Jump to content

MTLskyline
 Share

Recommended Posts

29 Décembre - La Presse

 

Deux groupes souhaitent amener du baseball de la Ligue Can-Am à Montréal

La rivalité sportive avec Québec pourrait renaître sur le losange

 

Godin, Marc Antoine

 

Il ne faut pas s'attendre à revoir de sitôt le baseball majeur à Montréal. Mais deux groupes tentent d'attirer une concession de la Ligue Can-Am dans la métropole.

 

La Ligue Can-Am, dont font partie les Capitales de Québec, rêve en effet d'effectuer une expansion à Montréal et Ottawa. Cette ligue indépendante, composée de joueurs qu'on associe au calibre AA, veut bâtir sur le succès des Capitales en s'établissant dans deux villes qui deviendraient du coup les plus grosses du circuit.

 

On saura dans les prochaines semaines si c'est sur le losange, plutôt que sur la glace, que revivra la rivalité Montréal-Québec.

 

" Si l'on pouvait intégrer Ottawa et Montréal en même temps pour la saison 2008, et ainsi créer un axe intéressant avec Québec, ce serait idéal pour la ligue ", explique Miles Wolff, le commissaire de la Ligue Can-Am et propriétaire des Capitales.

 

La candidature d'Ottawa ne pose pas trop de problème car la ville possède un stade qui hébergera cette année la filiale AAA des Phillies de Philadelphie. Selon toute vraisemblance, cette équipe s'en ira à la fin de la saison 2007, laissant le Lynx Stadium à la disposition de la Ligue Can-Am.

 

La candidature de Montréal pose un plus grand défi. Non pas que personne ne veuille allonger la somme d'environ 750 000 $ pour l'achat des droits d'une nouvelle équipe. Mais il n'y a aucune infrastructure dans la région montréalaise prête à accueillir une équipe professionnelle et des foules de 5000 personnes.

 

Pour pallier ce manque, deux groupes concurrents peaufinent leurs projets. L'un est piloté par Robert Poirier, l'ancien maire de Boisbriand (voir autre texte). L'autre est soutenu par l'homme d'affaires Paul Delage Roberge, fondateur des Ailes de la mode, ancien actionnaire minoritaire des Expos et fondateur du Vert et Or de l'Université de Sherbrooke. C'est Marc Griffin, autrefois analyste aux matchs des Expos, qui s'occupe du démarchage.

 

" Les gens de Montréal se sont écoeurés du baseball à cause des Expos, admet M. Griffin. Dans les dernières années, on ne parlait de baseball que de façon négative. Nous, on veut le faire revivre en tant que sport familial. Il faut recommencer à la base. On veut que les gens puissent être près des joueurs et qu'ils les regardent jouer dans un stade extérieur de 5000 places.

 

" Le site qu'on préfère est sur la Rive-Sud, sur le terrain du Collège Champlain. C'est tout juste à côté du métro Longueuil et du pont Jacques-Cartier. Le problème, c'est qu'on n'a pas encore le terrain en question. Ça fait longtemps qu'on négocie avec le Collège Champlain et on espère en arriver à une entente. "

 

Au cégep anglophone, on tient un discours optimiste. " On est rendu à la neuvième manche et j'ai bon espoir que ça puisse se régler de façon positive au début de janvier ", affirme Don Shewan, directeur du cégep Champlain Saint-Lambert. " Il faut juste que cette entente réponde aux besoins de notre collège. Le terrain actuel nous permet de tirer des revenus de stationnement. Si le projet se concrétise, il faudra qu'on trouve d'autres moyens de se financer. On envisage un bail à long terme, entre 35 et 50 ans. Et c'est sûr qu'on réclamerait un accès au terrain pour nos équipes sportives. "

 

D'abord pour les jeunes

 

En plus d'une équipe de la Ligue Can-Am, Marc Griffin souhaite faire de son nouveau stade le quartier général de Baseball-Québec. " On est dans une ère où le Québec développe de plus en plus de joueurs professionnels. Depuis Éric Gagné, le réseau québécois a plus de visibilité. Et puis, la seule académie de baseball au Canada se trouve à Montréal.

