Jump to content

mercier-hochelaga-maisonneuve Insectarium de Montréal (agrandissement)


Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator

Projet de rénovation de l'Insectarium de Montréal.

Projet de rénovation de l'Insectarium de Montréal, au coût de 28.8 millions de dollars. Livraison du projet en janvier 2021. Plans et devis par consortium KJP. Bâtiment en verre conçu avec un mur-rideau, aménagement des lieux s’inspirant de l’habitat des insectes avec des galeries souterraines, de la végétation et divers aménagements permettant un espace « d’immersion multisensoriel » avec des insectes en liberté.

Link to comment
Share on other sites

  • 7 years later...

L’Insectarium ferme pendant 6 mois pour se transformer

Jean-Louis Fortin

 

22/12/2010 14h19

 

 

Dès le 4 janvier, l’Insectarium de Montréal devra fermer ses portes au public pendant six mois. Mais cette fois, il n’est pas question de grève des cols bleus. L’institution va plutôt renouveler son exposition permanente pour la première fois de son histoire, ce qui coûtera 1,2 million $, a appris 24H.

 

Les rénovations, financées par la ville de Montréal et le gouvernement du Québec, doivent complètement transformer l’Insectarium, qui accueille plus de 350 000 visiteurs par année.

 

« Il y a des nouvelles façons de faire en muséologie, et on veut changer la façon de présenter les choses au gens », explique à 24H Karine Jalbert, porte-parole des Muséums nature de Montréal, l’organisation qui chapeaute aussi le Biodôme, le Jardin Botanique et le Planétarium.

 

« On veut permettre au public de se rapprocher du monde des insectes. (…) Ce sera à la fine pointe de l’entomologie », promet-elle.

 

L’Insectarium devrait rouvrir ses portes en juin 2011, si tout se déroule comme prévu.

 

En place depuis 20 ans

 

L’exposition permanente actuelle, qui se trouve au premier niveau de l’édifice et occupe les trois quarts de la superficie des lieux, avait grandement besoin d’être rafraîchie, selon la direction des Muséums nature.

 

Elle avait été installée à l’ouverture de l’Insectarium, en février 1990. « C’est encore l’exposition originale, même si elle a évolué un peu au fil du temps », explique Karine Jalbert.

 

L’annonce de ces travaux majeurs devait être faite le 3 janvier, « pour ne pas que les gens pensent que l’Insectarium est fermé pendant le temps des fêtes ».

 

En fait, l’endroit sera bel et bien fermé les 24, 25, et 27 décembre, ainsi que le 3 janvier. Par contre, il sera ouvert le 26 décembre et du 28 décembre au 2 janvier, de 9h à 17h.

 

Réorganisation

 

Malgré la nouvelle exposition, il ne fait pas croire que les 15 000 insectes actuellement montrés aux visiteurs seront jetés à la poubelle.

 

« Certains spécimens seront récupérés pour la nouvelle exposition. D’autres seront envoyés dans des expositions itinérantes à travers le Québec, ou serviront à divers projets éducatifs », assure la porte-parole.

 

D’ailleurs, explique-t-elle, l’Insectarium n’expose qu’une partie de son imposante collection, qui contient 144 000 spécimens.

 

Dès le mois de mars, tous ces insectes déménageront pour être conservés au nouveau Centre de la biodiversité, un bâtiment de 25 millions $ dont la construction est en train d’être achevée, sur le site du Jardin botanique.

 

La fermeture prolongée de l’Insectarium n’affectera pas non plus la quinzaine d’employés à temps plein qui y travaillent.

 

« Il y aura beaucoup de gens affectés au développement de la nouvelle exposition. Aussi, plusieurs travaillent sur l’exposition Papillons en liberté », dit Karine Jalbert.

 

Cette activité revient pour une 14e année dans la grande serre du Jardin botanique, à partir du 17 février, malgré la fermeture de l’Insectarium.

 

http://www.24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/archives/2010/12/20101222-141950.html

 

 

Ok, c'est con. Il était fermé pendant une grève, il n'avait pas pu rénover pendant ce temps?

Link to comment
Share on other sites

J'ai vraiment hâte de voir cette nouvelle version de l'Insectarium. Je l'ai toujours trouvé un peu "downer" par rapport au Biodôme, par exemple. Trop statique, trop "muséal" (bien que j'aime les musées) pour un endroit qui traite de quelque chose d'aussi fascinant que les insectes. Pas assez "immersif" en fait. Et voilà. Ce changement arrive à point nommé.

