IluvMTL

ville-marie 1414, rue Drummond (conversion to residences)

Recommended Posts

Pinned posts

1414, rue Drummond

Capture_1414_2_Drummond.JPGCapture_1414_Drummond.JPG

Heard that the medical professionals in the Drummond Medical Building have been asked to leave.
It is next to the Mount Stephen and across from the YMCA.
Word is that the building will be converted into residences.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Drummond Medical Building's shift to high-end residential units marks end of an era

 

In a few months, the last health clinics at the historic building will make way for rental apartments

 
brian-lapuz.jpg
Brian Lapuz · CBC News · Posted: Jan 12, 2019 6:00 AM ET | Last Updated: 6 hours ago
 
door-drummond-medical-building-1931-32.j
The Drummond Medical Building was viewed as innovative when it was built in 1929. This photo dates to 1931 or 1932. The revolving door is no longer there. (Submitted McCord Museum)
6 comments

Not every visit to the doctor's office starts with a greeting from a doorman.

The Drummond Medical Building is different. For nearly a century, the stately art deco highrise served as a medical hub to Montrealers.

But in a few months, the final clinics remaining are expected to shut their doors for good.

The owner plans to convert them into high-end residential rental units.

"It's sad to see it end this way," said Shawn Cohen, an ophthalmologist who has had an office in the building for 18 years.

"I would have been here forever. I don't think I have any motivation to leave."

He has yet to finalize where he will move next.

 
shawn-cohen.jpg
Ophthalmologist Shawn Cohen has had an office in the building for nearly two decades. (Denis Cleary/CBC)

'Distinctive in its day'

The 11-floor building was viewed as innovative when it was erected in the Golden Square Mile in 1929.

It was designed as a one-stop shop offering patients everything from dental to eye care, at a time when doctors were shifting from home visits to clinical care.

"It was actually quite distinctive in its day," McGill University architectural historian Annmarie Adams said.

"It was built to bring doctors together. It was a specialized commercial building for doctors' offices and it really represented a brand new building type."

 
drummond-medical-building-parking-cutawa
This cutaway drawing appeared in the fashion and lifestyle magazine, The Montrealer and Passing Show, in May 1935. Part of the original text read: 'The above cut-away sketch illustrates Montreal’s only exclusively medical and dental building. Patients can be seen leaving their cars and stepping into the elevators—effortlessly reaching their doctors’ offices.' (Submitted David Theodore)

Even the parking garage is a testament to its mandate, she said.

The ornate facade masks an above-ground, multi-floor car park available for the hundreds of patients who visited daily.

Adams herself visits the building regularly. Her dentist is still there.

"We've been in the parking garage. It's a pretty wild experience," Adams said.

A symbol of the Anglo elite

Adams is the co-author of 'Tower of Power: The Drummond Medical Building and the Interwar Centralization of Medical Practice,' an academic article examining the relationship between the building's design and the history of health services in Montreal.

David Theodore, the lead author, said the jewellers Henry Birks & Sons wanted to build a parking garage, but the city wouldn't allow it.

So they commissioned Percy Erskine Nobbs, a famed Montreal architect, to draw up the plans for a health-care centre.

"It's very much tied to Montreal's traditional Scottish Protestant elite," Theodore said.

Theodore said he's concerned the building will lose some of its history after it becomes residential rental units.

 
drummond-medical-building-1931-32.jpg
At one time, the building housed up to 80 health clinics. This photo is believed to have been taken between 1931 or 1932. (Submitted McCord Museum)

Development targets high-end renters

A spokesperson for Monit Investments Inc., the owner of the building, said the owner intends on "maintaining the exterior" and "beauty of the building" for the future rental apartments.

"We're still in the planning stage," Jonathan Goldbloom said.

"It's obviously a prime location in the downtown core of the city, so one would assume that it'll reflect those who have the economic means to move here."

Goldbloom said many of the doctors "were in the twilight of their careers" and the decision to change the building is based on their forecast of a declining demand for clinics downtown.

Allan Israel, an 80-year-old dentist, is one of the last tenants. He graduated from McGill University in 1965 and opened his office on Drummond a year later.

He is relocating to Peel Street, where he will share a space with a younger dentist.

"It's a bit of an inconvenience having to move at this stage in the game," Israel said.

