Search the Community

Showing results for tags 'équipe'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 30 results

  1. Montréal perd un éminent chercheur Mise à jour le lundi 4 mai 2009 à 19 h 32 Un chercheur réputé de l'Université de Montréal annonce qu'il poursuivra sa carrière aux États-Unis. Le Dr Rafick-Pierre Sékaly, qui est bien connu au pays pour ses travaux sur le sida, se dit mécontent des récentes compressions du gouvernement Harper dans la recherche scientifique au Canada. M. Sékaly a accepté le poste de directeur scientifique d'un institut de recherche de Floride, le Vaccine and Gene Therapy Institute. Il amènera avec lui une partie de son équipe de recherche, soit une vingtaine de chercheurs. Le Dr Sékaly maintiendra toutefois certaines activités de laboratoire à l'Université de Montréal. L'occasion d'une vie Outre son insatisfaction en matière de financement au Canada, Rafick-Pierre Sékaly affirme que ce déménagement aux États-Unis constitue pour lui et son équipe une occasion unique. Il a déclaré au quotidien Globe & Mail que sa décision a en partie été motivée par les nouvelles possibilités offertes aux jeunes chercheurs de talent de son équipe. « Ils commencent leur carrière et sont inquiets de leur avenir ici », a expliqué M. Sékaly. Selon lui, les jeunes scientifiques auront de meilleures perspectives d'avenir aux États-Unis, où le président Barack Obama a prévu dans son plan de relance économique une somme de 10 milliards de dollars pour la recherche médicale. Avec son nouveau poste en Floride, le chercheur s'attend d'ailleurs à doubler son budget de recherche actuel. Dans le budget fédéral de janvier, des coupes de 147,9 millions de dollars en trois ans ont été annoncées pour les trois agences qui répartissent les fonds de recherche pour les universités. En mars, un groupe de scientifiques a signé une lettre au premier ministre Harper pour protester contre ces coupes. Malgré le contexte actuel, le chercheur qui a quitté le Liban pour le Canada en 1986 dit que le pays lui a donné beaucoup. « Je ne serais pas où je suis aujourd'hui sans le soutien du Canada », a-t-il déclaré au Globe & Mail.
  2. Pour représenter le consortium gagnant pour le L'achèvement en PPP de l'autoroute, une équipe d'avocats de Gowlings ont boulonné pendant 15 mois. Presque jour et nuit! Pour en lire plus...
  3. Barack Obama a complété jeudi son équipe économique en désignant trois vétérans qui seront en première ligne pour gérer les turbulences sur les marchés. Pour en lire plus...
  4. Saint-Constant: un maire dépensier et destitué La Cour supérieure annule les résultats de l'élection municipale dans la petite ville de Saint-Constant, sur la Rive-Sud. Elle destitue le maire Gilles Pépin et ses cinq conseillers municipaux. La raison: des dépenses électorales dépassant de 42% la limite permise. Jamais un jugement n'avait été aussi sévère. Dans sa décision, rendue le 21 septembre, le juge Gilles Mercure décrit «un système mis en place au quotidien, dont la principale caractéristique était l'absence totale du contrôle des dépenses». Le 5 novembre 2005, Gilles Pépin défait par plus de 1000 votes le candidat sortant, Daniel Ashby. Il prend ainsi le contrôle de la mairie. Six de ses huit candidats aux postes de conseillers municipaux sont également élus. Mais dans son rapport de dépenses déposé peu après les élections, l'agent officiel de l'Équipe Gilles Pépin, Robert Perron, dévoile des dépenses de 53 204,38$ pendant la campagne électorale. Le maximum de dépenses autorisé était de 37 506,72$. Un dépassement de presque 16 000$. En mars 2006, six citoyens de Saint-Constant intentent une poursuite, accusant le maire de pratiques électorales frauduleuses. La Cour leur donne maintenant raison sur toute la ligne. Le juge écrit que «le défendeur Pépin ne pouvait ignorer le dépassement et que c'est donc à son su et avec son assentiment que la manoeuvre électorale frauduleuse a été pratiquée». «C'est une excellente nouvelle», s'est réjoui Normand Besner, candidat défait au poste de conseiller municipal, et l'un des citoyens qui se sont adressés au tribunal. «On se demandait pourquoi, tout au long de la campagne, on voyait que l'équipe adverse avait beaucoup plus d'enseignes et de dépliants, surtout dans la dernière semaine», a-t-il poursuivi. Tutelle Le maire et ses cinq conseillers ont 30 jours pour faire appel du jugement, mais qu'importe: la décision est effective immédiatement. La ville de 25 000 habitants sera donc mise en tutelle par le gouvernement. «La Commission municipale du Québec devra s'occuper de l'administration de la ville le temps que la situation se régularise», explique le porte-parole de la ministre des Affaires municipales, Jonathan Trudeau. Gilles Pépin se dit surpris du jugement, mais a préféré ne pas le commenter avant d'avoir consulté ses avocats. Mais les procédures judiciaires, qui durent depuis un an et demi, le laissent amer. D'autant plus que l'un des plaignants, M. Besner, était candidat pour l'ancien maire Daniel Ashby. «Cette saga judiciaire, c'est de la politique, a-t-il indiqué lors d'un entretien téléphonique. Il y a un parti politique qui était là depuis 12 ans et qui n'a pas accepté sa défaite.» André Sauvé, l'un des conseillers destitués, abonde dans son sens. «Si ça m'a coûté 1000$ de pancartes, pourquoi est-ce que ça n'a coûté que 74$ à l'autre parti pour le même nombre de pancartes?» Conseillers Les candidats de l'Équipe Pépin, pour la plupart inexpérimentés en politique, ignoraient tout des dépenses illégales. Ils ont été «victimes des agissements de l'agent officiel Perron, du maire Pépin et du directeur de campagne (Pierre) Arcouette», écrit le juge. Mais leur élection est annulée néanmoins. Camionneur de profession, André Sauvé a perdu des milliers de dollars en revenus pour occuper ses fonctions. «J'ai manqué une vingtaine de voyages de transport dans la dernière année, dit-il. Ça m'a coûté 14 000$ pour faire 12 000$ comme conseiller municipal et j'aurais fraudé pour ça? Il faudrait que je sois fou!» Jean-François Ouellet, qui a été élu sous la bannière de l'Équipe Pépin, a remarqué des irrégularités pendant la campagne. L'avocat a depuis quitté la formation politique. Il siège aujourd'hui comme conseiller indépendant. «J'ai demandé à de nombreuses reprises quelles sont les dépenses, a-t-il indiqué. On me répondait: «Fais ton porte-à-porte, ne t'occupe pas de ça.» » Jurisprudence Le Directeur général des élections (DGE) a déjà intenté des poursuites contre Robert Perron. L'affaire est toujours devant les tribunaux. «Cette affaire-là démontre que lorsqu'il y a contravention à la loi, les sanctions prévues peuvent être appliquées», a indiqué le porte-parole du DGE, Denis Dion. Avocat spécialisé en droit municipal, Louis Beauregard estime que la décision pourrait bien faire jurisprudence si elle est maintenue. «Les gens vont faire attention après, estime-t-il. Le dépassement d'une limite de dépenses prévue par la loi, ce n'est pas une mince affaire.» Municipalité de Saint-Constant Date de fondation: 1725 Superficie (km2): 56,58 Population: 24 679 Région administrative: Montérégie Avec la construction des chemins de fer du CN et du CP dans le dernier quart du XIXe siècle, Saint-Constant entre dans la modernité. Depuis les années 50, l'essor de la construction résidentielle a permis à Saint-Constant d'obtenir le statut de ville en 1973. Au cours des dernières années, la ville a accueilli plusieurs grandes surfaces du commerce de détail et de centres de magasinage ainsi que diverses usines, notamment la Cimenterie Lafarge. Le conseil municipal Maire : Gilles Pépin Conseillers > Yves-André Ferland (Regroupement des citoyens et citoyennes de Saint-Constant) > Raymond Létourneau (Regroupement des citoyens et citoyennes de Saint-Constant) > Jean-François Ouellet (indépendant) > Yvan Riendeau (Équipe Pépin) > France Hébert (Équipe Pépin) > André Sauvé (Équipe Pépin) > Christine Pelletier (Équipe Pépin) > Mario Arsenault (Équipe Pépin) (Mario Arsenault a été nommé maire suppléant pour la période du 15 novembre 2005 au 1 er août 2006.)
