Jump to content

Recommended Posts

  • Replies 127
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Désolé le francais c'est ma troisième langue, je vais retourner à l'école juste pour toi ou même éviter de l'utiliser dans le future.

Je salue ton courage de t'exprimer en français, une bonne façon en même temps de l'améliorer avec l'usage. Tu en seras le premier gagnant. Quant aux fautes ne t'inquiètes pas, les francophones (en fra

Posted Images

Les BS qui chialent contre l'arrivée d'un Starbucks. On est pas loin du communisme au Québec.

 

Je suis en Chine en ce moment, et c'est moins communiste que le Québec. xD

 

J'ajoute, si les gens choisissent Starbucks au lieu d'un petit café indépendant; et bien c'est leurs problème. Tant que la compétition peut y avoir ça place, pas de problème a ce que Starbucks s'installe au marche.

Edited by identifiant
Link to post
Share on other sites

 

J'ajoute, si les gens choisissent Starbucks au lieu d'un petit café indépendant; et bien c'est leurs problème. Tant que la compétition peut y avoir ça place, pas de problème a ce que Starbucks s'installe au marche.

 

Exactement! Les gens qui s'opposent au Starbucks refusent que les autres personnes fassent des choix différents des leurs. En interdisant les méchants capitalistes que sont Starbucks, on veut forcer tout le monde à faire les "bons" choix, c'est-à-dire ceux que les opposants au Starbucks veulent imposer à tout le monde. C'est fondamentalement anti-démocratique.

 

Vous n'aimez pas Starbucks, ou vous n'approuvez simplement pas ce type de commerce, eh bien, n'y allez pas! Si personne n'y va, ça va simplement fermer.

Link to post
Share on other sites
  • 3 months later...

http://novae.ca/actualites/leadership/juin-2015/le-marche-jean-talon-une-nouvelle-vitrine-pour-le-developpement

 

11.06.15

LE MARCHÉ JEAN-TALON A UNE NOUVELLE VITRINE POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

 

Crédit photo : Julien Perron-Gagné/Photographe.

 

Un nouveau bâtiment écologique a ouvert ses portes aujourd’hui au Marché Jean-Talon. Cette construction s’inscrit dans le cadre d’un projet de revitalisation du secteur nord-ouest du marché, près de la rue Casgrain.

 

Le bâtiment abrite la succursale écoresponsable de la SAQ, ainsi qu’une salle de gestion des matières résiduelles du marché -- une installation qui permettra au Marché de doubler la quantité de matière recyclée.

 

Le projet représente l’aboutissement de plusieurs années de réflexion pour le marché public, qui désirait réduire son empreinte écologique et dynamiser la section ouest du site. Déjà en 2004, lors de l’inauguration du bâtiment principal, situé sur Henri-Julien, la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM) avait exprimé le désir de construire à l’ouest un autre bâtiment afin d’équilibrer les deux pôles du marchés et stimuler l’achalandage autant à l’est qu’à l’ouest. "Notre ancienne salle de gestion des matières résiduelles ne répondait plus aux besoins en matière de recyclage et cela faisait déjà quelques années que nous voulions mettre sur pied un projet pour redynamiser le secteur Casgrain, mentionne Laurence Therrien, chargée aux communications et marketing aux Marchés publics de Montréal. Le nouveau bâtiment devait donc répondre à ces deux impératifs : améliorer les installations de gestion des déchets du marché et revitaliser le secteur est. Plusieurs opportunités qui se sont récemment présentées à nous ont rendu possible le projet, notamment le désir de la SAQ de s’installer dans de plus grands locaux sur le site du marché. Le nouveau bâtiment constituait donc une occasion pour la SAQ d’obtenir un espace plus grand." L’engagement de la SAQ assurait au Marché Jean-Talon la présence à long terme d’un locataire de confiance, sécurisant le projet d’un point de vue financier. Deux marchands situés sur le site du projet profiteront aussi du nouveau bâtiment.

