Jump to content

Recommended Posts

The Canadian theme was obvious, if somewhat strained. Guests at a reception this week in central London were treated to Moosehead beer and given hockey pucks as gifts. The NHL on a promotional tour? Rather, it was the TMX Group Inc., owner of the Toronto and Montreal exchanges, officially launching its new London office.

 

London marks the company’s first on-the-ground office outside of North America, and will be followed by others if TMX Group chief executive officer Thomas Kloet gets his way. An Asian office, probably in China, could be opened later this year. TMX executives are also visiting economic hot spots around the world, from Columbia to India, to promote the exchange amid increasing competition for international listings from developing countries.

 

“London will be our beachhead to service all of Europe,” said Mr. Kloet, 52, the American accountant and former Singapore Exchange CEO who has been TMX Group’s boss since mid-2008. “We expect to do the same in Asia soon.”

 

The timing of the London office launch is no accident. The TMX is no longer the made-in-Canada monopoly that could churn out profits in its sleep. Today it is feeling the competitive heat from the new breed of alternative trading systems, such as Alpha Group and Chi-X Canada. To thrive, the TMX must stop the erosion of its domestic market share and develop new revenue streams, ranging from the sale of data to attracting more international listings. An overseas acquisition is possible as bourse consolidation, all the rage a few years ago, makes a tentative comeback.

 

Lack of success on those fronts could turn the TMX into a company fighting to hang onto what it’s got instead of evolving into a diversified trading, listings, services and information group that can compete with the big foreign exchanges.

 

The London office will initially have only two employees, one who will promote the TMX’s derivatives products, the other focused on selling TMX-generated data to dealers, funds and proprietary traders – one of the company’s big growth areas.

 

“Half of the world’s mining companies are on the TMX exchange,” said Jonathan Baile, TMX Group’s data man in London. “The market here wants this data because they invest in Canada.”

 

In time, the London office will add employees and pursue listings – convincing companies that trade, or might trade, on the Frankfurt Stock Exchange, the London Stock Exchange and others that the TMX is the place to be. The LSE and its junior market, known as AIM, is the obvious competitive target.

 

The TMX bills itself as the world’s leading resources market, but the LSE is coming on strong as it capitalizes on the commodities boom. Mining and energy companies now account for 34 per cent of the weighting of the companies on its benchmark FTSE-100 index, up from 29 per cent three years ago, when the commodities market was at its peak. Among its heavyweights are BHP Billiton Ltd., BP PLC, Rio Tinto PLC, Xstrata PLC, Lonmin PLC and Cairn Energy PLC. The resources weighting is expected to increase later this year, with the potential arrival of Glencore International AG, the world’s biggest commodities trader, and Russia’s Severstal Gold.

 

The TMX has little hope of attracting the world’s top resources companies, “but it would be competitive for companies in the $500-million to billion-dollar range,” said a banker at a Canadian investment bank in London, noting that the TMX is attracting more foreign listings.

 

Mike Lenhoff, chief strategist for Brewin Dolphin, a London investment firm, thinks the TMX’s London launch is a smart move because investors plowing fortunes into resources equate Canada and commodities. “There is a tremendous interest in resources right now and Toronto stands a reasonable chance of doing quite well here,” he said.

 

At last count, the TMX’s main board and Venture market, with 3,900 listings between them, had attracted about 318 international companies, including 154 from the U.S., 53 from China and 26 from Europe. The TMX is even making a small splash in Australia, which is equipped with its own sophisticated resources markets. Rodinia Oil Corp., a junior oil company with most of its assets in Australia, recently listed its shares in Toronto. It is one of 38 Aussie companies on the Toronto market.

 

But the TMX’s trading market share is under pressure in Canada. The share of the volume trading on the main board and the junior Venture market combined is 70 per cent to 75 per cent. Mr. Kloet believes it has stabilized at that level, though competing alternative trading systems think they can force the TMX to give up more market share.

 

As that battle continues, overseas expansion is becoming a priority. Mr. Kloet doesn’t rule out making an overseas acquisition as part of its diversification strategy. Exchange consolidation is back in the news, with the Singapore Exchange in hot pursuit of the Australian Securities Exchange, an $8.3-billion (U.S.) deal that would create the industry’s fifth biggest player (the deal could, however, get blocked by the Australian government).

