IluvMTL

1414, rue Drummond (conversion to residences)

Recommended Posts

Pinned posts

1414, rue Drummond

Capture_1414_2_Drummond.JPGCapture_1414_Drummond.JPG

Heard that the medical professionals in the Drummond Medical Building have been asked to leave.
It is next to the Mount Stephen and across from the YMCA.
Word is that the building will be converted into residences.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Drummond Medical Building's shift to high-end residential units marks end of an era

 

In a few months, the last health clinics at the historic building will make way for rental apartments

 
brian-lapuz.jpg
Brian Lapuz · CBC News · Posted: Jan 12, 2019 6:00 AM ET | Last Updated: 6 hours ago
 
door-drummond-medical-building-1931-32.j
The Drummond Medical Building was viewed as innovative when it was built in 1929. This photo dates to 1931 or 1932. The revolving door is no longer there. (Submitted McCord Museum)
6 comments

Not every visit to the doctor's office starts with a greeting from a doorman.

The Drummond Medical Building is different. For nearly a century, the stately art deco highrise served as a medical hub to Montrealers.

But in a few months, the final clinics remaining are expected to shut their doors for good.

The owner plans to convert them into high-end residential rental units.

"It's sad to see it end this way," said Shawn Cohen, an ophthalmologist who has had an office in the building for 18 years.

"I would have been here forever. I don't think I have any motivation to leave."

He has yet to finalize where he will move next.

 
shawn-cohen.jpg
Ophthalmologist Shawn Cohen has had an office in the building for nearly two decades. (Denis Cleary/CBC)

'Distinctive in its day'

The 11-floor building was viewed as innovative when it was erected in the Golden Square Mile in 1929.

It was designed as a one-stop shop offering patients everything from dental to eye care, at a time when doctors were shifting from home visits to clinical care.

"It was actually quite distinctive in its day," McGill University architectural historian Annmarie Adams said.

"It was built to bring doctors together. It was a specialized commercial building for doctors' offices and it really represented a brand new building type."

 
drummond-medical-building-parking-cutawa
This cutaway drawing appeared in the fashion and lifestyle magazine, The Montrealer and Passing Show, in May 1935. Part of the original text read: 'The above cut-away sketch illustrates Montreal’s only exclusively medical and dental building. Patients can be seen leaving their cars and stepping into the elevators—effortlessly reaching their doctors’ offices.' (Submitted David Theodore)

Even the parking garage is a testament to its mandate, she said.

The ornate facade masks an above-ground, multi-floor car park available for the hundreds of patients who visited daily.

Adams herself visits the building regularly. Her dentist is still there.

"We've been in the parking garage. It's a pretty wild experience," Adams said.

A symbol of the Anglo elite

Adams is the co-author of 'Tower of Power: The Drummond Medical Building and the Interwar Centralization of Medical Practice,' an academic article examining the relationship between the building's design and the history of health services in Montreal.

David Theodore, the lead author, said the jewellers Henry Birks & Sons wanted to build a parking garage, but the city wouldn't allow it.

So they commissioned Percy Erskine Nobbs, a famed Montreal architect, to draw up the plans for a health-care centre.

"It's very much tied to Montreal's traditional Scottish Protestant elite," Theodore said.

Theodore said he's concerned the building will lose some of its history after it becomes residential rental units.

 
drummond-medical-building-1931-32.jpg
At one time, the building housed up to 80 health clinics. This photo is believed to have been taken between 1931 or 1932. (Submitted McCord Museum)

Development targets high-end renters

A spokesperson for Monit Investments Inc., the owner of the building, said the owner intends on "maintaining the exterior" and "beauty of the building" for the future rental apartments.

"We're still in the planning stage," Jonathan Goldbloom said.

"It's obviously a prime location in the downtown core of the city, so one would assume that it'll reflect those who have the economic means to move here."

Goldbloom said many of the doctors "were in the twilight of their careers" and the decision to change the building is based on their forecast of a declining demand for clinics downtown.

Allan Israel, an 80-year-old dentist, is one of the last tenants. He graduated from McGill University in 1965 and opened his office on Drummond a year later.

He is relocating to Peel Street, where he will share a space with a younger dentist.

"It's a bit of an inconvenience having to move at this stage in the game," Israel said.

