Jump to content

Recommended Posts

Pinned posts
  • 2 years later...
  • Replies 3k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

On pourrait bannir Rocco temporairement pendant la pandémie? Il fait que répéter la même affaire sur chaque fil. 🙄

Un peu déçu car on y apprend pas grand chose que l’on ne savait pas vraiment sinon que le Royalmount 2.0 présenté en Hiver tient toujours selon Carbonleo. Il est donc loin d’être mort comme le prétend

Montreal will one day regret its 'think small' attitude towards high-rises. Quebec City will have Le Phare at 250M, Brossard or Laval will probably beat us to it locally. Now that the economy is stron

Posted Images

8 hours ago, mont royal said:

A true democracy respects the majority view, but must avoid the tyranny of the majority by protecting the rights of the minority.

This issue cannot be solved by the majority, ie Montreal, imposing its views.

It can only be solved by honest dialogue and by achieving a satisfactory compromise. 

 

+10000000

It's sad to see that many people seem to forget this very important point about a democracy...at the same time we're just talking about a shopping center here people!! 😂 Who knew it could bring out such strong reactions in all of us.

Edited by go_habs_go
Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, go_habs_go a dit :

+10000000

It's sad to see that many people seem to forget this very important point about a democracy...at the same time we're just talking about a shopping center here people!! 😂 Who knew it could bring out such strong reactions in all of us.

On ne parle pas simplement d'un centre commercial, mais d'un mégaprojet qui aura un impact majeur sur la circulation et la mobilité dans le réseau routier montréalais, déjà le plus congestionné de la région. Cette congestion coute déjà des centaines de millions à l'économie montréalaise et on doit en tenir compte sévèrement avant de permettre encore plus de trafic induit par la présence de ce mégaprojet.

La problématique n'est donc pas purement commerciale, mais aussi économique et bien sûr nettement environnementale. Et cet impact aura des conséquences durables, en ajoutant des centaines de milliers de véhicules, incluant des milliers de camions pour assurer l'approvisionnement de tonnes de marchandises quotidiennement et cela pour des décennies.  

Puisque l'on parle de démocratie, n'ayons pas peur des moyens à prendre pour qu'elle s'exprime clairement. Après des consultations sérieuses auprès de la population, exigeons un reférendum supramunicipal qui s'adressera à tous les citoyens dans un périmètre établi d'avance par consensus, comme on le fait quant un projet est contesté dans un arrondissement.

Et surtout évitons de victimiser VMR en tant que minorité, visible ou autre. Ici tous les citoyens sont égaux puisque chaque individu dans le secteur aura à vivre avec les mêmes inconvénients, autant pour sa santé que pour sa mobilité. C'est donc avant tout une question de qualité de vie et cela concerne tout le monde sans égard aux frontières municipales.

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, acpnc a dit :

Puisque l'on parle de démocratie, n'ayons pas peur des moyens à prendre pour qu'elle s'exprime clairement. Après des consultations sérieuses auprès de la population, exigeons un reférendum supramunicipal qui s'adressera à tous les citoyens dans un périmètre établi d'avance par consensus, comme on le fait quant un projet est contesté dans un arrondissement.

Le respect du droit d'autrui ne peut pas être violé sans conséquences désastreuse, trop tard pour remettre le génie dans la bouteille:

Citation

Pour Mme Rouleau, le Royalmount demeure effectivement «un projet de plein droit».

«C’est un projet amené par un promoteur. Il peut réaliser ce projet sur ce terrain où il aurait, d’une façon ou d’une autre, un énorme projet. Ça s’adonne que c’est celui-là», a confié l’élue provinciale en entrevue à , jeudi dernier.

«L’intersection entre la 15 et la 40 est la plus achalandée, la plus congestionnée, des 25 dernières années. C’est là-dessus que je veux qu’on travaille […] dans la mesure de ce qu’on peut réaliser.» -Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports

Au lieu de s'attaquer aux symptômes, règlons le problème une fois pour toute et restons dans les règles au lieu de vouloir les ré-écrire rétroactivement pour chaque cas qui nous plait pas, comme semble vouloir la ministre.

Link to post
Share on other sites

Le point du droit d'utiliser sa propriété privé à l'intérieur d'un cadre légal est effectivement important. Mais je vais mettre le bémol ici que ce projet dépend d'expropriations menées par VMR. Des expropriations de propriétaires privés, qui ont acheté un terrain de plein-droit, qui ont exploité ce terrain de plein-droit et qui se font tasser pour un autre projet privé, pour exploiter le même terrain.

Moralement, le projet devrait simplement tomber sous sa forme actuelle, si on est cohérent du respect du droit à la propriété et de sa jouissance en toute bonne foi.

Sinon, si on considère qu'un garagiste qui exploite son commerce en tout respect des lois, sur son propre terrain, peut perdre sa propriété pour le "bien commun" d'un tel projet, le Royalmount est sujet au même risque de la part des autorités publiques.

Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, vincethewipet a dit :

Le point du droit d'utiliser sa propriété privé à l'intérieur d'un cadre légal est effectivement important. Mais je vais mettre le bémol ici que ce projet dépend d'expropriations menées par VMR. Des expropriations de propriétaires privés, qui ont acheté un terrain de plein-droit, qui ont exploité ce terrain de plein-droit et qui se font tasser pour un autre projet privé, pour exploiter le même terrain.

Moralement, le projet devrait simplement tomber sous sa forme actuelle, si on est cohérent du respect du droit à la propriété et de sa jouissance en toute bonne foi.

Sinon, si on considère qu'un garagiste qui exploite son commerce en tout respect des lois, sur son propre terrain, peut perdre sa propriété pour le "bien commun" d'un tel projet, le Royalmount est sujet au même risque de la part des autorités publiques.

Effectivement, mais le droit d'exproprier est juridiquement un pouvoir de la ville. Et c'est pas un garage qui va faire tomber un projet de cette taille.

Link to post
Share on other sites
9 minutes ago, Decel said:

Effectivement, mais le droit d'exproprier est juridiquement un pouvoir de la ville. Et c'est pas un garage qui va faire tomber un projet de cette taille.

Pour ça que je dis «moralement». À mon avis, c'est une mesure qui devrait être exceptionnelle. La taille du projet n'a aucune importance, c'est une question de respect du droit à la propriété. Un droit est un droit.

Si l'argument est bon pour le Royalmount, il devrait être bon pour le garagiste, et la loi a définitivement un biais inacceptable pour juger du droit d'exploiter une propriété. Ou sinon accepter qu'un "gros projet privé" possède des droits supérieurs pour obtenir et exploiter des terrains qu'une "petit projet privé". C'est à mon avis un gros dérapage. 

Est-ce qu'on expulserait une famille d'une petite maison de ville parce qu'un promoteur veut faire un gros projet de condos? En bout de ligne, c'est souvent aussi pire pour l'individu qui subit l'expropriation.

Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, acpnc a dit :

 Puisque l'on parle de démocratie, n'ayons pas peur des moyens à prendre pour qu'elle s'exprime clairement. Après des consultations sérieuses auprès de la population, exigeons un reférendum supramunicipal qui s'adressera à tous les citoyens dans un périmètre établi d'avance par consensus, comme on le fait quant un projet est contesté dans un arrondissement.

Devrions-nous faire la même chose pour la piste cyclable sur St-Denis?  Retrancher des voies de circulation va causer de la congestion et de la pollution, et ça n'affectera pas seulement les alentours de la rue.  Peut-être que les résidents de Laval devraient avoir le droit de se prononcer eux aussi sur cette piste cyclable.

Je ne crois pas en la démocratie à la pièce, c'est trop facile de s'opposer à quelque-chose et espérer quand même en récolter les bénéfices.  C'est du NIMBYsme à grande échelle.  S'il y avait un référendum sur le retour des Expos, même sans argent public, le non l'emporterait probablement.  Si on voulait construire les complexes de barrages de Hydro-Québec aujourd'hui et qu'on faisait un référendum, je ne suis pas certain que le oui l'emporterait, mais on exigerait quand même d'avoir de l'électricité propre à très bas prix.

C'est trop facile de trouver des gens qui s'opposent, parfois juste pour s'opposer.  Sans compter ceux qui ont des intérêts personnels à faire bloquer des projets.  Demander à IGA s'ils veulent un Métro en face d'un de leur magasin...

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, vincethewipet a dit :

Pour ça que je dis «moralement». À mon avis, c'est une mesure qui devrait être exceptionnelle. La taille du projet n'a aucune importance, c'est une question de respect du droit à la propriété. Un droit est un droit.

Si l'argument est bon pour le Royalmount, il devrait être bon pour le garagiste, et la loi a définitivement un biais inacceptable pour juger du droit d'exploiter une propriété. Ou sinon accepter qu'un "gros projet privé" possède des droits supérieurs pour obtenir et exploiter des terrains qu'une "petit projet privé". C'est à mon avis un gros dérapage. 

Est-ce qu'on expulserait une famille d'une petite maison de ville parce qu'un promoteur veut faire un gros projet de condos? En bout de ligne, c'est souvent aussi pire pour l'individu qui subit l'expropriation.

Tu as raison. La Ville de Montréal ne pouvait pas exproprier le Cléopâtra, parce que les expropriations municipales ne peuvent être faites que dans un but public: édifice municipal, parc, infrastructures, etc. Pareil pour le Ben's en rapport avec l'édifice Manuvie.  Ces deux projets (promoteurs) on été obligés de respecter les droits des propriétaires originaux, afin justement d'éviter les cas d'abus de droits et la possibilité de corruption. La loi doit s'appliquer à tous, sinon le processus devient vicié.

Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, acpnc a dit :

La problématique n'est donc pas purement commerciale, mais aussi économique et bien sûr nettement environnementale. Et cet impact aura des conséquences durables, en ajoutant des centaines de milliers de véhicules, incluant des milliers de camions pour assurer l'approvisionnement de tonnes de marchandises quotidiennement et cela pour des décennies.

