Jump to content

ErickMontreal
 Share

Recommended Posts

Le New York Times hypothèque son siège social

 

bilde?Site=CP&Date=20081208&Category=LAINFORMER&ArtNo=81208017&Ref=AR&Profile=5891&MaxW=800&border=0

 

8 décembre 2008 - 09h18

Agence France-Presse

 

New York Times Company possède 58% d'une tour de 52 étages sur la huitième avenue à New York, conçue par l'architecte Renzo Piano et achevée en 2007.

 

Le New York Times a annoncé lundi qu'il allait emprunter 225 M$ US en hypothéquant son nouveau siège de Manhattan afin de contrecarrer une crise de liquidités provoquée par un resserrement du marché du crédit et une baisse de ses bénéfices.

 

New York Times Company (NYT) possède 58% d'une tour de 52 étages sur la huitième avenue à New York, conçue par l'architecte Renzo Piano et achevée en 2007, le reste étant détenu par le promoteur Forest City Ratner. La partie détenue par le quotidien n'avait pas été hypothéquée jusqu'à présent.

 

Le groupe de presse a chargé l'entreprise immobilière Cushman & Wakefield de s'occuper du financement, soit sous forme d'hypothèque soit sous forme de crédit-bail, a rapporté le New York Times, citant son responsable financier James Follo.

 

Le New York Times a deux crédits permanents en cours, chacun avec un plafond de 400 M$ US et l'un d'entre eux doit expirer en mai, selon le journal. Trouver un remplacement serait difficile compte tenu des conditions économiques et de la détérioration des finances du groupe, a-t-il indiqué.

 

L'action de New York Times Company a perdu plus de la moitié de sa valeur au cours de l'année

Link to comment
Share on other sites

Les revenus des quotidiens sont en chute continuelle à cause de la compétition sur Internet.

Si tel est le cas, quel idée d'aller se construire une truc pareil ? Je veux dire que ce déclin de la presse écrite avait déjà commencé quand le New-York Times a décidé de faire construire leur nouvel édifice, non ?

Link to comment
Share on other sites

Le groupe de presse Tribune en faillite

 

8 décembre 2008 - 15h32

 

Agence France-Presse

Associated Press

 

Le groupe Tribune, conglomérat américain de médias qui comprend notamment le Chicago Tribune et le Los Angeles Times, s'est déclaré lundi en faillite, avec une dette de 13 G$ US.

 

Les revenus publicitaires ont baissé fortement en 2008 en raison de la crise économique, mettant en difficulté le conglomérat basé à Chicago.

 

Le groupe Tribune s'est placé lundi sous la protection de la loi sur les faillites, ce qui pourrait lui donner du temps pour tenter d'augmenter ses liquidités en vendant des actifs.

 

Tribune, racheté l'an dernier par le milliardaire et magnat de l'immobilier Sam Zell, possède sept quotidiens en plus du LA Times et du Chicago Tribune, comme le Baltimore Sun ou l'Orlando Sentinel. Il possède également plusieurs chaînes de télévision et l'équipe de baseball des Cubs de Chicago.

 

 

 

En proie à de graves difficultés financières notamment dues au déclin extraordinaire» (-19%) des recettes publicitaires, il a annoncé en octobre qu'il mettrait fin dans les deux ans à son abonnement à l'agence Associated Press. Le groupe cherche également un repreneur pour les Cubs.

 

En octobre le groupe avait annoncé une perte trimestrielle de 124 M$ US, et le PDG Sam Zell avait fait état d'«un climat financier et économiquement exceptionnellement difficile», et d'un recul de 2% des ventes des journaux.

 

Le mois suivant l'agence de notation financière Standard and Poor's avait fait reculer de deux crans son évaluation, à «CCC», parmi les valeurs hautement spéculatives, estimant que «Tribune pourrait ne pas générer assez de liquidités en vendant des actifs pour rembourser sa dette à un niveau suffisant».

Link to comment
Share on other sites

Si tel est le cas, quel idée d'aller se construire une truc pareil ? Je veux dire que ce déclin de la presse écrite avait déjà commencé quand le New-York Times a décidé de faire construire leur nouvel édifice, non ?

 

Il peut y avoir plusieurs raisons, comme celle de regrouper sous un seul toit des bureaux dispersés dans plusieurs buildings, créer un landmark qui devient un actif , ce qui sert la compagnie en ce moment puisqu'ils peuvent l'hypotéquer.

Link to comment
Share on other sites

Les problèmes de revenus pour les journeaux ne sont pas nouveaux.

 

 

Louis Hau, 08.31.07, 3:15 PM ET

Things are going from bad to just totally terrible for the beleaguered newspaper industry, which saw a prolonged decline in advertising revenue accelerate in the second quarter, a trade group said Friday.

 

During the three months ended June 30, total ad revenue at U.S. newspapers totaled $11.3 billion, down 8.6% from the same period last year, according to preliminary estimates compiled by the Newspaper Association of America.

 

That marked the fourth consecutive quarterly decline in total ad revenue, following a 4.8% fall in the first quarter and drops of 1.5% and 2.2%, respectively, in the third and fourth quarters of 2006.

 

The biggest culprit was continued weakness in print advertising, which totaled $10.5 billion in the second quarter, down 10.2% from a year earlier. Classified advertising plummeted 16.4% to $3.4 billion, which included a 21% plunge in real estate advertising, an 18.5% fall in recruitment ads and a 19% drop in automotive ads.