 

La SAQ a joué un rôle actif dans la réalisation du projet. L'élaboration du concept d'aménagement, ainsi que le mobilier du magasin ont été développés par le département d'aménagement de la SAQ. "La SAQ avait plusieurs demandes pour la réalisation du bâtiment. La construction devait entre autres viser la certification Leed. C’était l’occasion de concevoir une succursale qui rassemblerait en un seul lieu l’ensemble des initiatives de développement durable mises en oeuvre dans les SAQ du Québec, par exemple toits blancs, mur solaire et l’aménagement d’aires de repos en dalles écologiques, etc." explique Laurence Therrien.

 

La partie nord-ouest du marché était jusqu’à présent occupée par un grand stationnement et des conteneurs de déchets. Les 45 stationnements seront relocalisés en sous-sol et feront place à la nouvelle construction de 10 000 pieds carrés, ainsi qu’à des aires de repos, des espaces verts et des stationnements pour vélo. Une amélioration considérable, à la fois pour la clientèle et pour les résidents des alentours.

 

Pour réaliser le nouveau bâtiment, la CGMPM a fait appel à une firme d’architecture québécoise, Archipel, ainsi qu’à un ébéniste local, Ébénisterie Architecturale René Daigle, pour concevoir l’intérieur de la succursale de la SAQ. Des matériaux locaux, naturels et réutilisés sont à l’honneur pour le design du magasin. Les meubles et étalages de la SAQ ont été fabriqués avec des palettes et des boîtes en bois, et le plafond est aussi entièrement en bois. La structure du bâtiment est composée d’épinette noire du Canada, certifiée FSC. La façade est entièrement vitrée afin de favoriser la lumière naturelle. "Le résultat à l’intérieur de la SAQ est différent des autres succursales. Il y a un côté très brut au concept. Des bouchons de liège sont disposés à certains endroits pour créer des motifs de design." La succursale écoresponsable proposera aussi une plus grande section consacrée aux produits locaux, ce qui cadre avec l’esprit et les valeurs du marché public.

 

L’aménagement extérieur aura également sa part d’innovation; le pavé uni, ainsi qu’une dalle à l’arrière du bâtiment contiennent de la poudre de verre recyclé -- un projet résultant des travaux de la SAQ et de l’Université Sherbrooke pour trouver des débouchés au verre.

 

"Si la revitalisation du site rend les lieux plus agréables pour la clientèle et les résidents, il s’agit d’une grande amélioration à l’interne qui nous permet d’être plus à jour au niveau de la gestion de nos matières résiduelles. Nous pourrons passer de 170 tonnes par an à 350 tonnes de déchets recyclés. C’est notre manière de contribuer à l’un des objectifs 2015-2020 du Plan de gestion des matières résiduelles du Grand Montréal, d’augmenter la valorisation des déchets dans les commerces et industries." La salle de gestion des matières résiduelles devrait être complètement opérationnelle d’ici la fin juin.

 

Le Marché Jean-Talon génère annuellement 1280 tonnes de déchet par année, dont la majeure partie est organiques ou recyclable. La prochaine étape pour le Marché Jean-Talon est donc de s’attaquer aux résidus organiques. L’ancienne salle de gestion des matières résiduelles pourra alors être employée pour composter, dès lors que les installations municipales nécessaires au compostage commercial (collecte des déchets et usine de traitement) seront disponibles.

 

Cet article est présenté par

 

sent via Tapatalk

Link to post
Share on other sites
  • 2 years later...
  • 7 months later...

Des commerçants menacent de quitter le marché Jean-Talon

Des marchands de longue date préviennent la Ville qu'ils quitteront le marché Jean-Talon si d'autres stationnements disparaissent. Ils dénoncent des décisions de la Ville de Montréal qui limitent de plus en plus l'accès aux clients automobilistes au profit des piétons.

