Jump to content

Étalement Urbain (reportage et discussion)


Recommended Posts

En revenant du travail, entre Dorval et Hochelaga avec absolument aucun trafic et un voyage en auto qui ne prend que 30 minutes. Sur les ondes des Désautels à la Première Chaîne de Radio Canada, un reportage du Journaliste Frank Desoer nous présente différent points de vue de l'étalement urbain. d'un côté le charmant et pas nécessairement très ouvert maire de Mirabel et de l'autre le Maire Tremblay et une gang d'expert en la matière se débattent du bien fondé de l'étalement urbain, des T.O.D et des chicanes de clôture.

 

Vous pouvez écouter le reportage ici:

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2011/CBF/Desautels201108231732_3.asx

Link to post
Share on other sites
  • 6 years later...
  • Replies 132
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

I wonder if it's even possible to construct better housing nearer to transit with our present "capitalist" system. There are a lot of ideas listed in the various pages of this thread, but capitalism a

Un grand terrain vide ouaip les flots sont dans le sous-sol entrain de jouer au nintendo switch. Faudrait se poser la question .Un grand terrain en a tu vraiment besoin? C'est comme ceux qui

Carte : https://map.sprawl.research.mcgill.ca/ https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1492789/routes-reseaux-routiers-planete-etalement-urbain De moins en moins de routes connectées sur la

Posted Images

Publié le 20 août 2018 à 06h23 | Mis à jour à 06h29

http://www.lapresse.ca/actualites/201808/20/01-5193554-etalement-urbain-la-banlieue-gagne-beaucoup-de-terrain.php

Étalement urbain: la banlieue gagne beaucoup de terrain

En 10 ans, la population des « banlieues auto » a... (Photo Martin Tremblay, Archives La Presse)

En 10 ans, la population des « banlieues auto » a crû de 2,4 millions d'habitants au Canada.

Photo Martin Tremblay, Archives La Presse

 
613586.png
Gabriel Béland
La Presse

(Québec) Malgré les plans mis en place par les élus pour favoriser la densification des villes, une proportion de plus en plus importante de Canadiens et de Québécois vivent dans des banlieues où règne l'automobile, toujours plus loin des services de transports en commun.

Cette croissance des banlieues - presque 10 fois plus rapide que celle des centres urbains - est particulièrement forte à Montréal, davantage qu'à Toronto et Vancouver. C'est le constat d'une importante étude menée pour le compte du Conseil canadien d'urbanisme et rendue publique aujourd'hui.

« Toutes les villes au Canada ont des politiques contre l'étalement urbain, en faveur de la densification... Tous les plans de développement au Canada disent ça, note en entrevue l'auteur principal de l'étude, le professeur de l'Université Queen's David Gordon. Et pourtant, on constate que la croissance est encore en banlieue. »

Couplant les données du plus récent recensement avec des cartes, l'expert a été en mesure de tracer le portrait d'un Canada de plus en plus suburbain et périurbain. 

 

Cette tendance, qui existe depuis des décennies, ne s'essouffle pas. Elle fait en sorte que de plus en plus de Canadiens ont absolument besoin de la voiture pour vivre - parfois deux ou trois par famille. Sur la même période, le nombre de véhicules de moins de 4500 kg enregistrés au pays a augmenté plus vite (+ 20 %) que la population (+ 11,2 %), selon les données de Statistique Canada.

L'étude, intitulée Still Suburban : Growth in Canadian Suburbs 2006-2016, a comparé la croissance de la population dans quatre types de milieu : les « centres actifs », où il existe plusieurs options de transport autres que la voiture ; les banlieues avec transports en commun bien développés, comme certains quartiers de Longueuil ; les banlieues où l'automobile domine ; et les secteurs périurbains, des endroits presque ruraux où plus de la moitié des travailleurs font du navettage vers la ville.

En 10 ans, la population des « banlieues auto » a crû de 2,4 millions d'habitants, celle des secteurs périurbains, de 314 000 personnes. La population des « centres actifs » n'a augmenté que de 265 000 habitants, celle des banlieues avec transports en commun bien développés, de 215 000 personnes.