 

One exchange that has been touted as a potential acquisition for the TMX is Chi-X Europe, the most successful of the low-cost, pan-European trading platform systems that emerged from the opening of national exchanges to competition in 2007. Chi-X Europe, which is privately held, has expanded so rapidly that it’s now the continent’s second largest equities exchange by value traded, after the LSE.

 

Chi-X Europe has been approached by BATS Global Markets of Kansas, which operates the BATS Europe platform, a Chi-X rival.

 

The TMX itself is not for sale, and is takeover proof unless its 10-per-cent ownership limit is lifted. Mr. Kloet has an open-ended contract and said he is not plotting a return to his native Chicago. “My job is not to dress this thing up for sale,” he said. “It is to build the business.”

 

(Courtesy of The Globe and Mail)

 

:highfive:

 

First stop London, next stop global domination!

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 31
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

  • 2 weeks later...
TMX Group Inc. (X-T40.280.380.95%) plans to merge with London Stock Exchange PLC in a blockbuster deal that would bring together the world's premier mining markets.

 

The deal between TMX, which operates Canada's biggest exchanges, and LSE would be structured as a merger of equals. Together, the market value of the two is more than $6-billion.

 

TMX confirmed late Tuesday that it was in "advanced discussions" with LSE.

 

"Current discussions contemplate an exchange ratio close to the current market capitalization of London Stock Exchange Group PLC and TMX Group Inc.," it said after The Globe and Mail and British media outlets reported the deal.

 

TMX runs the Toronto and Venture exchanges, and the derivatives exchange in Montreal, among other businesses, and is heavy on resource listings. On London's benchmark FTSE 100, meanwhile, some 34 per cent of the listings are mining and energy companies.

 

“It’s a logical merger in that it gets LSE into derivatives business, it puts together the two biggest resource exchanges on earth,” said Tom Caldwell, the chairman and chief executive officer of Caldwell Securities Ltd. and an investor in both exchanges. “This is quite a unique organization now and it’s very, very attractive. Who knows, you might see another merger after this."

 

Several global stock exchanges have merged in recent recent years. Just this month, for example, Singapore Exchange agreed to a $8.3-billion (U.S.) takeover of Australia’s ASX Ltd. to create Asia’s fourth-largest bourse, aiming to cut costs and fight growing competition.

 

The combined group, according to The Financial Times, would be the seventh-biggest exchange in the world. For mining listings, it would be the biggest on the globe,

 

The Financial Times said Xavier Rolet, the LSE chief executive officer, would head the new company. TMX chairman Wayne Fox would be chairman, and TMX CEO Thomas Kloet president.

 

Mr. Caldwell, who has long played a significant role in the bourse world, said that Mr. Kloet and Mr. Rolet know each other and that their teams know each other very well. “It’s a great transatlantic combination,” he said.

 

TMX said only that management would be drawn from both companies, and the merged group would be "co-headquartered" in Toronto and London.

 

The proposed deal has the backing of major LSE shareholders, Borse Dubai and the Qatar Investment Authority.

 

The deal also plays into the raging debate over a single securities regulator.

 

David MacDonald, CEO of Toronto-based technology distributor Softchoice Corp., said it underlines the need for such a sole regulator in place. “First and foremost we’ve got to get our own regulatory environment sorted out.”

 

In the longer term, Mr. MacDonald said, the deal should be good for Canada because it could help attract more foreign investment to the Canadian markets and a “wider perspective” for Canadian stocks.

 

Currently, “liquidity on the Toronto exchange is a big problem,” he said.

 

One concern, though, he added, is that the economic crisis showed that London’s banking environment “got a little frenzied.” He said he hopes “the conservative nature of our markets and our banking sector prevail over the aggressiveness of the U.K. banking environment, and [that aggressiveness] doesn’t spill over to our exchange.”

 

(Courtesy of The Globe and Mail)

 

If only TSE/LSE bought ASX, NZX and JSE, it could have been called the Common Wealth Exchange. The CWX would have like over $7.5 Trillion in market capitalization, which is like half of the NYSE.

Edited by jesseps
Link to comment
Share on other sites

Rather than attract more liquidity, this whole deal will atract more volatility in the Canadian Market.

 

Up to now, canadian stocks have been surprisingly hedged against quick hedge funds bets.