Un texte de Thomas Gerbet

« Il y a 50 personnes ici qui vont perdre leur emploi, plus tous les producteurs qui travaillent pour nous », prévient Lino Birri, maraîcher et pépiniériste bien connu au marché Jean-Talon.

Il envisage de fermer son commerce l'année prochaine, car il est de moins en moins rentable. « Depuis plusieurs années, la Ville met des bâtons dans les roues des automobilistes, donc les clients se découragent. »

Le mois dernier, il a fait parvenir une lettre à la mairesse de Montréal Valérie Plante et au maire de l'arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie, François Croteau.

  • le mois prochain s'amorcera le chantier d’une nouvelle place publique, la place Casgrain, sur un stationnement extérieur situé entre la SAQ et la boulangerie Première moisson. Le quart des stationnements vont disparaître, soit une dizaine;
  • les commerçants ont aussi appris en avril que la piétonnisation de l’avenue Shamrock entre Saint-Laurent et Casgrain deviendra permanente. Là aussi, des places de stationnement ont déjà disparu;
  • la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal ne ferme pas la porte à ce qu'un nouveau bâtiment soit construit sur ce qu'il reste du stationnement extérieur. Aucun projet n'est toutefois sur la table;
  • depuis l’an dernier, le marché est piétonnisé quatre jours par semaine et la période a été étirée de juin à octobre.

« On n'est déjà pas gâtés en stationnement et on veut l'amputer », dénonce Mario Boulanger, propriétaire du commerce Première Moisson.

De l'autre côté de la rue, un autre boulanger se plaint lui aussi. « Il y a des clients qui viennent moins souvent, parce que la fin de semaine, ils n'arrivent pas à se stationner, raconte Daniel Jobin, propriétaire de Joe La Croûte. Les voitures sont à la queue leu leu, ça se klaxonne, ça se gueule après. »

Le vendeur de fruits et légumes Eric L'Écuyer renchérit. « C'est sûr que c'est le fun pour les piétons, mais à un moment donné, il y a trop de place pour les piétons. Il faut penser aux autos aussi. »

Éric L'Écuyer craint que ses ventes baissent. Il rappelle aussi qu'il est de plus en plus difficile, pour lui comme pour ses confrères, de stationner leur camion de livraison.

Luigi Bono, du kiosque Chez Michel, a le sentiment d'être incompris par la Ville et par la Corporation de gestion des marchés publics. « L'expérience est extraordinaire pour un touriste, mais en tant que commerçant, les revenus sont plus difficiles. »

Luigi Bono craint que son commerce ne finisse par fermer. « On a peur, c'est de l'anxiété. »

« Ça a toujours été difficile de se stationner au marché Jean-Talon », rappelle la directrice des opérations de la Corporation, Josée Tétrault. Elle affirme toutefois que les 340 places du stationnement souterrain ne sont jamais prises à 100 % et que celui sous la SAQ est méconnu.

Josée Tétrault explique avoir freiné les ardeurs de l'arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie, qui lui aurait demandé l'an dernier que le marché soit piéton sept jours sur sept. « On a réussi à s'entendre pour quatre jours », dit-elle.

« On est très fiers de la piétonnisation, dit François Limoges, le conseiller municipal du district, élu du parti Projet Montréal. Le marché où les gens arrivent en pick-up pour aller chercher des tomates dans des caisses, ce n'est plus ça. »

Il encourage les commerçants réfractaires à entrer dans « le 21e siècle ».

Le leader de la majorité du parti Projet Montréal assure qu'il y a toujours de la place pour les professionnels, le matin et en début de semaine, mais qu'« il y a maintenant des enjeux de sécurité qui nous tiennent à coeur ».

Le groupe les Ami(e)s du marché Jean-Talon soutient les changements apportés par la Ville. « Les habitudes de consommation ont changé. C'est devenu une expérience pas seulement commerciale », croit le porte-parole du groupe, Jérémie Levesque.

