Jump to content

Recommended Posts

  • Replies 127
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Désolé le francais c'est ma troisième langue, je vais retourner à l'école juste pour toi ou même éviter de l'utiliser dans le future.

Aussi difficile que lire autant de fautes d'orthographe dans un seul paragraphe?

Posted Images

 

Il y a 3 heures, Normand Hamel a dit :

@berlude Le même article a déjà été publié à la page précédente. ?

 

Veuillez m'excusé. Je n'avait pas vu votre message avant. J'ai seulement vu le message a propos de la lettre ouverte de M. Croteau.

Je vais porter une plus grande attention pour ne pas faire de doublon.

Edited by berlude
Link to post
Share on other sites

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1112318/marche-jean-talon-rue-shamrock-travaux-amenagement

Le réaménagement des abords du marché Jean-Talon sur le point de débuter

Publié il y a 15 minutes

Des piétons et des cyclistes circulent dans un rendu de travaux d'urbanisme.

À terme, l'avenue Shamrock doit offrir de larges espaces pour les piétons, et ce, jusqu'à la place Casgrain, qui se situe tout au fond, sur l'image. Photo : Radio-Canada

 

L'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie entend effectuer dès la semaine prochaine la première pelletée de terre des travaux de réaménagement de l'avenue Shamrock, entre le boulevard Saint-Laurent et le marché Jean-Talon. Une place publique sera également construite, tel que prévu, sur une partie du stationnement du marché jouxtant l'avenue Casgrain.

Un texte de Hugo Prévost

Ces travaux, qui ont déjà débuté, doivent se conclure le 23 novembre. Ils font suite à une période de trois ans, de 2014 à 2017, où l'arrondissement sous la gouverne du maire François Croteau a effectué plusieurs consultations publiques, en plus de mettre à l'essai une version piétonnière de l'avenue Shamrock.

Dans un document d'information remis mercredi au public, l'administration de l'arrondissement mentionne que le nouvel ensemble formé de l'avenue Shamrock et de la place publique Casgrain répondent à neuf orientations déterminées à la suite des consultations.

Parmi ces orientations, on retrouve la volonté d'« aménager une rue où le piéton occupe une place dominante », proposer une « offre variée de lieux de détente » et multiplier les places pour s'asseoir, ainsi que l'installation d'une « végétation diversifiée adaptée à l'hiver ».

Si l'avenue Shamrock deviendra piétonnière, les voitures pourront toutefois continuer d'y circuler en direction ouest, vers le boulevard Saint-Laurent.

Les travaux, qui seront effectués en séquence, débuteront avec le remplacement du réseau d'aqueduc sur l'avenue Shamrock.

L'aménagement de la place du marché Jean-Talon et la refonte de l'aménagement Saint-Laurent–Shamrock sont les dernières étapes inscrites au calendrier. Ces deux phases doivent se terminer le 16 novembre. L'intersection Saint-Laurent–Shamrock devra d'ailleurs être fermée à la circulation pendant une fin de semaine pour parachever les travaux, peut-on lire dans le document d'information.

 

Le plan des travaux de réaménagement de l'avenue Shamrock et de construction de la place Casgrain.

Les travaux doivent se poursuivre jusqu'à la fin novembre.  Photo : Arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie

 

Projet contesté

Si le réaménagement de l'avenue Shamrock a l'heur de plaire, la disparition de certaines places de stationnement au marché Jean-Talon irrite des commerçants, qui dénoncent la disparition des cases dont ont besoin les camions de livraison et les clients achetant de grandes quantités de marchandises.

Ces commerçants ont par ailleurs lancé une pétition pour réclamer le retour des cases de stationnement et l'abandon du projet de place publique. Baptisée « Sauvons le marché », cette pétition aurait recueilli plusieurs milliers de noms.

La semaine dernière, le maire Croteau répliquait par le moyen d'une lettre ouverte, où il affirmait que des consultations seraient menées pour établir un plan directeur destiné au marché Jean-Talon.

Dans sa missive publiée dans le journal Le Devoir, l'élu de Projet Montréal précisait que des espaces de stationnement seraient ajoutés pour non seulement compenser les places appelées à disparaître suite aux travaux d'aménagement de l'espace public, mais que l'offre en stationnement serait en fait supérieure à celle disponible actuellement.

