Jump to content

Recommended Posts

Me semble que je radote. Mais je ne suis pas le seul. Et puis, c'est pas faux.

 

 

Opinion

 

Le roi est nu

 

À part les festivals et carnavals, c'est plutôt calme à Québec. Ce n'est pas que le maire Labeaume ne tente pas de briser ce calme. Il est passé maître dans l'art d'être partout, tout le temps, au grand plaisir des médias et du public.

Mais les excès verbaux du maire, ses innombrables projets, ses fantasmes de toutes sortes masquent de moins en moins ses demi-succès, voire ses échecs. Son bilan déçoit. Notre roi est tout nu.

 

Ainsi, il a prolongé le Moulin à images et amené le Cirque du Soleil sous les bretelles d'autoroute dans Saint-Roch, mais on ne connaît pas les chiffres d'affluence pour 2010. Pour le reste, la loterie Québec? Ratée. Clotaire Rapaille? Ridiculisé et discrédité. Le mont à Liguori? Pas d'homologation internationale, et la Ville de Québec ne sera probablement pas sur le podium pour l'obtention des Jeux olympiques de 2022, ni même après. Le maire a laissé tomber le Forum universel des cultures et imposé à l'Université Laval de renoncer aux Universiades de 2017.

 

Le nouvel amphithéâtre multifonctionnel? Le gouvernement fédéral a fait fi de l'ultimatum du 31 décembre pour confirmer sa participation et il a maintenu sa position: pas d'argent fédéral sans contribution du privé. Le maire avait dit au peuple de "se chercher un autre maire si le fédéral ne s'était pas engagé dans l'amphithéâtre le 31 décembre". Bien sûr, il ne démissionnera pas. Ses mots ont encore une fois dépassé sa pensée.

 

Toujours pas d'entente avec les policiers et les pompiers. Mais, youppi! il reste la grande roue et le miroir d'eau à venir, sans oublier ce fameux tramway appelé désir qui passera en partie là où il y a peu de monde...

 

Les gens de Québec aiment leur maire, en grande majorité. C'est cela de pris pour lui. Ils lui accordent le crédit du succès du 400e de Québec en 2008, oubliant que les héritages permanents et l'essentiel de la programmation étaient acquis bien avant son élection, puisque des gens y travaillaient depuis près de 10 ans.

 

Toutefois, reconnaissons-lui quelques choix administratifs et opérationnels judicieux au moment opportun. Rendons à César ce qui lui appartient: le maire Labeaume veut que ça marche.

 

Pourra-t-il apprendre en 2011 à ménager ses excès, à contrôler son impulsivité, à parler moins et à écouter un tout petit peu? On en doute. Il est ce qu'il est, et on voit mal comment il pourrait changer. Son populisme et sa démagogie l'ont bien servi jusqu'ici.

 

Dommage, car on commencera de plus en plus à dire qu'il aurait pu être un grand maire de Québec, mais qu'il aura été un grand parleur et un petit faiseur.

 

Francine Bouchard, Pierre Boucher et Michel Héroux

 

Les auteurs sont respectivement ex-conseillère municipale de Québec. ex-PDG de la Commission de la capitale nationale du Québec et ex-chef de cabinet du recteur de l'Université Laval.

 

http://www.cyberpresse.ca/opinions/201101/12/01-4359508-le-roi-est-nu.php

Link to comment
Share on other sites

Le rôle d'un maire est double, il est premièrement l'ambassadeur de sa ville et sa figure la plus marquante. Son image se confond donc avec celle de la ville et il se doit d'être rassembleur pour le bien-être économique et la réputation souvent internationale de son agglomération toute entière.

 

Le deuxième rôle, moins visible et plus administratif exige qu'il s'entoure d'une équipe solide d'administrateurs chevronnés qui pourront réaliser les projets chers à la population. Le dynamisme d'une bonne administration est contagieux et a un attrait indéniable vis à vis des investisseurs.

 

Dans le monde devenu hautement compétitif, les villes gagnantes sont celles qui ont un maire qui manie aussi bien son image positive que son appareil administratif, et cela en étant présent et bien au fait de tout ce qui se transige au public comme au privé.

 

La ville de Québec s'est payée dernièrement deux maires (mairesse) plutôt flamboyants et grandes gueules qui ont certainement fait parlé d'eux et de la ville. Cependant le succès des deux demeure mitigé et assez discutable même s'il ne s'approche pas, heureusement pour eux, des mauvaises notes de l'administration Tremblay.

 

Je dirais que le maire Labeaume a un charisme équivalent à la regrettée mairesse Boucher et jouit d'une estime certaine de la part de la population. Même s'il semble faire flèche de tout bois, il manque néanmoins de plus en plus ses cibles qui a leur tour disparaissent de l'écran radar les unes après les autres. Un bilan qui s'alourdit donc et qui hypothèque dangereusement son image.

 

A force de courir après tous les lapins de son imagination débordante et d'en échapper un grand nombre, c'est sa crédibilité qui en prend un coup et son jugement qui est mis en doute. Une image populaire magnifie les bons coups tout autant que les mauvais, c'est un couteau à deux tranchants que seuls les meilleurs peuvent contrôler et mettre à leur profit.

