Jump to content

Recommended Posts

Pinned posts

28 novembre 2018 - COMPLET- Conférence sur les défis de la réouverture du restaurant du 9e Étage d’Eaton

organisée par DOCOMOMO Québec

Puisque l'événement affiche complet, la présentation sera reprise fin janvier/début février 2019 dans une salle de plus grande capacité.

Vous serez informé sur cette page de la date, l'heure et l'endroit précis.

Vous pouvez raconter sur cette page vos souvenirs ou vos souhaits à propos du 9e Eaton.

 

La réouverture attendue du restaurant du 9e étage d’Eaton :
Un défi posé aux politiques du patrimoine culturel et à la collectivité montréalaise.

Au désarroi des habitués et du personnel, le restaurant de l’Île-de-France du 9e étage d’Eaton, victime collatérale de la banqueroute de la chaîne de grands magasins, fermait en 1999. Son classement patrimonial quasi instantané était de bon augure. Cependant, près de vingt ans plus tard, ses portes demeurent fermées privant le public de la jouissance de ce chef d’œuvre de l’Art déco conçu par l’architecte français Jacques Carlu en 1930, pour le centre-ville de Montréal.

Présentée par l'urbaniste Gérald McNichols Tétreault, urbaniste spécialiste du patrimoine culturel, cette conférence portant sur l’histoire du restaurant de l’Île-de-France sera l’occasion d’explorer tout le potentiel de la notion de patrimoine culturel, introduit en 2012 dans la législation du Québec et de cerner les défis qu’elle pose à la réhabilitation de cet ancien haut lieu de la sociabilité montréalaise. 


image.png

La PRESSE, détail d'une publicité du magasin Eaton invitant le public à la grande ouverture du Restaurant du 9e Étage, publiée le 24 janvier 1931 (c) BANQ

 

 

Edited by Willigreg
Information et dialogue
  • Like 4
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

http://www.cfi-icf.ca/index.php?option=com_cfi&task=showscreening&id=753&Itemid=1012&lang=fr

 

Les dames du 9e étage (The Ladies of the 9th Floor)

réal. Catherine Martin

Canada, 1998, 60 minutes

En français, sous-titrée en anglais

 

The Enlightened Screen: Catherine Martin

Auditorium, Bibliothèque et Archives Canada, samedi 22 juin, 2013, 20 h 45

Ce documentaire nous propose la visite d’un lieu qui a longtemps été une institution montréalaise, le restaurant art-déco du 9e étage du défunt magasin Eaton, un endroit unique en son genre et malheureusement aujourd’hui fermé. Les serveuses de l’Île-de-France y ont œuvré des décennies durant et les clients, en vaste majorité des femmes, se faisaient extraordinairement fidèles. Ce documentaire est un magnifique portrait de ce qui allait s’avérer être les derniers jours du restaurant du 9e, à qui des générations de femmes ont su insuffler une âme. Gagnant du Prix AQCC, meilleur documentaire québécois, court ou moyen-métrage.

 

sent via Tapatalk

Link to comment
Share on other sites

Une honte que le propriétaire le laisse à l'abandon. Aucune raison n'est valable pour laisser un tel lieu mythique prendre la poussière pendant que le centre d'achat en dessous vascille et que les travailleurs des bureaux logés aux étages supérieurs doivent aller au centre eaton à côté le midi pour aller manger. Inacceptable!

Link to comment
Share on other sites

http://www.heritagemontreal.org/fr/le-9e-etage-chez-eaton/

 

Le 9e étage chez Eaton

 

eaton-9eme.jpg700, rue Sainte-Catherine Ouest

La valeur architecturale

Le 9e étage de l’ancien magasin Eaton et son restaurant constituent un exemple majeur et remarquablement intègre d’architecture intérieure Art Déco par leur aménagement et leur décor évocateurs des grands paquebots, leurs œuvres d’art et leur mobilier.

La valeur historique

 

Dans la mémoire collective montréalaise, le 9e est un lieu associé à la vie des grands magasins du centre-ville et l’objet d’une légende qui veut qu’il s’agisse d’une réplique de la salle à dîner du paquebot Île-de-France ce que rien n’avère bien qu’il soit vrai que bien des architectes de l’époque s’inspiraient des formes navales, créant ce qu’on appela le style « Paquebot » ou Streamline Modern. Son architecte est le français Jacques Carlu (1890-1976) qui a construit le Palais de Chaillot à Paris et œuvra aux États-Unis ainsi que pour la maison Eaton, à Montréal et Toronto.

La menace

 

La transformation de l’ancien magasin Eaton en centre commercial a entraîné la démolition de la cuisine du restaurant du 9e étage, dont certains équipements anciens ont été sauvegardés et entreposés. Actuellement, ce lieu magnifique est conservé en hibernation par le propriétaire avec l’attention du ministère de la Culture et des Communications. Mais, chaque année qui passe le fait sombrer davantage dans l’oubli ce qui, à moyen terme, peut en menacer sa conservation tout en privant la population d’un lieu emblématique.

