UrbMtl

ville-marie Centra condos (phase 3) - 11 étages

Recommended Posts

Pinned posts

Centra Condos - Phase 3

centracondo.jpg

Citation

Emplacement: Rue Crescent
Hauteur en étages: 11
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur: CENTRACONDOS GROUP
Architecte: 
Entrepreneur général: 
Début de construction: 
Fin de construction: 
Site internet: 
Lien webcam: 
Autres images: 
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: 110 condos

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La prochaine phase de Centra (la 3e), sur Crescent.

 

xl-centramackay--6026521x.jpg

 

Crescent.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cruellement sans intérêt. Dommage de voir ce genre d'archi en centre ville. Not an eyesore but very uninspired.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2017-03-06 à 08:19, man with the golden gun a dit :

Quel projet moche et en plus quel gaspillage pour un terrain situé en plein cœur du centre-ville. Pauvre Montréal !

Le plan d'urbanisme a été conçu pour varier les hauteurs et les densités au c-v. Les hauteurs maximums se trouvant généralement sur les grandes artères ou dans des périmètres limités définis à très haute densité. De toute façon si on n'avait pas ce genre de diversité, on priverait certains propriétaires de lots particuliers de leur droit de bâtir, puisque ce n'est pas tout le monde qui a les moyens ou la volonté de construire plus haut.

A noter qu'il n'est pas nécessaire de construire haut pour rentabiliser un édifice résidentiel en ville. On ne peut pas non plus favoriser indument un type de construction au détriment d'un autre, ce qui contribuerait à déstabiliser le marché (Montréal n'est pas New-York).

On peut comprendre aussi l'équation élémentaire: plus de densité égale plus de circulation. Il y a donc un seuil à ne pas dépasser sans créé une nuisance évidente. Il faut en même temps s'assurer de la capacité des infrastructures souterraines à desservir adéquatement l'ensemble de la population, sans hypothéquer l'avenir ou conduire à des carences prévisibles de services.

Ce n'est pas non plus tout le monde, qui tout en voulant habiter un immeuble à condos au c-v, souhaite le faire dans un projet de très grande dimension. Finalement les rues transversales avec des hauteurs limitées, aident à ventiler l'air du centre-ville et permet une plus grande luminosité. On évite en même temps de multiplier l'effet canyon qui créé littéralement des corridors de vents nettement inconfortables pour les piétons (surtout en hiver).

La ville est un milieu de vie qui doit idéalement offrir la meilleure qualité possible à ses résidents. De ce fait on essaie de répondre au désir de la majorité de la population, en offrant un plus grand éventail de logements selon les préférences exprimées. Ainsi pour être conséquent avec le choix d'attirer une plus grande densité au c-v, dont des familles, on a imaginé un plan d'urbanisme équilibré qui vise clairement cet objectif.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 04/08/2017 à 08:40, acpnc a dit :

Le plan d'urbanisme a été conçu pour varier les hauteurs et les densités au c-v. Les hauteurs maximums se trouvant généralement sur les grandes artères ou dans des périmètres limités définis à très haute densité. De toute façon si on n'avait pas ce genre de diversité, on priverait certains propriétaires de lots particuliers de leur droit de bâtir, puisque ce n'est pas tout le monde qui a les moyens ou la volonté de construire plus haut.

A noter qu'il n'est pas nécessaire de construire haut pour rentabiliser un édifice résidentiel en ville. On ne peut pas non plus favoriser indument un type de construction au détriment d'un autre, ce qui contribuerait à déstabiliser le marché (Montréal n'est pas New-York).

On peut comprendre aussi l'équation élémentaire: plus de densité égale plus de circulation. Il y a donc un seuil à ne pas dépasser sans créé une nuisance évidente. Il faut en même temps s'assurer de la capacité des infrastructures souterraines à desservir adéquatement l'ensemble de la population, sans hypothéquer l'avenir ou conduire à des carences prévisibles de services.

Ce n'est pas non plus tout le monde, qui tout en voulant habiter un immeuble à condos au c-v, souhaite le faire dans un projet de très grande dimension. Finalement les rues transversales avec des hauteurs limitées, aident à ventiler l'air du centre-ville et permet une plus grande luminosité. On évite en même temps de multiplier l'effet canyon qui créé littéralement des corridors de vents nettement inconfortables pour les piétons (surtout en hiver).

La ville est un milieu de vie qui doit idéalement offrir la meilleure qualité possible à ses résidents. De ce fait on essaie de répondre au désir de la majorité de la population, en offrant un plus grand éventail de logements selon les préférences exprimées. Ainsi pour être conséquent avec le choix d'attirer une plus grande densité au c-v, dont des familles, on a imaginé un plan d'urbanisme équilibré qui vise clairement cet objectif.

Avoue tout de même, toute autre considération logico-économique-urbanistique mise à part, que c'est moche en titi!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎2017‎-‎03‎-‎05 à 22:38, Rocco a dit :

Les maudits 10-11 étages sur ces rues perpendiculaires. J'les détestes tous!

Entièrement d'accord avec toi surtout en plein cœur du centre-ville de la métropole. C'est décourageant, on se croirait  à St-Jérôme avec ces nabots moches.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By UrbMtl
      PROJET À OUTREMONT
      UNE VENTE QUI RAPPORTERA 11 MILLIONS AUX RELIGIEUSES
       
      MAXIME BERGERON
      LA PRESSE
       
      Après plus d’un siècle passé à Outremont, les Sœurs missionnaires de l’Immaculée-Conception viennent de conclure la vente de leur couvent de la Côte-Sainte-Catherine pour 11,3 millions de dollars. Le promoteur Demonfort devrait recevoir le feu vert municipal ce soir pour y construire un projet résidentiel dès le printemps prochain.
       