"The only other choice was to retire, which I don't want to do."

 
doctor-allan-israel.jpg
Allan Israel has been practicing dentistry in the Drummond Medical Building since 1966. (Dennis Cleary / CBC)

He's been treating one of his childhood friends, Michael Caplin, for decades.

Caplin used to go to the YMCA across the street. While working out, he would look through the window to see if Israel was working.

"This building has character, even if this character is kind of dated. It's got character," Caplin said.

For his part, he says he's fine with the owner's plan.

"Well, nothing is forever. It's as simple as that."

 

 

ABOUT THE AUTHOR

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, Rusty a dit :

I like this building .... but residences ?  windows are small and no balconies ....  wonder how they will do it 

 

 

Heard  not necessarily from a reliable source. Maybe was a supposition...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

They did a little report on this on CBC the 18h news today. Monit rep said that the businesses on the ground level will stay, but the building will be converted to residences. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-07-19 à 09:18, Rusty a dit :

I like this building .... but residences ?  windows are small and no balconies ....  wonder how they will do it 

 

 

Il y a plein d'immeubles anciens qui ont des fenêtres moins grandes et sans balcon qui sont malgré tout très agréables à vivre. On met alors l'accent sur l'aménagement intérieur et la finition pour compenser. En fait chaque formule a ses avantages et trouve sa clientèle cible.

Le centre-ville continue sur sa lancée résidentielle, en augmentant l'offre en plein coeur de l'action. Autant de nouveaux clients pour la vitalité de la future rue Ste-Catherine réaménagée. Un tournant majeur pour la métropole avec son quartier des affaires de plus en plus habité, où la vie urbaine bourdonnera en tout temps en dehors des heures de bureaux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les vocations changent mais heureusement les immeubles restent parfois. Comme de valeureux témoins d'une époque révolue qui occupent un espace de choix en plein coeur de la ville. C'est la petite histoire d'une communauté qui fait partie de la plus grande histoire de la ville, qui tourne la page. Il ne restera pas grand chose de l'intérieur une fois les espaces réaménagés, mais l'extérieur continuera à charmer les passants par son décor joliment suranné.

C'est la preuve que l'on peut sauver ces magnifiques édifices d'un autre temps, si on se donne la peine de leur offrir une seconde vie. Montréal a déjà trop perdu de ces monuments du passé, cavalièrement détruits pour faire place à du moderne souvent générique. Je pense notamment au Children's dont certaines parties méritaient un bien meilleur sort.

J'ose alors espérer qu'on développera un plus grand respect pour notre histoire et notre patrimoine, en tentant au maximum de donner de nouvelles fonctions à nos monuments architecturaux, afin qu'ils puissent continuer à distinguer avantageusement Montréal des autres métropoles du continent. On a ici la preuve qu'il est rentable de récupérer l'ancien sans y perdre au change, tout en satisfaisant pleinement une clientèle exigeante, qui a les moyens de se faire plaisir sans pour autant faire de concession à la modernité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 38 minutes, Fortier a dit :

On peut le mettre dans le fil qui existe déjà à ce sujet.

Merci de le faire : j'ai cherché sur trois pages mais je ne suis pas allé plus loin dans ma recherche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Contenu similaire

    • Par mtlurb
      Le Palais des congrès prévoit s'agrandir
      Mario Girard
       
      La Presse
       
      Le projet de Quartier de la santé dont La Presse a dévoilé hier les grandes lignes incite d'autres partenaires à briser «l'immobilisme» dont on accuse la métropole. Le Palais des congrès de Montréal désire profiter de l'occasion pour prendre de l'expansion.
       
      La construction du CHUM engendrera une spectaculaire transformation urbanistique. Le recouvrement de l'autoroute Ville-Marie et la construction d'une quinzaine de bâtiments sont au coeur de ce projet désigné sous le nom de Quartier de la santé.
       
      L'élimination de terrains de stationnement et la création d'infrastructures favorisant les piétons et les cyclistes dans la zone bordée par les rues Saint-Urbain, Amherst, Saint-Antoine et le boulevard René-Lévesque, compléteront l'ensemble des travaux dont nous avons publié les plans.
       
