3dimensions

Member
  • Content Count

    205
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

104 Good

About 3dimensions

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Biography
    Étude en philosophie
  • Location
    Montréal, Québec, Canada
  • Interests
    Échecs, lecture, architecture.
  • Occupation
    auteur

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Un jour applaudira-t-on peut-être le conservatisme de Montréal. Je regarde partout ici et là l'extravagance architecturale qui se construit de nos jours, et forcé d'admettre que la majorité vieilliront sans doute mal. Des habitats 67, dans ce lot, sont d'une très très grande rareté. Un simple feeling, j'avoue, mais bon. Autrement, plus une tour sort des sentiers battus, plus elle semble être condamnée à la perfection ou au chef-d'oeuvre afin que sa beauté perdure, tandis qu'une tour honnête et simple n'a pas autant de poids à supporter en vieillissant. Sans compter que, pour moi, Montréal à toujours été une ville plutôt humble (sans tape à l'oeil ou prétention orgueilleuse) et ce, même entre 1880 et 1940. Sinon l'ère Jean Drapeau.
  2. Unité exécutive ? quoi. Les murs se déplacent et tout est encastré ? Mais en regardant la promo, j'ai d'abord entendu : une idée exécutive. Je dois admettre que si ce concept n'existe pas encore, je me l'approprie. Ça fait très 2020. ☺️
  3. Étant profileur pour la GRC et m'appuyant sur une étude du FBI, 65% des gens qui nourrissent une obsession et cultivent un dédain certain pour les plus démunis de la société, furent des poqués dans le passé avant de s'en sortirent suite à une longue lutte et beaucoup de courage. Depuis, ils ne veulent et ne peuvent que se distancier de ces gens qui leur rappellent cette douleur, et les mépriser car à leurs yeux ils ne sont que des faibles sans résilience. Une manière comme une autre de se protéger et de chasser cette peur qui les tenaille, soit celle de redevenir un poqué. Dans le jargon psychologique il s'agit du type E-G ou syndrome Think Big, désigné pour la première par Pierre Falardeau. Nous voyons ce phénomène dans différentes sphères de la vie - prenez comme exemple l'ancien fumeur qui part en croisade et méprise à l'excès tous les fumeurs de la terre... (Évidemment je déconne. Désolé.) Mais un moment donné faut en rire.
  4. Le 1000 de la Gauchetière sans son top (sur cette photo) me révèle une beauté cachée. Comme si son couronnement m'avait aveuglé au point de ne pas voir les détails de la tour elle-même. À me demander même si au lieu de son toit il n'eut pas été mieux de poursuivre la construction avec une finition simple et carrée.
  5. Elle est très sexy et stylisée cette charpente métallique en deux tons. Une oeuvre architecturale en soi.
  6. Il n'y a que sa base qui soit déplorable selon moi, alors que le reste de même que sa couleur est très réussi.
  7. Perso, j'aime bien cette bulle qui gonfle et gonfle, comme si Montréal reprenait le temps perdu. Mais tout le monde sait qu'un jour ou l'autre tout cela s'essoufflera. Ça ressemble étrangement à 2008. New York n'a jamais autant construit. Tout le monde revient en ville. C beau. C écologique. Mais les banlieusards n'ont pas dit leur dernier mot. Il ne faut pas jeter le bangalow avec l'eau du bain. Je touche du bois.
  8. Peut-être. Mais en même temps c'est cette régularité qu'on aime retrouver dans les villes européennes. Montréal a longtemps été reconnue comme une ville sans harmonie (au sens où différents styles époques et hauteurs se côtoient sur une même intersection) . Ce n'est pas un défaut, ni un reproche, même que ça peut avoir son charme pour des touristes qui justement viennent d'Europe. Mais bon, sans dénaturer Montréal, j'aime bien voir ici et là des rues se développer de bâtiments de même hauteur.
  9. Pendant que l'Avenue a le don d'invisibilité. Caméléontour.
  10. Un classique. Mais tjrs aussi spectaculaire. Belle prise. Belles prises plutôt.
  11. Oui. Plein de jeunes talents passionnés qui trouvent tous les moyens pour monter sur les toits. C'est bien de voir notre ville se transformer sous leurs yeux.Sans compter toutes les autres photos prises au ras des pâquerettes. Et je me demande encore pourquoi google image publie toujours des photos banales - type carte postale sans saveur - qui datent de 20 ans.
  12. N'empêche, je trouve ce projet d'une lourdeur. Du brutalisme post-béton.
  13. Ça me rapelle l'histoire d'une vieille dame qui loue un logement au-dessus d'un bar spectacle (divan orange sur st-laurent) pour ensuite se plaindre qu'il y a un bar en dessous d'elle. Et vous savez quoi. Plainte après plainte après plainte, Le divan orange a fini par fermer ses portes. Insensé tout ça, oui très, mais malheureusement réel.
  14. Ont-ils prévu couvrir les grands pan de mur par des murales ?
  15. Merci bien, mais je parlais au sujet de la digression... je n'ai pas trouvé de fil qui concerne la digression proprement dite.