Jump to content

La place Chénier appelée à disparaître


loulou123
 Share

Recommended Posts

La Presse

 

La direction du CHUM retranchera six étages de son futur centre de recherche, d'une hauteur projetée de 18 étages, pour ne pas porter ombrage au Vieux-Montréal. Mais afin d'y parvenir, elle fera disparaître la place Chénier, son monument qui date de 1895 et une rue nommée en l'honneur d'un historien célèbre, a appris La Presse.

Informée par La Presse de la transaction qui est en train de se conclure à l'hôtel de ville, l'architecte très réputée Phyllis Lambert assure que si le projet devait se concrétiser, elle partira en croisade, un peu comme elle l'avait fait il y a un an pour préserver le nom de l'avenue du Parc. «On ne peut pas éliminer comme ça une place publique, s'insurge Mme Lambert. Pourquoi ne pas vendre des terrains vacants plus au nord, comme les stationnements, qui sont de toute façon d'une laideur incroyable. La Ville de Montréal doit à tout prix tenir des consultations publiques avant de vendre.» Au cours d'un entretien avec La Presse, le directeur adjoint du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM), Sylvain Villiard, a expliqué que ses architectes travaillent déjà à la conception d'un édifice «en forme de L ou de C, avec une aire de repos gazonnée pour le personnel.» La construction remplacerait la place Chénier actuelle, située à l'angle de l'avenue Viger et de la rue Saint-Denis, à côté du square Viger. «On est présentement en train de négocier le prix d'achat de la place Chénier et de la rue, a expliqué le directeur adjoint du CHUM, M. Villiard, un manitou de la conception du futur hôpital au centre-ville. La Ville de Montréal nous a fait une offre, et on a fait une contre-offre.» M. Villiard n'a pas voulu dévoiler le prix de la transaction, mais selon les informations recueillies, celle-ci s'effectuerait par des échanges de terrains. Le responsable du CHUM au comité exécutif de la Ville de Montréal, André Lavallée, a refusé de confirmer l'information hier. Le porte-parole Darren Becker a expliqué que l'administration Tremblay n'a pas l'habitude de discuter des dossiers qui sont en cours de négociations.

 

Une «placette»

 

Benoît Labonté, maire de Ville-Marie et ancien responsable du patrimoine au comité exécutif de la Ville, confirme pour sa part que le projet est très concret et que son service d'urbanisme s'est même prononcé en faveur de la vente.

 

«C'est une bonne façon de répondre aux exigences de l'Office de consultation publique de Montréal, dit-il. On peut très bien faire disparaître une place, qui en fait est une placette, pour en faire réapparaître une autre.»

 

Selon le maire, qui a démissionné du parti de Gérald Tremblay le mois dernier, l'option de déménager le monument Chénier à la place Victor-Morin, située derrière, à l'angle des rues Saint-Antoine et Bonsecours, a déjà été étudiée, et retenue.

 

Dinu Bumbaru, directeur général d'Héritage Montréal, se demande pourquoi le projet du CHUM n'est pas plutôt densifié en hauteur plus au nord, du côté du boulevard René-Lévesque.

 

«L'idée d'occuper une partie de la place Chénier n'est pas à exclure, mais elle doit être étudiée finement, plutôt qu'en bulldozer, souligne M. Bumbaru. Son élimination entraînera un problème de renfermement de la rue Saint-Denis et de la vue qu'on a depuis l'intersection Notre-Dame.»

 

 

 

LE MONUMENT JEAN-OLIVIER CHÉNIER

 

Le monument, qui trône au milieu de la place située à l'angle de l'avenue Viger et de la rue Saint-Denis, a été inauguré en août 1895, au square Viger. Il avait été érigé à la gloire de Jean-Olivier Chénier, un patriote mort héroïquement à Saint-Eustache lors de la rébellion de 1837. Ironiquement, M. Chénier était un médecin.

bilde?Site=CP&Date=20071027&Category=CPACTUALITES&ArtNo=710270912&Ref=AR&Profile=5155&MaxW=700

Link to comment
Share on other sites

Moi aussi. D'autant plus qu'on pourrait probablement pouvoir monter à plus de 20 étages de ce côté-là.

Ce que la ville de Montréal qualifie de "placette" ne doit pas disparaître. C'est immoral. Non seulement doit-on garder cette place mais on doit également encourager le CHUM à créer une place (celle qui devait remplacer la "placette").

Link to comment
Share on other sites

I'm afraid that the church - which can be nicely seen from the 'placette' is going to make room for some glass cube. I swear if they try to demolish the church I'm tying myself up to the front doors or something to stop the wreckers ball.

 

There needs to be some visual diversity - the concept of a homogeneous campus CHUM that will stretch several city blocks should be seen not only as a boon for the economy and the area - but it should also be seen as a threat to a quality of life at sidewalk level.

 

How people friendly are our current hospitals? Mostly have one or two main entrances - littered by smokers - cabbies and adapted transport buses. The rest are entrances for delivery trucks - what makes you think that this project will add anything new to the ground level for the benefit of it's employees, patients or citizen.

 

Cafeteria, Gym, Library, Indoor Garden, Meditation / Yoga Rooms, Convenience & Specialty shops, day care, amphitheatres need to occupy ground levels with independent street access and indoor access. Otherwise we're probably going to be sorry that the CHUM is to occupy such great real estate.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value