 

" La construction de ce stade ne serait pas pour nous une occasion de faire un coup d'argent, mais d'aider Baseball-Québec à se doter d'infrastructures qui lui permettraient un jour d'accueillir les championnats canadiens ou même mondiaux. La Fédération contrôle la grande majorité de ce qui se fait en matière de baseball amateur au Québec, et ce projet-là est appelé à devenir le leur. "

 

Sauf que la Ligue Can-Am attend toujours une offre officielle de la part de MM. Roberge et Griffin. Les deux clans discutent sur une base mensuelle, mais parlent de " plusieurs étapes à franchir avant la première pelletée de terre ". Or, compte tenu des hivers montréalais, la construction d'un stade devra débuter en avril ou en mai. Une infra-structure de 5000 places pourrait prendre de neuf à 12 mois à être érigée. Qu'il s'agisse de la proposition Boisbriand ou de celle de la Rive-Sud, le temps commence donc à presser si Montréal veut se joindre à la Can-Am en 2008.

 

Le vieux rêve de Boisbriand

 

Godin, Marc Antoine

 

Robert Poirier caresse depuis plus de 15 ans le rêve d'amener le baseball à Boisbriand. De concert avec Marc Boucher, président du futur Complexe de baseball Métropolitain Laurentides, l'ancien maire de cette municipalité a déposé une demande formelle auprès de la Ligue Can-Am. Les deux hommes n'attendent qu'un signal pour commencer, dès le printemps, la construction d'un stade évalué entre huit et 10 millions de dollars.

 

" On a transmis à Miles Wolff des plans de stade conçus par la firme d'architectes Thibodeau ainsi qu'un montage financier pour nous porter acquéreurs de l'équipe, explique M. Poirier. Qu'on obtienne ou non une équipe de la Ligue Can-Am, le Complexe pourra voir le jour et accueillir une équipe junior. "

 

Le hic, c'est que le montage financier de ce nouveau stade est basé sur la location de 20 loges pour 20 000 $ chacune par année. Ces loges ne trouveront pas preneur si l'on n'y présente que du baseball junior!

 

Tout comme MM. Roberge et Griffin, le groupe de Boisbriand entend profiter d'un programme sur les infrastructures sportives lancé l'an dernier par le gouvernement Charest. En vertu de ce programme, le ministre Fournier propose un partenariat 50-50 avec le privé pour le financement de nouvelles constructions.

 

Pour l'instant ne serait-ce que parce qu'il a déjà soumis officiellement sa candidature et qu'il se dit prêt à entreprendre la construction dans les prochains mois le groupe de Boisbriand fait figure de meneur.

 

" On n'a jamais fermé la porte à ce que les deux groupes s'associent, prétend M. Poirier. L'important, c'est qu'on amène une équipe de la Ligue Can-Am à Montréal au plus vite. "

 

Le commissaire de la Ligue, Miles Wolff, est conscient de l'impact qu'aurait Montréal sur son circuit. Et il verrait d'un bon oeil la relance de la rivalité Montréal-Québec au sein d'une ligue qui pourrait compter sur plusieurs joueurs professionnels québécois. Néanmoins, jusqu'à ce qu'un stade soit mis en chantier, M. Wolff affiche un optimisme prudent.

 

" Je ne me commettrai pas à l'égard de quiconque pour le moment, mentionne M. Wolff. Dans les prochaines semaines, je devrai me pencher sérieusement sur la question et déterminer qui sera en mesure de fournir un stade convenable.

 

" Les deux groupes ont des plans en marche, mais il reste à voir jusqu'à quel point ça peut se concrétiser. Comment vont-ils financer la construction de leur stade? C'est la grande question. Car il est clair qu'un club des ligues mineures ne peut financer l'érection d'un stade par lui-même. Il ne génère tout simplement pas assez de revenus. "

 

Qu'est-ce quela ligue Can-Am ?

 

La Can-Am est une ligue de baseball indépendante, en ce sens qu'elle n'héberge aucune équipe affiliée à des organisations du baseball majeur. On compare son calibre de jeu à celui du AA. Il y a déjà eu une Ligue Can-Am dans les années 40 qui incluait à l'époque des formations de Québec et de Trois-Rivières. La structure actuelle a porté plusieurs noms avant de revenir, en 2004, au terme Can-Am. Pourtant, à ce jour, Québec est la seule ville canadienne au sein de ce circuit qui compte 10 équipes. Les autres proviennent de villes modestes du Nord-Est américain telles qu'Atlantic City, New Haven et Nashua. Les Capitales de Québec sont champions en titre et leur succès ne s'estompe pas depuis leur création, en 1999.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 22
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

non ça marchera pas, on a essayer avec le Rocket et ça na pas marché ...les gens n'en ont que pour le Canadien...le Matrix marche pas présentement non plus...