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

http://www.journalmetro.com/linfo/article/922286--l-insectarium-se-refait-une-beaute

 

JENNIFER GUTHRIE

MÉTRO

Publié: 20 juillet 2011 19:08

 

L’Insectarium de Montréal inaugure, samedi, sa nouvelle exposition permanente baptisée Nous, les insectes… • Les 3 000 spécimens naturalisés ont été renouvelés pour la première fois en 20 ans

 

f1f34d9d4c3eb697881f78aa93ce.jpeg

 

Après huit mois de travaux qui auront permis le renouvellement complet de son exposition permanente, une première en 20 ans d’existence, l’Insectarium de Montréal est fin prêt à recevoir ses premiers visiteurs, à qui il promet d’en mettre plein la vue.

 

Dès samedi, les amoureux de la nature, les curieux et les inconditionnels de l’Insectarium pourront découvrir un espace entièrement réaménagé qui les plongera dans l’univers des insectes. De facture plutôt classique, l’exposition Nous, les insectes… présente quelque 3 000 spécimens naturalisés et plus de 50 espèces vivantes. «Nous avons fait le choix de ne pas aller vers la technologie pour cette exposition, a indiqué la directrice de l’Insectarium, Anne Charpentier. Nous voulions privilégier les collections que nous avions. En plus, le budget [de 1,2 M$] ne nous le permettait pas.»

 

La collection entière du musée a été renouvelée, ce qui permettra aux visiteurs de redécouvrir la richesse des spécimens mis en valeur. «La collection qui était là depuis 20 ans était très décolorée en raison de la lumière naturelle qui baignait l’espace et des ampoules incandescentes qui l’éclairait, a expliqué Mme Charpentier. Il a fallu tout remplacer.»

 

Au-delà de la beauté de certaines espèces, qui ressemblent presque à des bijoux, Nous, les insectes… cherche à rappeler leur importance dans nos vies. L’exposition présente ainsi des insectes aux vertus insoupçonnées qui contribuent au maintien de l’équilibre de la nature, dont les insectes bousiers, qui se nourrissent d’excréments, et des insectes nécrophores, qui se nourrissent de cadavres d’animaux. «Sans les insectes, on serait dans la dèche, a souligné Anne Charpentier. Le nombre d’années que l’humain pourrait vivre si tous les insectes disparaissaient de la planète se comptent sur les doigts d’une main. Les gens ne soupçonnent pas leur importance dans nos vies.»

 

L’Insectarium espère d’ailleurs être en mesure d’offrir aux insectes une plus grande place dès 2015. Le musée projette de tripler sa superficie de façon à intégrer une grande serre où les insectes seraient présentés dans des portions des écosystèmes où ils vivent habituellement. Une salle dite technologique serait également créée. À l’aide de logiciels, d’écrans et de simulateur, elle permettrait aux gens de se mettre dans la peau des insectes. Ce vaste projet, évalué à 17 M$, permettrait à l’Insectarium de doubler, voire tripler son achalandage, qui se chiffre présentement à 350 000 visiteurs par année.

 

Ce que vous pourrez y voir

L’exposition Nous, les insectes permet aux visiteurs de contempler :

 

  • L’Uraniidae, souvent cité comme le plus beau papillon du monde
  • Les ornithoptères, les plus beaux et les plus grands papillons du monde
  • Le plus beau et l’un des plus rares coléoptères Lucanidé du monde, qui ne vit qu’en Australie
  • Le Silphidé, un des plus grands coléoptères de l’Amérique du Nord, disparu du Québec, du Canada et de la plupart des États américains
  • Un petit phasme noir avec des ailes rouges qui ne vit qu’au Pérou et qui vient d’être découvert
  • 861 coléoptères plus colorés les uns que les autres réunis dans une seule vitrine

Edited by IluvMTL
Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

Culture: on ferme le robinet

 

Publié le 21 mars 2012 à 08h06 | Mis à jour le 21 mars 2012 à 08h07

 

Paul Journet

 

La Presse

 

(Ottawa) Après une croissance de 34,6% des dépenses en culture depuis 10 ans, Québec commence à fermer le robinet. Les dépenses se stabilisent.

