Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'anglophones'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 19 results

  1. Quebec sees growth in English-speaking population Last Updated: Monday, December 21, 2009 | 9:20 PM ET CBC News The number of English-speaking Quebecers is on the increase for the first time in 30 years due to immigration, along with a slowdown in the outflow of Quebec anglophones. The number has grown by about 5.5 per cent between the censuses of 2001 and 2006, reversing a trend that began in the early 1970s when provincial language policies and a push for Quebec sovereignty prompted many English-speaking residents to move elsewhere. The influx includes people moving from other provinces, as well as an increase in immigration by English-speaking people from south Asian countries. CBC News interviewed several families who have made the move. Steve Clarke and his family moved to Quebec City from Oklahoma and are impressed by the city's safety, its old-world architecture and by what he calls a "benign" government. "When people move to New York City, other people in New York City don't ask them 'why did you move here?' They just understand — you'd move here because it's a great place to live," he said. "But people in Quebec, because it's unusual for people who aren't French as a mother language, I guess it's a curiosity," Clarke said. Carrie-Anne Golding and Ryan Hughes, who moved to Montreal from Vancouver, enjoy the low cost of housing and the city's vibrant, 24-hour lifestyle, but admit cultural change requires some adjustments. "I think the first few months was sort of the honeymoon phase of everything is wonderful," Golding said. "And the reality of, you know, as an anglophone, you are in a minority in comparison." "I thought that we would merge in with the cultures a lot quicker," she said. "But it is a little bit harder. There is definitely some inroads to do in merging in with the French culture." The increase in Quebec's English-speaking population comes as a surprise to Jack Jedwab, a demographer and executive-director of the Association for Canadian Studies. Jedwab is also surprised by how little attention has been paid to the trend by Quebec's English media, compared with 30-year spotlight they focused on the so-called Anglo Exodus. "The community psychology is such that it's very accustomed to this erosion," he said. "It has become part of the [anglophone] community's identity. The shock of that demographic decline, it's impact on our institutional life." Jedwab noted that Quebec's civil service is almost entirely francophone, which can exacerbate the feeling of alienation in the English-speaking community. He suggested it may be time for anglophones to try to build on their increase in numbers, instead of clinging to the old complaint that they're a disappearing breed.
  2. Last week, Quebec gave some additional funding to 2 English CEGEP's (and one French CEGEP) to increase enrolment due to the application crunch. Mme. Courchesne stated that this was done so that anglophones could attend an anglophone CEGEP. The statement was later "clarified" that this applied only to the current crunch. Given that some in the PQ want English CEGEP's available only to Anglophones (although Pauline Marois is hesitant to endorse this), does anyone see the following scenario unfolding? English CEGEP's enrolment will be frozen at or near current levels. First priority for admission will be anglophones with a Certificate of Eligibility. Second priority for admission will be anglophone immigrants. Any remaining spaces would be available to other immigrants and francophones.
  3. Naissance officielle d'Affiliation Montréal Le chef d'Affiliation Québec, Allen Nutik Les anglophones et allophones du Québec auront un parti pour les représenter aux prochaines élections provinciales. Le directeur général des élections du Québec a en effet autorisé officiellement lundi la création du parti Affilliation Québec, fondé par des anglophones de l'ouest de l'île de Montréal. Selon le chef d'Affiliation Québec, Allan E. Nutik, son parti offre une représentation aux minorités linguistiques du Québec, notamment aux anglophones. En occupant l'ancien créneau du défunt Parti Égalité, la nouvelle formation politique espère faire des gains parmi les anglophones et les allophones déçus du Parti libéral du Québec et ceux qui ne se reconnaissent pas dans le programme de l'ADQ et du PQ. Des partis qui n'offrent rien aux minorités linguistiques de la province, selon Allen Nutik. Le chef d'Affiliation Québec, qui devient le 16e parti officiel de la province, prévoit présenter six ou sept candidats aux prochaines élections provinciales. http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2008/01/22/004-affiliation-quebec_n.shtml
  4. http://voir.ca/societe/2013/04/11/dossier-anglos-artistes-anglos-made-au-quebec/ Dossier Anglos 11 AVRIL 2013 par SIMON JODOIN C’est dans l’air du temps. Le débat sur le renforcement de la loi 101 semble vouloir reprendre de plus belle, entraînant avec lui des discussions parfois acerbes entre les anglos et les francos, les premiers craignant de ne pas trouver leur place au sein de la culture québécoise, les seconds souhaitant tout faire pour éviter de voir leur langue disparaître au profit de l’hégémonie anglo-saxonne. Encore cette semaine, ces discussions faisaient la manchette. «Grogne chez les anglos», titrait Louise Leduc dans le quotidien La Presse en rapportant les tensions entre le ministre Jean-François Lisée et des membres de la communauté anglophone. On pourrait croire que nous entrons dans une nouvelle ère d’animosité. Peut-être… Et peut-être pas! Dans tout ce brouhaha bourré de scènes déjà vues à propos des affiches dans le centre-ville de Montréal, des marques de commerce des multinationales et mettant en vedette la langue d’enseignement (un film dans lequel nous avons joué des centaines de fois), certaines initiatives permettent d’entrevoir le rapport anglos/francos sous un nouveau jour et de dégager de nouvelles pistes de solution. Avec le site web Made au Québec lancé le 22 mars dernier, l’English-Language Arts Network (ELAN) propose d’ouvrir une fenêtre virtuelle – et pourtant bien réelle – sur le travail des artistes anglophones montréalais. L’objectif? Rassembler au sein d’un agrégateur toutes les nouvelles concernant les artistes anglophones de toutes les disciplines. Car si certains groupes de musique sont bien en vue depuis quelques années, on ne saurait en dire autant des écrivains, cinéastes ou artistes en arts visuels qui œuvrent dans la langue de Cohen. Le site made-au-quebec.ca, qui s’affiche par défaut en français, permet ainsi de suivre l’actualité de créateurs d’ici et, dans la plupart des cas pour les francophones, de fréquenter leur travail pour la toute première fois. Pour Guy Rodgers, directeur général d’ELAN: «Depuis vingt ans, le nombre d’artistes anglophones qui choisissent de vivre au Québec a augmenté en flèche.» Un choix qui, selon lui, repose entre autres sur l’attirance pour la langue française et un désir de prendre part à la culture québécoise. Une participation qui demeure parfois assez difficile, il faut en convenir. Car bien souvent, l’artiste anglo d’ici se retrouve dans une quête similaire à celle du Canadien errant, banni de ses foyers à parcourir des pays étrangers. Inconnus de leurs concitoyens qui les confondent volontiers avec n’importe quel Torontois, ils sont pris en sandwich entre la culture francophone et les best-sellers américains ou les blockbusters hollywoodiens. «Beaucoup de revendications ne font pas l’unanimité, selon Guy Rodgers, mais il y a un point sur lequel tous les anglophones sont d’accord: ils ne veulent pas servir de bouc émissaire pour l’ancien empire british ou la dominance économique actuelle de l’empire américain.» Le problème que doivent affronter les anglos est donc double: aller à la rencontre de leurs concitoyens francophones, plutôt habitués à fréquenter les standards de la culture francophone, tout en se distinguant dans leur promotion pour faire valoir leurs racines montréalaises et québécoises. Il s’agit sans doute là, aussi, d’une réponse au déclin des médias anglos. Il y a un an, le Hour et le Mirror fermaient leurs portes, faute de revenus. À la même époque, The Gazette annonçait des suppressions de postes draconiennes à la rédaction. Peu à peu, la culture anglophone montréalaise se retrouve sans voix médiatique. Une situation un peu inquiétante quand on sait que les hebdos culturels gratuits étaient lus aussi, et pour beaucoup, par des francophones. Pas question de s’apitoyer, cependant. «Nous avons créé le site Made au Québec à des fins autant émotives que pragmatiques, résume Rodgers, autant pour promouvoir les artistes que pour stimuler un dialogue entre voisins qui pourraient se connaître mieux.» Made au Québec s’inscrit ainsi dans la lignée du projet Recognizing Artists: Enfin visibles aussi lancé par ELAN en 2010, qui offrait sur le web des portraits d’artistes anglophones bien souvent anonymes et inconnus de leurs concitoyens. Il s’agit maintenant de les suivre au fil de l’actualité et d’allumer un esprit de dialogue entre les deux solitudes, qui sont de moins en moins isolées et éloignées.