"The only other choice was to retire, which I don't want to do."

 
doctor-allan-israel.jpg
Allan Israel has been practicing dentistry in the Drummond Medical Building since 1966. (Dennis Cleary / CBC)

He's been treating one of his childhood friends, Michael Caplin, for decades.

Caplin used to go to the YMCA across the street. While working out, he would look through the window to see if Israel was working.

"This building has character, even if this character is kind of dated. It's got character," Caplin said.

For his part, he says he's fine with the owner's plan.

"Well, nothing is forever. It's as simple as that."

 

 

ABOUT THE AUTHOR

Share this post


Link to post
Share on other sites

I like this building .... but residences ?  windows are small and no balconies ....  wonder how they will do it 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Rusty a dit :

I like this building .... but residences ?  windows are small and no balconies ....  wonder how they will do it 

 

 

Heard  not necessarily from a reliable source. Maybe was a supposition...

Share this post


Link to post
Share on other sites

They did a little report on this on CBC the 18h news today. Monit rep said that the businesses on the ground level will stay, but the building will be converted to residences. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2018-07-19 à 09:18, Rusty a dit :

I like this building .... but residences ?  windows are small and no balconies ....  wonder how they will do it 

 

 

Il y a plein d'immeubles anciens qui ont des fenêtres moins grandes et sans balcon qui sont malgré tout très agréables à vivre. On met alors l'accent sur l'aménagement intérieur et la finition pour compenser. En fait chaque formule a ses avantages et trouve sa clientèle cible.

Le centre-ville continue sur sa lancée résidentielle, en augmentant l'offre en plein coeur de l'action. Autant de nouveaux clients pour la vitalité de la future rue Ste-Catherine réaménagée. Un tournant majeur pour la métropole avec son quartier des affaires de plus en plus habité, où la vie urbaine bourdonnera en tout temps en dehors des heures de bureaux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les vocations changent mais heureusement les immeubles restent parfois. Comme de valeureux témoins d'une époque révolue qui occupent un espace de choix en plein coeur de la ville. C'est la petite histoire d'une communauté qui fait partie de la plus grande histoire de la ville, qui tourne la page. Il ne restera pas grand chose de l'intérieur une fois les espaces réaménagés, mais l'extérieur continuera à charmer les passants par son décor joliment suranné.

C'est la preuve que l'on peut sauver ces magnifiques édifices d'un autre temps, si on se donne la peine de leur offrir une seconde vie. Montréal a déjà trop perdu de ces monuments du passé, cavalièrement détruits pour faire place à du moderne souvent générique. Je pense notamment au Children's dont certaines parties méritaient un bien meilleur sort.

J'ose alors espérer qu'on développera un plus grand respect pour notre histoire et notre patrimoine, en tentant au maximum de donner de nouvelles fonctions à nos monuments architecturaux, afin qu'ils puissent continuer à distinguer avantageusement Montréal des autres métropoles du continent. On a ici la preuve qu'il est rentable de récupérer l'ancien sans y perdre au change, tout en satisfaisant pleinement une clientèle exigeante, qui a les moyens de se faire plaisir sans pour autant faire de concession à la modernité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, Fortier a dit :

On peut le mettre dans le fil qui existe déjà à ce sujet.