 

The canadian stock market is considered relatively safe and not as much as a casino as London and other places can be.

 

Let's just waste that! So a few people can make a quick buck!

 

They are basically opening the door to the wolves. Good Job.

Link to comment
Share on other sites

C'est pas juste l'ouverture d'un bureau, c'est une fusion complète.

 

Source: CNW

 

Au premier rang mondial selon le nombre d'émetteurs inscrits

 

Au premier rang mondial dans les secteurs des ressources naturelles, des mines, de l'énergie et des technologies propres

 

Chef de file des technologies de négociation à haute performance et économique des titres au comptant et des dérivés

 

Taille et rayonnement du groupe gérés activement à partir d'un double siège social situé à Londres et à Toronto, appuyé par des centres d'excellence internationaux

LONDRES ET TORONTO, le 9 févr. /CNW/ - London Stock Exchange Group plc (« LSEG ») et Groupe TMX Inc. (« TMX ») ont annoncé aujourd'hui la conclusion d'une entente visant à unir leurs groupes boursiers diversifiés de premier plan d'Europe et du Canada dans le cadre d'une fusion entre égaux par échange d'actions. De cette fusion, recommandée à l'unanimité par les conseils d'administration respectifs de LSEG et de TMX, naîtra une entreprise de calibre mondial.

 

Le groupe transatlantique issu de la fusion (« LSEG-TMX » ou le « groupe issu de la fusion ») sera dirigé à partir d'un double siège social situé à Londres et à Toronto et offrira une passerelle internationale, des sources de capitaux et de liquidité parmi les importantes du monde ainsi qu'un portefeuille unique de marchés, de produits, de technologies et de services hautement complémentaires.

 

Les conseils de LSEG et de TMX sont convaincus de l'attrait stratégique de la fusion, qui donnera naissance à une entreprise plus diversifiée dont la taille, la portée, le rayonnement et l'efficience seront amplifiés et qui offrira à toutes les parties intéressées des avantages appréciables :

 

Plaque tournante mondiale de l'inscription en bourse - une plateforme boursière mondiale de premier plan :

une expertise mondiale étendue et pratique en matière de capitaux et de placements

des marchés internationaux destinés aux sociétés de toutes tailles, allant des entreprises émergentes aux grandes multinationales, en passant par les petites et moyennes entreprises (« PME »)

au premier rang mondial de l'inscription boursière selon le nombre total d'émetteurs inscrits, soit plus de 6 700 sociétés ayant une capitalisation boursière totale d'environ 3,7 billions de livres sterling / 5,8 billions de dollars canadiens

au premier rang mondial de l'inscription boursière dans les secteurs des ressources naturelles, des mines, de l'énergie et des technologies propres

au premier rang mondial de l'inscription boursière de sociétés issues des marchés émergents et des marchés en croissance internationaux

au premier rang mondial de l'inscription boursière des PME (soit environ 3 600 sociétés inscrites à l'AIM et à la Bourse de croissance TSX), mettant sa vaste expertise au service des sociétés à petite capitalisation et en démarrage

Multitude de marchés - 20 marchés boursiers/plateformes boursières répartis en Amérique du Nord et en Europe :

marchés d'actions au comptant, de dérivés, de titres à revenu fixe et de contrats d'énergie mieux à même de créer de nouveaux produits de négociation et de générer de nouveaux débouchés, appuyés par d'excellents services régionaux de post-négociation et d'information boursière

Chef de file de l'information boursière - un vaste réseau mondial d'entreprises d'information, de données boursières et d'indices qui offre une gamme étendue de produits

Savoir-faire technologique - une même vision stratégique sur le plan technologique :

des technologies avant-gardistes de négociation et de compensation à haute performance et économiques des titres au comptant et des dérivés appliquées dans l'ensemble du groupe issu de la fusion

la commercialisation et la distribution efficientes de ces technologies auprès des secteurs financiers et boursiers mondiaux

LSEG-TMX devrait créer une valeur considérable pour les parties intéressées et les actionnaires grâce à une structure du capital dont la solidité permettra de saisir les occasions de croissance futures :

 