  5. C'est au tour d'une autre histoire qui va finir par nous embarasser! ------------------------------------------ Les hôpitaux anglophones devraient être interdits Les hôpitaux anglophones n'ont pas leur place au Québec et les jeunes non-francophones devraient avoir l'obligation de fréquenter le cégep en français. C'est l'essence du message qu'a passé ce matin le groupe Impératif français devant la commission parlementaire qui étudie le projet de loi 14 sur la refonte de la Charte de la langue française (Loi 101). « Définir les hôpitaux sur une base linguistique c'est pratiquer la discrimination », a dit le président d'Impératif français, Jean-Paul Perreault. Selon M. Perreault, les anglophones et les allophones devraient avoir accès à des services d'interprètes dans les hôpitaux québécois. «L'avenir du français est gravement menacé au Québec», a renchéri le président du Mouvement Québec français (MQF), M. Mario Beaulieu, à l'occasion d'une conférence de presse tenue ce matin conjointement avec Impératif français. M. Beaulieu a déclaré avoir été l'objet de menaces de mort après avoir exprimé son opinion au sujet du projet de loi 14. L'État québécois doit donc cesser d'offrir des services en anglais a ajouté M. Beaulieu en conférence de presse. «Si l'État donne des services dans les deux langues, on devient un État bilingue. L'objectif de la Loi 101 était de faire du français la seule langue officielle au Québec. «On exige l'anglicisation pour accommoder des gens qui devraient avoir l'obligation d'apprendre à parler français. Toute personne qui fait le choix de vivre au Québec devrait apprendre le français», a martelé M. Beaulieu qui était accompagné pour l'occasion du président de la CSN Jacques Létourneau et du vice-président du SFPQ, Paul de Bellefeuille. La CSN a fait savoir qu'elle se dissocie de la position d'Impératif français au sujet des hôpitaux. http://www.journaldequebec.com/2013/04/09/les-hopitaux-anglophones-devraient-etre-interdits
  6. Tres intéressant. À Concordia, en français et organisé par L'Association francophone pour le savoir (l'Acfas)! http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/82/600/616/c
  7. Les anglophones et les allophones sont les principaux responsables de la diminution de la population du Québec, selon une nouvelle étude qui sera dévoilée ce matin au 78e congrès de l'Association francophone pour le savoir. Les francophones hors Québec contrebalancent le départ des francophones, concentrant davantage la dualité linguistique canadienne. «Le solde migratoire négatif du Québec existe parce qu'il y a plus d'anglophones et d'allophones qui quittent le Québec qu'il n'en arrive», explique Éric Forgues, de l'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques au Nouveau-Brunswick, qui présentera ses analyses ce matin. «Il y a un processus de consolidation linguistique. Les francophones du Canada se concentrent au Québec et les anglophones vont dans les provinces anglophones. Il y a même une consolidation régionale au Québec: les anglophones quittent les régions pour se rendre à Montréal. Le Saguenay, par exemple, perd lentement ses derniers anglophones.» Au total, le Québec a perdu 0,2% de sa population entre les recensements de 2001 et de 2006. C'est la plus faible baisse depuis au moins 40 ans. Mais quand on y regarde de plus près, le Québec francophone n'est pas celui qui en souffre: il a gagné 0,5% de population de 2001 à 2006, alors que les anglophones ont perdu 1,4% de leur population. Les allophones ont une perte absolue aussi grande que les anglophones, environ 8000 personnes, mais M. Forgues n'a pu calculer cette perte en proportion à cause de questions méthodologiques. «Le Québec retient difficilement ses allophones», dit le démographe néo-brunswickois. Par contre, le saignement de la communauté anglophone s'amenuise. «Chez les plus jeunes, les 20 à 29 ans, il y a même une légère augmentation de 0,3%», dit M. Forgues. Cela se compare à une baisse à peine perceptible chez les francophones du même âge, pour un solde provincial négatif de 0,1%. Plus d'immigrants américains Par ailleurs, d'autres données démographiques dévoilées au congrès de l'ACFAS montrent que la quantité d'Américains émigrant au Canada a doublé au début du millénaire. «Je ne crois pas que ce soit dû à l'opposition aux politiques de Bush», explique l'auteur de l'étude sur la migration américaine, Jack Jedwab, directeur de l'Association pour les études canadiennes à Montréal. «Ça montre plutôt que le Canada est maintenant aussi bien vu au point de vue des possibilités de carrière que les États-Unis, avec un avantage sur le plan de la qualité de vie.» De 1991 à 2000, 43 000 Américains ont émigré au Canada. Le taux a doublé entre 2001 et 2006, atteignant presque le même nombre en moitié moins de temps: 39 000 entre 2001 et 2006. La moitié d'entre eux choisissent l'Ontario et seulement 10% le Québec. Ce chiffre est deux fois plus élevé que le nombre de Canadiens émigrant aux États-Unis. Selon Bruno Ramirez, historien à l'Université de Montréal, les migrations entre les deux pays concernent essentiellement des travailleurs extrêmement qualifiés, par exemple en finances ou en informatique, qui profitent de visas dans le cadre de l'ALENA. La presque totalité des visas accordés par les États-Unis en vertu de l'ALENA va à des Canadiens, les Mexicains ne remportant que 2% du total. * * * Solde migratoire du Québec Nombre d'habitants perdus: 1966-1971: 70 720 1971-1976: 59 805 1976-1981: 141 725 1981-1986: 63 300 1986-1991: 25 550 1991-1996: 37 440 1996-2001: 57 310 2001-2006: 11 645 Source: Statistique Canada * * *