 

Les nouvelles mesures annoncées dans le budget Bachand sont ciblées. La principale annonce: un «legs» de 125 millions pour célébrer le 375e anniversaire de Montréal, en 2017. L'argent ira notamment à l'Espace pour la vie (45 millions pour un nouveau pavillon de verre au Jardin botanique, un cinquième écosystème au Biodôme, l'agrandissement de l'Insectarium et le nouveau Planétarium). À cela s'ajoutent une promenade le long du fleuve au parc Jean-Drapeau (35 millions), la reconfiguration de l'oratoire Saint-Joseph, avec un centre d'observation dans le dôme (26,4 millions) et un nouveau pavillon au Musée des beaux-arts de Montréal (18,5 millions).

 

La ville de Québec reçoit aussi de l'aide. Le gouvernement provincial financera jusqu'à 30 millions de la construction du Théâtre Le Diamant. C'est la moitié du coût total prévu pour ce théâtre dont Ex-Machina, la société de Robert Lepage, sera le promoteur.

 

Le Fonds du patrimoine sera aussi bonifié de 60 millions d'ici 2020. Les musées recevront quant à eux 11 millions de plus (dont 4 millions aux musées d'histoire McCord et Stewart). Rien n'est annoncé pour le Musée d'art contemporain. Québec «contribuera éventuellement», si le fédéral et le privé investissent.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Biodôme et l’Insectarium : un concours international d’architecture bientôt lancé

29 août 2013

 

Près d’un quart de siècle après l’ouverture du Biodôme et de l’Insectarium, un concours international d’architecture et de design sera bientôt lancé pour refaçonner complètement le visage de ces deux institutions montréalaises à temps pour le 375e anniversaire de fondation de Montréal.

 

Mercredi, le comité exécutif de Montréal a approuvé l’octroi d’un contrat de service à une firme de consultants en architecture qui pilotera l’organisation de concours destinés à requinquer deux des attractions phares qui composent aujourd’hui l’Espace pour la vie.

 

Le Biodôme, hérité des Jeux olympiques, puis transformé en 1992 pour accueillir cinq écosystèmes, fera l’objet d’un vaste réaménagement, autant physique que conceptuel, qui nécessitera un investissement de 20 millions.

 

Pour rester à la fine pointe de la science et de l’art, l’Espace pour la vie souhaite par ce concours international recruter la crème des architectes, des muséologues et des concepteurs d’espaces immersifs, afin de transformer le Biodôme en un espace plus branché sur les nouvelles réalités muséales.

 

« On souhaite accroître l’expérience du visiteur en le rapprochant des divers milieux. Le bâtiment, qui ne sera pas touché de l’extérieur, sera mis en valeur. L’intérieur subira une refonte complète qui exploitera davantage les espaces en hauteur », a indiqué mercredi Charles-Mathieu Brunelle, directeur général de l’Espace pour la vie.

 

L’Insectarium, fondé en 1989 pour accueillir la collection de l’entomologiste Georges Brassard, fera pour sa part l’objet d’une métamorphose majeure, pour en augmenter la superficie et en faireun bâtiment LEED Platine. Puisés à même les 45 millions octroyés par Québec afin de financer les infrastructures devant souligner les 375ans de Montréal, la cure de jeunesse de l’Insectarium coûtera 19 millions.

 

Un troisième concours sera lancé pour trouver les firmes d’architecte et de designers qui concevront le Pavillon de verre, nouvel atrium qui servira à accueillir des expositions temporaires, des événements spéciaux et des événements citoyens. « Le bâtiment sera fait de verre recyclé. Ce sera un ajout important au Jardin botanique, qui, avec l’ouverture du Centre sur la biodiversité, est devenu un des leaders mondiaux dans le domaine de l’écologie et du développement durable », ajoute le directeur de l’Espace pour la vie.

 

Le nouveau Planétarium, un succès

 

Depuis l’ouverture du Planétarium, l’Espace pour la vie connaît des records de fréquentation, avec plus de 200 000 visiteurs en quatre mois. Dopée par la visite de plus d’un demi-million d’entrées aux Mosaïcultures, l’organisation a annoncé mercredi que plus de 1,6 million de visiteurs ont franchi les portes du complexe des sciences de la nature depuis le début de l’année. Ce qui en fait l’institution scientifique la plus visitée au pays.

 

Au cours des prochaines semaines, l’Espace pour la vie annoncera donc le lancement de ces différents concours d’architecture. Ceux-ci auront la particularité d’être des concours ouverts, où toutes les équipes auront accès aux projets déposés. Le directeur souhaite ainsi favoriser les échanges d’idées et invitera à siéger aux jurys d’éminents spécialistes des sciences et de la biophilie, dont Steven R. Kellert, professeur émérite en biologie à l’Université de Yale.