Accroissement des revenus - Objectif d'augmentation des revenus annualisés de 35 millions de livres sterling / 56 millions de dollars canadiens dans un délai de trois ans, qui devrait passer à 100 millions de livres sterling / 160 millions de dollars canadiens dans un délai de cinq ans grâce à la diversification des sources de revenu, dont des modalités d'interinscription et d'admission facilitées pour les clients (sous réserve de l'approbation des organismes de réglementation), à davantage de produits et services rendus disponibles par une meilleure distribution et un plus grand rayonnement géographique au sein du groupe issu de la fusion ainsi qu'au lancement de nouveaux produits

Synergies de coûts - Synergies de coûts annualisées cibles de 35 millions de livres sterling / 56 millions de dollars canadiens d'ici la fin de la deuxième année

Création de valeur - Un accroissement attendu du bénéfice ajusté par action1 (compte tenu des synergies de coûts) pour les actionnaires de LSEG et de TMX durant le premier exercice complet suivant l'opération

Chris Gibson-Smith, président du conseil de London Stock Exchange Group plc, a fait la déclaration suivante au sujet de l'annonce d'aujourd'hui :

 

« Nous annonçons aujourd'hui la création d'un chef de file mondial des places boursières. En réunissant nos longs antécédents d'excellence au service des marchés financiers, nos ressources financières et nos cultures de gouvernance respectées aux quatre coins du monde, j'estime que nous pourrons ensemble faire bénéficier nos actionnaires et nos clients d'une société beaucoup plus forte que la somme de ses parties. Cette fusion survient à un moment extrêmement important dans l'histoire des marchés financiers. »

 

Wayne Fox, président du conseil du Groupe TMX Inc., a ajouté :

 

« Ce sont deux institutions très florissantes et rentables qui unissent leurs forces pour créer une société encore plus diversifiée et d'une plus grande portée mondiale. Cette fusion entre égaux bénéficiera aux actionnaires, aux émetteurs, aux clients, aux employés et aux autres parties intéressées des deux entreprises. Il est tout aussi important de souligner que la fusion aura une incidence favorable sur les milieux d'affaires du Canada, du Royaume-Uni et d'Italie. Je me réjouis à l'idée de collaborer avec mes collègues administrateurs et la nouvelle équipe regroupée pour faire de notre nouveau groupe boursier l'un des leaders mondiaux du secteur. »

 

Le conseil du groupe issu de la fusion sera formé de 15 administrateurs, dont 8 seront nommés par LSEG (y compris 3 administrateurs qui devraient provenir de Borsa Italiana) et 7 par TMX. Wayne Fox sera président du conseil non membre de la direction du groupe issu de la fusion et Chris Gibson-Smith et Paolo Scaroni en seront les vice-présidents. Chris Gibson-Smith demeure président du conseil de London Stock Exchange plc.

 

Les administrateurs membres de la direction de LSEG-TMX seront :

 

Chef de la direction : Xavier Rolet, chef de la direction de LSEG (en poste à Londres)

Président : Thomas Kloet, chef de la direction de TMX (en poste à Toronto)

Chef des finances : Michael Ptasznik, chef des finances de TMX (en poste à Toronto)

Administrateur : Raffaele Jerusalmi, chef de la direction de Borsa Italiana (en poste à Milan)

Les équipes de cadres supérieurs et de haute direction du groupe issu de la fusion seront constituées en proportions équilibrées de dirigeants des deux organisations et seront représentées au double siège social de Londres et de Toronto et aux autres principaux centres, dont ceux de Calgary, Colombo, Milan, Montréal, Rome et Vancouver. En poste à Toronto, le président, qui relèvera du chef de la direction, gérera les unités d'exploitation du groupe issu de la fusion en plus de diriger les activités liées à la mise en œuvre de la stratégie, aux fusions et acquisitions, aux partenariats et aux initiatives stratégiques.

 

La fusion reconnaît les centres d'excellence qui existent au sein du groupe issu de la fusion et tire parti de leurs forces respectives en leur confiant les différentes responsabilités rattachées aux activités du groupe à l'échelle mondiale. Ainsi, Toronto assume le leadership international des marchés primaires (inscriptions et autres services aux émetteurs fournis dans l'ensemble du groupe issu de la fusion); Montréal, celui des dérivés; et Calgary, celui de l'énergie. Londres demeure le centre clé pour les inscriptions internationales, celui des solutions technologiques, des services d'information et des services de post-négociation. Pour sa part, Milan sera le centre de la négociation des titres à revenu fixe et des actions ainsi que des services de post-négociation en Europe. Montréal, Toronto, Milan et Colombo demeureront des centres d'excellence chargés du développement de la technologie pour l'ensemble du groupe issu de la fusion ainsi que de la prestation de services technologiques externes en pleine expansion.

