Jump to content

Recommended Posts

Il y a 2 heures, acpnc a dit :

Comme aujourd'hui, les travaux d'infrastructures ont toujours été négligés par les administrations successives, parce que moins visibles et peu rentables en matière de votes. C'est pour cela qu'il faut maintenant mettre les bouchées triples et quadruples pour améliorer le pourcentage du nombre de rues et trottoirs en bon état. Une opération qui prendra sûrement encore plusieurs années tellement l'absence d'entretien a été néfaste à l'ensemble du territoire urbain central.

On dira ce qu'on voudra, il faut du courage politique pour s'avancer sur ce terrain miné, que la population aura vite oublié. Heureusement il restera les précieux dossiers qui confirmeront les efforts soutenus pour réparer et mettre à neuf de vieilles infrastructures qu'on ne voit pas tant qu'elles ne font pas de dommages en surface. Un travail ingrat pour la municipalité pour lequel elle récolte bien plus de plaintes que d'éloges pourtant mieux mérités.

J'en profite pour rappeler un fait auquel j'avais déjà fait allusion sur le forum il y a quelques années.

Parlant de courage (et de sagesse aussi), l'ancien maire de la Ville de Québec, Régis Labeaume, avait profité de la période pendant laquelle les activités de réfection des infrastructures étaient globalement au ralenti dans la province, et où les coûts étaient conséquemment relativement bas, pour intensifier les efforts en ce sens  sur le territoire de sa ville.  Naturellement, cela avait provoqué des critiques de la part des citoyens qui se plaignaient que les taxes (municipales) étaient trop élevées.   

Aujourd'hui à Montréal et dans biens d'autres villes de la province, les coûts ont monté en flèche, pas seulement à cause de l'inflation générale mais aussi parce que le besoin de procéder à des réfections est devenu tellement évident qu'il faut mettre les bouchées doubles, provoquant une surchauffe dans l'industrie (demande excédant la capacité).  Des prix beaucoup plus élevés impliquent aussi qu'il faut retarder la réalisation de projets désirables mais moins urgents. 

Les municipalités ne sont pas les seules concernées. Les infrastructures sous la responsabilités du gouvernement provincial le sont tout autant  -- écoles hôpitaux, routes et ponts.  Je réalise qu'au cours des dernières années certains budgets ont été accrus considérablement, mais je ne suis pas certain qu'on a fait les bons choix.  J'ai l'impression, peut-être à tort, qu'on a mis plus d'argent qu'il n'était vraiment nécessaire dans quelques projets d'envergure, par exemple Turcot et le nouveau CHUM, négligeant en même temps de nombreux autres travaux nécessaires mais moins spectaculaires ailleurs.   

  • Like 4
Link to comment
Share on other sites

il y a 43 minutes, Né entre les rapides a dit :

J'en profite pour rappeler un fait auquel j'avais déjà fait allusion sur le forum il y a quelques années.

Parlant de courage (et de sagesse aussi), l'ancien maire de la Ville de Québec, Régis Labeaume, avait profité de la période pendant laquelle les activités de réfection des infrastructures étaient globalement au ralenti dans la province, et où les coûts étaient conséquemment relativement bas, pour intensifier les efforts en ce sens  sur le territoire de sa ville.  Naturellement, cela avait provoqué des critiques de la part des citoyens qui se plaignaient que les taxes (municipales) étaient trop élevées.   

Aujourd'hui à Montréal et dans biens d'autres villes de la province, les coûts ont monté en flèche, pas seulement à cause de l'inflation générale mais aussi parce que le besoin de procéder à des réfections est devenu tellement évident qu'il faut mettre les bouchées doubles, provoquant une surchauffe dans l'industrie (demande excédant la capacité).  Des prix beaucoup plus élevés impliquent aussi qu'il faut retarder la réalisation de projets désirables mais moins urgents. 

Les municipalités ne sont pas les seules concernées. Les infrastructures sous la responsabilités du gouvernement provincial le sont tout autant  -- écoles hôpitaux, routes et ponts.  Je réalise qu'au cours des dernières années certains budgets ont été accrus considérablement, mais je ne suis pas certain qu'on a fait les bons choix.  J'ai l'impression, peut-être à tort, qu'on a mis plus d'argent qu'il n'était vraiment nécessaire dans quelques projets d'envergure, par exemple Turcot et le nouveau CHUM, négligeant en même temps de nombreux autres travaux nécessaires mais moins spectaculaires ailleurs.   

Très bonne analyse.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Merci à Brick pour sa tournée quasi-exhaustive des chantiers du centre-ville dans le quadrilatère Sherbrooke/Jeanne-Mance/Notre-Dame/Guy 14 sur 15 (il ne manque que le MAA). :cool:👍

  • Agree 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, KOOL a dit :

Merci à Brick pour sa tournée quasi-exhaustive des chantiers du centre-ville dans le quadrilatère Sherbrooke/Jeanne-Mance/Notre-Dame/Guy 14 sur 15 (il ne manque que le MAA). :cool:👍

Plaisir, j'ai décidé de m'en garder pour demain s'il ne pleut pas trop.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, KOOL a dit :

Merci à Brick pour sa tournée quasi-exhaustive des chantiers du centre-ville dans le quadrilatère Sherbrooke/Jeanne-Mance/Notre-Dame/Guy 14 sur 15 (il ne manque que le MAA). :cool:👍

«Brick est imbattable» !! :eek2:

  • Agree 1
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

  • IluvMTL changed the title to Art de vivre / Hôtel Honeyrose - 35 étages

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...