Jump to content

J'aime MTL Ville verte et sécuritaire( JDM).


yulymx
 Share

Recommended Posts

J'aime MTL Ville verte et sécuritaire.

 

 

 

 

Je ne suis pas fanatique du ..JDM,mais ils font une chouette série sur la perception de MTL par les immigrants et les visiteurs.

 

 

http://www.journaldemontreal.com/2013/02/08/belle-aux-yeux-des-autres

 

 

 

Originaire de Rio de Janeiro, la chanteuse Bïa a choisi de vivre à Montréal parce qu’elle juge que c’est l’endroit idéal pour élever son enfant.

 

«Rio de Janeiro, d’où je viens, c’est une ville extraordinaire, mais extraordinairement violente aussi, raconte Bïa. Là-bas, je ne pourrais pas laisser mon jeune fils traverser la rue ou faire du vélo tout seul. Pour avoir un niveau sécurité acceptable, à Rio, il faut être riche et vivre dans un quartier protégé.

 

«À Montréal, je veux faire partie de la classe moyenne heureuse. On a ici des quartiers sécuritaires et beaux pour des familles modestes. Ça n’aurait pas pu être comme ça à Rio. Si j’avais voulu une bonne éducation pour mon fils, il aurait fallu, là encore, que je fasse partie d’une caste privilégiée.»

 

Pendant longtemps, la chanteuse vivait presque la moitié du temps à Cassis, en France.

 

«Mon amoureux québécois et moi faisions constamment la navette entre la France et Montréal… Mais c’est finalement plus moi qui ai craqué pour Montréal et c’est ici que nous nous sommes installés. C’est agréable et simple de vivre ici. Pour se permettre la même qualité de vie à Paris, par exemple, il aurait fallu que je sois une vedette internationale de la chanson!»

 

Après avoir vécu dans des mégalopoles comme Rio, São Paulo et Paris, Montréal ne semble pas gigantesque ou impersonnelle.

 

«C’est une métropole à dimension humaine. C’est cosmopolite et il y a des gens de partout, mais l’individu n’y étouffe pas. Il y a un grand nombre d’espaces publics où les gens peuvent se retrouver. Pensez au nombre de parcs où les Montréalais peuvent pique-niquer l’été et faire de la luge avec leurs enfants pendant l’hiver. Il ne manque pas de piscines publiques ni d’aires de jeux. Un véritable voisinage se crée. Malgré ce côté petit et chaleureux, Montréal n’a rien de provincial, au sens péjoratif du terme, et l’offre culturelle est importante.»

 

Les révélations de la commission Charbonneau ne la dépriment pas.

 

«Ça fait naître l’espoir que la blessure va guérir, maintenant qu’on peut la voir, dit Bïa. Toute cette corruption se passait grâce à la loi du silence et c’est bien si les gens parlent enfin. Si Montréal vient à bout de ses problèmes de corruption dans le monde de la construction, imaginez quelle ville extraordinaire on aura.»

 

 

Les coups de cœur de Bïa

 

 

 

DÉCONTRACTION VESTIMENTAIRE

 

►«Dès le début, j’ai été étonnée par la grande tolérance vestimentaire des Montréalais. On peut avoir n’importe quels style, tribu, manie ou fantaisie, et personne ne vous regarde de travers. Il y a des filles en minijupe en plein hiver, des gars gothiques, des métrosexuels, des gars en complet-veston, pourquoi pas? À Montréal, on est élégant si on veut. Ça me charme, ce côté moins snob de Montréal.

 

RÉSEAU CYCLABLE

 

►«Pour moi, le vélo qui peut servir à tout, c’est une révélation montréalaise. Ici, j’ai un horaire et des obligations, mais je fais presque tout à vélo ou à pied. J’utilise la voiture seulement deux fois par mois.»

 

RESTAURANT LA SALA ROSSA

 

►«C’est un restaurant que j’adore. La paëlla est très bonne. On peut commander des repas pour deux pour moins de 20 $. Il y a des entrées avec des boules de fromage de chèvre dans le miel avec des amandes grillées. C’est délicieux. Il y a de la bonne musique. Rien de mauvais au menu. Tout est abordable.