 

Moi je m'ennui des expos, j'y allait 10-15 fois par année, mais je suis pas sur d'être intéressé à aller voir une équipe de la ligue Can-am

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

There's an increasing number of Canadians in MLB.

 

Northern Exposure: O's Tap Into Canadian Talent

 

By Jorge Arangure Jr.

Washington Post Staff Writer

Saturday, February 24, 2007; E04

 

FORT LAUDERDALE, Fla., Feb. 23 -- On a recent morning in the Baltimore Orioles' spring training clubhouse, an unusual sound could be heard above the chatter, tapping of bats and clanking of cleats. Two young men were engaged in a conversation that seemed more fitting of a cafe in Paris or a restaurant in Quebec. They were pitchers Erik Bedard and Steve Green conversing in French, the second language of their native Canada.

 

"We're out there getting players from everywhere these days," Orioles Manager Sam Perlozzo said. "It just makes it a little tougher to learn the languages. Before you know it, that will be one of our prerequisites -- one of our coaches will have to speak French or Japanese."

 

The Orioles have four Canadians -- Bedard, Green, Adam Loewen and Adam Stern -- in camp, an usually high number, which is a testament to the emerging power of Canadian baseball. Loewen and Bedard are certain to make the Orioles' roster, while Green and Stern are long shots.

 

Several years ago, Larry Walker stood as the most prominent Canadian in the major leagues, but now he has been eclipsed. Last year, Minnesota Twins first baseman Justin Morneau was the American League most valuable player and in 2003 Eric Gagne, then of the Los Angeles Dodgers, won the National League Cy Young Award. Last year, the Canadian team in the World Baseball Classic, with four current Orioles on its roster, defeated the United States, 8-6.

 

Canadian "guys are impact players now," Stern said. "If you used to make the big leagues as a Canadian, that was huge. Now there are actually guys that are becoming stars from Canada."

 

Last season, 14 Canadian-born players were on either Opening Day rosters or began the season on the disabled list, according to Major League Baseball.

 

Green and Stern both took unusual paths to the majors. Stern, from Lambeth, Ontario, was a softball player who began to play baseball at age 10. For the three months of the year when the weather cooperated, Stern played on gravel fields.

 

"I didn't play on a field with a fence until I was 16," Stern said. "We used to hit the ball and just run. Sliding wasn't the most fun. There were rocks everywhere. That's the way it was. You didn't know any better. I grew up in a small town and we played small town baseball teams."

 

Green, from Greenfield Park, Quebec, started playing baseball at age 4 as a summer alternative to hockey.

 

"What else are you going to do during summer for Canadian guys?" Green said. "And the summer wasn't that long, only three months out of the year."

 

Later, when given the choice of playing baseball in the summer or waking up at 5 a.m. in the freezing cold for hockey practice, Green chose the more comfortable option.

 

Both Stern and Green were discovered in tournaments in the United States while playing on travel teams, the most common way Canadian players get noticed. But Canadian youth baseball has evolved.

 

"It's a result of people going away and coming back and being involved with coaching," said Greg Hamilton, coach and director of national baseball teams for the Canadian Federation of Amateur Baseball. "You've seen the evolution of the game to the point where people can aspire to things [in the game] and not just playing in the major leagues, but to get a scholarship and get their education taken care of."

 

Previously, the Canadian junior national team, ages 18 and under, would only participate in a two-week training camp prior to international competition. Now the team plays an exhibition schedule in Orlando against professionals in the fall and in April. In May, the team travels to the Dominican Republic for 10 days to play against teams from the Dominican Summer League.

 

"Their games grow because they are challenged and put in that environment," Hamilton said.

 

It did not take long for the four Canadian Orioles to bond. On Thursday night, they gathered in front of the television to watch the most common of Canadian activities: a hockey game.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Nouveau stade de baseball en périphérie de Montréal?

 

EHNUTCZGVBMDPKK.20070803184552.JPG

The New Alex Box Stadium artist rendering

 

(CKAC)- Le directeur technique de Baseball Québec Alex Agostino rêve de faire construire un nouveau complexe de baseball dans les alentours de Montréal pour aider l'excellence du baseball québécois à se développer.

