Jump to content

Le Canada a coupé le «cordon ombilical» avec les États-Unis


mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • Administrator

Le Canada a coupé le «cordon ombilical» avec les États-Unis

 

 

27 septembre 2007 - 17h49

Presse Canadienne

 

bilde?Site=CP&Date=20070927&Category=LAINFORMER&ArtNo=70927147&Ref=AR&Profile=5891&MaxW=160&border=0

 

L'exploitation des sables butimuneux de l'Alberta s'impose comme un des moteurs de l'économie canadienne.

Photo AFP

 

 

 

La forte remontée du dollar prouve que le Canada a «coupé le cordon ombilical avec les États-Unis», a estimé jeudi l'économiste en chef de Marchés mondiaux CIBC, Jeff Rubin.

 

C'est la demande intense pour les ressources naturelles, plus particulièrement le pétrole, qui place le Canada dans une telle position de force, a souligné M. Rubin dans une entrevue accordée dans le cadre d'une conférence d'investisseurs organisée par l'institution, à Mont-Tremblant.

 

«Ce qui explique le bond du dollar canadien, c'est qu'il faut beaucoup plus de semi-conducteurs pour acheter un baril de pétrole aujourd'hui qu'il y a dix ans», a-t-il affirmé.

 

«La Silicon Valley (en Californie) est devenue un simple produit de base (commodity)», a-t-il ironisé.

 

 

Et la bonne nouvelle pour le Canada, c'est que les ressources naturelles ne peuvent pas être déplacées dans d'autres pays, contrairement à la fabrication d'équipement, aussi technologique soit-elle.

 

«Exxon adorerait déménager les ressources pétrolières du Venezuela au Texas, mais devinez quoi, elle ne le peut pas! a lancé Jeff Rubin. C'est (le président vénézuélien) Hugo Chavez et le Canada qui possèdent les ressources à valeur ajoutée!»

 

Cette bonne fortune permet au Canada de prendre ses distances avec les États-Unis. Le «coefficient de corrélation» entre la situation économique aux États-Unis et celle au Canada, qui oscillait entre 50 et 80% depuis les années 1970, n'a pas dépassé 10% au cours du présent cycle économique, a relevé le stratège.

 

Selon lui, c'est la croissance mondiale, surtout celle des pays en développement, qui propulse aujourd'hui l'économie canadienne. L'indice de la Bourse de Toronto, qui est fortement lié à l'économie mondiale, devrait d'ailleurs dépasser la barre des 16 200 points d'ici la fin 2008, d'après la CIBC.

 

Bon pour l'aluminium

 

Face à la concurrence des pays émergents et la force du dollar canadien, le déclin du secteur manufacturier se poursuivra donc, entraînant d'autres licenciements au Québec et en Ontario, a convenu Jeff Rubin.

 

«Le Canada n'est plus le genre de pays où l'on manufacturera des pneus», a-t-il rappelé.

 

Mais contrairement à ce qui s'était passé au début des années 1990, les premiers ministres provinciaux ne multiplieront pas les appels à la Banque du Canada pour réclamer une baisse du dollar, prévoit M. Rubin.

 

«Ce serait difficile de se faire convaincant alors que le taux de chômage est à son plus bas en 30 ans au Québec», note-t-il, en ajoutant que le secteur manufacturier occupe déjà une place moins importante dans l'économie que lors de la récession du début des années 1990. En fait, le secteur de l'énergie a largement remplacé l'industrie automobile dans le surplus commercial du pays.

 

De plus, c'est le domaine des ressources naturelles dans son ensemble, y compris l'aluminium au Québec, qui profitera de la croissance des pays en développement. Seule exception: la foresterie, qui continuera à pâtir des problèmes immobiliers aux Etats-Unis.

 

À l'instar de la plupart des économistes, M. Rubin ne prévoit pas que cette crise se traduira par une récession chez nos voisins. Tout au plus entrevoit-il un recul au dernier trimestre de cette année, suivi d'un retour à la croissance.

 

Il reste que l'enrichissement plus rapide des provinces productrices de pétrole, notamment l'Alberta, continuera de susciter des tensions politiques au Canada, a prévenu l'économiste. Par contre, la hausse du dollar et la baisse des valeurs immobilières aux États-Unis pourraient unir les Canadiens sur au moins un point: l'attrait d'acquérir une propriété au sud de la frontière.

Link to comment
Share on other sites

Il reste que l'enrichissement plus rapide des provinces productrices de pétrole, notamment l'Alberta, continuera de susciter des tensions politiques au Canada, a prévenu l'économiste. Par contre, la hausse du dollar et la baisse des valeurs immobilières aux États-Unis pourraient unir les Canadiens sur au moins un point: l'attrait d'acquérir une propriété au sud de la frontière.

 

ouain les albertains commencent déjà à faire chier....ils ont déjà oublier qu'il y a pas si longtemps c'était le Québec et l'ontario qui faissait vivre le pays....

 

j'ai hate de les voir quand ils auront plus de pétrole....ou que la demande va être moins forte dans quelques années.....

Link to comment
Share on other sites

ouain les albertains commencent déjà à faire chier....ils ont déjà oublier qu'il y a pas si longtemps c'était le Québec et l'ontario qui faissait vivre le pays....

 

c'est vai qu'ils font chier les albertains. Ils ont été assez mardeux de s'installer sur une mine d'or noir, et se pensent tellement supérieur!

 

Par contre aussi loins que je peux me rapeller, le Québec n'était pas vraiment une province "have". Je sais que dans les années 60 et 70 le québec était une province qui oscillait sur le bord. Une année, elle donnait plus qu'elle recevait, et l'autre elle en recevait plus. Ce n'estqu'a partir des année 80 que les québec est devenu une province "have not".

Link to comment
Share on other sites

Je ne crois pas qu'on devrait envier les Albertains mais se réjouir pour eux. C'est notre constitution qui permet l'enrichissement de cette province. Voilà tout. À moins de vouloir réouvrir la constitution, acceptons-en les conditions. Pour le moment, ce sont eux qui ont tous les avantages.

Link to comment
Share on other sites

^

je suis pas envieux, c'est juste que ce que je lis (calgary herald etc..et même sur SSP) c'est les albertains qui passent leur temps a dire que c'est grace à eux que tout va bien, qui sont tané de payer pour les provinces ''pauvres'',

 

c'est même pas par mérite propre que ça va bien, c'est juste par chance

 

anyway, tant mieux pour eux....je préfère toujours mieux le Quebec de toute façon

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value