 

Xavier Rolet, chef de la direction de London Stock Exchange Group plc, a déclaré :

 

« Cette fusion est fort prometteuse et offre des possibilités de croissance considérables. Nous créons la plus grande bourse mondiale pour les secteurs des marchandises, de l'énergie et des ressources naturelles ainsi que le principal marché pour les petites et moyennes entreprises et les sociétés en croissance. Alliant une structure de coûts équilibrée à la solidité financière, au savoir-faire technologique et au portefeuille de produits des deux groupes, ce nouveau chef de file international sera en excellente position pour saisir les occasions de croissance qu'offrent les marchés émergents au profit de nos clients d'Amérique du Nord, d'Europe et d'ailleurs dans le monde. Grâce à cette fusion, nous occuperons également une place de choix pour offrir des solutions technologiques hautement performantes à faibles coûts aux bourses du monde entier qui sont nos clientes. Nous ne visons rien de moins que de devenir une véritable force dynamisante du secteur boursier mondial. »

 

Thomas Kloet, chef de la direction du Groupe TMX Inc., a ajouté :

 

« Nous créons un groupe international qui possède un savoir-faire étendu, un leadership incontestable dans des secteurs clés et la capacité de concurrencer avec succès sur la scène internationale. La fusion procurera à la clientèle canadienne un accès à l'un des bassins de capitaux les plus importants du monde et, aux émetteurs européens, une porte d'entrée dans les marchés financiers nord-américains. Regroupant certaines des marques les plus estimées et les plus respectées du monde boursier, cette fusion sera source de nouvelles occasions de croissance pour chacune de nos entreprises et pour l'ensemble des parties intéressées. Elle réunit des professionnels du marché talentueux d'une grande diversité de régions, mettant ainsi le groupe en position d'assumer le leadership des marchés financiers. »

 

LSEG-TMX exploitera un important portefeuille diversifié d'entreprises et de marques performantes de différentes régions qui se spécialisent dans la prestation de services de négociation et de post-négocation d'actions au comptant, de dérivés, de contrats d'énergie et de titres à revenu fixe, et qui fournissent des services d'information et des solutions technologiques à l'échelle mondiale. En outre, ses diverses composantes ayant accès à la plateforme de négociation de dérivés SOLA et à la plateforme de négociation MillenniumIT, le groupe issu de la fusion proposera les fonctions et les applications les plus évoluées du marché ainsi qu'une plateforme solide et efficace pour la commercialisation de technologies auprès du secteur boursier mondial et du secteur des services financiers.

 

Aux termes de la convention de fusion, les actionnaires de TMX recevront 2,9963 actions ordinaires de LSEG pour chaque action de TMX qu'ils détiennent. Par conséquent, les actionnaires de LSEG et les actionnaires de TMX auront une participation respective de 55 % et de 45 % dans le capital social augmenté de LSEG, société de portefeuille du groupe issu de la fusion, qui sera renommée après la clôture de l'opération. Le groupe issu de la fusion sera inscrit à la cote de la London Stock Exchange et à celle de la Bourse de Toronto. Les diverses bourses faisant partie du groupe issu de la fusion poursuivront leurs activités sous leurs noms de marque réputés actuels.

 

Au cours de la période de 12 mois terminée le 30 septembre 2010, LSEG a déclaré des revenus de 633 millions de livres sterling / 1 027 millions de dollars canadiens2, alors que, pour la période de 12 mois terminée le 31 décembre 2010, TMX a déclaré des revenus, ajustés pour tenir compte des différences dans le traitement comptable appliqué par LSEG et par TMX aux droits d'inscription initiale et additionnelle facturés, de 394 millions de livres sterling / 626 millions de dollars canadiens2. Pour les mêmes périodes, LSEG a déclaré des flux de trésorerie provenant des activités d'exploitation de 340 millions de livres sterling / 551 millions de dollars canadiens et TMX a déclaré des flux de trésorerie provenant des activités d'exploitation de 176 millions de livres sterling / 280 millions de dollars canadiens.