 

Other print ad categories were also down, including retail, which fell 6.4% to $5.2 billion, and national advertising, which sank 7.9% to $1.8 billion.

 

Internet advertising totaled $796 million in the second quarter, up 19.3% from a year earlier. But even that gain reflected a slowdown in growth. Online advertising had jumped 22.3% in the first quarter and 31.5% in full-year 2006.

 

The numbers came the same day that newspapers faced another piece of troubling news. The Associated Press reported Friday that Internet search giant Google has begun hosting material produced by AP and three other news services on its own Web site instead of only sending readers to other destinations. This has the potential to crimp traffic to newspaper-owned Web sites.

 

Also Friday, Standard & Poor's warned that declining ad revenues at newspapers points to further downside risk in their parent companies' credit ratings, noting that "the potential for further downgrades this year remains significant."

 

Of the 13 newspaper companies that S&P rates, three have ratings on CreditWatch with negative implications, while three others carry ratings with negative outlooks.

 

S&P did say it sees some potential bright spots in 2008, including election-year and Summer Olympics ad expenditures, which will help those newspaper companies with broadcast holdings.

 

Still, "given the continuing diversion of advertising dollars to the Internet, we don't expect overall revenue growth during 2008,'' S&P said.

 

http://www.forbes.com/2007/08/31/newspapers-advertising-media-biz-media-cx_lh_0831newspapers_print.html

Link to comment
Share on other sites

La récession frappe les médias américains

9 décembre 2008 - 06h30

La Presse

Martin Vallières

 

La récession américaine cogne fort chez les grands groupes médiatiques, frappés à la fois par une chute des revenus publicitaires et des problèmes de financement.

 

Le plus récent éclopé: le groupe Tribune de Chicago, qui comprend le Chicago Tribune et le Los Angeles Times, vient de demander la protection judiciaire pour éviter la faillite.

 

Cette manœuvre de sauvegarde annoncée hier par le deuxième éditeur de quotidiens aux États-Unis survient un an à peine après son rachat par l’investisseur Sam Zell pour 8,3 milliards US.

 

«Des facteurs économiques et financiers indépendants de notre volonté ont provoqué une tempête parfaite contre l’entreprise», a admis M. Zell peu après l’inscription du groupe au chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, devant un juge du Delaware.

 

Click here to find out more!

 

Principal motif invoqué: l’entreprise de presse croule sous 12,9 milliards US de dettes avec un actif déprécié à 7,6 milliards US.

Vague de licenciements

 

Depuis juillet dernier, le Chicago Tribune et le Los Angeles Times ont supprimé au moins 400 postes, dont les deux tiers dans leur salle de rédaction. Le Times a aussi réduit de 14% son nombre de pages.

 

Pendant ce temps, dans la métropole américaine, l’influent groupe de presse New York Times confirme qu’il devra hypothéquer davantage son nouvel immeuble de 52 étages à Manhattan pour faire face à une prochaine échéance de dette de 400 millions US.

 

Pourtant, afin de réduire sa pression financière, l’entreprise qui publie aussi le quotidien Boston Globe avait amputé des trois quarts le dividende à ses actionnaires, le mois passé.

 

Elle a aussi déclenché la suppression de dizaines d’emplois dans divers services.

 

Selon ses plus récents résultats, le groupe New York Times fait face à un effondrement de sa rentabilité et à une réserve de liquidités amincie à quelques dizaines de millions de dollars.

 

Par ailleurs, dans le sud des États-Unis, un resserrement financier chez le troisième groupe de presse, McClatchy, pourrait le forcer à revendre son joyau: le quotidien Miami Herald.

 

Cette rumeur a été ébruitée par le New York Times qui cite des sources anonymes mais bien informées du déclin des résultats d’exploitation du Miami Herald.

 

D’ailleurs, selon le Times, la principale valeur de revente du Herald pour son propriétaire ne proviendrait pas du journal comme tel, mais surtout de son emplacement immobilier au bord de l’eau, en plein Miami.

 

Toutefois, le souhait du groupe McClatchy de monnayer cet actif foncier afin de renflouer ses caisses est mis à mal par la crise immobilière qui frappe la plus grande ville de Floride.

 

Entre-temps, les suppressions d’emplois se multiplient à vue d’œil dans tout le secteur médiatique américain, qui fait face à la pire récession de consommation aux États-Unis depuis plusieurs années.

 

Pour les seuls journaux, les revenus publicitaires étaient en recul général de 19% au troisième trimestre, la pire rechute en un quart de siècle, selon le Newspaper Association of America.

 

Dans ce contexte, les suppressions d’emplois dans les médias américains pourraient totaliser 30 000 postes pour toute l’année 2008, soit presque 4% de l’effectif total, selon un relevé du magazine Advertising Age.

 

En plus des médias imprimés, déjà inquiets du déclin de leur lectorat, de grands médias électroniques suppriment des emplois par centaines depuis quelques semaines.

 

Parmi les entreprises les plus touchées, on compte le groupe de presse Gannett ainsi que les diffuseurs Viacom, NBC Universel, CBS et Yahoo!

 

Même l’agence Associated Press a annoncé la réduction de 10% de son effectif d’ici un an, ce qui toucherait 400 postes.

 

Au Canada, trois groupes d’importance en médias imprimés et électroniques –CanWest Global, CTVglobemedia et Rogers Medias– ont amorcé la suppression d’au moins 600 postes depuis un mois.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...