 

«Pour le moment, c'est un rêve, mais on travaille fort pour que le projet se réalise. Ce vendredi, le bureau des gouverneurs de Baseball Québec se rencontre et j'ai l'intention de revenir à la charge avec mon projet. Je crois qu'avec l'aide de notre nouveau président Jean Boulais, on se doit d'approcher la ministre Courchesne. On aurait besoin d'un terrain sur lequel on pourrait bâtir un petit stade de 4000 à 5000 places. Sinon, on pourrait former un partenariat avec eux. C'est sûr que ça prendrait aussi quelques partenaires.»

 

Pour aider à financer son projet, Agostino a déjà entamé des discussions avec le lanceur Éric Gagné et le receveur Russell Martin qui ont déjà démontré de l'intérêt pour aider la cause de Baseball Québec.

 

«Ces gars-là ont déjà indiqué qu'ils voulaient s'associer à notre cause. Ils sont passés par ici et ont à cœur le succès du baseball au Québec. Bien sûr ça nous prendra aussi des commanditaires.»

 

Toujours selon Agostino, chaque jour de l'année, il y a des jeunes baseballeurs qui s'entraînent, mais qui n'ont aucun endroit où le faire.

 

«Dans le fond ce qu'on aurait de besoin d'avoir, c'est un Joël Bouchard de ce monde. Je lui lève mon chapeau, il fait ça à Boisbriand et c'est dans le but d'aider l'excellence de son sport. C'est exactement ça qu'on veut faire. Je crois qu'il serait plus réaliste de penser s'installer ailleurs que sur l'île de Montréal, peut-être dans les alentours de Mascouche. Mais il a déjà été question de transformer l'ancien terrain de soccer utilisé par l'Impact en terrain de baseball. Je me souviens que le maire Tremblay avait déjà rencontré le groupe de Marc Griffin pour parler de cette possibilité. C'est sûr que pour nous ce serait parfait, car le Centre Claude Robillard est très bien centralisé.»

 

Un autre objectif serait d'attirer une équipe de la ligue Can-Am à Montréal grâce à ce nouveau stade.

 

«On a déjà eu des discussions avec Miles Wolf le commissaire de la ligue Can-Am. Il croit que ça prendrait entre 15 et 20 millions $ pour construire un stade. C'est sûr que dans notre cas on aurait besoin d'un complexe qui pourrait aussi être utilisé durant l'hiver. Ça prend donc une section intérieure. C'est la principale différence qu'aurait notre stade comparativement au Stade Saputo par exemple. Mais notre idée serait de suivre le même modèle de travail que l'Impact. Je suis sûr qu'on aurait plus de 3000 personnes, à chaque soir, qui viendraient passer une belle soirée d'été avec nous.»

 

À Québec, les Capitales s'avèrent un succès sur toute la ligne. On note que dans la région de Québec il y a le double de jeunes joueurs de baseball qu'à Montréal. Les Capitales seraient directement responsables de la popularité du baseball chez les jeunes.

 

«On a récemment eu une réunion des entraîneurs à Trois-Rivières. On était 300 sur place pour écouter les conseils de Felipe Alou. Ça prouve qu'il a encore des gens qui sont assez passionnés pour enseigner ce beau sport.»

 

Plusieurs morceaux du casse-tête doivent tomber à la bonne place pour que ce projet voie le jour. Mais connaissant la détermination d'Alex Agostino, il ne faudrait pas parier contre lui.

Link to comment
Share on other sites

lmao. "Un autre objectif serait d'attirer une équipe de la ligue Can-Am à Montréal grâce à ce nouveau stade."

 

Quelle insulte, pourquoi pas au moins chercher une equipe de nivau AAA ou sorte?

 

 

Montreal n'a aucune affaire dans cette ligue...Mieux d'alle supporter les jeunes joueurs locales.

 

Et de toute facon c'est quoi le baseball, je m'en crissse.

Link to comment
Share on other sites

lmao. "Un autre objectif serait d'attirer une équipe de la ligue Can-Am à Montréal grâce à ce nouveau stade."

 

Quelle insulte, pourquoi pas au moins chercher une equipe de nivau AAA ou sorte?

 

 

Montreal n'a aucune affaire dans cette ligue...Mieux d'alle supporter les jeunes joueurs locales.

 

Et de toute facon c'est quoi le baseball, je m'en crissse.

5,000 partisans ont allés au matches des Expos, donc pourquoi es-qu'on mérite quelque chose meilleur que le niveau "A" ?

 

Baseball is the best sport on earth! :D

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value