Les actions d’Héritage Montréal

 

À la demande d’Héritage Montréal et à la suite de la faillite du magasin Eaton, le restaurant Art déco du 9e étage a été classé monument historique en 2000 par la ministre de la Culture du Québec, seule autorité apte à protéger de tels intérieurs patrimoniaux. Depuis, Héritage Montréal concentre son action pour maintenir l’attention des autorités et des propriétaires afin que les ressources soient investies pour rendre de nouveau ce patrimoine extraordinaire accessible et vivant.

 

Si ma mémoire est bonne nous avons déjà abordé le sujet sur ce forum. C'est bien qu'on y revienne, car un bijou est caché et oublié de plusieurs depuis longtemps. Ainsi il ne participe plus à la vie montréalaise, ni à son économie, isolé qu'il est au dernier étage de l'ancien magasin Eaton. Un point positif: il fait partie des trésors de la Caisse de Dépot via son bras immobilier Ivanhoé Cambridge. Il n'est donc pas en danger de disparaitre, surtout que cet espace et son contenu sont reconnus comme monument historique et doivent donc être préservés dans l'état.

 

Selon les dires de son propriétaire, il faudra cependant une quinzaine de millions pour tout remettre en place et redonner du lustre à cette salle monumentale, sans parler des cuisines qui sont disparues avec tout l'équipement. Il faudra en conséquence trouver une entreprise aux reins solides pour remettre sur pied une institution de cette envergure. Il faudra aussi lui trouver un mandat viable, qui lui permettra d'être rentable et ainsi assurer sa pérennité.

 

De là à dire que la situation actuelle est une honte, est plutôt exagéré. Avec la fermeture du magasin, on a coupé le seul accès public qui existait et fait fuir la clientèle régulière qui le faisait vivre. Tout est donc à reconstruire au sens propre et figuré. Pas évident non plus d'attacher le destin de ce lieu emblématique à la revitalisation du complexe, en le gardant dépendant des nouveaux locataires.

 

Pour qu'il puisse vivre par ses propres moyens et avoir son propre horaire, il faudrait idéalement lui aménager une entrée indépendante avec ascenseur direct et accès facile de la rue. Des coûts supplémentaires qui pourraient en décourager plusieurs, à moins que l'on trouve des subventions ou des prêts dans le cadre de l'entretien et de la survie des monuments historiques?

 

On pourrait peut-être en attendant, organiser des visites payantes qui pourrait aider à financer ce nouvel accès? Vite une application qui servirait de guide pour la visite. Quoi de mieux que de faire rêver le visiteur sur son passé mythique et stimuler son imagination quant à son avenir possible?

 

J'imagine aussi des 5 à 7 ponctuels bien médiatisés, dont les profits iraient au budget rénovation et accès. On ne manque pas de bons traiteurs et la logistique pour servir des cocktails est assez minimale. Ces formules temporaires auraient l'avantage de faire connaitre la beauté des lieux et qui sait intéresser un investisseur potentiel?

 

C'est sûr que tant que cette salle impressionnante reste dans les boules à mites, il sera difficile de lui trouver une nouvelle vocation. On doit premièrement la sortir de sa léthargie; ensuite lui accorder les soins les plus pressants; puis la faire marcher doucement en guise d'exercise de physio; jusqu'à ce qu'enfin elle revienne complètement à la vie et puisse finalement fonctionner par ses propres moyens.

 

Je la verrais d'ailleurs comme un des plus beaux symboles de la renaissance de Montréal, qui s'opère déjà sous nos yeux.

Link to comment
Share on other sites

Moi, ce qui a attiré mon attention, c'est:

 

« On s’apprête à redéfinir l’expérience de consommation avec l’espace des Ailes et du Centre Eaton, qui vont fusionner, affirme Claude Sirois. On a bon espoir de trouver une vocation au 9e. »

 

Rénos majeures en vue? Nouveaux locataires?

Link to comment
Share on other sites

Imaginez s'ils intègrent les deux centres dans un seul, ayant un seul identité , avec une grande entrée principale sur la rue Sainte-Catherine.

 

Je vois une entrée en retait, pas collé sur le trottoir comme le Centre Eaton...

 

sent via Tapatalk

Edited by IluvMTL
Link to comment
Share on other sites

Imaginez s'ils intègrent les deux centres dans un, avec une grande entrée principale sur la rue Sainte-Catherine. Je vois une entrée en retait, pas collé sur le trottoir comme ke Centre Eaton...

 

sent via Tapatalk

 

Peut-être feront-ils alors une petite place pour un accès plus direct au fameux resto, en attente d'une deuxième vie?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value