Jump to content

Grappe financière: Montréal devra se passer du fédéral


MtlMan
 Share

Recommended Posts

C'est tout de même la preuve de la résilience de notre ville, quand elle réussit à s'organiser malgré le mépris des gouvernements supérieurs (fédéral ou provincial, tout dépendant du dossier.....)!

 

(Montréal)

 

Grappe financière: Montréal devra se passer du fédéral

 

 

Malgré ses importantes responsabilités financières, le gouvernement fédéral demeure absent du projet de «grappe financière de Montréal», dont le lancement est imminent.

 

 

Pourtant, ce projet annoncé dans le plus récent budget du gouvernement du Québec, en mars dernier, a rallié une dizaine d'institutions financières établies à Montréal.

 

Les principales écoles universitaires de gestion d'affaires ayant pignon sur rue à Montréal sont aussi au rendez-vous, de même que la Communauté métropolitaine de Montréal.

 

 

Mais du côté de Développement économique Canada, les demandes de participation faites depuis des mois par le principal organisateur de la «grappe financière» sont demeurées sans suite.

 

Encore vendredi dernier, les questions de La Presse Affaires au bureau du ministre d'État Denis Lebel, responsable de Développement économique Canada pour le Québec, sont aussi restées sans réponse.

 

Tout au plus, le principal porte-parole du ministre, Benoît Fortin, a admis ignorer le projet de grappe financière de Montréal, ainsi que la demande de participation de ses instigateurs.

 

«Cette absence de réponse du fédéral est étonnante, d'autant plus que nous avions senti une certaine ouverture lors d'une première discussion, l'été dernier», déplore Jacques Girard, président de l'organisme Centre financier international, important noyau du secteur financier à Montréal.

 

M. Girard est le principal gestionnaire de lancement de la «grappe financière», selon un mandat qui lui a été confié par le ministre québécois des Finances, Raymond Bachand.

 

S'il est déçu du silence fédéral jusqu'à ce jour, Jacques Girard ne souhaite par pour autant «briser les ponts» avec Développement économique Canada pour sa participation future à la grappe financière.

 

«L'absence du fédéral du groupe initial serait décevante, mais elle ne compromettrait par le lancement officiel qui est prévu d'ici un mois», a indiqué M. Girard.

 

«Le plus important pour ce projet, c'est que nous avons obtenu l'adhésion du secteur privé de la finance, en plus des contributions initiales de Québec et de la CMM.»

 

À ce jour, 11 sociétés financières d'importance établies à Montréal ont adhéré à la grappe financière à titre de «membres fondateurs». Cette adhésion implique une contribution individuelle d'au moins 50 000$ par an pendant une période minimale de deux ans.

 

Du côté des instances publiques, le gouvernement du Québec s'est déjà engagé pour 1 million en cinq ans à titre d'instigateur du projet de la grappe financière. Le principal regroupement de gouvernements locaux de la région de Montréal, la CMM, vient de s'engager à hauteur de 100 000$.

 

Quant aux institutions d'enseignement, c'est le directeur de HEC Montréal, Michel Patry, qui coordonne l'adhésion des quatre universités montréalaises et leur école de gestion d'affaires.

 

Avec ces mises de fonds, Jacques Girard et ses adjoints financent la mise sur pied d'une petite société qui sera légalement constituée comme Grappe financière de Montréal.

 

Cette société aura aussi les moyens d'embaucher les «deux à trois employés à temps plein» qui seront nécessaires pour gérer les différentes activités de coordination, d'analyse et d'établissement de priorités qui sont attendues dans le milieu financier.

 

«Avec nos banquiers, la Caisse de dépôt, Desjardins et les autres, nous avons à Montréal des créneaux de marché des services financiers que nous sommes capables de faire croître. Il y a déjà les produits dérivés, l'assurance, le «back-office» des services financiers», a récemment indiqué le ministre des Finances, Raymond Bachand, à propos du projet de grappe financière.

 

«Avec la force de la concurrence mondiale, il faut se mettre ensemble pour cibler des créneaux. Regardez la grappe du multimédia, ça marche bien car le gouvernement travaille avec l'industrie et les institutions d'enseignement. Il faut faire la même chose dans le secteur financier, qui est important avec ses 140 000 emplois au Québec», a-t-il ajouté.

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/201011/08/01-4340321-grappe-financiere-montreal-devra-se-passer-du-federal.php

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value