Jump to content

Les risques de récession augmentent au Canada


mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • Administrator

Les risques de récession augmentent au Canada

 

27 juin 2008 - 07h15

 

Le Soleil

 

Le scénario complètement surréaliste il y a encore quelques mois est en train de devenir réalité. L'économie canadienne pourrait bientôt sombrer en récession.

 

Hier, ce sont les économistes du Mouvement Desjardins qui ont tiré la sonnette d'alarme. «Ce serait technique, mais ce serait une récession», a indiqué l'économiste en chef, François Dupuis.

 

En fait, pour qu'il y ait récession, une économie doit voir son produit intérieur brut (PIB) se contracter durant au moins deux trimestres (six mois) consécutifs. Or, au Canada, l'activité économique se retrouve depuis quatre mois en territoire négatif.

 

Au Canada, la dernière récession remonte aux débuts des années 90.

 

Chez Desjardins, on note que le ralentissement économique observé aux États-Unis depuis la fin de 2007 a tranquillement gagné le nord de la frontière. La demande intérieure canadienne a ainsi souffert d'un manque de vigueur ces derniers mois.

 

Desjardins signale que le dur hiver a notamment refroidi l'ardeur des consommateurs. Devant une faible demande, les détaillants ont ainsi moins stocké de marchandises dans leurs entrepôts, faisant du coup diminuer les importations de biens et services au pays.

 

Et comme si ce n'était pas assez, les hausses répétées du prix de l'essence ont aussi miné le moral des troupes, réduisant le pouvoir d'achat des ménages canadiens.

 

Malgré le risque d'une récession en 2008, Desjardins demeure cependant optimiste sur une base annuelle. La coopérative de services financiers croit que la croissance de l'économie canadienne sera de 1 % cette année.

 

À la Banque Laurentienne, le spectre de la récession est écarté. «Ce sera toutefois serré», reconnaît l'économiste en chef, Carlos Leitao. Il croit que l'économie canadienne rebondira au cours des prochains mois.

 

Pour le Québec, l'économie devrait bien s'en tirer, pense M. Leitao. Les baisses d'impôts et de taxes ainsi que des investissements de plus de 7 milliards $ dans des travaux d'infrastructures en seront les principaux facteurs.

 

Et si les prix de l'essence perduraient ? Là, tout est possible, convient François Dupuis. «On remarque que plusieurs économies sont au point de rupture. On pourrait donc se retrouver dans une récession mondiale», évoque l'économiste.

 

Hier, le président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), Chakib Khelil, a affirmé que le prix du baril de pétrole pourrait atteindre les 170 $US cet été.

 

Rien pour apaiser la soif des spéculateurs. À la Bourse mercantile de New York, le prix du baril de pétrole a clôturé en forte hausse de 5,24 $US, à 139,79 $US.

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080627/LAINFORMER/806270857/5891/LAINFORMER01/?utm_source=Fils&utm_medium=RSS&utm_campaign=LPA_S_INFORMER

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...