  5. Le segment montréalais est a 11:10 Nos opérations de déneigement fascinent les gens un peu partout sur la planète. Plus tôt cette semaine, la télévision publique allemande Das Erste a tourné un reportage sur le sujet en compagnie de notre équipe. Voici le résultat dans la langue de Goethe! <span class="userContent">https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dYf_cNf2kAw
  6. Des concessions de la NFL et de la NBA seraient viables à Montréal Sports - Argent Écrit par Guy Madore Lundi, 04 janvier 2010 03:55 Mise à jour le Lundi, 04 janvier 2010 13:24 Montréal est l’une des villes nord-américaines les plus sous-représentées en équipes professionnelles et aurait « les reins assez solides » pour supporter de nouvelles concessions dans la MLS, la NBA, la NFL ou… le baseball majeur. Cinq ans après le départ des Expos, une récente étude réalisée par un groupe de publications économiques américaines – Bizjournals – révèle que l’agglomération montréalaise est l’un des marchés les plus propices pour le relocalisation d’une équipe ou l’expansion d’une ligue. Pour arriver à une telle conclusion, les auteurs n’ont cependant pas évalué la ferveur des amateurs pour un sport en particulier, la situation géographique, la disponibilité d’amphithéâtres, la volonté politique des divers paliers de gouvernement, l’intérêt de commanditaires potentiels ni les « préférences » des commissaires des circuits professionnels majeurs. Bizjournals a plutôt utilisé une valeur plus objective comme le revenu personnel total (RPT), soit la somme de l’argent gagné par tous les résidants d’une région donnée sur une période d’un an, pour statuer sur « l’attractivité » de divers marchés comme celui de la métropole québécoise. Des données de 2008 (Statistique Canada) montrent que le RPT de Montréal s’élève à 127,73 milliards de dollars (G$) – tous les montants sont en dollars américains. Capacité pour trois autres ligues En tenant compte des revenus des équipes et du prix moyen des billets, Bizjournals a pu déterminer le niveau de RPT nécessaire pour « supporter » une équipe de chaque ligue : Si l’on soustrait une somme de 37,3 G$ applicable à la présence du Canadien, Montréal disposerait encore d’un revenu personnel disponible (RPD) d’un peu plus de 90 G$. Assez pour ravoir une concession du baseball majeur. Ou pour accueillir une équipe d’expansion de trois ligues réunies (NFL, NBA et MLS). Il est bon de rappeler que cette analyse n’a pas considéré l’influence de deux autres formations de circuits « mineurs », en l’occurrence les Alouettes (LCF) et l’Impact (USL-1). Cette étude ne fera pas plaisir à ceux qui « plaident » pour le retour d’une équipe de la LNH à Québec. Le niveau du RPT (27,7 G$) de la Vieille Capitale ne serait pas suffisant pour « supporter » un club du circuit Bettman. D’un point de vue statistique, Québec ne pourrait accueillir que deux concessions… de la MLS. Baseball : marché saturé L’analyse de Bizjournals a porté sur 81 marchés aux États-Unis et au Canada qui disposent d’un RPT de plus de 25 G$ et sur Green Bay, au Wisconsin, le seul marché sous cette barre doté d’une équipe professionnelle majeure (Packers, NFL). Il en ressort que le baseball majeur ne pourrait pas élargir ses cadres à moins de s’établir dans le sud de la Californie (San Bernardino-Riverside), dans la région de New York (au New Jersey) ou à… Montréal. En contrepartie, c’est la MLS qui aurait l’embarras du choix pour implanter ses équipes d’expansion. Quarante-deux (42) marchés potentiels ont été identifiés, dont six au Canada : Calgary, Winnipeg, Hamilton, Ottawa, Montréal et Québec. Toronto a adhéré à la MLS en 2007 et Vancouver se joindra à cette ligue en 2011. Dix-huit (18) nouveaux marchés ont un RPT suffisant pour accueillir une concession de la NFL, dont Los Angeles qui est un choix logique. Parmi les villes « candidates », on retrouve trois autres agglomérations californiennes ainsi que Montréal, Rochester, Las Vegas et… Honolulu. Le Stade olympique a vibré au rythme des Alouettes, lors de la finale de l'Est le 22 novembre dernier. L'étude de Bizjournals laisse croire qu'il pourrait en faire autant, régulièrement, pour faire vivre une équipe de la NFL... ou du baseball majeur. Photo d'archives Rogerio Barbosa La NBA compte 17 marchés « inexploités », dont San Jose, Birmingham, Las Vegas et Montréal. Enfin, la LNH disposerait de 16 marchés potentiels, mais aucun situé au Canada. Las Vegas est encore en lice, tout comme Houston, Tulsa et Richmond. Pour consulter un tableau présentant les marchés « disponibles » dans chaque ligue, cliquez ici. Déficits de RPT L’étude de Bizjournals a aussi établi que plusieurs équipes évoluaient dans des villes ne possédant pas suffisamment de RPT. On en dénombre 17 dans la NFL, 13 dans le baseball majeur, 11 dans la NBA, neuf dans la LNH et seulement trois dans la MLS. Six marchés ont été identifiés comme ayant un déficit de RPT de plus de 45 G$ : Cleveland, Kansas City, Milwaukee, Phoenix, Pittsburgh et Tampa-Saint Petersburg.
