de plusieurs autres projets déjà sur la table à dessin ou en chantier, comme le prolongement de la ligne bleue du métro, la mise en place du service rapide par bus (SRB) sur le boulevard Pie-IX et le projet de navette fluviale entre Pointe-aux-Trembles et le Vieux-Port.
    • Par monctezuma
      400 René-Lévesque Ouest