  8. Vivre en anglais au Québec: possible mais contraignant Louise Leduc La Presse Pour la première fois depuis 1976, le nombre d'anglophones est en hausse au Québec. En 2006, il atteignait 607 000 personnes, comparativement à 591 000 en 2001, révélaient cette semaine les toutes dernières données du recensement. Tout se passe comme si, finalement, les anglos se plaisaient bien au Québec et qu'un modus vivendi avait été trouvé avec les francophones. Puis survient une «affaire» Koivu. Une controverse autour d'un projet de loi sur l'identité québécoise. Suffirait-il de presque rien pour que? Marvin Rotrand se lève. Il fait son discours. Pour une première intervention à l'hôtel de ville de Montréal, il est plutôt fier de lui, fier de son éloquence, fier de son aisance. Il se rassoit. Personne ne dit mot. À la pause, il interroge ses confrères conseillers. Pourquoi personne n'a réagi? Parce que personne n'avait compris. Il avait parlé anglais du début à la fin. Vingt-cinq ans plus tard, Marvin Rotrand est toujours conseiller municipal, mais il est aujourd'hui bilingue. «Tout mon français, je l'ai appris à l'hôtel de ville.» Jusque-là, dit-il, il avait vécu «à part», en anglais, à Montréal. Par la force des choses. Ses parents, arrivés ici après avoir survécu aux camps de concentration, ont été dirigés vers des commissions scolaires anglophones puisqu'ils n'étaient pas catholiques. Puis un jour, pour être élu, Marvin Rotrand a eu besoin de votes. «Si on veut être interviewé par Radio-Canada, c'est bien utile, de savoir parler français...» Combien sont-ils aujourd'hui à vivre tout le temps en anglais à Montréal? David Corcos, qui étudie au collège Dawson, affirme qu'il a autour de lui «autant d'amis bilingues que d'amis incapables de suivre une conversation en français». «Mon chum est photographe et le fait de ne pas parler un mot de français est très limitant pour lui, raconte pour sa part Shana Panasuk, étudiante au même collège. Quand il veut photographier des gens, je dois les aborder pour lui.» À l'inverse, le fait d'être parfaitement bilingue facilite la vie de Shana. «Quand j'ai postulé pour un emploi de caissière au Canadian Tire, je l'ai eu tout de suite. Celui qui m'a interviewé exigeait des candidats bilingues, et j'étais la seule à l'être.» Lindsay Green, résidante de Côte-Saint-Luc âgée de 18 ans, est unilingue et n'y voit encore aucun problème. «Je veux devenir architecte. Peut-être que, plus tard, ce sera un problème de parler anglais seulement, mais ça ne l'est pas pour l'instant. J'étudie en anglais, mes amis sont anglophones, ça ne m'arrive jamais d'avoir à parler français.» L'appel du large Les étudiants unilingues rencontrés ont tôt fait d'évoquer la possibilité de quitter le Québec. Si ça ne marche pas, j'irai ailleurs. Entendre: à Toronto, surtout. Le feront-ils? Contre toute attente, depuis cinq ans, malgré le boom albertain, les anglophones sont restés au Québec comme jamais depuis 1976. «Pourquoi partiraient-ils? Ils sont bien! Ils peuvent vivre en anglais tous les jours de leur vie au Québec!» lance Charles Castonguay, mathématicien de l'Université d'Ottawa qui a passé sa vie à décortiquer l'évolution du fait français au Québec et qui a été catastrophé par le dévoilement des derniers chiffres du recensement. Larry Smith, PDG des Alouettes, doute aussi - mais pour d'autres raisons - que les anglophones mettent encore massivement les voiles. «Toronto, c'est vraiment un autre monde. Toronto, c'est comme New York. C'est l'argent et le travail. Ici, au Québec, on travaille, mais avoir du fun, c'est important aussi. On tient à notre qualité de vie.» Marvin Rotrand refuse pour sa part de se hasarder dans des prédictions sur l'avenir de la communauté anglophone de Montréal. «Trop imprévisible. Qui sait, peut-être les anglophones de Toronto ou d'ailleurs réaliseront-ils à quel point la vie est bonne ici, et qu'un loyer à Montréal, c'est moins cher qu'à Halifax!» Une communauté éclatée Ce qui est sûr, c'est que la communauté anglophone est moins homogène qu'avant, se confondant aujourd'hui avec les allophones qui demeurent nombreux à adopter l'anglais. Moins homogène, et manifestement plus dispersée. «J'ai longtemps habité rue Brébeuf, dans le Plateau, et j'étais vraiment le seul anglophone là! dit Brian Wright, qui travaille dans le milieu théâtral. Mes amis ne déménageaient jamais à l'est de la rue Saint-Denis. Aujourd'hui, il y a plein d'anglophones dans le Plateau, et même au coeur d'Hochelaga-Maisonneuve. Je ne suis plus seul de ma gang!» Selon les dernières données sociodémographiques, le Plateau-Mont-Royal comptait 12% de résidants ayant l'anglais pour langue maternelle. De la même manière, «les châteaux forts anglophones ne sont plus aussi homogènes qu'ils l'étaient, fait observer le reporter Stéphane Giroux, qui couvre la communauté anglophone pour la chaîne CTV. Aussi francophones soient-ils, mon frère et ma soeur habitent dans le West Island et ils sont loin d'être l'exception.» Les anglos et nous: mythes et réalités Les anglophones québécois sont plus riches Le revenu personnel médian des anglophones et des francophones est presque identique au Québec (21 619$ contre 21 166$) et à Montréal (21 966$ contre 21 599$). Les anglophones ont de meilleurs emplois La proportion d'anglophones qui occupent un poste de cadre (13,4%) est plus élevée que la moyenne provinciale (10,4%). Toutefois, selon les dernières données à ce sujet (en 2001), le taux de chômage des personnes de langue maternelle anglaise était supérieur à la moyenne dans toutes les grandes régions du Québec, à l'exception de Montréal. Les lois linguistiques donnent des boutons aux anglophones. Un vaste sondage CROP réalisé en 2001 pour l'Institut Missisquoi révélait que la moitié des anglophones du Québec croyaient légitime que le gouvernement québécois adopte des lois visant à protéger la langue française. Anglophones et francophones se sentent menacés. Soixante-six pour cent des répondants d'un sondage CROP mené en 2001 disaient croire que l'avenir de la communauté anglophone de leur région était menacé. Seulement 14% des francophones le croyaient. À l'inverse, 61% des francophones croyaient que le français était menacé au Québec. Près des deux tiers des anglophones sont en désaccord avec cette idée. Maudits anglos? Quatre-vingt-trois pour cent des francophones, dans le même sondage, ont déclaré avoir de bonnes ou de très bonnes relations avec les anglophones. Sources: Vers l'avant: évolution de la communauté d'expression anglaise au Québec, novembre 2004; CROP, Survey of the English-Speaking Community of Québec, 2001.
