Jump to content

Pharmaceutiques: Montréal traverse une «tempête parfaite»


ErickMontreal
 Share

Recommended Posts

Pharmaceutiques: Montréal traverse une «tempête parfaite»

 

21 novembre 2008 - 06h15

La Presse

Philippe Mercure

 

En 1994, le Suisse Philippe Walker a été mandaté par la multinationale pharmaceutique AstraZeneca pour créer un centre de recherche sur la douleur. Il a choisi de l'installer à Montréal. Quatorze ans plus tard, il sert un avertissement à la métropole.

 

«Montréal a des ingrédients extraordinaires pour faire de la recherche en pharmaceutique. Mais l'environnement change rapidement et nous sommes de moins en moins compétitifs. Nous devons agir», a-t-il lancé hier lors d'une allocution prononcée à Montréal.

 

Le diagnostic du Dr Walker, vice-président, Découverte, chez AstraZeneca à Montréal, est impitoyable. Confrontée à des brevets qui arrivent à échéance et à une pénurie de nouvelles découvertes, l'industrie pharmaceutique traverse une «tempête parfaite».

 

Le siège social britannique de la société qui emploie M. Walker, AstraZeneca, annonçait justement hier la fermeture de trois usines en Europe et la suppression de 1400 postes. Il y a un mois, c'était la multinationale Merck&Co. qui sabrait 7200 postes, dont certains à Montréal.

 

«Ça va continuer», dit M. Walker, citant des chiffres selon lesquels le manque à gagner des géants pharmaceutiques du monde atteindra 28 milliards chaque année à partir de 2010.

 

Dans ce contexte, Montréal devra réagir si elle ne veut pas faire les frais des prochaines abolitions de postes et continuer d'attirer des investissements.

 

«Nos concurrents ne sont pas Vancouver et Toronto. Ce sont Bangalore et Shanghai. Même à l'intérieur d'AstraZeneca, il devient plus difficile d'attirer des dollars à Montréal», dit M. Walker.

 

Crédits d'impôts et politiques gouvernementales favorables, excellence de la recherche universitaire, masse critique de chercheurs dans plusieurs domaines: Montréal conserve pourtant plusieurs des avantages qui avaient attiré M. Walker à Montréal en 1994.

 

Mais une chose fait mal: malgré un milliard investi chaque année en recherche au Québec, les succès commerciaux sont rares.

 

«Il y a un manque crucial de fonds pour la transformation des idées académiques en idées commerciales», dit M. Walker.

 

Autre source d'irritation: le Canada est le seul pays du G7 à ne pas avoir adopté ce qu'on appelle le patent term restoration. L'idée: disons qu'il faut deux ans à Santé Canada pour autoriser la commercialisation d'un médicament. Pendant ce temps, le médicament est protégé par un brevet... mais l'entreprise ne peut pas le vendre. Les autres pays du G7 acceptent de compenser cette période d'attente en prolongeant le brevet; pas le Canada.

 

«Il faut que le Canada se réveille et s'aligne sur le G7. On pourrait avoir un petit avantage compétitif assez facilement», a dit M. Walker à La Presse Affaires en marge de l'allocution.

 

Mais le Dr Walker n'est pas débarqué hier qu'avec un diagnostic pessimiste; il avait aussi des remèdes dans sa mallette. L'un d'eux: la spécialisation. «Il est essentiel de concentrer nos investissements pour atteindre une position de chef de file mondial dans un certain nombre de maladies clés», a-t-il dit, soulignant que Montréal est en avance dans les maladies du système nerveux, en cardiologie, en oncologie et en diabète et que c'est là qu'il faut miser.

 

Prochaine étape: augmenter le financement destiné à commercialiser les idées provenant de la recherche fondamentale... et, surtout, s'arranger pour que les chercheurs universitaires, les petites entreprises de biotechnologies et les grandes pharmas se parlent. Trop souvent, dit M. Walker, on voit à Montréal des professeurs d'université fonder des entreprises sans se demander si leurs produits intéressent les grandes pharmaceutiques ou même s'il existe un marché pour eux.

 

«Des gens qui inventent des solutions à des problèmes qui n'existent plus, c'est une perte d'énergie», dit M. Walker.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...