Au coeur du litige entre certains commerçants et l'arrondissement, on semble trouver deux points : la disparition de places de stationnement gratuit et l'absence d'ascenseur à destination du stationnement souterrain construit sous la succursale de la Société des alcools du Québec (SAQ), directement sous l'espace appelé à devenir une place publique.

Chez les partisans du projet, on rétorque que les habitudes des consommateurs changent, et que s'il y a toujours des gens qui se rendent au marché à bord d'un véhicule pour y acheter beaucoup de produits, de plus en plus de visiteurs sont à pied, en vélo ou en transport en commun, et qu'ils achètent en plus petites quantités pour y retourner plus souvent.

Link to post
Share on other sites
  • 5 weeks later...

ÉDITORIAL : MARCHÉS PUBLICS
Marché  Jean-Talon :  à manipuler  avec soin

http://plus.lapresse.ca/screens/b0863926-e8fc-481f-9976-1cac70c139e5__7C___0.html?utm_medium=Ulink&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen
ARIANE KROL
LA PRESSE
L’imposant chantier qui s’active en ce moment autour du Marché Jean-Talon n’a pas qu’excavé les rues avoisinantes. Il a fait ressortir deux visions diamétralement opposées du plus grand marché public à ciel ouvert en Amérique du Nord. Les temps changent ? Oui, mais l’évolution de ce marché ne doit pas se faire aux dépens de ce qui en fait la force et l’intérêt.
La Semaine québécoise des marchés publics, qui bat son plein depuis vendredi, témoigne de la popularité de la formule. L’Association des marchés publics du Québec, qui comptait 30 membres en 2008, en regroupe aujourd’hui une centaine, et plusieurs autres sont à l’étude. Les marchés sont devenus de véritables attractions.
Le marché de la Petite Italie figure d’ailleurs au septième rang des endroits les plus visités par les touristes dans la métropole, après le Biodôme, mais avant le Jardin botanique et le Stade olympique. On a même l’impression, certaines fins de semaine, de voir plus d’appareils photo que de sacs de provisions. Rien d’étonnant, puisque les marchés historiques des grandes villes, comme le Borough Market, à Londres, ou La Boqueria à Barcelone, attirent des nuées de touristes.
Il faut cependant être conscient qu’un marché de l’ampleur de Jean-Talon ne peut pas vivre uniquement de touristes ou d’une clientèle dont les emplettes sont assez légères pour venir à pied.
DES VISIONS CONFLICTUELLES
L’abondance et la diversité des produits offerts ne sont pas le fruit du hasard. Le marché attire un large bassin de consommateurs, jusque sur les rives nord et sud, dont une partie achète en grosse quantité pour faire des conserves. Certains marchands fournissent aussi des restaurateurs. Tout cela engendre un certain trafic motorisé. Plusieurs voix, ces dernières années, ont réclamé une piétonnisation encore plus importante, voire complète, de certaines rues avoisinantes, et un développement axé sur les préférences des consommateurs du quartier. Le marché Jean-Talon a connu de nombreux changements depuis les années 30.
Il est normal de continuer à le faire évoluer. Ce faisant, il ne faut cependant pas perdre de vue l’essentiel : ce n’est ni un parc, ni un petit marché de quartier, mais une place commerciale vibrante et affairée.
Ces tensions, on l’a vu, ont fait les manchettes le mois dernier. Des commerçants, appuyés par l’opposition officielle à l’hôtel de ville, ont vertement dénoncé la cession d’une partie du terrain du marché à l’arrondissement pour en faire une place publique. La réaction peut sembler un peu extrême pour un espace correspondant à une dizaine de stationnements, mais il faut comprendre le contexte.
Le marché comptait déjà très peu de cases en surface, alors que celles-ci sont très utilisées par les achats de courte durée, notamment en grande quantité. La Corporation de gestion des marchés publics de Montréal, de son côté, fait valoir que les clients demandaient davantage de places assises, et que l’aménagement prévu par l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie sera un atout pour le marché. Sauf qu’en cédant ainsi une partie du terrain dont elle avait la responsabilité, et ce, sur un simple vote de son conseil d’administration, sans s’assurer de l’appui de la majorité de ses membres à Jean-Talon, la Corporation n’a vraiment pas aidé la cause.
UN JOYAU NÉGLIGÉ
On comprend l’intérêt de l’arrondissement, qui a gagné une parcelle de terrain dans l’axe de son ambitieux projet de l’avenue Shamrock. Mais il aurait plutôt dû jeter son dévolu sur une autre propriété, donnant directement sur Shamrock : le bâtiment occupé à l’origine par la Clinique de l’inspection des viandes.
Ce bel édifice Art déco construit en 1935 est vacant depuis 2010. Et le terrain vague situé derrière, face au marché, est une véritable honte.
Redonner une vocation publique à ce joyau aurait dû être une priorité depuis le début du projet Shamrock, en 2010.
Voilà qui aurait été un véritable gain pour le quartier  – bien plus qu’une place publique empiétant sur le marché, alors que l’avenue Shamrock, juste à côté, accueillera bientôt une place publique sur toute sa longueur.
La Ville centre, qui est propriétaire du bâtiment et du terrain, dit étudier divers projets. L’arrondissement n’a pas encore fait de demande officielle, mais indique être en pourparlers. Son maire a aussi promis de réaliser un plan directeur pour le marché, incluant notamment une étude de stationnement.
Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Mais l’arrondissement aurait mieux fait de procéder dans l’ordre, en commençant par se doter d’un plan directeur et par revaloriser cet édifice municipal collé sur sa place Shamrock, au lieu de rogner sur l’espace du marché. Son projet aurait sûrement été plus rassembleur.