  9. L`article est un peu facultatif, je veux porter votre attention aux nombreux commentaires en relation avec celui-ci. http://www.theglobeandmail.com/servlet/story/RTGAM.20071204.wcensusmain1204/CommentStory/census2006/home/ Canada's tenuous French connection BRODIE FENLON Globe and Mail Update December 4, 2007 at 4:12 PM EST Just a day after the Prime Minister appointed Bernard Lord to head a committee on bilingualism, newly released census figures suggest that Canada's official-languages policy and the vitality of the French language are under increasing pressure outside Quebec. There are nearly as many Canadians with a non-official language as their mother tongue as there are francophones, while the peak rate of bilingualism for anglophones living outside Quebec has dropped again. The new figures on immigration, language and mobility, gleaned from the 2006 census, paint a dramatic picture of Canada's changing demographics. Among the highlights: • One in five Canadians – 19.8 per cent of the total population – was born outside the country, a rate not matched since 1931, when the percentage of foreign-born citizens peaked at 22.2 per cent. Only Australia has more foreign-born residents. • More than 60 per cent of immigrants live in the large urban centres of Montreal, Toronto and Vancouver; only about 5 per cent live in rural parts of Canada. • Most of the recent newcomers to Canada are from Asia – 58 per cent when those from the Middle East are included. Europeans, the dominant immigrant group for most of the 20th century, represented only 16 per cent of those who moved to Canada between 2001 and 2006. • Canada's foreign-born population increased by 13.6 per cent, four times greater than the growth rate of 3.3 per cent for the Canadian-born population. But it is the language numbers released Tuesday that will likely make headlines, following as they do on the heels of Mr. Lord's appointment by Stephen Harper to head a high-profile committee on bilingualism in Canada. The former premier of New Brunswick will travel to seven cities across the country during the first two weeks of December to speak to members of English and French minority communities and provide advice and guidance to the federal government. Mr. Lord will then report to Official Languages Minister Josée Verner in January. What Mr. Lord will find outside Quebec and New Brunswick, Canada's only officially bilingual province, is increasingly isolated French-language communities, the census suggests. One indicator is mother tongue, defined as the first language learned at home and still understood at the time of the census. For the first time, allophones – those who speak neither English nor French as their first language – represent fully one-fifth of the population. The numbers jumped to 20.1 per cent from 18 per cent in the last census, driven primarily by immigration. Conversely, the proportion of francophones and anglophones decreased slightly after population growth is taken into account. This will be no surprise for Canadians in many parts of the country. For several years, Chinese has topped French as a first language in Ontario, Alberta and B.C. The 2006 census reaffirmed the position of Chinese languages as Canada's third most common mother tongue group. More than one million Canadians reported one of the Chinese languages as their first language, a jump of 18.5 per cent. Experts are quick to note that allophones speak about 200 languages and are not a homogeneous group. Francophones still represent about one-quarter of the population; people who report Chinese as their mother tongue represent 3.3 per cent of the total population. Moreover, the census showed that nine out of 10 Canadians speak English or French most often at home: Just over one-fifth spoke French, 67.7 per cent spoke English, and 11.9 per cent spoke a non-official language at home. It is important to note, however, that the English and French numbers dropped from the previous census, while the non-official language numbers increased by 1.5 per cent. Even in Quebec, the percentage of people who spoke French most often at home dropped to 81.8 per cent from 83.1 per cent. The bilingualism rate is another indicator of the tenuous French connection. Outside Quebec, only 5.6 per cent of allophones in 2006 reported knowing both official languages. While there was a slight increase – 7.4 per cent from 7.1 per cent – in the number of anglophones outside Quebec who said they could carry on a conversation in both official languages, the number dropped for a key demographic: young Canadians. Because most anglophones learn French at school, the peak bilingualism rate for Canadians outside Quebec occurs in the 15-19 age range. That rate has slipped over the past decade, to 13 per cent in 2006 from 16.3 per cent in 1996. The ability of young anglophones to maintain their knowledge of French as a second language appears to decline with time. In 2001, 14.7 per cent of anglophones aged 15 to 19 were bilingual. Five years later, only 12.2 per cent of that same cohort reported being bilingual. The numbers are disappointing, considering that one of the chief objectives of Ottawa's $787-million plan on official languages – launched by the previous Liberal government in 2003 – is to double by 2013 the percentage of young bilingual Canadians to 50 per cent. Jack Jedwab, executive director of the Association for Canadian Studies and advocate of official bilingualism, warned against an “ethno-local” reading of the numbers, which he said could foster tensions and challenge public support for French in areas where other languages dominate. “When you start breaking things down locally, then you risk tearing away at the fabric of national unity. ... That's the Canada of multiple parts, not the Canada with a national vision both of its demographic reality and its history,” he said. “Bilingualism is the fundamental feature of a strong Canadian identity to the extent that more than a quarter of the country, nationally, consists of people who are French speakers.” Others suggest, however, that such sentiments are antiquated in a multicultural Canada and ignore the demographic reality of much of the country, especially urban areas such as Toronto or Vancouver. “Nobody's asked any longer what is the place of French. Now I walk on hot coals to even say that out loud,” said Heather Lotherington, associate professor of multilingual education at York University. “We're living in a global society. We have this influx of people who speak the languages of the world, and we're not doing a damn thing with these languages. We're just letting them go to waste.” Ms. Lotherington, whose research is focused on Toronto-area schools, advocates for the inclusion of students' mother tongues in the curriculum. She said decades of research shows that if you maintain the languages children know, they learn other languages better, fast and more easily. “French immersion needs to be looked at critically,” she said. “I do not want to throw it out. Canada is a world leader in immersion education. But you have to think about the way we learn languages and the possibility of learning more. "It's a very colonial stance to say that English and French are the languages of Canada.” Concerns about official bilingualism and the impact of immigration on the French language inside and outside Quebec are not new. In September's Throne Speech, the Prime Minister pledged to extend official bilingualism programs for minority communities. The appointment of Mr. Lord is seen as the first step in that commitment and a response to the critical report by Official Languages Commissioner Graham Fraser, who accused the Harper government of having “directly undermined” the official languages plan with budget cuts and by eliminating the Court Challenges program, which financed minority-rights court cases against the government. Citizenship and Immigration recently set targets through 2011 to attract between 8,000 and 10,000 French-speaking immigrants a year to francophone communities outside of Quebec. Driving these targets are demographic data showing that for every new immigrant whose mother tongue is French, there are 10 whose mother tongue is English, and that the vast majority of newcomers adopt English upon arrival in Canada. Meanwhile, the debate over immigration and language continues in Quebec, where the Bouchard-Taylor commission on reasonable accommodation of minorities heard last week from a prominent Parti Québécois strategist that only an independent Quebec could protect the French language. The commission also heard from French-speaking immigrants to Quebec who said their lack of English was impeding their ability to get jobs. And in October, PQ Leader Pauline Marois caused a small furor when she proposed the Quebec Identity Act, which would require all new immigrants to the province to learn French within three years. Those who failed a language test would not be permitted to hold public office, raise money for a political party or petition the National Assembly. The bill was widely condemned. The Official Languages Act, first passed in 1969 and updated twice since, stipulates Canadians' right to receive federal government services in either English or French where numbers warrant, the right of public servants to work in either language in certain areas, the right of either English or French speakers to advance in the public service, and that the government must promote bilingualism.
