acpnc

ville-marie Place Ville-Marie : observatoire, restaurant et nouveaux aménagements

Recommended Posts

Pinned posts

Place Ville-Marie

Travaux sur l'Esplanade, coûts de 200 millions de dollars. Architecte: Sid Lee

PVM.jpg

PVM2.jpg

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

On retourne à nos anciennes amours, du temps des années 60s où la PVM offrait sur le toit de l'édifice un observatoire et une grande terrasse extérieure pour admirer Montréal. C'est maintenant une version plus moderne et certainement plus percutante qu'on prévoit au sommet de la belle dame de Montréal. Voici le lien et le texte http://affaires.lapresse.ca/economie/commerce-de-detail/201403/21/01-4749884-place-ville-marie-un-observatoire-high-tech-au-sommet.php

 

Publié le 21 mars 2014 à 06h25 | Mis à jour à 06h25

 

Place Ville Marie: un observatoire high-tech au sommet

Été comme hiver, les clients de l'observatoire de... (Photo Graham Hughes, archives PC)

 

Été comme hiver, les clients de l'observatoire de la Place Ville Marie auront de loisir de s'attabler à l'une des deux grandes terrasses extérieures chauffées au 44e étage et d'admirer des vues imprenables sur le centre-ville, le mont Royal et le fleuve Saint-Laurent.

 

André Dubuc

La Presse

 

Montréal comptera bientôt sur une nouvelle attraction touristique de premier plan avec l'aménagement d'un observatoire multimédia interactif de plus de 10 millions de dollars en lieu et place du Club Lounge Altitude 737, fermé il y a plus d'un an.

 

Aménagé aux trois derniers étages de l'immeuble cruciforme du centre-ville, le projet, qui occupera une superficie de 15 000 pieds carrés et obtenu par La Presse Affaires dans ses grandes lignes en exclusivité, comprend l'aménagement d'un restaurant de qualité de type brasserie.

 

L'établissement de 120 places offrira aux visiteurs «les plats que les Montréalais aiment», nous dit-on.

 

Vues imprenables

 

Été comme hiver, ses clients auront de loisir de s'attabler à l'une des deux grandes terrasses extérieures chauffées au 44e étage et d'admirer des vues imprenables sur le centre-ville, le mont Royal et le fleuve Saint-Laurent.

 

La future attraction touristique s'inspire de l'observatoire Top of the Rock du Rockefeller Center et de celui de l'Empire State Building, à New York.

 

Outre la vue, les visiteurs seront conviés à vivre une expérience en haut de Place Ville Marie avec du contenu, des écrans et des interactions. On va être en mesure de comprendre tout ce que Montréal a à offrir en une seule visite, entend-on, en coulisses.

 

Il est question, bien que rien ne soit arrêté pour le moment, d'une exposition permanente qui fera découvrir la ville et son passé par le regard de personnalités montréalaises.

 

Le montage financier n'a pas encore été dévoilé. Mais le projet réunit une poignée d'investisseurs à la feuille de route bien remplie: Claridge, la société d'investissement de la famille Bronfman, le propriétaire immobilier Ivanhoé Cambridge, filiale de la Caisse de dépôt et placement, et la firme de design montréalaise gsmprjct°.

 

Cette dernière a réalisé les observatoires Ion Sky du complexe Ion Orchard à Singapour en 2010 et At the Top, Burj Khalifa à Dubaï au 124e étage de la tour du même nom.

 

Il paraît plausible de penser que gsmprjct° installera à l'observatoire de PVM son TellscopeMC, un appareil qu'elle a créé en 2010 et qui permet aux visiteurs, selon leur bon vouloir, de contempler la ville le jour, la nuit, l'été, l'hiver et même à des époques différentes.

 

Plus près de nous, on doit à gsmprjct° la réalisation du Temple de la renommée du Canadien au Centre Bell. Et si on recule dans le temps, c'est la firme de design fondée par Jacques Guillon qui a dessiné les wagons bleus et le logo du métro de Montréal.

 

Il y aura un tarif d'entrée, mais des abonnements annuels seront disponibles. L'ouverture de l'observatoire est prévue en juin 2015.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est une excellente nouvelle ! Ça fait ma journée ! Bien hâte d'acheter ma passe je vais passer mes midi la j'pense ;)

 

 

Envoyé de mon iPhone à l'aide de Tapatalk

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bonne nouvelle. J'ai vu ce matin. Je me doutais bien que qq serait plus rapide que moi pour la poster. :P

 

J'ai très hâte de voir ça. J'aimerais bien qu'on mette qq chose aussi au 1000 Gauchetière. Ce serait possible?

Share this post


Link to post
Share on other sites

La CIBC a déjà eu un observatoire ???! Je savais pas merci de l'info !

 

Entk l'important est qu'un va avoir un observatoire au centre-ville de calibre international donc je suis plus que heureux ! Avez vous vu ce que gsmprjct° a fait ailleurs ? C'est prometteur !

 

 

Envoyé de mon iPhone à l'aide de Tapatalk

Share this post


Link to post
Share on other sites
La CIBC a déjà eu un observatoire ???! Je savais pas merci de l'info !

