Jump to content

Le marché immobilier poursuit sa remontée


Nameless_1

Recommended Posts

Le marché immobilier poursuit sa remontée dans la région de Montréal, stimulé notamment par les ventes de condos.

 

La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a indiqué mercredi que les ventes ont progressé de 6 % le mois dernier par rapport à mars 2015. Au total, 4725 ventes résidentielles ont été conclues en mars, comparativement à 4495 à la période correspondante l’an dernier.

 

La hausse s’explique par la «solide progression» de 10 % des ventes de copropriétés, de même que par celles des immeubles locatifs de deux à cinq logements, les “plex”, dont les ventes ont bondi de 23 %.

 

La progression du nombre de transactions de propriétés unifamiliales s’affiche beaucoup plus faible, à 2 %, après plusieurs mois de croissance forte.

 

 

Secteurs

 

Toutes les régions affichent des hausses, mais le secteur de Vaudreuil-Soulanges, en Montérégie, se démarque pour le deuxième mois de suite, avec une augmentation de 23 % des ventes par rapport à mars 2015.

 

L'île de Montréal et la Rive-Nord ont toutes deux enregistré une hausse d'activité de 6 %, tandis que des augmentations plus modestes ont été observées sur la Rive-Sud (+3 %) et à Laval (+2 %).

 

Quant au prix médian, il a progressé de 1 % pour les unifamiliales (287 000 $), alors que celui des plex a grimpé de 5 % (467 500 $).

 

 

Prix moindres pour les condos

 

Les propriétaires de copropriété ont toutefois dû composer avec des prix moindres, le prix médian ayant fléchi de 1 % à 231 600 $.

 

Cette vigueur renouvelée se reflète aussi dans le délai de vente moyen, qui vient de retomber tout juste sous la barre des 100 jours.

 

Il s’agit d’une troisième diminution au cours des quatre derniers mois, a souligné Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM.

 

http://www.journaldemontreal.com/2016/04/06/le-marche-immobilier-poursuit-sa-remontee

Link to comment
Share on other sites

On vend notre condo dans le Vieux et l'agente nous dit que les $US coulent à flot depuis 9-10 mois, depuis la chute du pétrole et du $CAD et l'élection de Trudeau. Appartement les acheteurs étrangers se ruent sur le Vieux. Deux condos vendus dans notre bâtisse à des prix record, vendus en 3 semaines seulement!

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 1 month later...

Publié le 08 janvier 2018 à 14h13 | Mis à jour le 08 janvier 2018 à 15h44

http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201801/08/01-5149293-immobilier-meilleures-ventes-depuis-10-ans-a-montreal-en-2017.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS2

Immobilier: meilleures ventes depuis 10 ans à Montréal en 2017

Plus de 14 000 copropriétés ont changé de mains dans... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Plus de 14 000 copropriétés ont changé de mains dans la région montréalaise pendant l'année, ce qui représente une augmentation de 17 % par rapport à 2016.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Ross Marowits

La Presse Canadienne
 

Montréal a été l'un des marchés immobiliers canadiens les plus vigoureux en 2017, la faiblesse du chômage et la croissance économique ayant généré la meilleure croissance des ventes en 10 ans pour la région.

Les ventes totales dans la région du Grand Montréal ont progressé de 8 % pour se chiffrer à 44 448 transactions grâce à la vigueur des ventes de copropriétés et au solide niveau d'activité sur l'île de Montréal.

La croissance des ventes a excédé 20 % dans cinq des quartiers les plus populaires de la métropole.

En comparaison, les ventes annuelles ont reculé de 18 % dans la région du Grand Toronto et de 10 % dans celle du Grand Vancouver.

 

Contrairement à Toronto et à Vancouver, les acheteurs étrangers ne sont pas soumis à une taxe particulière à Montréal.

Plus de 14 000 copropriétés ont changé de mains dans la région montréalaise pendant l'année, ce qui représente une augmentation de 17 % par rapport à 2016.

« Ça a été une très bonne année 2017 pour le marché immobilier montréalais », a observé le directeur d'analyse de marché de la Fédération des chambres immobilières du Québec, Paul Cardinal.

La croissance d'ensemble des ventes a surpassé de loin ses attentes, a-t-il indiqué. La dernière fois que la croissance à Montréal dépassait celle de Toronto et de Vancouver remontait à 1998.

M. Cardinal croyait que les nouvelles règles hypothécaires entrées en vigueur à l'automne 2016 auraient nui aux premiers acheteurs et réduit le nombre total de transactions.

Mais le meilleur niveau de confiance en 15 ans des consommateurs québécois et le fort nombre de résidences permanentes ont stimulé la demande et contrebalancé les nouvelles règles et la hausse des taux d'intérêt hypothécaire de l'été.

Les transactions pour les maisons unifamiliales ont grimpé de trois % pour se chiffrer à 25 601, tandis que les ventes d'immeubles comptant deux à cinq unités ont progressé de 6 % à 4336 transactions.

La demande a été particulièrement vigoureuse pour les résidences de luxe. Les ventes de maisons dont la valeur est de plus d'un million de dollars ont grimpé de 20 % dans le Grand Montréal et celles des copropriétés de plus de 500 000 $ ont progressé de 42 %.