  10. There really is a 'nous,' and it includes us The Gazette Published: Saturday, July 12 Summer is a much-longed-for season in Quebec, but one that is rarely productive from the point of view of fraternal feeling. By the time we get past St. Jean Baptiste day and July 1, whatever communal spirit the hockey playoffs have generated between francophones and anglophones has become a little frayed. Competitive parade-going is not an exercise calculated to bind a society closer together. This year had additional challenges to solidarity, with the tensions aroused by the Bouchard-Taylor Commission report and that stylized politicians' re-enactment of the Battle of the Plains of Abraham over the federal role in the 400th anniversary of the founding of Quebec City. So it was a remarkable pleasure to learn, this week, that the linguistic, cultural and social divergences that seem to flare up so often are, according to academic researchers, basically insignificant. A new study has found that there are very few important differences in attitudes between francophones and anglophones in Quebec. Anglos here are far more like francophones than we are like anglophones in the rest of Canada or in the United States. Writing in the U.S. Journal of Social Psychology, researchers from Bishop's University conclude that Quebecers, no matter what their mother tongue, show comparable open mindedness and emotional stability and are equally productive on the job, careful, attentive and agreeable. A couple of stereotypes do remain true to some degree, the psychologists said of their sample of 50 francophones and 50 anglophones: anglophones are slightly more conservative. But centuries of living together have not only made us similar, but have also given us something of a distinct personality. That's a real "us," all of us, francophone and anglophone alike. The study authors say there are three distinct personality/culture areas in North America: Quebec; the U.S. South; the rest of Canada and the U.S. combined. In Quebec, we have opted for a system of social solidarity. Elsewhere, the preference is for a more individualistic, free-market approach to building a society. Quebec anglophones are not different from their francophone compatriots in that regard. The researchers think that because we share the same physical place and same lifestyle, we have come to share similar attitudes in many matters. This is good news, if only we could hear it. It means the weary identity politics which some use in an effort to divide us have little firm foundation. We can all get along.
  11. C'est quoi vos opinions les gars? Honnêtement j'ai vécu ce scénario. Beaucoup de difficultés à trouver un emploi après mon bac. J'ai quitté pour l'Ontario pour prendre de l'expérience et revenu à Montréal après deux ans, mais je connais beaucoup de personnes éduqués qui ont resté à Ontario et c'est très dommage (avocats, ingénieurs, actuaires, etc). http://globalnews.ca/news/2608967/new-montreal-documentary-explores-anglo-youth-unemployment/ The film looks at the higher rate of unemployment for anglophone youth as opposed to francophone youth in Quebec’s largest city. According to career advisers, the lack of job opportunities for anglophones leads many to move to cities like Toronto. “Quite often, if English is an easier language for them, they leave Quebec,” said Iris Unger, YESMontreal’s executive director. “We’re losing a lot of really talented people.” According to the Association for Canadian studies, the unemployment rate is 8.4 per cent for anglophones and just 5.9 per cent for francophones. But for bilingual people, there’s still a discrepancy with a 5.8 per cent unemployment rate for anglophones versus a 3.4 per cent rate for francophones.