 

8D88DE35-AF36-4E03-A8E9-5B0FEFF911F3.png

78AD2952-5091-4337-8AF6-563658B93428.png

C197A44D-820A-4F04-898F-C5BAB948F9CA.png

Link to post
Share on other sites
13 minutes ago, Normand Hamel said:

Marché Jean-Talon: à manipuler avec soin

ARIANE KROL - La Presse

L'imposant chantier qui s'active en ce moment autour du Marché Jean-Talon n'a pas qu'excavé les rues avoisinantes. Il a fait ressortir deux visions diamétralement opposées du plus grand marché public à ciel ouvert en Amérique du Nord. Les temps changent ? Oui, mais l'évolution de ce marché ne doit pas se faire aux dépens de ce qui en fait la force et l'intérêt.

La Semaine québécoise des marchés publics, qui bat son plein depuis vendredi, témoigne de la popularité de la formule. L'Association des marchés publics du Québec, qui comptait 30 membres en 2008, en regroupe aujourd'hui une centaine, et plusieurs autres sont à l'étude. Les marchés sont devenus de véritables attractions.

Le marché de la Petite Italie figure d'ailleurs au septième rang des endroits les plus visités par les touristes dans la métropole, après le Biodôme, mais avant le Jardin botanique et le Stade olympique. On a même l'impression, certaines fins de semaine, de voir plus d'appareils photo que de sacs de provisions. Rien d'étonnant, puisque les marchés historiques des grandes villes, comme le Borough Market, à Londres, ou La Boqueria à Barcelone, attirent des nuées de touristes.

Il faut cependant être conscient qu'un marché de l'ampleur de Jean-Talon ne peut pas vivre uniquement de touristes ou d'une clientèle dont les emplettes sont assez légères pour venir à pied.

 

DES VISIONS CONFLICTUELLES

L'abondance et la diversité des produits offerts ne sont pas le fruit du hasard. Le marché attire un large bassin de consommateurs, jusque sur les rives nord et sud, dont une partie achète en grosse quantité pour faire des conserves. Certains marchands fournissent aussi des restaurateurs. Tout cela engendre un certain trafic motorisé. Plusieurs voix, ces dernières années, ont réclamé une piétonnisation encore plus importante, voire complète, de certaines rues avoisinantes, et un développement axé sur les préférences des consommateurs du quartier. Le marché Jean-Talon a connu de nombreux changements depuis les années 30.

Il est normal de continuer à le faire évoluer. Ce faisant, il ne faut cependant pas perdre de vue l'essentiel : ce n'est ni un parc, ni un petit marché de quartier, mais une place commerciale vibrante et affairée.

Ces tensions, on l'a vu, ont fait les manchettes le mois dernier. Des commerçants, appuyés par l'opposition officielle à l'hôtel de ville, ont vertement dénoncé la cession d'une partie du terrain du marché à l'arrondissement pour en faire une place publique. La réaction peut sembler un peu extrême pour un espace correspondant à une dizaine de stationnements, mais il faut comprendre le contexte.