 

4848, boulevard Saint-Laurent

 

Info : 514-844-4227

 

LE CENTRE PÈRE-SABLON

 

►«C’est un centre sportif communautaire sans but lucratif, mais très beau et très convivial. Mon fils de sept ans et y fait plein d’activités. Il y a aussi beaucoup de beaux projets de camp de jour l’été.»

 

LES CRÉATRICES DE MODE MARIEC ET MÉTAMORPHOSE

 

►«À cause de mon métier, je dois changer de robe souvent et je suis une habituée des ventes d’atelier des créatrices de mode MarieC et Karine Demers, dont la marque s’appelle Métamorphose. Leur style, leurs couleurs, leur design me vont bien, autant pour mes spectacles que pour sortir. Elles utilisent des tissus de qualité, agréables, sensuels.»

 

 

 

 

http://www.journaldemontreal.com/2013/02/09/ville-verte-et-securitaire

 

http://www.journaldemontreal.com/2013/02/08/on-est-mince-et-en-forme

 

Un Torontois amoureux de Montréal.

 

http://www.journaldemontreal.com/2013/02/09/un-torontois-amoureux-de-montreal

Edited by yulymx
Link to comment
Share on other sites

(J’M MTL) Pourquoi j’aime Montréal. Malgré tout.

 

Depuis vingt–cinq ans, j’arpente les trottoirs de Montréal dans le cadre de mon travail de journaliste mais aussi, un peu comme Léon-Paul Fargue, témoin d’une ville qui bouge avec ses mille et une ruelles, édifices qui nous racontent des histoires, même s’ils s’effacent avec le temps qui passe.

 

Des quartiers où « grouille » la vie comme celui autour du Marché Jean-Talon avec ses saveurs et couleurs, les rues de La Petite-Patrie et du quartier Villeray, pierre d’assise du romancier Claude Jasmin, Hochelaga-Maisonneuve, ancien quartier ouvrier où subsistent les ombres du passé.

 

Mon Montréal, c’est aussi St-Henri-ah ce Bonheur d’occasion — le canal Lachine, verdoyant avec ses pistes cyclables et ces petites familles et tout au nord, le parc Jarry où le monde tient en un après-midi autour d’un BBQ.

 

En sortant du métro Saint-Laurent pour humer l’air du Festival de jazz ou des Francofolies, il y cette multiplicité, le choc des cultures, la civilité entre montréalais de souche ou non et touristes qui convergent vers le Quartier des spectacles, lieu animé d’un été souvent trop court.

 

Montréal, c’est aussi Le Vieux-Montréal, même si trop touristique, et qui tient entre ses murs les ombres du passé à une époque où la haute finance souvent francophone, tenait le haut du pavé.

 

Malgré les trous, le manque de stationnement, trop de condos, Montréal est et restera la douceur de vivre qui fait l’envie de bien des « étranges ».

 

http://blogues.journaldemontreal.com/christopherodriguez/actualites/jm-mtl-pourquoi-jaime-montreal-malgre-tout/

Link to comment
Share on other sites

J'aime MTL Ville verte et sécuritaire.

 

 

 

Un seul commentaire sur le site. Il vomit sur Mtl. Quand on clique sur le lien twitter, on s'aperçoit que c'est un gars de Québec et qu'il relaie les messages de radio X.

 

Pitoyable jalousie maladive.....

 

ceci dit, MERCI de tous ces liens. Ça fait ma journée!! Du sourire malgré la température!:thumbsup:

Link to comment
Share on other sites

Ce reportage dans le JDM n'est pas des plus exhaustif mais il est le bienvenue car ça fait longtemps que le Journal ne fait que du Montréal bashing pour plaire à son auditoire de banllieue. Il y a longtemps je ne lisais que le Journal de Montréal mais depuis disons 5/6 ans j'ai changé pour La Presse, La Gazette, MTLurb et autre petits hebdos de quartiers tout simplement parce que je ne me retrouvais plus du tout dans le Journal en tant que montréalais.

 

Maintenant, ce reportage, bien que simple, fait du bien et est peut-etre annonciateur que le Journal désire redevenir LE Journal de Montréal !

 

Bravo

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value