  12. Un auteur dénonce l’«apartheid» universitaire au Québec. Même si le poids démographique des anglophones est inférieur à 6% au Québec, les universités anglophones s’y partagent près de 30% du budget. Aux yeux de l’auteur Louis Préfontaine, c’est à ce problème que devrait répondre le gouvernement lorsqu’il est question du sous financement des universités du Québec. À l’occasion de la sortie du livre Apartheid universitaire, Métro s’est entretenu avec l’auteur. Vous dénoncez le surfinancement des universités anglophones. Le titre de votre livre, Apartheid universitaire, est-il volontairement provocateur? C’est pour faire prendre conscience qu’il y a deux réseaux parallèles d’éducation. On a un réseau francophone qui a une très faible vitalité avec des revenus moindres. La minorité anglophone du Québec jouit d’un réseau d’éducation largement mieux financé per capita que celui de la majorité francophone. On peut donc considérer qu’il y a une forme d’apartheid entre les réseaux. C’est une forme de discrimination à l’égard du Québec. On a qu’à regarder notre réseau pitoyable d’universités francophones. Mais oui, il y a une composante de provocation dans mon titre, mais il est assumé. Selon vous, la solution est de financer les universités anglophones selon le poids démographique des cette communauté au Québec? On ne prend pas les moyens d’assurer la vitalité de notre langue. Ce que je propose dans mon livre est de régler une injustice et de financer les universités anglophones en fonction de leur poids démographique. Et même en faisant cela, on leur donnerait plus que ce que les minorités des autres pays reçoivent. À ce sujet: McGill et Concordia blâmées par les étudiants Les étudiants s’inquiètent du taux d’emploi Des Belges se disent intimidés pour avoir porté le carré rouge Si on finançait de manière équitable les universités au Québec, il faudrait franciser les Universités Bishop, McGill et la moitié de Concordia. Ça vous donne une idée de l’ampleur du surfinancement. -Louis Préfontaine, auteur d’Arpatheid universitaire Mais il n’y a pas que des anglophones dans ces universités… C’est vrai et c’est correct. Mais ce serait bien aussi qu’il y ait des anglophones dans les universités francophones. Il y a aussi beaucoup d’étudiants étrangers dans ces universités qui sont financés avec nos impôts. On attire des gens (et notamment des Français) qui ne souhaitent pas de participer à la culture québécoise mais plutôt à la culture majoritaire anglophone nord-américaine. En soit, ce n’est pas un problème. Le problème c’est que nous payons pour ça. S’il y avait une université privée, elle pourrait faire ce qu’elle veut. Mais en ce moment, 50% des étudiants de McGill ne viennent pas du Québec. Et nous, nous payons pour ces gens-là. Sans McGill, le Québec ne se classerait pas dans les meilleurs palmarès d’universités… Oui McGill est une très bonne université, mais c’est une université qui ne favorise pas l’ouverture à la culture québécoise. Et si on donnait à l’UQAM les sommes que l’on donne à McGill ou si on donnait une faculté de médecine à l’UQAM on améliorait sa réputation et sa qualité. McGill, historiquement, est un symbole de la domination de la minorité de langue anglaise au Québec et ils n’ont jamais accepté le fait qu’ils ne sont plus une minorité canadienne, mais une minorité québécoise. Et c’est la clé pour comprendre le problème actuel. Votre livre sort dans un contexte propice où le financement universitaire est dans l’actualité. Oui. Je n’en parle pas directement dans le livre, mais c’est aussi un argument aux étudiants pour le dire regardez il y a moyen de réaménager les choses pour aller chercher les sommes dont le gouvernement a besoin. Le cas McGill L’université McGill reçoit 1,2 G$ du 1,7 G$ que les universités anglophone reçoivent (71%) du Québec. En prenant le financement de chaque institution séparément (et non pas en réseau comme le réseau de l’Université de Montréal qui comprend HEC et Polytechnique), McGill est l’université la plus financée au Québec. Et un étudiant sur deux à McGill vient de l’extérieur du Québec. M. Préfontaine se demande donc pourquoi ce serait au Québec de financer cette situation. http://journalmetro.com/actualites/national/65422/un-auteur-denonce-lapartheid-universitaire-au-quebec/
  13. Quelle surprise.... ********************************* À travers le Canada... Les immigrants préférés aux francophones Agence QMI 26/01/2010 20h21 - Mise à jour 26/01/2010 21h32 Les Canadiens anglais voient les immigrants et les Juifs d’un œil plus favorable que les francophones du Québec, révèle un nouveau sondage Léger Marketing mené pour le compte de l’Association d’études canadiennes et dont l’Agence QMI a obtenu copie. Aux yeux des anglophones, la seule catégorie de gens qu’ils voient de façon moins favorable que les Québécois francophones sont les autochtones. Dans l’ensemble, les francophones du Québec ont une opinion considérablement plus favorable des anglophones du Canada que les anglophones ont d’eux. En fait, 75 % des Québécois francophones ont une opinion favorable de leurs collègues anglophones alors que chez les anglophones, cette proportion est de 60,1 %. Au Québec, les Québécois francophones sont le groupe le mieux perçu suivi des anglophones, des immigrants, des autochtones et des Juifs. Ces données ont étonné le directeur de l’Association d’études canadiennes, Jack Jedwab. Pour lui, le plus surprenant, c’est de constater l’existence de ce fossé entre les francophones et les anglophones. «Je ne pensais pas que la perception des anglophones du Canada vis-à-vis les francophones du Québec serait aussi négative», a-t-il soumis. Selon M. Jedwab, les résultats de ce sondage sur la perception des immigrants, des Juifs et des autochtones canadiens, ressemblent aux données relevées dans d’autres sondages. Ce sondage en ligne a également révélé que plus les répondants avaient fréquenté des gens d’origine différente que les leurs, plus ils étaient aptes à avoir une perception favorable de ceux-ci. «C’est une bonne nouvelle pour ceux qui font la promotion d’échanges entre les Canadiens qui ont divers profils linguistiques», a précisé M. Jedwab. Les gens plus âgés avaient également tendance à avoir une vue plus favorable des autres. Dans l’ensemble du pays, les Canadiens-anglais étaient ceux qui étaient perçus le plus favorablement par les répondants, soit dans une proportion de 84 %. Les immigrants récoltent 70 % des opinions favorables, les Juifs, 69 %, les Québécois francophones, 65 % et les autochtones, 56 %. Les Albertains ont l’attitude la moins favorable au pays face aux immigrants, aux Canadiens-français et aux autochtones mais ils ont une attitude légèrement plus favorable aux Juifs que les Québécois. Quelque 80 % des Albertains voient les Canadiens-anglais d’un bon œil mais ce pourcentage tombe à 60 % lorsqu’il s’agit d’immigrants et à 58 %, lorsqu’il s’agit de Juifs. La cote d’amour des Albertains pour les francophones tombe à 47 % et à 45 % pour les autochtones. En revanche, les Ontariens sont ceux qui affichent l’attitude la plus favorable aux Juifs (78 %) et aux autochtones (59 %). L’Ontario vient en deuxième place pour ce qui est de la perception favorable des immigrants (72 %) et en troisième place pour les Québécois francophones (60 %). Ce sondage Léger Marketing en ligne a été mené la semaine du 30 novembre auprès de 1500 répondants. La marge d’erreur est de 2,5 %, 19 fois sur 20.