      La Presse a appris que, dans la foulée, le Palais des congrès de Montréal voudrait emboîter le pas avec d'importants travaux d'agrandissement dans un quadrilatère voisin de son emplacement actuel. Le Palais y érigerait un nouveau pavillon qui accueillerait des salles d'exposition et de réunion de même qu'un centre de conférence réservé au CHUM et à une clientèle locale ou internationale.
       
      Ce projet, qui occuperait l'espace situé à l'est de la rue Saint-Urbain, impliquerait l'élimination d'un terrain de stationnement et la démolition du magasin de musique Steve's. «Personne ne nous a parlé de cela», s'est contenté de dire Sheldon, gérant de cette boutique qui a depuis plus de 40 ans son enseigne rue Saint-Antoine.
       
      Il y a longtemps que le président du Palais des congrès, Paul Saint-Jacques, convoite cet emplacement de rêve. Déjà en décembre 2004, dans un discours devant la chambre de commerce du Montréal métropolitain, il avait exprimé le désir que ce terrain lui soit réservé. Ce «désir» sera souligné au crayon gras demain soir aux audiences de l'Office de consultation publique de Montréal.
       
      Par la même occasion, on dévoilera les détails entourant la création du Centre international d'innovation thérapeutique (CIIT). Émanant du Technopôle Ville-Marie, mis sur pied par le CHUM, ce centre de recherche veut devenir un chef de file international dans l'évaluation, le transfert et l'implantation de solutions thérapeutiques, tant pour les enfants que pour les adultes.
       
      Le CIIT serait érigé à proximité du CHUM et couvrirait une superficie de 35 000 m2. Le Technopôle Ville-Marie envisage de retenir les services d'une firme internationale pour établir un plan d'affaires et confirmer le potentiel du projet.
       
      Benoît Labonté, maire de l'arrondissement de Ville-Marie et responsable du projet du CHUM et du Quartier de la santé, se réjouit de voir que ces visées prennent de l'ampleur. «C'est le plus important potentiel de développement économique que la ville de Montréal ait connu depuis fort longtemps, dit-il. Il n'y a pas eu d'investissement de cet ordre depuis 30 ans dans la métropole.»
       
      M. Labonté confirme que les idées et les plans publiés hier dans La Presse font effectivement partie du projet, mais il affirme que de nouveaux éléments s'y ajouteront. «Il y a d'autres études externes et internes qui sont menées actuellement, dit-il. Une étude est notamment en cours sur la circulation dans ce quartier.»
       
      Les responsables attendent maintenant un plan d'affaires du Technopôle Ville-Marie. Pierre Marc Johnson, qui en assure la présidence, devrait annoncer la composition de son conseil d'administration en janvier. Le Technopôle Ville-Marie sera chargé de pressentir d'éventuels partenaires privés pour le Quartier de la santé. «Je n'irai certainement pas déposer un plan sans des acquis solides, dit Benoît Labonté. Il faut démontrer une rentabilité certaine avant de s'engager.»
       
      Robert Laramée, directeur général du parti Vision Montréal, n'est pas surpris d'entendre parler de ce projet. Il en avait lui-même présenté les bases en compagnie de Martin Lemay, alors maire de l'arrondissement de Ville-Marie, en mars 2005, devant une commission parlementaire.
       
      «Ce qui me surprend, c'est de voir la participation de l'administration centrale à ce projet, alors qu'on s'était battu à l'époque pour obtenir sa collaboration, dit-il. C'est l'arrondissement de Ville-Marie qui avait payé les premières études et ça nous avait coûté 100 000 $.»
       