 

« Notre intention est de profiter de l’esprit inventif de scientifiques, d’artistes et de concepteurs qui travailleront de pair pour pousser encore plus loin le mariage entre la nature, l’art et l’homme », affirme M. Brunelle.

 

http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/386206/biodome-et-l-insectarium-un-concours-international-d-architecture-bientot-lance

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Dans le journal Métro :

 

 

29/01/2014 Mise à jour: 29 janvier 2014 | 9:25

 

 

Un concours d’architecture pour Espace pour la vie

Par Marie-Eve Shaffer

Métro

 

Un concours d’architecture sera organisé pour donner un nouveau souffle à trois muséums d’Espace pour la vie.

 

Le comité exécutif de la Ville de Montréal étudiera, mercredi, le règlement du concours. Le ministère des Affaires municipales aura aussi son mot à dire.

 

Espace pour la vie a déjà manifesté son intention d’agrandir l’Insectarium, de réaménager le Biodôme et de doter le Jardin botanique d’un pavillon de verre, à temps pour le 375e anniversaire de la Ville de Montréal.

 

Le concours aura pour but de trouver «une architecture audacieuse et écologique» en misant sur des «technologies complexes et novatrices» pour faire en sorte que «les expériences de visite les plus immersives, sensorielles et émotives possibles», est-il écrit dans les documents remis aux membres du comité exécutif.

 

Des certifications LEED Platine et Living Building Challenge seront visées pour les projets du Jardin botanique et de l’Insectarium.

 

Le concours devrait être lancé le mois février et les lauréats seraient connus au mois de juillet. Les travaux débuteraient en septembre 2015 pour que les projets soient terminés en 2017, à temps pour le 375e anniversaire de Montréal.

Link to comment
Share on other sites

sur le site d'Espace pour la vie

Métamorphose de l'Insectarium

 

Une rencontre privilégiée avec les insectes

 

espace_immersif.jpg

 

- Ouverture en 2017 -

 

L’Insectarium déploie ses ailes sur son site actuel à travers une architecture biophilique et écologique tant dans la transformation du bâtiment existant que la construction de nouveaux espaces. Le nouvel Insectarium montrera à quel point les insectes, si petits individuellement, jusqu’à souvent passer inaperçus, constituent un monde insoupçonné en importance, diversité, complexité et beauté.

 

L’empreinte du nouveau bâtiment dans le Jardin botanique sera minimale et son intégration au site naturelle et optimale. Il sera construit pour atteindre les plus hauts standards environnementaux. La nature y entrera, grâce à des fenêtres et des percées visuelles. Les aménagements intérieurs et extérieurs seront conçus en continuité et en harmonie. On peut par exemple s’imaginer qu’on se trouve à l’intérieur, entouré de papillons exotiques, tout en admirant des espèces indigènes qui s’ébattent dehors, dans un jardin à papillons. On pourra aussi y voir une partie de l’envers du décor, comme les quartiers d’élevage des insectes et les laboratoires. Pourquoi ne pas voir où et comment s’élèvent les grillons qui seront consommés au bistro, par exemple?

 

Des tête-à-tête avec les insectes

 

On aura l’occasion d’y vivre des moments privilégiés de rencontre avec des insectes vivants, de véritables tête-à-tête. Par exemple, on pourra découvrir grâce à un système d’amplification, le chant insoupçonné et fascinant de certains insectes ou être invité à entrer la tête ou une partie du corps dans un petit espace clos contenant des insectes.

 

Vivre le monde des insectes

 

Le corps et tous les sens seront sollicités pour vivre le monde des insectes, qu’il s’agisse de s’enfoncer dans un tunnel, de gravir de hautes marches, de traverser une forêt d’herbes géantes, ou de marcher sur des filets tendus à différentes hauteurs, à la manière d’un insecte marchant sur une feuille. Que ce soit pour entendre des fourmis marcher ou voir comme une mouche, il sera possible de voir et d’entendre ce qui est habituellement imperceptible.