  7. Triste événement, mais c'est pour fermer la gueule à ceux qui aiment nous rappeler qu'il y a juste au Québec que ces incidents arrivent. Source: La Presse Les autorités ont confirmé dimanche qu'au moins deux personnes sont coincées sous les débris d'un centre commercial d'Elliot Lake, en Ontario, après l'effondrement partiel du toit, la veille. Selon un porte-parole de la Police provinciale de l'Ontario, des images de la scène permettent de voir une main et un pied parmi les débris, mais les équipes de secours ne peuvent accéder à l'endroit en question parce que les lieux ne sont pas suffisamment sécuritaires. Des responsables du Service de protection des incendies ont par ailleurs dit avoir entendu de petits coups provenant de derrière des blocs de béton et de métal qui se sont écroulés et qui jonchaient le sol. En fin d'après-midi dimanche, des membres d'une équipe spéciale d'urgence s'affairaient à stabiliser la scène de la tragédie au Centre commercial Algo, une besogne qui, selon les autorités, pourrait prendre une douzaine d'heures. L'opération est encore considérée comme une mission de secours et les responsables espéraient toujours, dimanche, retrouver des gens sains et saufs. Les autorités policières détenaient une liste de neuf personnes manquant à l'appel, mais elles ont précisé que ce chiffre varie selon que des résidants confirment avoir retracé des proches ou que d'autres signalent ne pas avoir de nouvelles de membres de leur famille. Les équipes de secours ont continué à fouiller dans les débris afin de retrouver des personnes manquant à l'appel, dimanche, après le drame, qui a fait au moins 22 blessés. Une section du toit, qui sert aussi de stationnement aux clients et employés du Centre commercial Algo, s'est affaissée vers 14 h 30, samedi, pour atterrir deux étages plus bas. L'effondrement a laissé un trou de 12 m par 24 m et provoqué des pannes de courant ainsi qu'une fuite de gaz. Deux stands vendant des billets de loterie, des cigarettes et des magazines étaient situés dans la zone où le plafond s'est effondré et étaient ouverts juste avant l'incident, ont raconté des témoins. Une équipe de recherche et de sauvetage en milieu urbain de Toronto a été envoyée à Elliot Lake, une ville de 11 000 habitants qui se trouve à quelque 160 km à l'ouest de Sudbury dans le nord de l'Ontario. Une porte-parole du centre commercial, qui est géré par Eastwood Mall Incorporated, a déclaré que l'entreprise référait toutes les questions sur l'incident ou l'état du bâtiment à son avocat, qui n'était pas disponible dimanche pour commenter.
  8. Ramener à Montréal les Jeux olympiques et, tant qu'à y être, une équipe de baseball professionnelle? L'avocat Guy Bertrand en rêve. Pour ce faire, il voudrait faire construire, à Montréal, une Cité des sports qui pourrait en outre relancer la pratique sportive chez les jeunes. L'avocat de Québec tentait depuis 2008 de mettre en oeuvre un projet entièrement privé d'amphithéâtre et de complexe hôtelier dans la région de la capitale. Pris de vitesse par le maire Régis Labeaume et son nouveau Colisée de 400 millions, Me Bertrand se tourne maintenant vers Montréal. Son entreprise, Consortium GB, vient de s'inscrire au registre des lobbyistes pour la construction d'une «Cité des sports» dans la métropole. Ce projet prévoit la construction d'un stade avec toit amovible pour accueillir des événements tant sportifs que culturels, un anneau de glace, un complexe hôtelier et des espaces commerciaux. Tout comme son projet de Québec, celui-ci serait «entièrement privé». Me Guy Bertrand ne nous a pas rappelés hier, mais son inscription comme lobbyiste en dit long. On y précise que «tous les sports d'hiver de même que les sports d'été ont été considérés dans le projet visant l'érection des infrastructures de La Cité des sports afin de favoriser le développement optimum des disciplines olympiques». L'objectif est «de permettre à la ville de Montréal de poser éventuellement sa candidature aux Jeux olympiques d'hiver comme aux Jeux olympiques d'été», peut-on lire. Dans un deuxième temps, «Consortium GB entend aussi prendre toutes les mesures nécessaires pour que Montréal obtienne une franchise de la Ligue nationale ou de la Ligue américaine de baseball». Me Bertrand et ses partenaires disent vouloir obtenir le «soutien moral» du gouvernement pour l'obtention de cette franchise. L'objectif de ce projet n'est pas que sportif, selon la présentation du projet. On souhaite «assurer le maintien et la valorisation du Québec français. N'oublions jamais que le sport est l'une des pierres angulaires de notre édifice culturel et qu'il fait partie du mode de vie et des traditions québécoises». L'emplacement prévu de la Cité des sports n'est pas précisé, mais le document consulté par La Presse permet de comprendre qu'il se trouverait près de Longueuil. En effet, on y écrit que des travaux de décontamination des sols et un aménagement de la desserte de transports en commun seront nécessaires, d'où la nécessité de discuter du projet avec les administrations des maires Gérald Tremblay et Caroline St-Hilaire. «Des projets de nouveaux stades, on nous en présente régulièrement depuis des années pour accueillir une équipe de baseball professionnelle ou semi-pro. C'est un dossier qu'on suit de très près», assure Martine Painchaud, attachée de presse du maire Tremblay. Celle-ci précise que tous les projets présentés jusqu'à présent ont été minés par des problèmes de financement et par la difficulté à trouver un bon emplacement. À Longueuil, le cabinet de la mairesse disait tout ignorer du projet. Partenaire expérimenté Guy Bertrand n'est pas seul dans ce projet. Quatre autres personnes sont inscrites au registre des lobbyistes pour en faire la promotion auprès du gouvernement. Deux d'entre eux, Patrick Bergé et Normand-Pierre Bilodeau, sont des dirigeants de Scéno Plus. Cette entreprise de Montréal se spécialise dans la construction de salles de spectacles et théâtres. Celle-ci a notamment conçu un complexe hôtelier de 2,4 milliards inauguré en avril à Atlantic City, le Revel. Scéno Plus a également travaillé sur les deux salles exploitées par le Cirque du Soleil à Las Vegas, ainsi que sur la construction du Colosseum, la salle de spectacle de 4000 sièges du Caesars Palace à Las Vegas aménagée en 2003 pour Céline Dion. Pour son premier projet d'amphithéâtre privé à Québec, Me Guy Bertrand a toujours refusé de dévoiler l'identité des investisseurs prêts à financer ses projets. En plus du complexe sportif et hôtelier, l'avocat disait vouloir ramener à Québec une franchise de la Ligue nationale de hockey. Ne limitant pas ses ambitions, il évoquait également l'idée d'attirer une équipe de la Ligue canadienne de football et une autre de la Major League Soccer. N'ayant pas réussi à convaincre le maire Régis Labeaume, Consortium GB avait également sollicité la ville voisine de Saint-Augustin pour ériger son complexe. http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201209/17/01-4574968-guy-bertrand-reve-du-retour-des-jo-et-des-expos.php