Merci de le faire : j'ai cherché sur trois pages mais je ne suis pas allé plus loin dans ma recherche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By IluvMTL
      https://idu.quebec/fr/evenements/detail/sylvain-fortier-chef-de-linvestissement-et-de-linnovation-ivanhoe-cambridge-et-panel/10627
      ÉVÉNEMENTS
      Sylvain Fortier, Chef de l'investissement et de l'innovation, Ivanhoé Cambridge et invités
      Les dernières années ont été synonymes de transformation pour le centre-ville de Montréal, comme en témoignent les nombreux projets qui s’y sont entrepris depuis 5 ans. Cœur de la métropole, le centre-ville se doit de demeurer attractif, compétitif. Il se veut en constante évolution, toujours en mode séduction.
      Au moment même où la ville accélère ses investissements dans la mise à niveau des infrastructures, où de nouveaux modèles d’affaires émergent et où les grands propriétaires investissent des sommes considérables dans leurs bâtiments, c’est un nouveau centre-ville que l’on voit émerger. Les consommateurs adoptent et modifient leurs habitudes de consommation et stimulent une réflexion plus pertinente que jamais : qu’est-ce qui doit caractériser ce nouveau centre-ville, à la fois pour le résident, le consommateur, le travailleur et le touriste?  Comment aménager des espaces et des milieux de vie attrayants qui les attirent et surtout quelles sont les stratégies de rétention pour les garder?
      Pour la première fois à sa tribune, l’IDU se réjouit d’accueillir Sylvain Fortier, Chef de l’investissement et de l'innovation pour Ivanhoé Cambridge afin de répondre à toutes ces questions et animer un panel composé de Philippe Demers, CEO & Creative Director, MASSIVart, Anne-Marie Hubert, Associée Directrice, Québec pour EY et François Lacoursière, Chef de la direction marketing, associé principal, Sidlee. 
      ANIMATION DU PANEL:
      Sylvain Fortier
      Chef de l'investissement et de l'innovation
      Ivanhoé Cambridge
      PANEL: 
      Philippe Demers
      CEO & Creative Director
      MASSIVart
      Anne-Marie Hubert
      Associée Directrice, Québec
      EY
      François Lacoursière
      Chef de la direction marketing, 
      associé principal
      Sidlee
      Événement présenté par
      Commanditaires principaux
    • By acpnc
      Publié le 19 janvier 2018 à 06h29 | Mis à jour à 06h29
      http://www.lapresse.ca/affaires/economie/immobilier/201801/19/01-5150616-un-terrain-vendu-100-millions-au-centre-ville-de-montreal.php
      Un terrain vendu 100 millions au centre-ville de Montréal
      Le terrain de 135 000 pieds carrés est bordé par le boulevard Robert-Bourassa, la rue Saint-Jacques, la rue Notre-Dame et la rue Gauvin.
      Photo Ivanoh Demers, La Presse
      André Dubuc
      La Presse   Le promoteur Broccolini vient de mettre la main sur un des terrains les plus en vue à l'entrée du centre-ville de Montréal, pour la somme faramineuse de 100 millions de dollars.
      Le terrain de 135 000 pieds carrés est bordé par le boulevard Robert-Bourassa, la rue Saint-Jacques, la rue Notre-Dame et la rue Gauvin. Il donne sur la nouvelle entrée de la ville, l'ancienne autoroute Bonaventure devenue un boulevard urbain aux oeuvres d'art monumentales.
      « C'est une transaction fracassante, commente Noémie Lefebvre, conseillère principale en immobilier et spécialiste des terrains au Groupe Altus, à qui La Presse a parlé jeudi. En termes de valeur, une vente de terrain à 100 millions, c'est du jamais vu. »
      740 $
      Prix de vente du terrain au pied carré La vente de terrain la plus importante dans l'île de Montréal auparavant avait été celle d'un terrain de 2 millions de pieds carré, voisin du centre Fairview Pointe Claire, acheté au prix de 48 millions par Ivanhoé Cambridge en 2013, selon une compilation d'Altus. En 2017, le groupe Brivia, promoteur des condos YUL, avait acheté un terrain de 40 000 pieds carrés à l'angle du boulevard René-Lévesque Ouest et de la rue Guy pour 27,5 millions. Fin 2016, le terrain de l'ancien Children's Hospital, d'environ 150 000 pieds carrés, avait été vendu 25 millions. Le terrain de 100 millions a longtemps été contrôlé par Magil Laurentienne, qui a fait la promotion de différents projets sur ce lieu au fil des ans. 
      Le projet Univers, annoncé en août 2012, prévoyait la construction de 500 condos à l'est, et de bureaux dans la partie ouest. Le projet d'une valeur de 350 millions a été abandonné un an plus tard. 
      COMPLEXE À VOCATION MIXTE
      Broccolini, pour sa part, projette de construire un complexe faisant jusqu'à 1,5 million de pieds carrés à vocation mixte, soit des bureaux, des logements et des locaux commerciaux. 
      Le nouveau propriétaire connaît bien les lieux puisqu'il entame la construction d'une tour de 35 étages au 628, rue Saint-Jacques, tout juste à l'ouest de sa nouvelle acquisition.
      Broccolino est un important promoteur et entrepreneur en construction. Il a construit L'Avenue, une tour de 50 étages, en face du Centre Bell et il bâtit actuellement la nouvelle Maison de Radio-Canada, angle Papineau et René-Lévesque Est. Il gère aussi un portefeuille de 40 propriétés totalisant 6 millions de pieds carrés.
    • By MartinMtl
      Lien ici:
       