 

Entk l'important est qu'un va avoir un observatoire au centre-ville de calibre international donc je suis plus que heureux ! Avez vous vu ce que gsmprjct° a fait ailleurs ? C'est prometteur !

 

 

Envoyé de mon iPhone à l'aide de Tapatalk

 

Et cet observatoire au 45è rivalisait avec celui de la PVM. Je me rappellerai toujours que l'on devait changer d'ascenseur au dernier étage de bureaux pour y accéder. En voulant m'éviter une attente à mon retour, j'avais pris l'escalier de secours pour descendre à pied, à l'ascenseur qui nous ramenait sur le plancher des vaches. J'ignorais cependant qu'en fermant la porte de secours derrière moi, qu'elle se barrait automatiquement, me piégeant dans la cage d'escalier. J'ai donc dû descendre les quarante cinq étages jusqu'au rez-de-chaussée avant d'être libéré. Depuis, presque 50 ans plus tard, à chaque fois que je décide de prendre les marches dans un immeubles, je vérifie systématiquement le verrouillage de la porte avant de m'y engager.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai trouvé un lien ICI d'un forum avec quelques superbes photos du restaurant au sommet de la PVM. J'étais curieux de voir ce qu'avait l'air la vue de la haut et disons j'ai vraiment hâte de voir le produit final avec les travaux de la firme!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By ScarletCoral
      https://www.lapresse.ca/actualites/201911/04/01-5248378-montreal-aura-son-refettorio.php
      Montréal aura son Refettorio
      L’idée a été semée en 2016, au moment du passage de Massimo Bottura à Montréal.
      Publié le 05 novembre 2019 à 6h00
      MARIE-CLAUDE LORTIE
      LA PRESSE
      Le chef italien était alors ici pour parler, entre autres choses, de son projet devenu documentaire : le Refettorio Ambrosiano.
      Alors qu’il expliquait comment il avait monté cette table pour les démunis à Milan, où de grands chefs étoilés venaient cuisiner avec des ingrédients invendus voués aux poubelles, la question est apparue : pourquoi ne pas faire la même chose ici, à Montréal ? 
      Le maire de l’époque, Denis Coderre, l’avait entendue. Jean-François Archambault, de la Tablée des chefs, s’était emparé de l’idée.
      Trois ans plus tard, nonobstant le changement à la mairie, le projet est annoncé.
      Montréal aura son Refettorio.
      Il sera à l’église Saint-Georges, au centre-ville, près de là où la rue Peel croise l’avenue des Canadiens-de-Montréal.

      PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE
      Le Refettorio, qui devrait ouvrir ses portes à l’automne 2020, sera à l’église Saint-Georges, au centre-ville, près de là où la rue Peel croise l’avenue des Canadiens-de-Montréal.
       
      L’équipe de Valérie Plante donne son appui, tout comme une liste de commanditaires incluant la fondation d’Air Canada, Sobeys et la Banque Nationale, appelée à s’allonger. 
      Il y aura de la place pour 90 convives deux fois par jour, cinq jours par semaine, et une cuisine permettant de cuisiner des repas à distribuer en plus.
      Le surplus d’invendus le permet, assure Jean-François Archambault, fondateur de la Tablée des chefs, partenaire du projet, qui a annoncé la mise en marche du Refettorio lundi soir à son évènement de financement annuel, où se trouvaient près de 575 personnes.
      Aux yeux de Massimo Bottura, qui suit le projet montréalais depuis le début, il était temps que ça bouge.
      « Ce n’est plus le temps de parler ou de tourner en rond », a-t-il confié dans un court message texte. « On agit. »
      Lundi soir, le chef italien a diffusé une vidéo annonçant la nouvelle de la venue du Refettorio à Montréal, en indiquant que la Tablée était le partenaire idéal. Était sur place Jill Conklin, la responsable du développement stratégique de Food for Soul, l’organisme fondé par Massimo Bottura et sa femme, Lara Gilmore, pour chapeauter la multiplication des Refettorio dans le monde. Il y en a maintenant à Rio, à Londres, à Paris et, si tout se passe comme prévu, il y en aura deux aux États-Unis en 2020, à San Francisco et à Harlem. 

