Jump to content

Recommended Posts

C'est quoi vos opinions les gars? Honnêtement j'ai vécu ce scénario. Beaucoup de difficultés à trouver un emploi après mon bac. J'ai quitté pour l'Ontario pour prendre de l'expérience et revenu à Montréal après deux ans, mais je connais beaucoup de personnes éduqués qui ont resté à Ontario et c'est très dommage (avocats, ingénieurs, actuaires, etc).

 

http://globalnews.ca/news/2608967/new-montreal-documentary-explores-anglo-youth-unemployment/

 

The film looks at the higher rate of unemployment for anglophone youth as opposed to francophone youth in Quebec’s largest city.

 

According to career advisers, the lack of job opportunities for anglophones leads many to move to cities like Toronto.

 

“Quite often, if English is an easier language for them, they leave Quebec,” said Iris Unger, YESMontreal’s executive director.

 

“We’re losing a lot of really talented people.”

According to the Association for Canadian studies, the unemployment rate is 8.4 per cent for anglophones and just 5.9 per cent for francophones. But for bilingual people, there’s still a discrepancy with a 5.8 per cent unemployment rate for anglophones versus a 3.4 per cent rate for francophones.

Link to comment
Share on other sites

Les anglos sont plus bilingue que les francos anyway .

 

C'est vrai, mais souvent, leur niveau de français écrit n'est pas suffisant pour travailler dans un environnement francophone. Ou encore ils ne font pas suffisamment confiance à leur niveau de connaissance du français pour postuler dans les grandes entreprises francophones ou au gouvernement.

 

Je parierais que parmi les CV reçus au gouvernement ou chez Hydro, Desjardins, Vidéotron ou à la Banque Nationale, la proportion de CV provenant d'anglophones est largement inférieure à leur poids démographique.

Link to comment
Share on other sites

Très difficile, voir impossible, pour un jeune professionnel francophone de se trouver un bon emploi en étant unilingue francophone.

Très difficile, voir impossible, pour un jeune professionnel anglophone de se trouver un bon emploi en étant unilingue anglophone.

 

On est en 2016, parler au minimum 2 langues n'est plus un luxe, c'est une nécessité, surtout dans un pays officiellement bilingue. J'étais parfaitement bilingue vers 7 ou 8 ans et je n'ai pas le QI de Einstein.

 

Forcez-vous un peu et sortez de votre ghetto unilingue.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...