Le marché comptait déjà très peu de cases en surface, alors que celles-ci sont très utilisées par les achats de courte durée, notamment en grande quantité. La Corporation de gestion des marchés publics de Montréal, de son côté, fait valoir que les clients demandaient davantage de places assises, et que l'aménagement prévu par l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie sera un atout pour le marché. Sauf qu'en cédant ainsi une partie du terrain dont elle avait la responsabilité, et ce, sur un simple vote de son conseil d'administration, sans s'assurer de l'appui de la majorité de ses membres à Jean-Talon, la Corporation n'a vraiment pas aidé la cause.

UN JOYAU NÉGLIGÉ

On comprend l'intérêt de l'arrondissement, qui a gagné une parcelle de terrain dans l'axe de son ambitieux projet de l'avenue Shamrock. Mais il aurait plutôt dû jeter son dévolu sur une autre propriété, donnant directement sur Shamrock : le bâtiment occupé à l'origine par la Clinique de l'inspection des viandes.

Ce bel édifice Art déco construit en 1935 est vacant depuis 2010. Et le terrain vague situé derrière, face au marché, est une véritable honte.

Redonner une vocation publique à ce joyau aurait dû être une priorité depuis le début du projet Shamrock, en 2010.

Voilà qui aurait été un véritable gain pour le quartier  - bien plus qu'une place publique empiétant sur le marché, alors que l'avenue Shamrock, juste à côté, accueillera bientôt une place publique sur toute sa longueur.

La Ville centre, qui est propriétaire du bâtiment et du terrain, dit étudier divers projets. L'arrondissement n'a pas encore fait de demande officielle, mais indique être en pourparlers. Son maire a aussi promis de réaliser un plan directeur pour le marché, incluant notamment une étude de stationnement.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Mais l'arrondissement aurait mieux fait de procéder dans l'ordre, en commençant par se doter d'un plan directeur et par revaloriser cet édifice municipal collé sur sa place Shamrock, au lieu de rogner sur l'espace du marché. Son projet aurait sûrement été plus rassembleur.

http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/ariane-krol/201808/11/01-5192754-marche-jean-talon-a-manipuler-avec-soin.php

Marché Jean-talon.jpg

Hmmm peut-être la prochaine fois vérifier si l'article a déjà été publié. ?

Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...

Circuler et stationner au marché Jean-Talon

Le marché Jean-Talon, un des plus gros marchés publics en Amérique du Nord, a fait beaucoup jaser cet été avec ses travaux de piétonnisation et de nouvelle place publique qui ont fait disparaître des espaces de stationnement pour les clients. Claire Piché-Cyr et son conjoint nous ont écrit, car ils craignent que la vocation de ce marché change et que l'accès aux automobilistes soit de plus en plus difficile.

Reportage de Radio-Canada:

https://ici.radio-canada.ca/info/videos/media-7986206/circuler-et-stationner-au-marche-jean-talon

Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, Normand Hamel a dit :

Circuler et stationner au marché Jean-Talon

Le marché Jean-Talon, un des plus gros marchés publics en Amérique du Nord, a fait beaucoup jaser cet été avec ses travaux de piétonnisation et de nouvelle place publique qui ont fait disparaître des espaces de stationnement pour les clients. Claire Piché-Cyr et son conjoint nous ont écrit, car ils craignent que la vocation de ce marché change et que l'accès aux automobilistes soit de plus en plus difficile.

Reportage de Radio-Canada:

https://ici.radio-canada.ca/info/videos/media-7986206/circuler-et-stationner-au-marche-jean-talon

Apparemment il y a un stationnement sous terrain. L’ascenceur pour s’y rendre se fait attendre depuis 10ans, ce qui expliquerait sa faible fréquentation

Edited by Ousb
Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Ousb a dit :

Apparemment il y a un stationnement sous terrain l’ascenceur pour s’y rendre se fait attendre depuis 10ans, ce qui expliquerait sa faible fréquentation

Je comprend même pas pourquoi la ville à laisser passé cela, on s'entend que c'est la base du principe d'accessibilité universelle