 

La fusion est assujettie à l'approbation des organismes de réglementation et aux autres approbations d'usage, notamment celle des actionnaires de LSEG et de TMX et celle d'un tribunal de l'Ontario. Les marchés de LSEG et de TMX demeureront assujettis aux exigences des organismes de réglementation dont ils relèvent à l'heure actuelle. Les dispositions prises pour satisfaire aux exigences de la Loi sur Investissement Canada et à celles des autorités de réglementation en valeurs mobilières des provinces du Canada seront rendues publiques.

Link to comment
Share on other sites

Dans une fusion, il ya habituellement un "fusionné" qui l'est plus que l'autre, meaning qui perd plus au change. Est-ce la cas ici? Vous connaissez mieux que moi ce domaine: y a-t-il une des deux villes qui sera plus gagnante que l'autre?

 

Autre question: dans TMX, il y a Mtl (quantité assez négligeable, j'imagine). Y aurait-il des retombées positives pour Mtl? Ou rien pantoute? Ou pire?.....:confused:

Link to comment
Share on other sites

Économie

7e plus grand marché mondial

Fusion des bourses de Londres et Toronto

 

Première publication 9 février 2011 à 06h41

 

Crédit photo : Agence QMI TVA Nouvelles La Bourse de Londres fait une offre d'achat d'importance majeure pour le Canada : elle veut acheter la Bourse de Toronto.

 

Plus précisément, le London Stock Exchange annonce qu'il s'est entendu avec la haute direction du Groupe TMX (X) pour une fusion entre les deux entreprises.

 

Chaque actionnaire de TMX recevra 2,99 actions ordinaires du London Stock Exchange dans le cadre d'une transaction approuvée à l'unanimité par les conseils d'administration des deux entreprises. La transaction vaudrait 3,2 G$ alors qu'à l'heure actuelle, le TMX en vaut 2,99 G$.

 

Évidemment, les autorités réglementaires de chaque pays devront accepter ce marché avant qu'il ne devienne une réalité. Donc, la valeur stratégique du Groupe TMX devra être évaluée par le gouvernement fédéral, comme ça a été le cas pour Potash Corporation (POT).

 

Si c'est le cas, cette entité sera de format géant. Elle comptera plus de 6700 sociétés cotées au sein d'une vingtaine de Bourses dans le monde. Ses revenus devraient augmenter de 56 M$ d'ici trois ans et de 160 M$ d'ici cinq ans.

 

Les économies de coûts, souvent baptisées les «synergies», sont évaluées à 56 M$ d'ici deux ans.

 

Montréal, encore le coeur des dérivés

 

Le London Stock Exchange dit qu'il reconnaîtra les forces de chacune de ses divisions, Montréal conservant le contrôle des produits dérivés. Calgary demeurerait un centre névralgique en matière d'énergie.

 

La nouvelle entité maintiendrait les noms de ses marques existantes. Elle aurait un double siège social, partagé entre Londres et Toronto.

 

Le président du conseil d'administration serait Wayne Fox, qui occupe le même siège au Groupe TMX. Xavier Rolet, chef de la direction du London Stock Exchange, ferait le même travail au sein de l'entité regroupée.

 

Thomas Kloet, PDG de la Bourse de Toronto, serait nommé président et il relèverait de Xavier Rolet.

Link to comment
Share on other sites

Dans une fusion, il ya habituellement un "fusionné" qui l'est plus que l'autre, meaning qui perd plus au change. Est-ce la cas ici? Vous connaissez mieux que moi ce domaine: y a-t-il une des deux villes qui sera plus gagnante que l'autre?

 

Autre question: dans TMX, il y a Mtl (quantité assez négligeable, j'imagine). Y aurait-il des retombées positives pour Mtl? Ou rien pantoute? Ou pire?.....:confused:

 

J'imagine que Montréal ne vera pas grand chose dans cette fusion... anyways, avec la fusion de la Bourse de Montréal(derivatives market) avec celle de Toronto, Montréal s'est fait fourré dans le cul encore une fois par Toronto, et cela ne semblait pas déplaire aux gens du milieu!

 

Who am I to say that it was a bad decision for Montreal?!?! :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...