La valeur totale des ventes a grimpé de 13 % à 16,2 milliards de dollars. Environ la moitié de ce montant était lié aux transactions immobilières sur l'île de Montréal.

Le prix moyen des logements dans la grande région de Montréal a avancé de près de 6 % à 364 510 $. Il s'agissait de sa plus forte augmentation depuis 2010, et les maisons unifamiliales ont enregistré les hausses les plus fortes.

Les prix ont progressé de 6,1 % à 467 496 $ sur l'île de Montréal.

Les acheteurs étrangers restent marginaux

Le nombre d'acheteurs étrangers a progressé, particulièrement du côté des Chinois, mais reste marginal dans l'ensemble, a précisé M. Cardinal. Ils étaient surtout concentrés dans les quartiers les plus huppés et dans le centre-ville.

Montréal est un marché attrayant pour les acheteurs étrangers puisque la ville offre un fort niveau de qualité de vie, des logements abordables, une faible pollution et plusieurs universités.

Les vols directs à destination de deux grandes villes chinoises ont aussi facilité les visites des familles.

M. Cardinal s'attend à ce que 2018 soit une autre solide année, avec une croissance de 5 % du nombre de transactions. « On prévoit encore une croissance des ventes, probablement même un nouveau record d'activité pour la région montréalaise. L'ancien record date de 2007 ; nous devrions le battre de peu », a-t-il estimé.

Le prix moyen des logements devrait aussi progresser de près de 5 %.

Au cours du mois de décembre, les ventes de logements ont avancé de 10 % pour se chiffrer à 2781 transactions dans le Grand Montréal. Cela comprenait une augmentation de 35 % des ventes de copropriétés. Les logements inscrits à la vente ont diminué de 9 % par rapport au même mois un an plus tôt.

Même si les ventes sur l'île de Montréal ont progressé de 15 % le mois dernier - une performance égalée par la Rive-Sud -, cette cadence a été surpassée par les transactions du secteur de Laval, qui ont bondi de 20 %.

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Pour un investisseur en immobilier de l'exterieur du Quebec, c'est a Montreal qu'il faut investir, parce que la region va connaitre une croissance exponentielle (acceleration dans le temps), grace a son leadership dans les industries creatives comme AI, Video Games, Aerospatialle et Santé (desole pour le manque d'accents).

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

J'ai le droit a mon avis aussi vincethewipet .... mon commentaire était une réplique de Mark qui fait reference a Plante qui a déja dit ... qu'elle va mettre cette taxe si les prix continuent a monter >>>>   alors pour moi ... cela viendrait tuer la progression des quelques projets qui pourraient venir dans le future  .

  • Like 3
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Rusty a dit :

J'ai le droit a mon avis aussi vincethewipet .... mon commentaire était une réplique de Mark qui fait reference a Plante qui a déja dit ... qu'elle va mettre cette taxe si les prix continuent a monter >>>>   alors pour moi ... cela viendrait tuer la progression des quelques projets qui pourraient venir dans le future  .

Bien sûr que tu as le droit à ton opinion :). Tout comme j'ai le droit de dire ce que je pense du climat d'inquiétude face à tout cela.

Pour le moment, le débat n'est même pas de savoir si une telle taxe est bienvenue ou non. La ville demande le pouvoir de mettre en place une telle taxe si le besoin s'en fait sentir. La ville ne peut pas agir en ce moment. Et même si la ville gagne ce pouvoir, il n'est pas certain qu'il serait utilisé dans le contexte actuel. Et même si la taxe était appliquée dès maintenant, la part d'acheteurs étrangers sur le marché montréalais est relativement faible, et n'aurait donc pas d'impact important sur la clientèle potentielle.

Par contre, si la pression sur les prix s'accentuait au point de devenir une source de détresse majeure pour de nombreuses familles (comme on voit dans plusieurs villes), ma priorité serait d'assurer l'accessibilité à un logement dans la ville à ses résidents, bien avant la construction de gigantesques portefeuilles d'investissement en brique et en béton dans notre skyline. Dans un tel contexte, est-ce qu'on pourrait perdre des projets? Sûrement! Mais je crois que ce serait pour une bonne cause. L'économie est un outil pour rendre les citoyens prospères, pas pour les rendre misérables.

Enfin, tant que les quartiers montréalais sont attirants et qu'il y a une demande, les promoteurs seront au rendez-vous. Même si certaines politiques sociales hypothétiques diminueraient le profit sur des projets, les entrepreneurs actifs ici continueront de vouloir faire de l'argent et à remplir la demande des acheteurs. Il faut simplement s'assurer que les politiques sociales atteignent des objectifs louables, et qu'on n'étouffe pas le marché avec celles-ci.

Faire autrement serait du suicide politique, de toute manière. Nous vivons dans une démocratie, les gens sont branchés sur de nombreux enjeux, et l'économie est quelque chose d'important pour tout le monde, même si de temps en temps on s'assure que la prospérité puisse atteindre tout le monde, par quelques politiques plus progressistes.

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...