  9. LNH - Expansion: L'attrait de Toronto (Source: Radio-Canada) Selon le Globe and Mail, les gouverneurs du circuit Bettman évoquent l'idée d'une deuxième équipe dans la Ville Reine. Le nom de Jim Balsillie est associé au projet. Y a-t-il suffisamment de place pour deux coqs dans la basse-cour de Toronto? Selon ce que rapporte le Globe and Mail de mardi, les gouverneurs de la Ligue nationale discutent de l'idée d'une deuxième équipe dans la Ville Reine. « Pourquoi ne pas avoir une autre équipe dans le meilleur et le plus grand marché (de hockey) au monde », s'est interrogé un des gouverneurs, sous le couvert de l'anonymat. Au moins trois dirigeants, dont le copropriétaire des Flames de Calgary Harley Hotchkiss, ont indiqué que l'homme d'affaires canadien Jim Balsillie pourrait recevoir une équipe d'expansion. Un autre gouverneur, sans remettre en question l'idée, a toutefois laissé savoir que le déménagement d'une équipe actuelle serait préférable à une expansion. « Nous ne pouvons pas ajouter une équipe, car nous serions la risée des sports professionnels, a-t-il dit. Nous avons trop de franchises en difficulté. » Réaction des Maple Leafs Richard Peddie, le président-directeur général de Maple Leaf Sports and Entertainment, n'est pas entièrement opposé à la venue d'une rivale dans la métropole ontarienne. Il y voit même une source de revenus supplémentaire. « Quand la Ligue parlera d'expansion - si elle le fait -, nous écouterons et jugerons de ce qui est le mieux pour le hockey, a expliqué Peddie. Les Maple Leafs ne seraient pas désavantagés. Nous pourrions même augmenter nos revenus en louant l'Air Canada Centre. » Un autre gouverneur a quant à lui mentionné que Toronto est une option nettement plus enviable que Hamilton. Une équipe dans la petite ville industrielle pourrait être fatale aux Sabres de Buffalo, de l'autre côté des chutes Niagara. Le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly, a refusé de commenter la rumeur. http://sport.sympatico.msn.ca/abc/Accueil/ContentPosting.aspx?isfa=1&feedname=CBC_SPORTS_V3_FR&showbyline=True&newsitemid=415138
  10. Google et l'opérateur T-Mobile ont dévoilé mardi matin le G1, un téléphone qui fonctionne grâce au système d'exploitation Android. Pour en lire plus...
  11. Qui sera couronné? Mardi 22 juillet 2008 RDS.ca Adam Braz affrontera son ancienne équipe pour la 2e fois cette saison. TORONTO – L’Impact de Montréal (2-1-0 ; 6 points) affronte le Toronto FC (1-1-1 ; 4 points), mardi au BMO Field, dans le cadre du match décisif du Championnat canadien. L’Impact a besoin d’une victoire ou d’un verdict nul pour être couronné champion du tournoi. « Nous allons amorcer le match avec le désir de gagner, a déclaré le défenseur Adam Braz, qui affrontera son ancienne équipe pour la deuxième fois. C’est bien parce que nous nous sommes mis dans une position qui nous permet d’avoir la chance de se qualifier. Nous devons tous comprendre quelle est la situation en ce moment et être certains que nous allons nous présenter et donner le maximum d’efforts. C’est une chance pour nous de prouver que nous sommes la meilleure équipe au Canada, mais aussi un grand honneur de représenter le pays dans la Ligue des Champions de la CONCACAF. » « C’est un match très important et c’est comme une finale pour nous. Pour un joueur, c’est toujours spécial de jouer dans un match comme celui-là, a déclaré le capitaine Mauro Biello, qui a pris la décision de subir son intervention chirurgicale au poignet après ce match, le 25 juillet. Nous voulons montrer que nous sommes une équipe de grande qualité en gagnant ce championnat. Je pense que la pression est davantage sur Toronto parce qu’ils doivent absolument marquer. J’espère qu’on pourra profiter des ouvertures qu’ils vont créer en essayant d’ouvrir le jeu. » Lors des trois premiers matchs du tournoi, l’Impact a subi un revers de 1-0 contre Toronto, le 27 mai au Stade Saputo, puis a ensuite signé deux victoires de 2-0 contre les Whitecaps de Vancouver, le 17 juin à domicile, et le 25 juin, à l’extérieur. Lors du premier affrontement contre Toronto, le seul but du match avait été marqué à la 72e minute. Le défenseur du Toronto FC Marco Velez avait dévié de la tête le coup franc de 20 mètres du milieu de terrain Laurent Robert. L’Impact avait dû se défendre à court d’un homme dès la 53e minute de jeu, alors que le défenseur Stefano Pesoli avait été expulsé de la rencontre après avoir écopé de son deuxième avertissement du match. «Ce serait bien d’éliminer une équipe de la MLS, a déclaré le milieu de terrain Rocco Placentino. Nous irons là-bas pour jouer notre style de jeu en espérant obtenir un bon résultat. Dans tous les sports, si tu n’accordes pas de but tu ne perds jamais, alors cela devrait être notre premier objectif mardi. J’adore jouer contre des équipes avec des partisans qui sont sur ton dos parce que cela te donne de l’énergie. J’ai vraiment hâte à ce match. » Lors de son dernier match, samedi, la formation torontoise a fait match nul 0-0 contre les Earthquakes de San Jose. Le Toronto FC n’a pas connu la victoire à ses huit derniers matchs (0-5-3), dont cinq matchs de saison régulière. Toutefois, Toronto n’a toujours pas subi la défaite en neuf matchs de saison régulière disputés à domicile (5-0-4). Rappelons que l'équipe qui terminera en première place du tournoi remportera la Coupe des Voyageurs. L’équipe championne affrontera ensuite en matchs de barrage l’équipe championne du Nicaragua. En bref • Le milieu de terrain Tony Donatelli ne pourra prendre part au match puisqu’il a joué des matchs du Championnat canadien avec les Whitecaps de Vancouver, avant d’être échangé à l’Impact, le 30 juin dernier. • Cinq joueurs de l’Impact ont pris part aux 270 minutes des trois premiers matchs du tournoi : le gardien Matt Jordan, les défenseurs Adam Braz et Simon Gatti, de même que les milieux de terrain Patrick Leduc et David Testo. • Leduc est le seul joueur du onze montréalais à avoir joué et amorcé les 19 matchs de l’Impact, incluant les trois matchs du Championnat canadien Nutrilite. Depuis le début de la saison, il a disputé pas moins de 1686 minutes, sur une possibilité de 1710 minutes. • L’ancien gardien de l’Impact Greg Sutton a une fiche de 4-4-3 en 11 matchs cette saison et présente une moyenne de buts alloués de 1.36. La saison dernière, il n’avait disputé que huit matchs en raison d’une commotion cérébrale. • L’attaquant Danny Dichio est le meilleur marqueur de Toronto avec cinq buts en 13 matchs. Il n’a toutefois pas pris part au dernier match des siens en raison d’une commotion cérébrale.