      http://www.pps.org/info/newsletter/From_Place_to_Place_Part_Two/touring_the_worlds_finest_streets
    • By ScarletCoral
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1171725/station-metro-montreal-ligne-verte-renovations
      La station Beaudry change de visage, mais la métamorphose est loin d'être terminée
      Publié aujourd'hui à 4 h 53
      Mis à jour aujourd'hui à 5 h 11

      Des travaux majeurs étaient rendus nécessaires à la station Beaudry en raison de nombreuses infiltrations d'eau. Photo: Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Jérôme Labbé
      Fermée depuis le 1er octobre, la station Beaudry, sur la ligne verte du métro de Montréal, rouvrira comme prévu le lundi 3 juin, et ce, même si les travaux sont loin d'être finis. Visite de chantier.
      « C'est sûr qu'il n'y aura pas un "effet wow" », prévient Simon Brossard, surintendant au bureau de projet de la Société de transport de Montréal (STM).
      À première vue, rien n'indique que Beaudry sera prête pour la réouverture prévue dans 10 jours : des débris de chantier traînent un peu partout, des fils pendent du plafond et les tourniquets, entassés dans un coin, attendent toujours d'être réinstallés.
      Pourtant, les usagers seront admis de nouveau dans cette station de la ligne verte dès 5 h 30 le matin du 3 juin, confirme M. Brossard.
      Il avait déjà été décidé de rouvrir la station dès que la sécurité de la clientèle et des opérations pourrait être assurée, répétera-t-il à quelques reprises lors de notre passage.
      La finition architecturale, elle, attendra. Les travaux se poursuivront pendant 10 mois, jusqu'en mars 2020. De nuit, surtout.

      Des échafaudages sont utilisés la nuit venue pour réparer les fissures qui se sont formées dans la structure de béton qui forme le tunnel où passent les trains. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Entre-temps, les usagers devront se faufiler entre les échafaudages et se contenter d'un seul escalier le long des tapis roulants.
      Ces derniers devraient toutefois être fonctionnels le 3 juin. Et, grande nouveauté : les tapis pourront tous deux fonctionner en montée, ce qui n'était pas le cas auparavant.

      Le filage de la station, qui se trouvait auparavant sous les escaliers, a été déplacé au-dessus des tapis roulants. Ces fils disparaîtront dans les prochains mois sous un nouveau plafond suspendu. Les panneaux d'aluminium, eux, ne reviendront pas. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Les tapis roulants de Beaudry – qui relient la mezzanine, où se trouve la loge du changeur, et la passerelle, qui surplombe les rails du métro – sont non seulement les éléments les plus emblématiques de la station, mais ce sont aussi les seuls trottoirs mécaniques du réseau.
      Pourquoi un tapis roulant à Beaudry?
      La station Beaudry ne figurait pas dans les plans originaux de la ligne verte du métro de Montréal. Mais il en a été décidé autrement en 1963, en raison de la trop grande distance entre les stations Berri-de-Montigny (aujourd'hui Berri-UQAM) et Papineau. Et c'est au coin des rues Sainte-Catherine Est et Beaudry que les décideurs ont finalement choisi de la construire, là où se trouvait déjà une longue rampe d'accès utilisée par les camions pour transporter le roc excavé.
      Une fois le tunnel de la ligne verte terminé, cette rampe d'accès a été transformée en voûte et équipée de tapis roulants, la pente étant trop faible pour y installer des escaliers mécaniques standards. C'est aussi pour cette raison que la STM rechigne à construire un ascenseur qui permettrait aux personnes à mobilité réduite d'accéder à la station, au grand dam de celles-ci.
      Cette voûte de 75 mètres de long est au coeur des raisons qui ont poussé la STM à fermer complètement la station en octobre – une stratégie rarement utilisée.
      « Des infiltrations d'eau menaçaient l'intégrité structurale de la voûte », explique Simon Brossard. Des dépôts de calcaire s'étaient notamment formés sur les panneaux d'aluminium fixés au plafond de la voûte, symptôme évident d'une structure ayant perdu une bonne partie de son imperméabilité.
      Les panneaux ont été retirés, et des injections de polyuréthane ont été pratiquées dans le béton pour remplir les fissures qui s'étaient formées au fil du temps.
      La rue Beaudry a également été excavée pour permettre aux travailleurs de changer une membrane bitumineuse, posée par-dessus la structure de béton, afin d'empêcher les infiltrations d'eau.

