Jump to content

L’anglais toujours un accélérateur de carrière


mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • Administrator

L’anglais toujours un accélérateur de carrière

 

Marc-Olivier Bherer

07/03/2008 14h17 e-courrierinternational.gif

pix.gifpix.gif20080307-141727-g.jpg

 

pix.gifpix.gif

Tandis que le français recule au Québec au profit de l’anglais comme langue de travail, les Anglo-Québécois quittent la province. Que faut-il comprendre de ce phénomène?

 

 

«Les Anglo-Québécois s’enfuient en masse (et en voiture familiale) de la Belle province depuis la prise du pouvoir par le Parti québécois en 1976. Mais ce n’est que récemment que l’élite québécoise a commencé à considérer cet exode comme problématique», écrivait le National Post dans un éditorial. Au même moment se tenait du 29 février au 2 mars à l’université de Montréal une conférence sur «La revitalisation de la communauté anglophone au Québec: tendances et perspectives d'avenir».

Le National Post avait une réponse toute prête à adresser aux Québécois pour redynamiser cette communauté, «Arrêtez de faire des anglophones vos ennemis».

 

Les universitaires Jean-Luc Migue et Gérard Bélanger n’écartent le rôle joué par la xénophobie pour expliquer ces départs. Mais ils ne s’y limitent pas. Ils remarquent dans un article également publié par le National Post répondant à l’éditorial cité plus haut que les anglophones québécois disposent d’un plus grand capital mobilité par rapport à leurs concitoyens.

«Ils n’ont pas à franchir des barrières linguistiques et culturelles lorsqu’ils migrent. Ils possèdent de manière historique des aptitudes qui leur permettent de briguer des postes plus en demande et plus lucratifs. En un mot, ils sont plus mobiles. Tant que la province restera une province moins développée économiquement, ils seront plus aptes à partir» que les autres Québécois, tranchent-ils.

 

À l’intérieur même de la communauté anglophone, les individus les plus mobiles sont également les plus diplômés, comme le constate Henry Aubin, du quotidien The Gazette, alarmé par «la fuite des cerveaux» qui frappe la minorité anglophone.

 

«Parmi les adultes nés au Québec dont la langue maternelle est l’anglais, 61% des détenteurs d’un baccalauréat étaient partis vivre ailleurs au Canada, selon les données du recensement de 2001, le dernier en date. La catégorie qui est le plus susceptible de rester au Québec? Ceux qui ont abandonné leurs études au niveau secondaire», s’inquiète-t-il. Il note encore que ceux «qui partent sont généralement bilingues».

 

Le bilinguisme est effectivement une aptitude valorisé par le marché. Le salaire moyen des Québécois bilingues, qu’ils soient anglophones et francophones, était d’environ 38 000 dollars en 2000, soit plus que ne gagnent les personnes ne parlant une seule langue, d’après une étude de l’Institut C.D. Howe.

Par contre, selon la même étude, les unilingues anglophones profitaient toujours d’une prime par rapport aux unilingues francophones. Leur salaire moyen en 2000 atteignait 34 097 dollars, par rapport à 29 665 dollars. Plus inquiétant encore, les allophones ne parlant que l'anglais disposaient d’un revenu moyen de 27 216 dollars alors que ceux ne s’exprimant qu’en français gagnaient 21 233 dollars.

 

http://www2.canoe.com/infos/international/archives/2008/03/20080307-141727.html

Link to comment
Share on other sites

Personellement, je veut partir le Québec à cause des hivers... Mais je resterai parce-qu'on a des belles étés.

 

Un autre bonne raison pour les anglos à rester: Il existe certaines très belles québécoises qui trouvent que notre accent anglais est sexy. ;)

Link to comment
Share on other sites

rien de surprenant.

 

je travail en finance , et à ma job même les francophones se parlent en anglais entre eux....

 

moi j'embarque pas la dedans...je parle français même si l'autre me répond en anglais..

 

moi les arguments genre: c'est un domaine anglophone...je dis que c'est de la merde, tous les termes peuvent être traduit en français et il n'y a pas de domaine anglophone à moins de vivre dans un milieu anglophone...c'est qui n'est pas le cas ici...on est au Québec...

 

pour ce qui est du bilinguisme, c'est vrai que c'est un atout...une langue de plus c'est comme un diplome de plus...ça ouvre beaucoup de portes.

Link to comment
Share on other sites

bien sur que l'Anglais c'est un accelerateur de carriere! Dans la meme facon que apprendre le Francais pour un Anglophone serait benefique!! Ou le Mandarin, l'Arabe, Japonais, etc..

 

Ces jours ci, etre unilingue c'est assez parresseux, c'est vraiment se limiter a vivre au Quebec ou en France .. etre bilingue ou trilingue aide a s'ouvrir sur le monde, il y a tellement d'autres choses a voir/apprendre a l'exterieur du Quebec, des choses qu'on pourrait ensuite utiliser ici pour s'ameliorer.

 

Ce vieux debat Anglais / Francais 1970 est tellement depasse..

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator
rien de surprenant.

 

je travail en finance , et à ma job même les francophones se parlent en anglais entre eux....

 

Ça me dépasse au plus haut point quand je vois ça, pourquoi???

Link to comment
Share on other sites

Ça me dépasse au plus haut point quand je vois ça, pourquoi???

 

 

Tu devrais voir les gens qui travaillent pour des agences gouvernemental(fédéral)! Des Francophones qui se parlent en anglais même quand il ny a pas d'anglophones avec eux... Je leur parlent en français et ils continuent de me répondre en anglais. Et ce n'est même pas pour pratiquer leur anglais qu'ils le font...c'est qu'ils ont souvent affaire avec des gens du R.O.C. et ils me donnent l'impression qu'ils ont prèsque honte d'être Francophones. Ils prononcent leur nom à l'anglaise. C'est pathétique. Changer un Martin pour MARTY ou un Jean pour JOHN. Ça me dégoute!

 

Ça m'arrive souvent de faire affaire avec des gens du ROC ou des USA et ça me fais plaisir de leurs parler en anglais(c'est pas comme si ils vont faire l'effort de me parler en français!:rolleyes:, au moins la grande majorité des anglos au Québec font un effort pour parler le français!) mais quand j'ai affaire à faire avec des gens au Québec et qu'ils sont francophones je leurs parle en Français. Il me semble que c'est logique?!?!

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Oui c'est tordan, les francophones qui changent le nom pour une prononciation à l'anglaise... c'est comique au bureau, il y en a plusieurs qui le font et je les niaise à chaque fois. Mon nom je le dis de la même manière anglais, arabe ou français... et je corrige ceux qui le prononce mal.

 

M-aay-l-ee-k wtf!!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value