 

Je ne dirais pas que le roi est nu. Mais il a perdu une bonne part de ses plus beaux vêtements au profit d'une partie de "strip-poker" qu'il risque de perdre s'il ne se ravise pas le plus tôt possible. Trop de vêtements nuit à la mobilité et pas assez peut devenir indécent surtout pour quelqu'un qui veut bien paraitre. Il devra donc apprendre à mieux doser son "habillement" et l'adapter aux circonstances qui comme la météo sont toujours changeantes.

 

C'est ça la politique, un monde hautement exigeant où l'habit, selon les occasions, fait parfois le moine.

Link to comment
Share on other sites

 

 

même s'il ne s'approche pas, heureusement pour eux, des mauvaises notes de l'administration Tremblay.

 

 

Si l'on regarde les 8 dernieres années à Mtl, et celles qui viennent, je pense que les "réalisations" (du moins les projets réalisés pendant qu'il était là) du maire Tremblay sont plus importantes que tout ce que Labeaume a fait, ou même la mairesse Boucher. Pensez-y, pendant ses mandats, Tremblay aura vu: la finalisation du Quartier International, le Quartier des Spectacles, l'agrandissement du Palais des Congrès, le CRCHUM en construction, le CHUM qui s'en vient et le Quartier de la Santé, Turcot qui arrive, la consolidation de la place de Mtl comme ville de Congrès, ville d'aéronautique, centre de développement de jeux vidéos, la récupération du Grand Prix, le Complexe Saint-Michel (finalisation), la Cité des Arts du Cirque, Bixi et le développement du réseau de pistes cyclables, Griffintown (phase 1), l'Autoroute Bonaventure, la Cité du Multimédia, la Cité du Commerce élecrronique, le nouveau Planétarium, le redéveloppement de l'Insectarium, le projet des Muséums nature, le désignation de Mtl Ville de Design, et les projets reliés (concours de design urbain), etc. Vous voulez continuer?

 

Bien sûr, il n'est pas responsable de TOUS ces développements. Mais on relie souvent les développements d'une ville avec le maire au pouvoir au moment de ces réalisations, qu'il soit directement responsable ou non de ces succès. C'est d'ailleurs ce qu'on fait avec Labeaume: On lui attribue le succès du 400e. Mais tout était pas mal fignolé avant qu'il n'arrive. Alors, si on fait l'exercice d'attribuer ce succès à M. Labeaume, pour la seule raison qu'il était présent à ce moment, il faut faire le même exercice avec Tremblay. Et dans ce cas, force est de constater que le maire de Québec est loins du compte.

 

Mais ça, c'est le même problème avec les deux villes elles-mêmes: la perception, continuelle, répétée sans cesse dans les médias, est que Montréal est moribonde, et Québec en plein élan. Mais les faits parlent d'eux-mêmes, et contredisent ces impressions tenaces. Il y a beaucoup plus de projets en chantier, et en voie de l'être à Mtl qu'à Québec. Même à une échelle équivalente, Mtl gagne encore haut la main.

 

Ma morale dans cette histoire? Labeaume n'est pas à la hauteur de sa gueule, et le règne Tremblay n'est pas aussi mauvais qu'on le pense.:stirthepot:

Edited by MtlMan
Link to comment
Share on other sites

Personnellement, je trouve que le maire Labeaume est un gros colon démagogique (Les Nordiques). Tremblay donne l'impression d'être un mou, mais mine de rien, on lui doit plusieurs projets concrets, réalistes, qui embelissent Montréal: l'échangeur des Pins démoli, la rénovation des parcs et des places publiques (Square Dorchester, Place d'Armes, Quartier des spectacles), sans parler du quartier des sciences (Planeterium), du retour de la F1, etc. Quand on fera le bilan un jour, on se rendra compte que Tremblay a fait beaucoup plus pour Montréal que Labeaume pour Québec. Et ce, en dépit du fait que l'appareil administratif de Montréal est un cauchemar.

Link to comment
Share on other sites

Je suis d'accord avec les deux interventions précédentes, en ce sens que Tremblay n'est pas si mauvais et qu'il a eu ses hauts et ses très bas. C'est davantage au niveau politique et particulièrement dans certains dossiers, notamment celui des compteurs d'eau, qu'il a été sévèrement "savonné", sans oublier les petits et grands scandales de corruption et malversations avec l'industrie de la construction. Tout cela a considérablement nui a l'image de la ville et son "règne" en particulier.

 

Sans vouloir lui enlever certains crédits, c'est tout de même grâce au dynamisme d'une foule de gens que les réussites ont eu lieu, la ville dans plusieurs dossiers a donné son appui mais n'a pas nécessairement été à l'origine des projets eux-mêmes. Cependant il laissera un héritage non négligeable de superbes places publiques au centre de la ville et autres ouvrages d'importance comme l'échangeur des Pins enfin disparu du paysage montréalais.

 

Je dois néanmoins lui reconnaitre une formidable force de résilience, pour avoir traversé des périodes noires où les médias l'ont littéralement crucifié sur la place publique pour certaines erreurs impardonnables, et avoir tout de même réussi à rebondir en revenant au devant de la scène regaillardi et prêt à relever de nouveaux défis. L'avenir nous dira si dans ce probable dernier mandat, il aura appris de ses erreurs et réussi non seulement à faire oublier ses mauvais souvenirs, mais laissé un bilan dont il pourra être fier?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...