La population monte et il y a une demande pour plus de centres commerciaux (et pas juste des commerces locaux).  Il y aura une augmentation de la circulation des voitures et des camions de livraison peu importe si le Royalmount se fait à l'emplacement prévu ou non.  Les avantages de son emplacement sont 1) l'accès par le métro (et peut être par de futurs TEC lourds qu'on pourraient accueillir dans ce secteur dense) et 2) le fait qu'on évite l'étalement urbain tant décrié.

Ce n'est pas la présence d'un centre commercial en particulier qui fait monter la circulation, c'est l'augmentation de la population (et le manque de TEC).

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Gilbert
      1500 Sherbrooke Ouest
       
      Architectes: DCYSM
      Fin de la construction:2001
      Utilisation: Résidentiel/Hôtellier
       
      Emplacement: Centre-ville, Montréal
       
      ? mètres - 32 étages
       

    • By Gilbert
      Place de la Cité Internationale – Phase 2
      Architectes: Fox&Fowle
      Utilisation: Bureaux
      Emplacement: Quartier International, Montréal
      Descriptions:
      - Le terrain que la tour occupera est maintenant un grand espace gazonné.

      Source : rosey12387
    • By UrbMtl
      Bleury/Sherbrooke

      Ce coin ne cesse de se densifier…
      Hotel de 270 chambres. 
         
    • By CFurtado
      Tom Perlmutter rêve de déménager l'ONF dans le Quartier des spectacles. Inspiré par les bureaux de Google dans le monde et par l'édifice de l'Art Gallery of Ontario, Tom Perlmutter voit le futur de l'Office national du film dans un espace accessible aux créateurs comme au grand public.
       
      «J'aimerais un site plus accessible aux créateurs et au grand public, créer un espace vivant, explique Tom Perlmutter, rencontré la semaine dernière. On parle avec la Ville de Montréal: ce serait beaucoup plus intéressant, par exemple, d'être dans le Quartier des spectacles, avec les Montréalais, de créer un espace créatif.»
       
      Construit sur le modèle des studios américains, le bâtiment qui héberge les bureaux de l'Office depuis 1956 n'est plus adapté aux besoins de l'ONF, croit M. Perlmutter. Longs couloirs menant à une multitude de petits bureaux, ou studios délaissés par l'Office: «On n'a pas besoin de tout ça», dit-il.
       
      Le gouvernement fédéral étudie les besoins de l'ONF, et le ministère des Travaux publics, propriétaire de l'actuel siège de l'ONF, émettra des recommandations dès l'été 2011. Situés au 3155 chemin de la Côte-de-Liesse, les bureaux de l'ONF ne correspondent plus aux exigences de l'époque.
       
      «J'ai préparé il y a quelques semaines un document de discussion et j'ai cherché ailleurs ce qu'il est possible de faire, dit Tom Perlmutter. On pense qu'à Toronto, par exemple, dans les grands projets comme le ROM et l'AGO de Frank Gehry, il y a vraiment une architecture intéressante et vivante.»
       
      L'espace dont rêve Tom Perlmutter abriterait tant les créateurs travaillant pour l'Office qu'un café ou un cinéma accessible au grand public comme aux réalisateurs ne tournant pas pour l'ONF. Parmi les images que Tom Perlmutter a intégré à son document de discussion, on retrouve les espaces ouverts, ludiques et conviviaux qui sont devenus la marque des bureaux de Google dans le monde.
       
      Ce déménagement, insiste Tom Perlmutter, ne répondrait pas seulement à des considérations esthétiques. «Fondamentalement on veut revenir à un espace créatif et d'échange avec les créateurs et le grand public, dit-il. On veut devenir une source de fierté pour les Montréalais et créer un centre mondial d'innovation, un espace d'expérimentation du numérique.»
       
      Discussions
       
      Concrètement, Tom Perlmutter dit avoir entamé des discussions avec la Ville de Montréal et Travaux publics Canada. Hier, l'arrondissement de Ville-Marie disait n'avoir reçu «aucune demande en ce sens-là». Quant à Travaux publics, nous n'avions pas obtenu des réponses au moment d'écrire ces lignes.
       
      Mais le déménagement n'est pas le seul projet que Tom Perlmutter a en tête pour l'ONF. Une annonce concernant de nouveaux projets pour l'internet sera faite en juin. On a également appris que l'ONF négocie actuellement avec la chaîne franco-allemande Arte un partenariat concernant le numérique.
       
      Enfin, du côté du documentaire traditionnel, l'ONF produira le prochain film de Richard Desjardins et Robert Monderie. Après Le peuple invisible, le duo s'intéressera à l'histoire des mines au Québec et en Ontario. Sarah Polley (Away from Her) réalisera aussi pour l'ONF son premier long métrage documentaire. On ignore encore le sujet de ce film.
       
      http://moncinema.cyberpresse.ca/nouvelles-et-critiques/nouvelles/nouvelle-cinema/11461-lonf-reve-de-grands-espaces.html



×
×
  • Create New...