Jérémie Levesque reconnaît que les clients ont plus tendance à acheter en petites quantités que dans le passé. « C'est moins un marché de volume », constate-t-il. Mais compte tenu de l'important achalandage la fin de semaine, il « peine à croire que ces commerces ne sont pas rentables ».

Le conseiller municipal François Limoges ne croit pas non plus les commerçants qui affirment perdre des clients. « Ce n'est pas ce que démontrent les chiffres de fréquentation. L'affluence est toujours plus nombreuse, la clientèle a doublé, voire triplé dans les 10 dernières années. »

François Limoges se rend lui-même en voiture au marché. « J'ai toujours été capable de me stationner », affirme-t-il.

Il n'existe pas de données précises sur la proportion de clients du marché Jean-Talon qui viennent en voiture. Selon un sondage réalisé par les Amis du marché, ils seraient 20 %. La SDC calcule quant à elle que près du tiers des résidents de La Petite-Italie se déplacent en auto.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1105949/montreal-petite-italie-villeray-marche-jean-talon-marchands-stationnements

place-shamrock.jpg

Edited by Normand Hamel
Link to post
Share on other sites
il y a 40 minutes, Normand Hamel a dit :

Des commerçants menacent de quitter le marché Jean-Talon

Des marchands de longue date préviennent la Ville qu'ils quitteront le marché Jean-Talon si d'autres stationnements disparaissent. Ils dénoncent des décisions de la Ville de Montréal qui limitent de plus en plus l'accès aux clients automobilistes au profit des piétons.

Un texte de Thomas Gerbet

« Il y a 50 personnes ici qui vont perdre leur emploi, plus tous les producteurs qui travaillent pour nous », prévient Lino Birri, maraîcher et pépiniériste bien connu au marché Jean-Talon.

Il envisage de fermer son commerce l'année prochaine, car il est de moins en moins rentable. « Depuis plusieurs années, la Ville met des bâtons dans les roues des automobilistes, donc les clients se découragent. »

Le mois dernier, il a fait parvenir une lettre à la mairesse de Montréal Valérie Plante et au maire de l'arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie, François Croteau.

  • le mois prochain s'amorcera le chantier d’une nouvelle place publique, la place Casgrain, sur un stationnement extérieur situé entre la SAQ et la boulangerie Première moisson. Le quart des stationnements vont disparaître, soit une dizaine;
  • les commerçants ont aussi appris en avril que la piétonnisation de l’avenue Shamrock entre Saint-Laurent et Casgrain deviendra permanente. Là aussi, des places de stationnement ont déjà disparu;
  • la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal ne ferme pas la porte à ce qu'un nouveau bâtiment soit construit sur ce qu'il reste du stationnement extérieur. Aucun projet n'est toutefois sur la table;
  • depuis l’an dernier, le marché est piétonnisé quatre jours par semaine et la période a été étirée de juin à octobre.

« On n'est déjà pas gâtés en stationnement et on veut l'amputer », dénonce Mario Boulanger, propriétaire du commerce Première Moisson.

De l'autre côté de la rue, un autre boulanger se plaint lui aussi. « Il y a des clients qui viennent moins souvent, parce que la fin de semaine, ils n'arrivent pas à se stationner, raconte Daniel Jobin, propriétaire de Joe La Croûte. Les voitures sont à la queue leu leu, ça se klaxonne, ça se gueule après. »

Le vendeur de fruits et légumes Eric L'Écuyer renchérit. « C'est sûr que c'est le fun pour les piétons, mais à un moment donné, il y a trop de place pour les piétons. Il faut penser aux autos aussi. »

Éric L'Écuyer craint que ses ventes baissent. Il rappelle aussi qu'il est de plus en plus difficile, pour lui comme pour ses confrères, de stationner leur camion de livraison.