Les « banlieues auto » et les secteurs périurbains ont, à eux seuls, représenté 85 % de la croissance démographique dans les régions métropolitaines du Canada.

« Dans la région métropolitaine de Montréal, il y a maintenant 226 000 habitants de plus à l'extérieur de l'île que sur l'île. C'est un chiffre énorme. Ça s'explique simplement : c'est à l'extérieur de l'île qu'a lieu presque toute la croissance démographique des 10 dernières années, soit 83 % », explique David Gordon.

« À Toronto, il y a plus de gens hors du 416 qu'à l'intérieur. À Ottawa, plus de gens qui vivent à l'extérieur de la ceinture verte qu'à l'intérieur, poursuit l'expert. C'est ça, la réalité. »

La croissance démographique des « banlieues auto » et des secteurs périurbains a été plus importante à Montréal - où elle a représenté 83 % de toute la croissance - qu'à Toronto (77 %) ou Vancouver (71 %).

Dans la région métropolitaine de Québec, c'est 97 % de toute la croissance démographique qui s'est faite soit dans des « banlieues auto » (62 %), soit dans des secteurs périurbains (35 %).

« C'est déprimant pour moi en tant qu'urbaniste, parce que j'aimerais bien sûr que notre planification ait de meilleurs effets », lance l'auteur de l'étude.

UNE « NATION BANLIEUSARDE »

Plus des deux tiers des Canadiens vivent donc désormais dans des banlieues mal desservies par les transports en commun, où l'auto est quasiment une nécessité. « L'Australie, les États-Unis et le Canada ont des réalités de développement similaires, précise M. Gordon. D'avoir une majorité écrasante des habitants d'un pays qui vivent en banlieue, c'est très inhabituel. »

Plusieurs raisons peuvent expliquer cette réalité. Les maisons en banlieue éloignée sont généralement moins chères et les terrains vacants, plus disponibles. Le professeur Gordon fait également valoir que les ménages sont moins nombreux dans les secteurs densifiés.

Selon lui, ce mode de développement, l'idée du toujours plus grand, toujours plus loin, n'est pas soutenable entre autres parce que ça coûte une fortune en infrastructures : des routes, des ponts, des aqueducs...

« C'est aussi un enjeu de santé. On a une épidémie d'obésité, les gens ne marchent plus, les enfants ne marchent plus pour aller à l'école. On sait aussi que les autos et les maisons individuelles séparées ne sont pas bonnes pour l'environnement », mentionne M. Gordon.

« Qui ne préférerait pas conduire une voiture sur une route vide que de prendre un bus ou un métro bondé de monde ? Tout le monde, dit M. Gordon. Mais on sait qu'on ne peut pas construire une ville comme ça. Los Angeles, la ville la plus riche de l'État le plus riche dans le pays le plus riche de l'histoire humaine, n'a pas su bâtir une ville entièrement pour la voiture qui fonctionnait. Les villes canadiennes de plus de 1 million d'habitants ne fonctionnent pas sans transports en commun. »

DES SIGNES POSITIFS ?

Les experts voient toutefois quelques signes encourageants. Vancouver, l'une des premières villes canadiennes à s'être dotées d'un plan d'aménagement et de développement, a mieux réussi à freiner l'étalement urbain dans les 10 dernières années.

La Communauté métropolitaine de Montréal a mis en place son Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) en 2012 seulement, rappelle le directeur de l'organisme Vivre en ville, Christian Savard.

« On n'était pas aussi proactifs pour favoriser la densification et contrer l'étalement dans le passé. C'est très récent. C'est sûr qu'il n'y a pas eu d'impact immédiat entre 2012 et 2016. On était dans les relents des anciennes planifications », dit-il.

« On n'a pas encore vu les résultats du PMAD. Aussi, il faut noter que les villes sont rendues accotées sur leur périmètre d'urbanisation. Elles ont tout développé ce qu'elles avaient à développer. Elles sont rendues un peu plus en mode densification », dit-il.