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By acpnc
      L’Illusion, Théâtre de marionnettes sera reconstruit au même endroit
      PHOTO FOURNIE PAR L’ILLUSION, THÉÂTRE DE MARIONNETTES
      L’Illusion, Théâtre de marionnettes, sera complètement reconstruit au coin des rues Saint-Denis et Beaubien.
      L’Illusion, Théâtre de marionnettes, a annoncé mercredi le début des travaux de reconstruction de son nouvel espace de création. Un projet évalué à 8,1 millions, dont le montage financier vient d’être confirmé.
      Publié le 9 septembre 2020 à 17h36
      https://www.lapresse.ca/arts/theatre/2020-09-09/l-illusion-theatre-de-marionnettes-sera-reconstruit-au-meme-endroit.php
      Jean Siag
      La Presse
      Le bâtiment actuel de l’Illusion Théâtre, situé au coin des rues Saint-Denis et Beaubien sera démoli, puis reconstruit à neuf, a annoncé la compagnie mercredi. Les travaux seront réalisés par la firme d’architectes Saia Barbarese Topouzanov (SBT).
      Le nouveau théâtre abritera une salle de spectacle pouvant accueillir 120 spectateurs, une salle multifonctionnelle permettant la création et la tenue d’activités de médiation culturelle, un foyer plus spacieux ainsi que des espaces de travail pour l’administration et les artistes en résidence. Le nouvel espace culturel sera inauguré à l’automne 2021.
      Le coût total des travaux est estimé à 8,1 millions de dollars. Patrimoine canadien a confirmé mercredi une aide de 3,44 millions pour la réalisation de ce projet. Le ministère de la Culture et des Communications du Québec, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie ont également soutenu le projet financièrement. Une campagne de sociofinancement complétera le montage financier.
      PHOTO FOURNIE PAR L’ILLUSION THÉÂTRE DE MARIONNETTES
      Sabrina Baran prend la relève de sa mère, Claire Voisard à la direction générale de l’Illusion, théâtre qu’elle a cofondé en 1979 avec le regretté marionnettiste d’origine tchèque, Petr Baran.
      L’Illusion Théâtre de marionnettes, qui a été fondé il y a 40 ans par Claire Voisard et Petr Baran, a longtemps eu pignon sur rue, au coin des rues Bienville et Saint-Hubert, sur le Plateau Mont-Royal. L’unique théâtre montréalais consacré aux arts de la marionnette avait déménagé rue Saint-Denis, coin Beaubien, en 2013, dans ce qui fut tour à tour un Dunkin Donuts et un Couche-Tard.
      L’annonce des travaux du nouvel espace créatif de l’Illusion a été suivie par la nomination de Sabrina Baran à la direction du théâtre. La fille de Claire Voisard, qui a créé les trois dernières pièces de la compagnie (Littoral, Tommelise et Ondin), devient ainsi la nouvelle directrice générale et cordirectrice artistique du théâtre. Sa sœur Stéphanie Baran travaille également dans la compagnie, aux communications.
    • By UrbMtl
      Je viens de réaliser que le projet n'avait pas de fil. 
      Il sera situé tout juste au nord de Rosemont-les-Quartiers et de la composante sociale du redéveloppement des terrains de Norampac. 
      Avec l'épicerie, c'est assez majeur pour le coin. 
      D'autres articles :
      http://ruemasson.com/2016/03/07/nouveau-projet-residentiel-commerces-molson-masson/
      http://journalmetro.com/local/rosemont-la-petite-patrie/actualites/931530/un-immeuble-de-sept-etages-en-projet-dans-le-vieux-rosemont/


    • By UrbMtl
      Queen Alix

      J'ai créé le fil dans "Propositions" parce que si le projet est situé au Nord-Ouest, il est fort possible qu'on dépasse les 4 étages. On parle de plusieurs types d'occupation : lofts, condos d’une à trois chambres, maisons de villes dotées d’une cour arrière et somptueux penthouses avec jardin à ciel ouvert. Il accueillera également un petit commerce au rez-de-chaussée, qui aura pignon sur rue à même cette intersection atypique.
    • By slanctot
      Réalisation Chambord Inc. 
      1295, de Carrières  (entre de Normanville et Chambord)
      https://www.google.ca/maps/@45.5360678,-73.5914923,3a,75y,275.53h,81.95t/data=!3m6!1e1!3m4!1sTU7SC_ZzGGVm7OTRRqbrjw!2e0!7i13312!8i6656
       







×
×
  • Create New...