  14. L'Autre St-Jean: des appuis et des critiques Martin Croteau La Presse La Fête nationale doit être célébrée en français, affirme l'Association culturelle Louis-Hébert, commanditaire du spectacle L'Autre St-Jean, qui confirme avoir exigé le retrait de deux formations musicales parce qu'elles chantent en anglais. Cette décision a été vertement critiquée par des artistes et des membres de la communauté anglophone, mais plusieurs organisations souverainistes l'ont appuyée. «Ce que nous voulons, ce sont des groupes qui chantent en français le jour de la Fête nationale», a affirmé Mathieu Bouthillier, vice-président de l'Association culturelle Louis-Hébert. Tous les ans, cet organisme composé de bénévoles reçoit des fonds publics pour organiser les festivités de la Saint-Jean dans Rosemont. Cette année, sa direction a décidé de confier la programmation artistique de la fête à l'entreprise C4, qui a invité Malajube, Vincent Vallières, Les Dales Hawerchuck et Marie-Pierre Arthur, mais aussi Lake of Stew et Bloodshot Bill, deux groupes anglophones. M. Bouthillier dit avoir appris la présence de ces deux derniers groupes mercredi dernier au cours de la conférence de presse qui annonçait le programme. Dès le lendemain, il a sommé le producteur de les en retirer, sans quoi il annulerait sa commandite. Certains militants ont aussi menacé de tenir une manifestation le soir du spectacle. Une réunion tenue vendredi n'a pas permis de trouver un compromis. Pour M. Bouthillier, c'est donc officiel : les Anglos ne seront pas de la fête. «Pour nous, le dossier est clos», a-t-il affirmé. Mario Beaulieu, président du Comité de la Fête nationale de Montréal, est également intervenu auprès des producteurs pour faire modifier le programme. Dans les derniers jours, son organisme avait reçu plusieurs plaintes de militants mécontents. Il dit ne pas s'opposer à ce que des artistes anglophones participent aux festivités de la Saint-Jean, à la condition qu'ils se produisent en français. «Ils sont québécois et on les accepte comme québécois, a-t-il indiqué. On n'a absolument rien contre le fait qu'ils chantent en anglais. Mais la Fête nationale, ça se passe en français.» Le Mouvement national des Québécois, qui reçoit 3,6 millions de Québec pour financer quelque 750 spectacles à l'occasion de la Fête nationale, a refusé de commenter le cas précis de L'Autre St-Jean. Son porte-parole, Julien Beaudry, affirme toutefois que l'argent versé pour ces spectacles doit avant tout contribuer à la promotion de la langue française. «On pense que, deux jours par année, on célèbre notre Fête nationale, a-t-il indiqué. Qu'on la célèbre en français, deux jours par année, ce n'est pas trop demander.» «Honteux» Mais ces arguments n'ont pas convaincu certains membres de la communauté anglophone. Jack Jedwab, directeur général de l'Association des études canadiennes, affirme que le comportement de ces groupes est «honteux». En agissant ainsi, ils envoient un «message de rejet» à tous les Québécois qui parlent l'anglais. «Ça stigmatise la communauté anglophone, ça donne l'impression que, pour être québécois, il faut chanter strictement en français, a-t-il dénoncé. J'ose croire que, pour la Fête nationale, on veut inclure toutes les composantes de la société.» Les artistes déçus Les artistes qui devaient monter sur scène avec Lake of Stew et Bloodshot Bill sont déçus de la tournure des événements. Dave Ouellet, alias MC Gilles, devait animer la soirée. Ce souverainiste convaincu était emballé à l'idée que des anglophones célèbrent la Saint-Jean aux côtés d'artistes francophones. «Je trouvais ça le fun qu'un groupe anglophone ait le réflexe, quand on parle de la Fête nationale, de participer le 24 juin plutôt que le 1er juillet», a-t-il déploré. Même son de cloche du côté du groupe Malajube, dont l'agent n'a pas mâché ses mots. Selon Gourmet Délice, tous les artistes à l'affiche étaient ravis de partager la scène avec des anglophones. «Les gars de Malajube sont allés jouer en français partout dans le monde, a-t-il souligné. Ils ne comprennent pas pourquoi il y aurait un problème à jouer avec des gens qui sont nés ici. Pourquoi il n'y aurait pas de show en anglais? Je trouve que c'est de l'étroitesse d'esprit.»
  15. Anglos key to Quebec, Weil says New justice minister discusses her political debut, her views on Quebec society and the language issue - and her other job as a hockey mom By KEVIN DOUGHERTY, The GazetteFebruary 22, 2009 12:01 Kathleen Weil, Quebec's justice minister and MNA for N.D.G., in Old Montreal this month.Kathleen Weil sees language and diversity not as irritants but as lubricants, changing the face of Quebec. "It's French here, but with a thriving English community," Weil said in her first interview with The Gazette since her political debut in the Dec. 8 provincial election. Premier Jean Charest named Weil - who pronounces her name "While" in English but "Vial" in French - as justice minister after she held the Liberal stronghold of Notre Dame de Grâce. She sees N.D.G. as a microcosm of Quebec's future, with people from English, French and other backgrounds who increasingly speak French. Michael Goldbloom, a founding member of Alliance Quebec and principal of Bishop's University, says he and Weil have been close friends since the 1980s, when she was the English-rights lobby group's legal adviser. He recently saw the justice minister and her husband, Michael Novak, when their daughter Elisabeth, 13, played in a hockey game in Bromptonville. "She really is a hockey mum," Goldbloom said. Family values and empathy motivate her, Goldbloom added. Working with Batshaw Youth & Family Services and Quebec's regional health boards, Weil established links in Montreal and across the province. "You've got to be connected," Goldbloom said, adding that her shift to politics was "a perfectly logical step." Paul Jones, who was with Alliance Quebec, as he puts it, "from its inception to its decline," remembers Weil as "very pleasant" and "very intelligent." And Jones observes that the two solitudes that once defined Quebec society are now blurred. Weil sees Quebec's English community is a " tremendous asset," plugged in to Quebec. "If it didn't exist, you would have to invent it, because Quebec is stronger because of the English community. "My best close friends are francophones," she said, adding that the shifting demographics of Montreal mean the city will be quite different in 10 years, in 20 years, with more anglophones and newcomers at ease in French. "When I was campaigning in N.D.G., I was amazed," Weil said. "I was amazed at the anglophones, how bilingual they were." Going door to door, she would greet voters in French and in English. "Anglophones would sometimes continue in French," she said. "I was meeting Chinese people, where the dad didn't speak English or French, but the child spoke fluent French." But Weil recognizes that the government has to be sensitive to English-speaking seniors and others who are not at ease in French and who have a legal right to services in English. Quoting former PQ premier Lucien Bouchard, she said: "When you are sick, it is not the time to take a language course." Running in December was Weil's first venture into partisan politics, but she said she is "very comfortable" with the Quebec Liberals. "I've always been a Liberal in my heart," she said, recalling that her mother, Mary, was an active Liberal. "I believe