  12. Ok pas vraiment, Ensuite je vais me défendre que la dernière fois que j'ai écouté timberlake, j'étais saoul et elle était cute mais bon, ça mis de côté... Le nouveau film de Mike Myers, qui va aider la LNH à se faire aimer au états unis. Contient quelques petites choses que je ne pige pas. Premièrement les maples Leafs sont dnas les séries et sont une des bonnes équipe de la ligue. Ensuite leur plus grande vedette est noir (Pas raciste mais réaliste ici) et maintenant. Justin Timberlake joue le rôle de Jacques Grande, un Québécois avec un accent pourri, la vedette des Kings de LA qui couche avec tous le monde. Je me demande comment les puristes du hockey que sont les Montréalais vont prendre ça. le "trailer"
  13. La LHJMQ à Verdun Mardi 22 janvier 2008 RDS.ca Pour la première fois depuis 1994, il y aura du hockey de la LHJMQ à l'Auditorium de Verdun.Pour la première fois depuis 1994, il y aura du hockey de la LHJMQ à l'Auditorium de Verdun. Par Stéphane Leroux - Il y aura du hockey de la Ligue junior majeur du Québec dans la région de Montréal, plus précisément à Verdun, dès la saison 2008-2009. RDS a appris que l’homme d’affaires montréalais Farrel Miller s’est porté acquéreur de la concession des Fog Devils de St. John’s, Terre-Neuve. Miller, président de la compagnie SportTV.Com, une entreprise oeuvrant dans la diffusion d’événements sportifs sur internet, a acheté l’équipe terre-neuvienne de la famille Dobbin pour un peu plus de trois millions de dollars. La transaction devra être approuvée par l’ensemble des propriétaires du circuit, vendredi, dans le cadre d’une conférence téléphonique, ce qui ne devrait pas causer de problèmes. Monsieur Miller est âgé de 46 ans, il est né à Montréal et il est diplômé de l’Université McGill. En 2000, Farrel Miller a aussi fondé JumpTV, le plus grand distributeur de canaux internationaux sur le web. L’aventure des Fog Devils dans le circuit Courteau n’aura donc duré que trois saisons. En 2005-2006, l’équipe dirigée par Réal Paiement a attirée en moyenne 3928 spectateurs par match, moyenne qui a chutée à 3666 l’an dernier et à 3331 jusqu’ici cette saison. Comme l’équipe a perdu plus de 750 000 dollars la saison dernière, il n’était pas question pour la famille Dobbin de continuer d’opérer l’équipe au Mile One Stadium de St. John’s. Avant de compléter la transaction avec Farrel Miller, la LHJMQ a vérifié l’intérêt de la ville de St. John’s pour garder l’équipe dans la province de Terre-Neuve, mais le maire Andy Wells a mentionné qu’il n’était pas question que les autorités municipales achètent l’équipe qui lutte présentement pour une place en séries. C’est donc dire qu’après cinq ans d’absence, le hockey de la LHJMQ reviendra dans la métropole. Le Rocket de Montréal avait eu pignon sur rue à l’Aréna Maurice-Richard et au Centre Bell de 1999 à 2003. Pour ce qui est de l’Auditorium de Verdun, il verra du hockey junior pour la première fois depuis 1994, année où le Collège Français avait décidé de fermer ses portes. Contrairement au Rocket, la nouvelle équipe de Verdun n’en sera pas une d’expansion et se présentera l’an prochain avec un noyau relativement solide qui comptera un minimum de quatre joueurs appartenant déjà à des formations de la Ligue nationale. Des travaux de construction de loges corporatives et d’une galerie de presse fonctionnelle seront mis en branle par l’arrondissement de Verdun au cours des prochains jours. Le maire de l'arrondissement, Claude Trudel, nous a d'ailleurs confirmé qu'une entente de principe était intervenue. Le réalignement des sections, le nom de la future équipe de Verdun et la possibilité de voir l’entraîneur-chef et directeur général de l’équipe, Réal Paiement, s’amener à Verdun sont des sujets qui n’ont pas encore été discutés. Les Fog Devils avaient obtenus une équipe d’expansion pour la saison 2005-2006 en même temps que les Sea Dogs de Saint John, au Nouveau-Brunswick. Depuis le départ du Rocket, il était de notoriété publique que le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau tente de ramener une équipe dans la grande région de Montréal… C’est maintenant chose faite !
  14. Cyberpresse Les propriétaires des Argonauts de Toronto et la Ligue canadienne de football ont entamé des démarches afin d’acquérir une équipe de la NFL, selon l’édition de jeudi du Globe and mail. Le journal rapporte que David Cynamon et Howard Sokolowski, ainsi que des gouverneurs de la LCF souhaiteraient relocaliser une équipe à Toronto tout en s’assurant de ne pas affaiblir les Argos. Selon certaines données, le prix d’une franchise de la NFL avoisinerait le milliard de dollars. Les équipes ciblées seraient les Bills de Buffalo, les Vikings du Minnesota, les Jaguars de Jacksonville et les Saints de la Nouvelle-Orléans.
