Jump to content

Le Grand Montréal nommé parmi les 21 métropoles intelligentes de l’année.


yulymx
 Share

Recommended Posts

Montréal, 22 octobre 2013 – Le prestigieux Intelligent Community Forum (ICF) vient de reconnaître la grande région métropolitaine de Montréal parmi les 21 métropoles intelligentes de l’année (Smart 21). L’annonce a été faite à North Canton, Ohio, lors du dévoilement des demi-finalistes du concours Intelligent Community of the Year, édition 2014. La candidature du Grand Montréal a été déposée par TechnoMontréal, la grappe des technologies de l’information et des communications du Grand Montréal, en partenariat avec Montréal International, la Ville de Montréal, la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et le Conseil des arts de Montréal.

 

 

 

Depuis 1999, le concours Intelligent Community of the Year reconnaît annuellement les communautés (villes ou territoires) qui s’illustrent dans le développement des villes intelligentes. Les critères d’évaluation sont composés de cinq thèmes récurrents (réseaux haut débit, innovation, économie du savoir, fracture numérique et promotion) et d’un thème annuel, soit « la culture » en 2014. Le Grand Montréal s’est distingué par la qualité et la quantité de ses projets de développement du numérique, et par la place prépondérante occupée par la culture au sein de la cité.

 

 

 

«L’avancement et le potentiel du Grand Montréal à titre de métropole intelligente sont méconnus du grand public. La métropole compte déjà une vingtaine d’initiatives “smart” indépendantes, et plusieurs chantiers majeurs sont en branle. Depuis 2011, TechnoMontréal regroupe ces initiatives et coordonne des projets structurants au sein d’une vision de développement intitulée Montréal métropole numérique, qui vise à hisser la région métropolitaine au rang des grandes “Smart Cities”. En marge de ce projet fédérateur, nos partenaires ont mis en œuvre des projets qui, ensemble, créent un tout plus grand que la somme des parties. Si ce travail de longue haleine est aujourd’hui reconnu par la plus haute instance internationale en la matière, c’est grâce à tous les joueurs qui ont cru aux retombées positives d’une vision numérique pour la métropole», a déclaré Lidia Divry, directrice générale de TechnoMontréal.

 

 

 

En plus de ses atouts en matière de numérique, la candidature du Grand Montréal s’est distinguée au chapitre de la thématique annuelle culturelle. «La créativité est une composante phare de la culture montréalaise. La métropole est déjà reconnue pour le foisonnement et la qualité de ses productions artistiques et depuis quelques années elle se démarque de plus en plus au plan international dans plusieurs créneaux du numérique, que ce soit dans l’industrie des jeux vidéo, de la production de logiciels, des applications citoyennes ou des arts numériques. D’ailleurs, les acteurs du milieu se mobilisent actuellement pour offrir en 2014 un Printemps numérique qui sera un événement mémorable», a déclaré Marie-Claire Dumas, directrice générale de la CRÉ de Montréal.

 

 

 

Le Grand Montréal est reconnu comme une ville du savoir qui s’appuie sur un riche écosystème d’établissements d’enseignement supérieur et d’entreprises visionnaires. «Il s’agit d’une importante distinction qui vient souligner l’expertise de nos entreprises du secteur des technologies de l’information et des communications. Cette reconnaissance confirme, si besoin était, que la métropole figure effectivement parmi les régions métropolitaines les plus avancées dans l’application de nouvelles technologies. Il importe maintenant de maximiser les retombées de cette annonce afin d’attirer de nouveaux investissements dans ce secteur clé de notre base économique», a ajouté Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

 

 

 

Cette distinction accordée par l’ICF est le premier jalon d’un processus de 10 mois, qui mènera au choix des sept villes les plus avancées en janvier 2014 (Top 7), et ultimement à la nomination du grand gagnant en juin 2014.

 

 

 

À propos de l’Intelligent Community Forum (ICF)

 

L’Intelligent Community Forum (ICF) est un organisme de recherche à but non lucratif situé à New York, qui étudie le développement des villes du 21e siècle. Le groupe de réflexion indépendant est voué à la création d'emplois et au développement de l'économie du numérique. L’ICF, centre essentiellement sur la recherche, les conférences, les services-conseils, les services éducatifs et un concours annuel, identifie et partage les meilleures pratiques en développement des villes intelligentes.

 

 

 

Le concours Intelligent Community of the Year

 

Depuis 1999, le concours Intelligent Community of the Year reconnaît annuellement les communautés (villes ou territoires) qui s’illustrent dans le développement des villes intelligentes. L’objectif du concours est de souligner le travail et les succès des communautés qui orientent leur développement vers l’économie numérique, et de nourrir en données les recherches de l’ICF. Les critères d’évaluation sont composés de cinq thèmes récurrents :

 

L’infrastructure haut débit (broadband)

L’innovation

L’économie du savoir (knowlegde workforce)

La fracture digitale (digital inclusion)

La promotion (marketing and advocacy)

 

 

 

En plus de ces cinq critères, un thème annuel guide la sélection des finalistes. Le thème retenu pour 2014 est la culture, en son sens élargi (art, patrimoine et mentalité).