in their values of social justice. I believe in supporting the private sector to create jobs to better share the wealth, which is one of the fundamental principles of the Liberal Party." Weil inherited her social conscience from her parents. Her father, Dr. Paul Weil, ran the blood transfusion service at the Royal Victoria Hospital. He wrote medical research papers, but the dinner table conversation was about history and socioeconomic issues. "He cared about people who did not have advantages." Her mother worked full time in public relations at the hospital and corresponded with Dr. Norman Bethune when he was in China. Her mother, from Almonte, Ont., decided she should be schooled in French. Weil, the sixth of seven children, recalls that her father, originally from the United States, would take the younger children on house calls in the southwestern part of the city. And Verdun is where she takes her daughter Elisabeth to pre-dawn hockey games. Weil admits to being a "hockey mum," but rejects the comparison with Alaska Governor Sarah Palin. Aside from impromptu runs, when she can find the time, Weil, 54, says her daughter's hockey games are important, to maintain contact with the youngest of her four children, but also to meet other parents. "Some lose their jobs and they are stuck," she said. As justice minister, Weil aims to improve access to justice, using mediation to cut legal costs and save time. She wants to reintroduce the anti-SLAPP law - to stop Strategic Lawsuits Against Public Participation - which died on the order paper when the election was called. As justice minister and attorney-general, she is the government's lawyer in court cases. She also follows trials in progress and bills under consideration. "You're the legal counsel for the government on all laws," she said. She is not, however, allowed to comment on cases before the courts. "The Gazette may get frustrated because probably I will be the quietest minister of all, and I have to be," Weil said. "If a minister of justice is not above the fray, that's when people lose confidence in their justice system." [email protected] thegazette.canwest.com © Copyright © The Montreal Gazette
  16. L’anglais toujours un accélérateur de carrière Marc-Olivier Bherer 07/03/2008 14h17 Tandis que le français recule au Québec au profit de l’anglais comme langue de travail, les Anglo-Québécois quittent la province. Que faut-il comprendre de ce phénomène? «Les Anglo-Québécois s’enfuient en masse (et en voiture familiale) de la Belle province depuis la prise du pouvoir par le Parti québécois en 1976. Mais ce n’est que récemment que l’élite québécoise a commencé à considérer cet exode comme problématique», écrivait le National Post dans un éditorial. Au même moment se tenait du 29 février au 2 mars à l’université de Montréal une conférence sur «La revitalisation de la communauté anglophone au Québec: tendances et perspectives d'avenir». Le National Post avait une réponse toute prête à adresser aux Québécois pour redynamiser cette communauté, «Arrêtez de faire des anglophones vos ennemis». Les universitaires Jean-Luc Migue et Gérard Bélanger n’écartent le rôle joué par la xénophobie pour expliquer ces départs. Mais ils ne s’y limitent pas. Ils remarquent dans un article également publié par le National Post répondant à l’éditorial cité plus haut que les anglophones québécois disposent d’un plus grand capital mobilité par rapport à leurs concitoyens. «Ils n’ont pas à franchir des barrières linguistiques et culturelles lorsqu’ils migrent. Ils possèdent de manière historique des aptitudes qui leur permettent de briguer des postes plus en demande et plus lucratifs. En un mot, ils sont plus mobiles. Tant que la province restera une province moins développée économiquement, ils seront plus aptes à partir» que les autres Québécois, tranchent-ils. À l’intérieur même de la communauté anglophone, les individus les plus mobiles sont également les plus diplômés, comme le constate Henry Aubin, du quotidien The Gazette, alarmé par «la fuite des cerveaux» qui frappe la minorité anglophone. «Parmi les adultes nés au Québec dont la langue maternelle est l’anglais, 61% des détenteurs d’un baccalauréat étaient partis vivre ailleurs au Canada, selon les données du recensement de 2001, le dernier en date. La catégorie qui est le plus susceptible de rester au Québec? Ceux qui ont abandonné leurs études au niveau secondaire», s’inquiète-t-il. Il note encore que ceux «qui partent sont généralement bilingues». Le bilinguisme est effectivement une aptitude valorisé par le marché. Le salaire moyen des Québécois bilingues, qu’ils soient anglophones et francophones, était d’environ 38 000 dollars en 2000, soit plus que ne gagnent les personnes ne parlant une seule langue, d’après une étude de l’Institut C.D. Howe. Par contre, selon la même étude, les unilingues anglophones profitaient toujours d’une prime par rapport aux unilingues francophones. Leur salaire moyen en 2000 atteignait 34 097 dollars, par rapport à 29 665 dollars. Plus inquiétant encore, les allophones ne parlant que l'anglais disposaient d’un revenu moyen de 27 216 dollars alors que ceux ne s’exprimant qu’en français gagnaient 21 233 dollars. http://www2.canoe.com/infos/international/archives/2008/03/20080307-141727.html
  17. Qui a fondé le Canada: Français, Anglais ou autochtones? Le lundi 16 juin 2008 Les Canadiens anglophones et francophones divergent sur l'importance des rôles respectifs de l'Angleterre et de la France dans la fondation du pays, mais pour les Canadiens dont la première langue n'est ni le français ni l'anglais, les vrais fondateurs sont les autochtones. Un sondage commandité par l'Association d'études canadiennes (AEC) éclaire les conceptions différentes des anglophones et des francophones ainsi que des autres Canadiens sur la question de savoir qui a joué le plus grand rôle dans la fondation du Canada, alors que l'on célèbre cette année le 400e anniversaire de la fondation de la ville Québec. Selon l'étude réalisée le mois dernier par l'institut Léger Marketing et publiée lundi par le quotidien Ottawa Citizen, 67% des francophones jugent que le Canada a été fondé par les Français. Mais seulement 36% des anglophones concèdent aux Français un rôle prépondérant. De leur côté, 57% des anglophones attribuent aux Britanniques le rôle principal dans la naissance du Canada, un avis partagé par seulement 34% des francophones. Les allophones, c'est-à-dire les Canadiens dont la première langue n'est ni le français ni l'anglais, estiment qu'ils ont tous les deux tort et jugent à 61% que c'est plutôt aux autochtones, Amérindiens et Inuits, que revient le crédit de la fondation du pays. Ces réponses illustrent «des divergences importantes» sur la question centrale de l'identité nationale, note Jack Jedwab, directeur de l'AEC. Pour certains, la présence dans le pays des populations autochtones est l'élément fondateur. Pour d'autres, la fondation de la Nouvelle-France au début du 17e siècle marque la naissance du pays, alors qu'une troisième catégorie fait remonter l'émergence du Canada à la conquête britannique ou à la création de la confédération en 1867. Le sondage a été réalisé du 21 au 25 mai auprès de 1500 Canadiens de 18 ans et plus, avec une marge d'erreur de 2,9%. http://www.cyberpresse.ca/article/20080616/CPACTUALITES/80616135/1019/CPACTUALITES
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value