Luigi Bono, du kiosque Chez Michel, a le sentiment d'être incompris par la Ville et par la Corporation de gestion des marchés publics. « L'expérience est extraordinaire pour un touriste, mais en tant que commerçant, les revenus sont plus difficiles. »

Luigi Bono craint que son commerce ne finisse par fermer. « On a peur, c'est de l'anxiété. »

« Ça a toujours été difficile de se stationner au marché Jean-Talon », rappelle la directrice des opérations de la Corporation, Josée Tétrault. Elle affirme toutefois que les 340 places du stationnement souterrain ne sont jamais prises à 100 % et que celui sous la SAQ est méconnu.

Josée Tétrault explique avoir freiné les ardeurs de l'arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie, qui lui aurait demandé l'an dernier que le marché soit piéton sept jours sur sept. « On a réussi à s'entendre pour quatre jours », dit-elle.

« On est très fiers de la piétonnisation, dit François Limoges, le conseiller municipal du district, élu du parti Projet Montréal. Le marché où les gens arrivent en pick-up pour aller chercher des tomates dans des caisses, ce n'est plus ça. »

Il encourage les commerçants réfractaires à entrer dans « le 21e siècle ».

Le leader de la majorité du parti Projet Montréal assure qu'il y a toujours de la place pour les professionnels, le matin et en début de semaine, mais qu'« il y a maintenant des enjeux de sécurité qui nous tiennent à coeur ».

Le groupe les Ami(e)s du marché Jean-Talon soutient les changements apportés par la Ville. « Les habitudes de consommation ont changé. C'est devenu une expérience pas seulement commerciale », croit le porte-parole du groupe, Jérémie Levesque.

Jérémie Levesque reconnaît que les clients ont plus tendance à acheter en petites quantités que dans le passé. « C'est moins un marché de volume », constate-t-il. Mais compte tenu de l'important achalandage la fin de semaine, il « peine à croire que ces commerces ne sont pas rentables ».

Le conseiller municipal François Limoges ne croit pas non plus les commerçants qui affirment perdre des clients. « Ce n'est pas ce que démontrent les chiffres de fréquentation. L'affluence est toujours plus nombreuse, la clientèle a doublé, voire triplé dans les 10 dernières années. »

François Limoges se rend lui-même en voiture au marché. « J'ai toujours été capable de me stationner », affirme-t-il.

Il n'existe pas de données précises sur la proportion de clients du marché Jean-Talon qui viennent en voiture. Selon un sondage réalisé par les Amis du marché, ils seraient 20 %. La SDC calcule quant à elle que près du tiers des résidents de La Petite-Italie se déplacent en auto.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1105949/montreal-petite-italie-villeray-marche-jean-talon-marchands-stationnements

place-shamrock.jpg

Imaginez un marché avec moins de marchands mais plus de piétons ! Wow ! Can’t wait ?

Link to post
Share on other sites
à l’instant, Normand Hamel a dit :

(+ piétons) - (- d'automobilistes) = même nombre de marchands. 