 

 

 

Le concours Intelligent Community of the Year s’échelonne sur un processus de 10 mois. Au premier jalon, Smart 21, l’ICF sélectionne les 21 communautés intelligentes demi-finalistes, dont les noms ont été annoncés le 21 octobre. S’en suit la soumission d’un second dossier de candidature, sur la base duquel on choisira les sept finalistes (Top 7, en janvier 2014). Les finalistes se soumettent finalement à un audit, piloté par un groupe indépendant, qui permettra de nommer, à l’occasion du sommet annuel de l’ICF en juin, l’Intelligent Community of the Year.

 

 

 

Lauréats du prix Intelligent Community of the Year 1999-2013

 

 

2013 – Taichung, Taïwan

 

2012 – Riverside, Californie, États-Unis

 

2011 – Eindhoven, Pays-Bas

 

2010 – Suwon, Corée du Sud

 

2009 – Stockholm, Suède

 

2008 – Gangnam-Gu, Corée du Sud

 

2007 – Waterloo, Ontario, Canada

 

2006 – Taipei, Taïwan

 

2005 – Mitaka, Japon

 

2004 – Glasgow, Écosse, Royaume-Uni

 

2002 – Calgary, Canada et Séoul, Corée du Sud

 

2001 – New York, État de New York, États-Unis

 

2000 – LaGrange, Géorgie, États-Unis

 

1999 – Singapour

 

 

Qu’est-ce qu’une ville intelligente (ou Smart City)?

 

Depuis 2007, une personne sur deux dans le monde vit en ville. Les métropoles consomment 75 % de l’énergie de la planète et produisent 80 % des CO2. Cette tendance s’accentue de jour en jour : on compte un million d'habitants de plus chaque semaine dans les villes du globe. D’ici 2050, plus de 70 % de la population mondiale vivra dans les métropoles, générant 60 % de la croissance du PIB.

 

 

 

L'urbanisation mondiale connaît aujourd’hui une croissance sans précédent, qui a un impact sur la gestion des villes et transforme les services aux citoyens liés notamment aux transports, aux soins de santé, à l’éducation, à la gestion des ressources et à l’administration.

 

 

 

Devant ces défis, des centaines de grandes villes dans le monde emboîtent le pas dans le développement des villes intelligentes. Les villes intelligentes (ou Smart Cities, smart grids, etc.) utilisent la technologie pour optimiser les services aux citoyens. Il existe des centaines d’exemples concrets :

 

 

 

À Singapour, un système peut prédire la vitesse du trafic avec près de 90 % de précision;

Un système de gestion intelligent du trafic à Londres a ramené le volume de circulation au niveau des années 1980;

Les systèmes de gestion énergétique à Dublin, en Irlande, sont composés d’une infrastructure de capteurs pour obtenir des données en temps réel sur le transport et l’énergie;

Barcelone en Espagne a libéré 500 séries de données publiques, générant le développement d’applications qui permettent aux citoyens de contribuer directement à la vie démocratique;

Stockholm en Suède a installé un million de mètres de fibre permettant le développement d’une multitude de services publics tels que la téléassistance et les téléservices à la personne.

 

 

 

Tous ces grands projets mettent à profit les TIC pour faciliter le quotidien des citoyens, appuyer le développement économique, réduire les impacts environnementaux et optimiser les services collectifs.

 

 

http://www.montrealinternational.com/le-grand-montreal-nomme-parmi-les-21-metropoles-intelligentes-de-lannee/

Link to comment
Share on other sites

Quand on regarde le classement de Montréal dans une foule de domaines. On constate qu'en dépit d'une gouvernance laborieuse et couteuse, d'une corruption lentement sous contrôle et d'une mairie inefficace, que Montréal carbure tout de même et se positionne avantageusement parmi les meilleurs villes du monde, en comparaison. Imaginons alors que ces irritants soient disparus et qu'enfin avec nos énergies rassemblées, on décide de pousser tous ensembles dans la même direction, on pourrait alors faire de véritables miracles économiques.

 

Les forces vives de la ville, sa créativité et son dynamisme ont toujours été présents et continueront de se manifester fortement. Elles font partie de l'essence même de Montréal. Les montréalais et la communauté d'affaires n'ont pas l'intention de s'assoir passivement sans réagir. Il y a plusieurs dossiers qui dorment depuis des décennies, aussi des disfonctions en partie causées par les gouvernements supérieurs, et un manque de leadership au municipal, qui nuit à la bonne marche de la ville. Mais ce ne sont pas des problèmes insolubles.

 

Voilà où sont les 3 priorités du moment et indépendamment de l'issue des élections municipales, nous devrons tous être derrière le prochain maire. Non pas pour le suivre, mais plutôt pour lui dire ce que nous voulons et lui dicter la marche à suivre. Puisqu'il est là pour représenter les citoyens, c'est donc leur volonté qu'il doit écouter en premier lieu, tout comme celle des communautés d'affaires, culturelles et sociales. C'est à la population d'exprimer clairement ses désirs et au maire et aux décideurs politiques et économiques de prendre les moyens pour les réaliser.

 

L'union fait la force et pour demeurer dans le peloton de tête, nous devons faire consensus dans le maximum de domaines. Alors n'attendons pas que le maire nous montre le chemin, ce serait procéder à l'envers. S'il n'a pas d'idées, nous lui en donnerons, s'il n'a pas de vision, nous en avons une à proposer et c'est l'excellence en tout. Fini le temps des attentes, on doit s'impliquer et suivre l'administration de près dans un esprit de partenariat public-publique. C'est à dire le public (sous toutes ses formes) qui s'investit dans l'administration publique pour que tous ensembles nous prenions la même direction.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value