  15. Pourquoi pas un camp de Liverpool à Montréal? Dirk Kuyt de Liverpool à la lutte avec le Marseillais Julien Rodriguez. Photo AFP François Gagnon La Presse Raleigh, Caroline du Nord Coupe-vent aux couleurs du Canadien sur le dos, George Gillett déambulait dans le vestiaire de son équipe, distribuant accolades, mots d'encouragement et blagues de son cru. Débarqué en Caroline du Nord pour assister au lancement de la saison du Canadien, hier, contre les Hurricanes, George Gillett s'est aussi assuré d'aller visiter les installations du dernier-né de son empire sportif, l'équipe Gillett Evernham Motorsport (GEM) dans la série NASCAR. En Caroline du Nord, la série NASCAR occupe l'avant-scène du sport avec le football et le basketball universitaire loin, très loin, devant les Hurricanes et le hockey de la LNH. De fait, ces sports sont de véritables religions dans cette portion très biblique des États-Unis. Après avoir suivi de près l'entraînement matinal de son équipe et fait le tour du vestiaire trois fois plutôt qu'une, Gillett a pris la route de Statesville, localité située à une quarantaine de minutes de Raleigh-Durham. Il allait y effectuer un tour du propriétaire. Même s'il avait plus envie de parler de hockey et des chances du Canadien d'accéder aux séries - chances qu'il qualifie de très bonnes - et de NASCAR, le propriétaire du Canadien a reconnu avoir l'intention de se servir de son équipe de soccer, le FC Liverpool, pour promouvoir ce sport au Canada et aux États-Unis. «Il est hors de question pour le moment de faire l'acquisition d'une équipe de la MLS (Major League Soccer). Nous avons par contre des discussions avec quelques-unes des formations de ce circuit afin de nous impliquer dans le soccer afin de rendre ce sport plus populaire. Notre club de Liverpool pourrait venir effectuer un camp d'entraînement à tous les deux ans au Canada ou aux États-Unis, il pourrait venir y disputer des matchs hors concours. Rien n'est exclu», a lancé George Gillett. Lorsqu'un collègue journaliste lui a demandé si cet intérêt pourrait se traduire par l'implantation d'un club de la MLS à Montréal, Gillett s'est vite défilé. «C'est une belle et une grande journée aujourd'hui. Le Canadien commence sa saison et c'est ce qui prime sur tout», a lancé le proprio du Tricolore en guise d'esquive. Une esquive qui a été aussitôt suivie d'une invitation à tous les journalistes de visiter les infrastructures de son écurie. Gillett est parti seul. En fait, non. Il a quitté avec les gens de son organisation et était de retour à 17h pour l'arrivée des joueurs du Canadien au RBC Center où ils ont donné le coup d'envoi à leur saison, hier.
  16. Je me suis rendu compte que Montreal et San Diego sont les deux seul villes de plus de 3 millions d'habitant a ne pas posseder de franchsie nba... pire! des villes 2 fois moins importante que Montreal possede une franchise (Memphis, Sacramento, New Orleans... meme Vancouver a eu droit a son equipe il y a qq annees!) Pourtant, on devrait s'y interesser parce que ce championnat est en plein boom d'audience dans le monde (Europe, Chine, Amerique latine...) Les retombees mediatique pourrait etre tres importante pour Montreal (comme San Antonio ou Cleveland) En plus je vois pas pourquoi Toronto a droit a son equipe et pas nous! je pense que je suis pas le seul a y avoir penser... donc si quelqu'un a des infos ou des archives concernant ce sujet j'aimerais bien me renseigner un peu (j'adore le basket:D )
  17. Stratégiquement situé à deux pas du métro, découvrez ces 8 unités de condominium aux lignes épurées . Tout près du marché Atwater, du Canal Lachine et des parcs de la berge du St-Laurent pour vous faire profiter pleinement de l’effervescence de Verdun, L7 vous offre aussi des espaces vastes et modernes de 2 à 3 chambres ou des townhouses de deux étages incluant une cour arrière privée et la possibilité d'un stationnement intérieur. Vous avez, comme pour tous les projets CHAPAM, la possibilité de personnaliser l'unité avec des finitions haut de gamme tel que choisies par notre équipe de design. Douche pluie, robinetterie murale et plus encore. La surface de ces habitations loft varie de 892 à 1235 pieds carrés. Vendu à partir de 228 000 $ (plus taxes) Promoteur : Les entreprises Chapam Site Web : http://www.l7condo.com
  18. Genivar fait l'acquisition de EXH Engineering 3 mars 2008 - 11h28 Presse Canadienne Grossir caractèreImprimerEnvoyer Le Fonds de revenu Genivar (GNV.UN), une firme de services de génie-conseil basée à Montréal, se porte acquéreur de EXH Engineering Services Ltd., une entreprise de l'Alberta qui compte 275 employés dans 14 bureaux. EXH est spécialisée en transport et en infrastructures municipales. Le montant de la transaction n'a pas été précisé. En procédant à cette annonce lundi, la direction de Genivar a indiqué que cette acquisition représente un jalon important pour le développement de la plateforme de la compagnie dans cette province. «Avec EXH au sein de notre équipe, Genivar devient un acteur clé en transport et en infrastructures municipales, deux marchés qui demeureront vigoureux pour les années à venir. Nous poursuivrons l'élargissement de notre équipe dans tous nos autres marchés, particulièrement en bâtiment, en environnement, en industriel et en énergie», a déclaré Pierre Shoiry, président et chef de la direction de Genivar. La transaction a été complétée le 29 février. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080303/LAINFORMER/80303120/5891/LAINFORMER01
  19. Cataclaw

    Euro 2008

    Fil de discussion pour l'Euro 2008 -- Ca commence bien pour mon equipe Portugal 2 Turkey 0 FORCA PORTUGAL!