      PHOTO FOURNIE PAR MARIE-CLAUDE LORTIE
      Le Refettorio Gastromotiva de Rio
      Est-ce que Montréal arrivera en premier en Amérique du Nord en 2020 aussi ? « Impossible de le dire pour le moment », a répondu hier Mme Conklin, qui veille sur les trois projets. Chose certaine, le Refettorio de Montréal sera le premier au Canada. Chose certaine aussi, il poursuivra la mission d’aider l’inclusion sociale par la voie de la lutte contre le gaspillage alimentaire.
      Comme chaque fois, le projet inclura un élément artistique, a expliqué Jean-François Archambault, qui est déjà allé chercher l’appui du Musée d’art contemporain. Les salles à manger des réfectoires ne sont jamais banales, décorées d’œuvres d’art et de pièces de design. La beauté fait aussi partie des choses auxquelles les démunis ont droit, croit le chef Bottura.
      Le designer Jean-Pierre Viau a aussi manifesté son appui pour le projet, assure M. Archambault. Celui-ci aimerait pouvoir utiliser le bois des milliers de frênes qui devront être coupés. L’organisme MU a aussi été appelé à l’aide pour une grande œuvre murale. 
      Les salles à manger mises en place aident toutes sortes de populations, que ce soit des personnes en situation d’itinérance, des gens âgés isolés ayant peu de revenus ou des enfants issus de milieux où les repas à la maison ne sont pas garantis.
      Les Refettorio se distinguent aussi par la participation de chefs professionnels qui viennent donner le ton au projet, à la cuisine.
      Quand le projet a d’abord été lancé à Milan, des chefs aussi renommés que René Redzepi et Alain Ducasse sont venus cuisiner pour les démunis. 

      PHOTO FOURNIE PAR MARIE-CLAUDE LORTIE
      Le Refettorio de Milan
      À Montréal, Jean-François Archambault assure que David McMillan et Fred Morin ont signalé leur enthousiasme face au projet, tout comme Patrice Demers, Marc-André Jetté, Stefano Faita ou Marie-Fleur St-Pierre. John Winter Russell, du restaurant Candide, coordonnera le tout.
      Croisée hier au lancement de son livre, Dyan Solomon, d’Olive & gourmando, a aussi fait part de son intérêt à contribuer à un tel projet. 
      Le Refettorio, qui devrait ouvrir à l’automne 2020, peut en outre compter sur l’appui d’autres chefs canadiens, comme Jeremy Charles, de Terre-Neuve, David Hawksworth, de Vancouver, et Grant van Gameren, de Toronto. 
      Mais tous ceux qui souhaitent aider pourront le faire puisque le bénévolat est encouragé, tant pour la cuisine que pour le service. 
      Le programme en cuisine des Refettorio comprend aussi un volet de formation. En plus des prestigieux chefs invités, des professeurs de cuisine utilisent cette plateforme pour aider à la formation de futurs chefs souvent issus de milieux difficiles. 
      Nathalie Goulet, élue de Projet Montréal qui porte les dossiers liés à l’itinérance, était à l’évènement de la Tablée lundi soir et a salué l’arrive du Refettorio dans la métropole. Cela cadre tout à fait avec la volonté de la Ville de lutter contre le gaspillage et d’aller vers une réalité sans déchets, a-t-elle indiqué. Elle a parlé du « leadership visionnaire » de la Tablée à cet égard.
      Il faut dire que l’organisme fondé par Jean-François Archambault redistribue aux jeunes en difficulté des invendus alimentaires provenant d’hôtels de Montréal depuis 2002 et a depuis multiplié ses champs d’action, notamment grâce à des programmes de formation culinaire destinés aux jeunes issus de milieux difficiles. 
      Où s’approvisionnera le Refettorio Montréal ? Chez les épiciers. Sobeys a donné son appui au projet. Chez les transformateurs, Saputo fait partie des supporteurs de la Tablée. Chez les producteurs, petits et grands.
      « On a besoin de la passion de tous », a lancé hier Massimo Bottura à la foule dans sa vidéo. « S’il vous plaît, venez nous aider. Cuisiner est un acte d’amour. »
    • By IluvMTL
      Registre des lobbyistes
       
      Déclaration initiale Sommaire de l'inscription Historique 2019-11-13
      Centre PHI
      Mandat :
      Période couverte par le mandat : du 2019-10-10au2019-11-30
      Contrepartie reçue ou à recevoir : moins de 10 000 $
      Objet des activités : Permis, licence, certificat ou autre autorisation
      Renseignements utiles :
      Le mandat consiste à représenter le client (Centre Phi) auprès de l’arrondissement de Ville-Marie (Ville de Montréal) afin d’obtenir les approbations nécessaires à la réalisation de différents projets de rénovations et transformations des bâtiments existants et nouvelle construction dans le Vieux-Montréal.
      Cette demande vise principalement l’accueil d’un nouveau centre culturel dans le secteur du Vieux-Montréal. Les activités auprès du Service d’urbanisme et du patrimoine de la Ville de Montréal englobent, entre-autre : une première prise de contact entre le promoteur (Centre Phi) et les responsables du Service d’urbanisme et du patrimoine, la délivrance de permis en vertu des règlements en vigueur, le permis de transformation, de construction, et de rénovations ainsi que la coordination avec les différents intervenants liés au projet. De plus, le promoteur veut obtenir les informations concernant la préservation et la mise en valeur du patrimoine dans ce secteur de l’arrondissement de Ville-Marie, plus précisément le Vieux-Montréal.
      À cette étape, le projet ne demande pas de changement au zonage existant. Le lieu de ce projet est situé sur la rue Bonsecours entre la rue Notre-Dame Est et la rue Saint-Paul.

       
    • By denpanosekai
      may 8 2017
      broccolini project automne 2017

    • By SonnyT31
      Big project coming soon 
      stay tuned 🤐