      La transaction s’est finalisée jeudi dernier, au terme d’un processus « exhaustif » qui a duré plus de deux ans, a commenté sœur Michelle Payette, supérieure provinciale de la Congrégation des Missionnaires de l’Immaculée-Conception. La cinquantaine de religieuses qui habitaient toujours dans l’immeuble ont déjà déménagé dans une autre résidence à Laval.
       
      « Cette maison que nous avons habitée durant plus de 100 ans représentait beaucoup pour notre communauté essentiellement missionnaire », a indiqué Mme Payette dans une lettre à La Presse.
       
      « Devenue trop grande, il nous fallait arriver à la décision de nous en départir et de profiter du fruit de cette vente pour assurer, au cours des prochaines années, un milieu de vie et de soins appropriés pour nos sœurs âgées ou malades. »
       
      — Sœur Michelle Payette, supérieure provinciale de la Congrégation des Missionnaires de l’Immaculée-Conception
       
      Les religieuses avaient ciblé trois finalistes lorsqu’elles ont mis le couvent en vente en 2014. Elles se sont dites « impressionnées » par le projet du groupe Demonfort, dont les plans ont été dessinés par ACDF Architecture.
       
      Les promoteurs conserveront le bâtiment principal du couvent, qui date de 1939, tandis que les annexes plus récentes seront démolies pour faire place à un projet intergénérationnel de 62 condos et 6 maisons de ville. Les propriétés se vendront entre 474 000 $ et 2,6 millions, avant les taxes.
       
      Le complexe s’articulera autour d’un vaste terrain boisé traversé par un ruisseau, sur le flanc du mont Royal, qui était particulièrement affectionné par les religieuses. Sœur Payette estime que le projet « valorise et respecte le patrimoine du lieu ».
       
      VOISINS CONSULTÉS
      Les jeunes promoteurs de Maisons Outremont – Florent Moser, David Lafrance et Ali Lakhdari – ont lancé une vaste campagne d’information et de consultation auprès des voisins dès que leur offre d’achat a été acceptée en 2014. Les trois natifs d’Outremont voulaient s’assurer que les résidants du secteur comprenaient tous les aspects du projet, notamment leur intention de conserver, voire d’étendre le couvert végétal de la propriété.
       
      « Ç’a été une des nos meilleures décisions de faire ça, croit Florent Moser. Je pense aussi que ç’a a aidé que nous soyons des gens d’Outremont. »
       
      La réponse du voisinage a été hautement favorable. Des dizaines de citoyens ont pris part aux séances d’information ces dernières semaines, et 55 % des unités ont trouvé preneur avant même le lancement officiel du bureau des ventes, prévu le mois prochain. Neuf acheteurs sur dix habitent déjà à Outremont, selon les promoteurs.
       
      « On a eu quatre ou cinq offres concurrentes sur certaines unités, jusqu’à 250 000 $ au-dessus du prix demandé dans certains cas », a souligné David Lafrance, rencontré dans une unité-modèle luxueuse à l’intérieur du vieux couvent.
       
      Le groupe Demonfort estime à 45 millions la valeur totale de son projet, qui a fait l’objet de recommandations favorables au Comité mixte (Conseil du patrimoine et Comité Jacques-Viger).
       
      L’arrondissement d’Outremont devra maintenant approuver le changement de zonage de la propriété, ce qui devrait vraisemblablement se produire à la séance du conseil de ce soir.
       
      « On peut toujours avoir des surprises, mais normalement, lundi, les élus devraient entériner le changement de zonage », a expliqué Sylvain Leclerc, porte-parole de l’arrondissement d’Outremont.
       
      Les promoteurs espèrent lancer la construction en mars prochain, en vue d’une occupation au printemps 2019.
       
      Depuis 1902
       
      L’arrivée des Sœurs missionnaires de l’Immaculée-Conception à Outremont remonte à 1902. Avec son équipe, sœur Délia Tétrault s’installe alors dans une modeste maison du quartier. Les religieuses acquièrent le terrain du 314, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, en 1906 pour 26 000 $, ce qui représente une somme faramineuse à l’époque, souligne une publication de l’équipe Forgues+Gosselin, les courtiers qui font la mise en marché du projet. Les religieuses ont commencé leurs missions en Chine en 1909, où elles se sont notamment occupées de la léproserie de Shek Lung. La construction du couvent actuel – qui sera conservé et intégré au nouveau complexe immobilier – a été réalisée en 1939.
       
       
      Une vente de 11 millions pour les religieuses - La Presse+
    • By mattrga
      L’Université Concordia fera construire des classes préfabriquées au 1515, boulevard de Maisonneuve Ouest (à côté de la Place Norman-Béthune et en face du nouveau projet au 1500 de Maisonneuve).
      Photos datées du 27 septembre 2019 :





    • By SkahHigh
      Ce matin, j'ai remarqué qu'il y avait des tests de sol en cours sur le terrain adjacent au siège social de SNC-Lavalin. Les tests étaient effectués par la compagnie Forage Downing. Signe d'un projet futur à venir sur ce site?
    • By IluvMTL
      Registre des lobbyistes
      9396-9038 Québec inc
      Mandat :
      Période couverte par le mandat : du 2019-09-20 au 2019-12-31
      Contrepartie reçue ou à recevoir : moins de 10 000 $
      Objet des activités : Proposition législative ou réglementaire, résolution, orientation, programme ou plan d'action
      Renseignements utiles :
      Démarche dans le but que le conseil municipal de la Ville de Montréal adopte une résolution visant à l'acquisition d'une propriété dans le but de construire des logements sociaux dans l’Arrondissement Ville-Marie, plus particulièrement sur le site situé au 1980, boulevard René-Lévesque Ouest.