      Au ministère des Affaires municipales, on demeure prudent pour l'instant. «Comme rien n'a été officiellement déposé, nous ne pouvons commenter», dit Jonathan Trudeau, porte-parole de la ministre Nathalie Normandeau.
    • Par IluvMTL
      https://www.ledevoir.com/culture/547819/le-monastere-ouvre-un-cabaret-de-cirque-dans-une-eglise
      http://le-monastere.ca/
      Le Monastère ouvre un cabaret de cirque dans une église
      [Culture]
      Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Jeudi et vendredi, les trapézistes Shannon Gélinas (sur cette photo) et Evelyne Paquin-Lanthier se produiront à l’église anglicane St. Jax, s’entortillant dans un long tissu blanc devant des vitraux emblématiques.
      Caroline Montpetit
      14 février 2019
      Culture
      Evelyne Paquin-Lanthier s’élance du haut du plafond de bois de l’église anglicane St. Jax, s’entortille dans un long tissu blanc et atterrit au sol avant de remonter par le même chemin, devant un vitrail illustrant l’Ascension. Bienvenue au Monastère, cet organisme sans but lucratif qui s’est donné pour mission de tenir des cabarets de cirque à Montréal. Depuis peu, c’est dans la vieille église montréalaise de St. Jax, rue Sainte-Catherine, que l’organisme a élu domicile.
      Rosalie Beauchamp et Guillaume Blais, les deux fondateurs du Monastère, sont tous deux issus du milieu du cirque. Après avoir bourlingué à travers le monde, ils ont senti le besoin d’offrir une scène aux artistes de cirque québécois. Ceux-ci sont invités à y présenter leurs propres créations.
      Les cabarets se succéderont au rythme d’une dizaine par année, et seront présentés par un maître de cérémonie. Jeudi et vendredi, les 14 et 15 février, on pourra notamment y voir le duo des trapézistes Evelyne Paquin-Lanthier et Shannon Gélinas. On pourra aussi y voir en première montréalaise le duo de sangles de Guillaume Paquin et Nicole Faubert, qu’ils viennent de présenter au Festival mondial du cirque de demain, à Paris. Cette semaine, c’est Joe de Paul qui sera maître de cérémonie. « C’est l’un des meilleurs clowns de Montréal », dit Guillaume Blais.
      « Montréal est qualifiée de capitale du cirque, mais il n’y a aucun artiste qui travaille ici. Les gens viennent se former ici, mais personne ne présente ses oeuvres. Même pour les grosses compagnies, 90 % du marché est à l’international », dit Guillaume Blais. « Les artistes ont créé des numéros qu’on considère comme des oeuvres d’art », dit Rosalie Beauchamp. Les cabarets du Monastère leur permettent de les présenter à l’état pur.
       Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art entre autres
      — Rosalie Beauchamp
      Mais c’est vraiment le lieu qui donne toute sa particularité à cette nouvelle édition du cabaret du Monastère. L’église de style néogothique St. Jax a été inaugurée en 1864 sous le nom de Saint-James the Apostle. À l’époque, elle était située au milieu d’un champ. Comme la plupart des églises du Québec, depuis quelques années, elle a vu le nombre de ses fidèles baisser. Plutôt que de fermer ses portes, elle a décidé de diversifier ses activités.
      « Il y a encore une messe qui est célébrée tous les dimanches », dit Rosalie Beauchamp. L’église a cependant évacué les bancs d’église de son sanctuaire pour faire place à des chaises, qui peuvent être déplacées lors de la tenue de spectacles. En fait, les bancs d’église ont même servi à la construction d’un bar, où on servira des alcools locaux lors de la tenue des cabarets du Monastère.
      « C’est encore une église fonctionnelle, dit Guillaume Blais. Mais la réalité des églises d’aujourd’hui, c’est qu’elles ne sont pas pleines et qu’il y a des coûts d’entretien. Donc plutôt que de fermer l’église et de la vendre pour que cela devienne des condos, ils ont décidé de ramener des gens de la communauté ici, par l’entremise de projets artistiques sans but religieux. »
      « Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art, entre autres. C’est un projet-pilote de leur côté aussi », dit Rosalie Beauchamp.
      Les deux artistes circassiens avaient d’abord eu l’idée de présenter des spectacles dans une autre église, rue Jarry, abandonnée puis démolie depuis. Ils ont présenté l’an dernier quelques éditions de leurs cabarets au Théâtre Plaza, rue Saint-Hubert, avant de s’installer pour de bon à l’église St. Jax.
      L’aménagement d’une scène de cirque en pleine église a nécessité de nombreux travaux. « Il a fallu faire venir des ingénieurs », pour assurer la transformation des lieux, dit Guillaume Blais.
      Le Monastère
      Cabaret de cirque, 14 et 15 février, église St. Jax, Montréal
       
    • Par Gilbert
      Développement vert de l'îlot du Monument National, entre les rues Clark/René-Lévesque/St-Laurent/Ste-Catherine.
       
    • Par _mtler_
      Outremont sur la montagne - Condominiums
       
      1420, BOULEVARD MONT-ROYAL, OUTREMONT (QUÉBEC) H2V 4P3