  20. Bellemare voit la LCF à Québec Lundi 26 novembre 2007 RDS.ca Le candidat à la mairie de Québec, Marc Bellemare. Le projet d'une équipe de football de la Ligue canadienne à Québec refait surface au lendemain de la présentation du match de la coupe Grey. Le candidat à la mairie Marc Bellemare travaille sur le dossier depuis quelques années. L'avocat croit que la Ville de Québec est prête pour une franchise de la LCF. Il a reçu un appui supplémentaire vendredi dernier quand le commissaire de la Ligue, Mark Cohon, a révélé que Québec et Halifax représentent des villes d'expansion potentielles. Pour Bellemare, l'idée d'apporter une équipe à Québec est un projet mobilisateur d'envergure nationale qui relancerait une rivalité avec Montréal. "Les Alouettes souhaitent depuis dix ans que Québec adhère à la Ligue canadienne", avance-t-il. Outre quelques gens de Québec, Jacques Dussault, Bruno Heppel et Larry Smith, le président des Alouettes, sont impliqués dans le dossier. Le budget d'opération d'une équipe de football serait de 20 M$, en plus des 4 M$ pour l’obtention une franchise. On vise un stade de 25 000 places. Il faudrait agrandir celui du PEPS de l'Université Laval en ajoutant 15 000 sièges. Le financement devrait venir des différents paliers de gouvernement et d'entreprises privées. Le promoteur ne pense pas que la Ligue canadienne nuirait aux activités du Rouge et Or. Il y voit plutôt un complément au football universitaire. "Québec est une ville d'envergure et la preuve a été faite que nous sommes intéressés au football », croit Bellemare. Le politicien estime que Québec, dont le bassin régional est plus important que les villes de Regina et Winnipeg, peut accueillir la Ligue canadienne d'ici cinq ans. Bellemare a de grandes ambitions pour la Ville de Québec. En plus d'amener une équipe de la LCF, il espère la construction d'un amphithéâtre pour le hockey de la Ligue nationale en plus de ramener le dossier des Jeux olympiques sur la table d'ici les vingt prochaines années. Agrandir le PEPS Il y a une ouverture à la Ligue, mais encore faut-il trouver l’endroit où faire évoluer cette équipe. Le stade de football du PEPS de l’Université Laval demeure la place favorite. «Pour agrandir le stade Molson à Montréal de 5000 sièges, il en coûte 30 millions $, dont 12,5 millions $ seront fournis par chacun des gouvernements provincial et fédéral alors que le reste provient des Alouettes. Pour la même somme, nous pourrions faire passer la capacité du stade du PEPS de 10 000 à 25 000 sièges. Et tout ce que l’on demande, c’est que Québec reçoive des gouvernements les mêmes sommes qui ont été allouées à Montréal.» «La Ville n’est pas capable financièrement de supporter toutes ces constructions, et c’est pourquoi il faut faire appel au secteur privé. Il y a plusieurs fils qui pendent pour la réalisation d’un tel projet, des fils que seul un maire peut attacher. Il est évident que si le maire est élu pour aller de l’avant dans ce projet, je suis la personne pour le mener à terme. Je trouve que le projet du football est incontournable, je veux que l’on ramène le plaisir à Québec, que l’on fasse renaître une autre rivalité Québec-Montréal pour que les gens s’amusent.» Marc Bellemare aimerait aussi que la Ville s’engage à retravailler sur le dossier olympique d’ici les 20 prochaines années. «Regardez à Vancouver, une somme de 1,2 milliard $ d’argent neuf a été insufflée dans cette région à cause des Jeux de 2010. D’autre part, le projet d’un nouvel amphithéâtre devrait être calqué sur celui de Winnipeg, qui n’a coûté que 133 millions $, dont 93 millions $ proviennent du privé. C’est important d’avoir des équipements modernes, et il y a plusieurs groupes musicaux qui ne viennent pas à Québec à cause de la désuétude du Colisée.»
  21. Juste au nord de Sherbrooke, coin Parc ou De Bleury (c'est là que ça change de nom). Ce projet remplace un vieux restaurant crasseux qui a passé au feu il y a un peu plus d'un an. Le projet des Condos Le Bodega comporte un seul bâtiment de cinq étages hors sol avec un niveau sous-sol. Les Condos Le Bodega comprendra deux espaces commerciaux au rez-de-chausée et un total de 20 unités résidentielles en copropriété divisé reparties entre le 2e et le 5e étage. Les Condos Le Bodega comportera une structure de béton et sera équipé d'un ascenseur. Mis a part le rez-de-chausée, les étages hors sol compteront 5 unités d'habitation chacun. Le sous-sol des Condos Le Bodega abritera un total de 10 espaces de stationnement intérieur dont un réservé pour les personnes handicapées. de plus, le sous-sol comptera 20 espaces de rangement privé et 26 cases de stationnement pour vélo. L’accès au stationnement intérieur se fera via la ruelle arrière. http://www.le-bodega.com/
  22. Al's, Impact et CH au 7e ciel (CKAC)– Mine de rien, la ville de Montréal vit une année 2008 absolument superbe sur le plan sportif. Avec le centenaire du Canadien, le retour en force des Alouettes et les prouesses de l'Impact en Ligue des Champions, les amateurs de sports en ont plein la vue. Le CH vise la Coupe Avec l'addition d'Alex Tanguay, Robert Lang et de Georges Laraque, le Canadien s'avère, sur papier, une meilleure équipe que celle qui avait terminé la saison dernière au premier rang de la conférence de l'Est. Les Chris Higgins, Mike Komisarek et Carey Price de cette équipe débarquent au camp avec une année de plus d'expérience sous la cravate. Alex Kovalev, Saku Koivu et Alex Tanguay ont tous intérêt à donner le maximum d'eux-mêmes puisqu'ils deviennent tous joueurs autonomes l'été prochain. Pour la première fois depuis les années '80, les partisans ont l'assurance que l'équipe ne vise rien de moins que la coupe Stanley. Le message du président Pierre Boivin a été bien clair lors du tournoi de golf de l'équipe il y a un mois. «Nous voulons que les partisans sachent que nous ne sommes plus en période de reconstruction, il est temps pour nous de passer à une autre étape, celle de tenter de gagner la coupe.» Le Canadien célèbre en même temps le centenaire de son équipe avec une multitude de cérémonies et de célébrations entourant cet anniversaire spécial. Les mordus du Canadien n'en sauront plus où donner de la tête. Les Alouettes de retour au sommet Avec l'embauche de Mark Trestman, les Alouettes ont finalement retrouvé leur aplomb et la crédibilité qu'ils avaient bâtie depuis leur retour à Montréal. Trestman a amené avec lui son bagage de la NFL et a instauré la discipline qui était disparue depuis que Jim Popp était en poste. Même Brian Chiu, qui est avec l'équipe depuis des années, n'en revenait pas. «Je ne me suis jamais entraîné aussi fort durant les entraînements de l'équipe.» Anthony Calvillo est redevenu le quart-arrière étoile que l'on connaissait lors de la conquête de la Coupe Grey en 2002. Calvillo montre un pourcentage de passes complétées de 67.1%, ayant déjà accumulé 3608 verges cette saison. Le porteur de ballon Avon Cobourn était en lice pour le titre de joueur le plus utile à son équipe lors qu'il a été victime d'une blessure à la cheville. Il se dirigeait vers