Christian Savard indique également que depuis l'adoption du PMAD, il n'y a pas eu de dézonage agricole accordé dans la région de Montréal. « Ce n'était jamais arrivé avant », dit-il.

Pour David Gordon, l'auteur de l'étude, il y a aussi des signes encourageants. Il cite notamment le développement des TOD, ces quartiers développés autour d'une offre de transports en commun, comme à Mont-Saint-Hilaire.

« Mais le Canada va être un pays de banlieues pour des décennies encore, estime le professeur de l'Université Queen's. Ces changements prennent du temps. C'est comme changer la direction d'un paquebot. »

DES BANLIEUES QUI EXPLOSENT

Croissance de la population dans différentes régions du Québec et du Canada, entre 2006 et 2016, qui s'est faite dans des banlieues où l'automobile domine et des secteurs périurbains.

83 % - Montréal

77 % - Toronto

71 % - Vancouver

95 % - Ottawa-Gatineau

97 % - Québec

100 % - Sherbrooke

100 % - Saguenay

100 % - Trois-Rivières

Source : Still Suburban : Growth in Canadian Suburbs 2006-2016

Link to post
Share on other sites

Montréal est celle qui a le plus de chances de voir un étalement urbain de type américain, avec les 90+ municipalités à l'intérieur de la RMR, rien ne va arrêter la croissance des banlieues. Les gens n'ont plus besoin de travailler à Montréal pour changer la donne. Les pôles d'emplois secondaires vont grossir et attirer des gens d'encore plus loin. Mirabel et son nouveau quartier industriel, et aussi ceux sur la Rive-Sud. Faire Granby - Longueuil prend 52min en voiture, le même temps que plusieurs transiteurs à l'heure actuelle. Pour moi c'est inconcevable de passer autant de temps en transit pour aller travailler, mais faut croire que plusieurs centaines de milliers de gens le font au Québec à chaque jour matin - soir.

Link to post
Share on other sites

Voici quelques aspects afférents au phénomène  de l'étalement urbain et à sa mesure:

1) 100% ne constitue pas une limite absolue:  elle peut être dépassée si l'évolution de la population du «centre urbain» est négative.  Sans qu'il y ait eu de démolition de logements existants, c'est possible dès que le nombre moyen d'habitants par logement diminue.  

2) La définition géographique du «centre urbain» n'est pas une donnée fixe:  certains secteurs qui faisaient partie de la «banlieue» sont maintenant considérés, à juste titre, comme étant des parties intégrantes du «centre».  Par exemple, au début du 20 e siècle, la ville (alors indépendante) de Maisonneuve était une banlieue.  Dans l'avenir, à mesure que la densité d'occupation augmente ET que les axes de TEC lourds s'étendent, d'autres secteurs s'ajoutent au centre (au sens fonctionnel du terme), nonobstant leur statut administratif (fusionné ou pas).

3)  Le temps de déplacement pour se rendre au travail n'est pas bêtement une fonction de la distance par rapport au centre, parce que a) les lieux d'emplois se diversifient et ne se trouvent pas tous au centre; et b)  la distance n'est pas l'unique déterminant du temps de parcours.  

 

Link to post
Share on other sites

L’enthousiasme de Richard Bergeron me fait tellement plaisir. C’est beau à voir.

Que dire d’autre sinon que ceux à qui les tours donnent de l’urticaire ont très mal choisi leur lieu de résidence. Montréal est une métropole de classe mondiale. Les tours font partie de son panorama et d’autres continueront de pousser. Des bourgades il y en a un peu partout autour, faites vous plaisir et déménagez y. Moi si je déteste ce qu’un milieu devient, je m’en vais. Si tu restes c’est que c’est pas si pire que ca :)

Edited by Ousb
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By IluvMTL
      http://plus.lapresse.ca/screens/e23181dd-903c-4f4b-8467-0e46c17d0fdc__7C___0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen&fbclid=IwAR0SOyIOn-W5z5ZJxkSAeiDY0HLbsKmyza2u7OItxNfOnSIdDBkaYW4nw54
      PRIX DES LOGEMENTS À MONTRÉAL
      PLAIDOYER POUR LA DENSIFICATION DE MONTRÉAL
       