Mouais en théorie mais sur le terrain les commerçants qui sont les premiers concernés par ces mesures s’en plaignent. C’est comme Gaetan Barrette qui minimise les plaintes des travailleurs dans les CHSLD, meme affaire. Du forcing idéologique. C’est moi qui ai raison point à la ligne.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By acpnc
      L’Illusion, Théâtre de marionnettes sera reconstruit au même endroit
      PHOTO FOURNIE PAR L’ILLUSION, THÉÂTRE DE MARIONNETTES
      L’Illusion, Théâtre de marionnettes, sera complètement reconstruit au coin des rues Saint-Denis et Beaubien.
      L’Illusion, Théâtre de marionnettes, a annoncé mercredi le début des travaux de reconstruction de son nouvel espace de création. Un projet évalué à 8,1 millions, dont le montage financier vient d’être confirmé.
      Publié le 9 septembre 2020 à 17h36
      https://www.lapresse.ca/arts/theatre/2020-09-09/l-illusion-theatre-de-marionnettes-sera-reconstruit-au-meme-endroit.php
      Jean Siag
      La Presse
      Le bâtiment actuel de l’Illusion Théâtre, situé au coin des rues Saint-Denis et Beaubien sera démoli, puis reconstruit à neuf, a annoncé la compagnie mercredi. Les travaux seront réalisés par la firme d’architectes Saia Barbarese Topouzanov (SBT).
      Le nouveau théâtre abritera une salle de spectacle pouvant accueillir 120 spectateurs, une salle multifonctionnelle permettant la création et la tenue d’activités de médiation culturelle, un foyer plus spacieux ainsi que des espaces de travail pour l’administration et les artistes en résidence. Le nouvel espace culturel sera inauguré à l’automne 2021.
      Le coût total des travaux est estimé à 8,1 millions de dollars. Patrimoine canadien a confirmé mercredi une aide de 3,44 millions pour la réalisation de ce projet. Le ministère de la Culture et des Communications du Québec, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie ont également soutenu le projet financièrement. Une campagne de sociofinancement complétera le montage financier.
      PHOTO FOURNIE PAR L’ILLUSION THÉÂTRE DE MARIONNETTES
      Sabrina Baran prend la relève de sa mère, Claire Voisard à la direction générale de l’Illusion, théâtre qu’elle a cofondé en 1979 avec le regretté marionnettiste d’origine tchèque, Petr Baran.
      L’Illusion Théâtre de marionnettes, qui a été fondé il y a 40 ans par Claire Voisard et Petr Baran, a longtemps eu pignon sur rue, au coin des rues Bienville et Saint-Hubert, sur le Plateau Mont-Royal. L’unique théâtre montréalais consacré aux arts de la marionnette avait déménagé rue Saint-Denis, coin Beaubien, en 2013, dans ce qui fut tour à tour un Dunkin Donuts et un Couche-Tard.
      L’annonce des travaux du nouvel espace créatif de l’Illusion a été suivie par la nomination de Sabrina Baran à la direction du théâtre. La fille de Claire Voisard, qui a créé les trois dernières pièces de la compagnie (Littoral, Tommelise et Ondin), devient ainsi la nouvelle directrice générale et cordirectrice artistique du théâtre. Sa sœur Stéphanie Baran travaille également dans la compagnie, aux communications.
    • By UrbMtl
      Je viens de réaliser que le projet n'avait pas de fil. 
      Il sera situé tout juste au nord de Rosemont-les-Quartiers et de la composante sociale du redéveloppement des terrains de Norampac. 
      Avec l'épicerie, c'est assez majeur pour le coin. 
      D'autres articles :
      http://ruemasson.com/2016/03/07/nouveau-projet-residentiel-commerces-molson-masson/
      http://journalmetro.com/local/rosemont-la-petite-patrie/actualites/931530/un-immeuble-de-sept-etages-en-projet-dans-le-vieux-rosemont/


    • By UrbMtl
      Queen Alix

      J'ai créé le fil dans "Propositions" parce que si le projet est situé au Nord-Ouest, il est fort possible qu'on dépasse les 4 étages. On parle de plusieurs types d'occupation : lofts, condos d’une à trois chambres, maisons de villes dotées d’une cour arrière et somptueux penthouses avec jardin à ciel ouvert. Il accueillera également un petit commerce au rez-de-chaussée, qui aura pignon sur rue à même cette intersection atypique.
    • By slanctot
      Réalisation Chambord Inc. 
      1295, de Carrières  (entre de Normanville et Chambord)
      https://www.google.ca/maps/@45.5360678,-73.5914923,3a,75y,275.53h,81.95t/data=!3m6!1e1!3m4!1sTU7SC_ZzGGVm7OTRRqbrjw!2e0!7i13312!8i6656
       







×
×
  • Create New...