une saison de plus de 1000 verges au sol et 1000 verges par la voie des airs, du jamais vu dans la Ligue canadienne. Les Alouettes trônent au sommet de la division Est de la LCF et sont déjà assurées d'une place en série et d'un match à domicile au Stade olympique. Avec une victoire cette fin de semaine face aux Tiger-Cats ou une défaite des Blue Bombers, l'équipe s'assurerait du championnat de la division et d'une semaine de congé lors de la première ronde des séries. Comme par hasard, le retour en force de l'équipe coïncide avec le fait que les Alouettes seront l'hôte de la Coupe Grey cette année. Le plan de match de Larry Smith se déroule exactement comme il l'espérait. L'équipe devrait pouvoir bénéficier de quelques matchs sans signification au mois d'octobre pour donner congé à certains joueurs blessés. L'équipe devrait donc faire son entrée dans les séries avec une équipe en santé. Avec un peu de chance, les Alouettes remporteront leur premier match des séries au Stade olympique et seront propulsés directement à la Coupe Grey. L'Impact sur la scène internationale Non seulement l'Impact a envahi la ville de Montréal cet été, mais l'équipe s'est aussi finalement fait un nom sur la scène internationale. Pour la première fois de l'histoire, le tournoi de la Ligue des Champions avait sa tranche nord-américaine et l'Impact a trouvé le moyen de remporter le championnat canadien pour représenter le pays sur la scène mondiale. C'est lorsqu'on aperçoit le nom Impact de Montréal dans la même liste que ceux du Juventus, Manchester United, AC Milan, Barcelone et Marseille, lorsqu'on consulte les résultats de matchs sur le site internet de ESPN que l'on se rend compte de l'ampleur des exploits de l'équipe. L'Impact est au sommet de son groupe avec 7 points et se retrouve en bonne posture pour accéder à la ronde éliminatoire de la Ligue des Champions qui aura lieu au mois de février. En même temps, l'équipe n'a pas abandonné l'idée de remporter le championnat de la USL. Les guerriers de John Limniatis se donnent cœur et âme soir après soir malgré les nombreux longs voyages de l'équipe. Plusieurs experts prédisaient un effondrement de l'Impact au mois de septembre dû à la fatigue extrême, mais Limniatis et sa troupe trouvent toujours le moyen de jouer des matchs solides. Avec une victoire dans la série aller-retour face aux White Caps de Vancouver, l'Impact se retrouverait en grande finale. Les amateurs de soccer de Montréal ont aussi eu droit à 2 autres premières à Montréal. Premièrement, l'arrivée d'un tout nouveau Stade de soccer; le Stade Saputo. Un Stade de 13 000 places, construit uniquement pour le soccer, qui pourrait se transformer en stade de 20 000 si l'équipe fait le saut en MLS…Une autre bonne nouvelle qui pourrait être confirmée aux partisans d'ici la fin de l'année 2008. Par ailleurs, Montréal a été l'hôte de deux matchs de qualification de la Coupe du monde de soccer : le premier impliquait l'équipe nationale canadienne et l'équipe de St-Vincent et les Grenadines, l'autre opposait nos Canadiens au Honduras. En tout et partout, sur le plan sportif, les partisans pourront dire que les équipes montréalaises auront trouvé le moyen de voler la vedette cette année, surtout si on se compare à Toronto. Comparez rapidement les équipes de Toronto versus celle de Montréal…Canadiens-Maple Leafs, Alouettes-Argonauts, Impact-FC Toronto… Ok Ok, vous pouvez arrêter de rire maintenant. Jeremy Filosa / CKAC
  23. Le 4 septembre 2014 à 11h43 | Agence QMI / Alexandre Parent Les activités soccer de l’Impact de Montréal se diversifient: le club a annoncé, jeudi, la création du FC Montréal, qui joindra les rangs de l’United Soccer League Pro à compter de 2015. Il s’agit en quelque sorte d’un retour dans l’USL pour l’organisation montréalaise, l’Impact y ayant joué par le passé, avant d’accéder à la Major League Soccer. «Cette équipe sera composée majoritairement de nos jeunes joueurs québécois provenant des équipes U23 et U18. Elle sera la dernière étape de transition avant la MLS, a indiqué le président de l’équipe Joey Saputo. «Étant donné que la Ligue de réserve de la MLS n’existera plus l’an prochain, la création du FC Montréal nous donnera plus de flexibilité en termes de développement et du mouvement des joueurs. «Nous croyons que le fait que nos jeunes joueurs évoluent [dans une ligue] au meilleur niveau possible est le meilleur moyen pour qu’ils soient prêts pour le prochain niveau.» L’identité de l’entraîneur-chef de cette nouvelle équipe n’a toujours pas été déterminée. Les matchs du FC Montréal, qui seront initialement disputés sur le terrain adjacent au Stade Saputo avant un transfert possible vers le Complexe sportif Claude-Robillard ultérieurement, seront ouverts au public. Nouveaux visages, nouvelles responsabilités De plus, l’Impact a ajouté à son équipe de direction trois nouveaux vice-présidents, qui se rapporteront directement à Joey Saputo. Marc Bourassa, Hugues Léger et André Côté occuperont, respectivement, les postes de vice-présidents ventes et partenariats, marketing et développement stratégique. «Je vois énormément de potentiel, non seulement pour les abonnements, mais pour les partenariats également, a souligné Bourassa, qui a également déjà travaillé chez Sun Media et au "Journal de Montréal". […] Mon mandat s’amorcera la semaine prochaine, mais on a un plan qui est clair.» Enfin, Nick De Santis, qui occupait jusqu’à tout récemment le poste de directeur sportif avec l’Impact, s’est vu confier celui de directeur du développement des affaires internationales, alors que Richard Legendre deviendra le nouveau vice-président exécutif, opérations soccer et Stade Saputo. Baisse d’assistance Ces renforts arrivent à point nommé pour l’Impact, qui connaît une saison décevante. L’équipe dans les bas-fonds de l’Association de l’Est et du classement général de la ligue, avec seulement cinq victoires en 25 parties. Toutefois, le club est toujours dans la course pour l’obtention du titre dans la Ligue des champions de la CONCACAF. En raison des performances sur le terrain, l’engouement des partisans, qui affluent de moins en moins au Stade Saputo, est à la baisse. Sans être alarmiste, Saputo s’est dit inquiet de la situation. «Ça m’inquiète, puisque je ne vois pas comment nous ne pouvons pas afficher salle comble chaque match. Je pense que le marché est là, a souligné Saputo. En ce moment, nous sommes 1,8 million $ hors de notre budget pour les assistances.» Nouveau centre d’entraînement L’Impact a également annoncé la création d’un nouveau centre d’entraînement pour l’ensemble de ses équipes et qui verra le jour sur la rue Notre-Dame, près du boulevard Pie-IX, dans l’ancien édifice de la caserne Létourneux, à proximité du Stade Saputo. Les nouvelles installations - un investissement d’environ 10 millions $ - seront composées de quatre terrains de soccer. Deux d’entre eux seront dotés d’une surface de gazon naturel alors que les deux autres seront faits d’une surface synthétique.
  24. http://blogues.radio-canada.ca/triplex/2013/02/22/rester-a-montreal-pour-innover/