      Le promoteur immobilier Prével appelle à une augmentation de la densité du patrimoine bâti pour prévenir une flambée des prix des logements.
      ANDRÉ DUBUCLA PRESSE
      La société Prével, qui se spécialise dans l’offre de logements destinés aux premiers acheteurs dans les quartiers centraux de Montréal, craint de devoir abandonner son modèle d’affaires en raison des frais toujours plus élevés que la Ville impose aux promoteurs pour toutes sortes de bonnes raisons.
      « On en discute beaucoup à l’interne. C’est quelque chose qui nous préoccupe », répond la coprésidente Laurence Vincent quand on lui demande de quoi l’avenir sera fait.
      « Ça insécurise. C’est devenu de plus en plus compliqué de faire des projets à Montréal, alors qu’on est accueilli à bras ouverts en banlieue. Mais aujourd’hui, on s’entête. Est-ce que l’avenir va prouver qu’on a eu tort ? »
      On doit à Prével les lofts Imperial, dans l’ancienne manufacture de tabac de Saint-Henri, et les lofts Lowney, dans Griffintown.
      SURCHARGES À COMPENSER
      Toutes ces charges pour les parcs et les logements sociaux sont nécessaires, reconnaît Mme Vincent, mais elles devraient être accompagnées d’une augmentation de la densité du patrimoine bâti pour compenser les surcharges. Sinon, l’offre de logements ne suivra pas la demande dans les quartiers centraux et les prix des logements grimperont encore plus vite, ce qui rendra à terme Montréal aussi inabordable que Vancouver ou Toronto.
      « Il faut juste s’assurer qu’il y a un partage des frais pour ne pas que ça soit l’acheteur en fin de compte qui supporte l’entièreté du poids [des exigences en matière de logement social]. »
      — Laurence Vincent, coprésidente de Prével
      Le 10 avril, la Ville a annoncé le report au 17 juin du dépôt de son règlement sur l’inclusion des logements sociaux, lequel prévoit que tout nouveau projet résidentiel d’une certaine taille devra inclure 20 % de logements sociaux, 20 % de logements abordables et 20 % de logements familiaux. Il devait être déposé initialement en avril. Une étude indique que ce règlement, s’il est adopté sans aucune compensation, ferait grimper le coût des logements de 16 %.
      Mme Vincent s’est réjouie de ce report, elle qui siège à la table des partenaires en habitation et qui est à la tête du comité habitation de l’Institut de développement urbain, le lobby des promoteurs. « Ça va nous donner du temps pour discuter davantage. »
      CONTRE L’ÉTALEMENT URBAIN
      Aux détracteurs de la densification, Mme Vincent leur pose la question : que voulons-nous pour notre ville ? « Il va falloir faire des choix. On est pour le développement durable. Le trafic nous coûte 4 milliards. Qu’est-ce qu’on veut faire ? Où sont les universitaires pour se prononcer sur ce qui est le mieux en termes de développement ? Où veulent-ils les mettre, les 320 000 nouveaux ménages que l’on attend dans l’île d’ici 10 ans ? »
      Selon elle, la solution de rechange au refus d’une plus grande densité dans l’île est l’étalement urbain dans les couronnes.
      « En périphérie, à Vaudreuil-Dorion, on demande de faire 10 étages dans certaines zones, alors qu’à Montréal, on arrive près d’une station de métro et on a de la difficulté à obtenir 8 étages », dénonce-t-elle.
      Actuellement, les droits aériens au-dessus des édicules de métro restent inutilisés, comme au métro Radisson, dans l’Est, tandis qu’on va vouloir construire des 20, 30 et 40 étages à Brossard et à Pointe-Claire, là où il y aura des gares du Réseau express métropolitain (REM), le train électrique de la Caisse de dépôt et placement.



×
×
  • Create New...