      La nouvelle membrane bitumineuse sera posée sur le béton cet été. La rue Beaudry sera ensuite rouverte à l'automne entre la rue Sainte-Catherine Est le boulevard De Maisonneuve. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Mais en plus des travaux visant à assurer l'étanchéité de la structure, les ingénieurs de la STM ont voulu profiter de l'occasion pour offrir une véritable cure de jeunesse à une station de métro vieille de 52 ans.
      Les portes de l'édicule ont été changées; l'éclairage a été refait; et les escaliers, dont les paliers avaient été construits en pente, ont été redressés pour répondre aux normes en vigueur.
      Mais il reste encore beaucoup à faire, notamment en ce qui concerne le quai et la passerelle.

      La rénovation de la station de métro Beaudry a permis à la STM de procéder à plusieurs types de travaux en différents endroits. En voici quelques-uns. Photo : STM
      Le revêtement mural, par exemple, renouera à terme avec le concept architectural d'origine : des tuiles rouges, beiges et brunes.
      Sur le quai, la signalétique sera actualisée, mais les bancs, eux, resteront les mêmes. « Ça, ça fait partie du patrimoine », explique Simon Brossard. Une couche de peinture leur donnera cependant un nouveau lustre.
      Même chose pour l'oeuvre d'art de la station, une série de colonnes arc-en-ciel érigées près de l'entrée, en plein coeur du Village gai. Elles seront repeintes.

      À Montréal, une oeuvre d'art est exposée dans chaque station de métro. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Ce chantier est coordonné en partenariat par le bureau de projet de la STM et l'entrepreneur général, la compagnie MGB Associés, qui a remporté l'appel d'offres de construction avec une soumission de quelque 23 millions de dollars.
      Jusqu'à maintenant, les travaux se déroulent rondement, assure Simon Brossard. Tant le calendrier que le budget sont respectés.
      Mais le chantier comporte son lot de défis. La station est étroite, longue, profonde : à environ 30 mètres sous le niveau du boulevard De Maisonneuve, c'est l'une des plus profondes du réseau, avec la station Charlevoix.
      Sans compter le fait que les trains n'ont jamais arrêté de circuler dans le tunnel, ce qui a obligé la STM à maintenir des dispositifs de sécurité au cas où un train devrait effectuer un arrêt d'urgence à Beaudry.
      La voûte, par exemple, a dû être scindée en deux : pendant que l'une était transformée en chantier, l'autre devait permettre la libre circulation des personnes, et vice versa.

      Les boules multicolores ont refait leur apparition depuis quelques semaines sur la rue Sainte-Catherine Est, devant la station de métro Beaudry. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      La présence d'un seul édicule pour accéder à la station a également donné d'importants maux de tête aux ingénieurs, qui ont tenté en vain de trouver des solutions qui auraient pu éviter de devoir fermer la station pendant huit mois. Une demi-douzaine d'autres scénarios ont été étudiés.
      La STM a finalement opté pour une fermeture entre les mois d'octobre et mai, notamment parce que, contrairement à la plupart des autres stations du réseau, l'achalandage de Beaudry est plus important pendant l'été que durant le reste de l'année.
      Sa réouverture coïncidera avec le début de la saison touristique, une période cruciale pour les commerçants du Village, qui voient la rue Sainte-Catherine Est transformée en artère piétonne chaque année, du début mai à la fin septembre.
       
    • By IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7317,79867570&_dad=portal&_schema=PORTAL
      Conseil du 5  decembre
      CA: 40.25
      · Un rez-de-chaussée commercial (3 commerces)
      · 94 unités résidentielles aux étages supérieurs;
      · 2 niveaux de stationnement souterrain pour un total de 41 unités automobiles et 40
      emplacements de vélo.
      · 14 emplacements extérieurs pour vélo