 

Volière d’insectes

 

Une grande volière permettra la rencontre avec des insectes vivants en liberté. Papillons, demoiselles, cétoines, phasmes, fourmis et bien d’autres seront à portée de regard et de souffle, dans un milieu naturel le plus authentique possible. Pensez à l’événement « Papillons en liberté » avec une grande variété d’insectes et d’activités! Murs végétalisés, îlots de plantes nectarifères, les végétaux de cet espace immersif sont au service des insectes, que ce soit pour les nourrir, les présenter, les voir évoluer et s’ébattre On peut ramper sous le sol pour voir ce qui y grouille, ou monter pour admirer les papillons qui préfèrent les hauteurs.

 

Ateliers créatifs

 

Puis, pourquoi ne pas réinventer nos liens avec les insectes et la nature en participant à des ateliers créatifs, où l’on pourra fabriquer des objets inspirés des insectes ou qui contribuent à les aider comme par exemple des nourrisseurs et des abris.

 

En somme, une visite de l’Insectarium « métamorphosera » le regard que nous, humains, portons sur ces incontournables de la nature.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

via le journal Métro

 

10/02/2014 Mise à jour: 10 février 2014 | 19:42

 

 

Métamorphose en vue à l’Insectarium, au Biodôme et au Jardin botanique

 

Le concours international d’architecture qui donnera un nouveau visage au Biodôme, à l’Insectarium et au Jardin botanique a été lancé lundi matin par le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée.

 

 

Au total, un budget de 45M$ a été alloué par Québec pour la réalisation de trois projets de design qui consistent à agrandir l’Insectarium, réaménager le Biodôme et doter le Jardin botanique d’un pavillon de verre. «Tout cela sera réalisé à temps pour le 375e anniversaire de Montréal. L’année 2017 est l’occasion parfaite d’augmenter notre rayonnement international», a déclaré le ministre Lisée.

 

 

«Bientôt, 70% de la population mondiale vivra en milieu urbain. Il est urgent de se réinventer, de proposer de nouvelles façons de se rapprocher de la nature tout en habitant en ville.» -Charles-Mathieu Brunelle, directeur général d'Espace pour la vie

Espace pour la vie, qui est le nom du complexe regroupant le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium, est un attrait touristique qui ne cesse de gagner en popularité, a affirmé le directeur général Charles-Mathieu Brunelle. Selon lui, les projets de design qui seront déployés grâce au concours permettront d’augmenter le nombre de visites drastiquement. À l’heure actuelle, 26% des touristes qui viennent à Montréal visitent l’une de ces infrastructures. «On peut clairement aller chercher une notoriété encore plus grande, auprès des Québécois et auprès des touristes venant de l’étranger», a-t-il souligné.

 

 

M. Brunelle a précisé que les firmes d’architecture intéressées peuvent dès maintenant soumettre leur candidature pour un, deux ou trois des projets. Après l’examen des dossiers, le jury, composé d’architectes d’ici et d’ailleurs, retiendra quatre finalistes par projet. Ces finalistes devront approfondir leur concept et le présenter au jury en juillet. Les travaux débuteront en septembre 2015 et devront être achevés deux ans plus tard.

 

 

Trois projets, trois budgets

 

 

Un certain montant du budget de 45M$ est attribué à chacun des projets, en fonction de son envergure.

 

 

1. Biodôme. 20M$. Le but est de réaménager les espaces et les écosystèmes pour créer des expériences immersives avec les animaux et la nature.

2. Insectarium. 19M$. Le projet consiste à agrandir le bâtiment existant et développer les espaces extérieurs pour augmenter les contacts entre humains et insectes.

3. Jardin botanique. 6M$. Création d’un pavillon de verre avec un design novateur pour accueillir des événements horticoles et corporatifs écoresponsables.

Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

Métamorphose de l'Insectarium

 

Les lauréats

 

Kuehn Malvezzi, Pelletier De Fontenay, Jodoin Lamarre Pratte, Dupras Ledoux et NCK

Le projet

Une expérience inédite

 

L’Insectarium se métamorphose en un véritable biotope dans lequel les insectes, les plantes et les gens se rencontrent, se découvrent et s’apprivoisent. Dans un espace architectural devenu à la fois paysage et organisme, les souterrains, les espaces clos, l’eau, l’ombre et la pleine lumière se succèdent et se répondent dans un parcours qui entraîne le visiteur dans une expérience sensorielle et immersive au cœur de l’univers de l’insecte.

Aspects techniques

 

matériaux favorisant une proximité maximale avec les insectes (eau, pisé, verre),

nouvel espace immersif (volière),

ruptures d’échelle et de perspective de l’architecture et de la muséographie,

chambres d’expériences individuelles (tête-à-tête avec les insectes),

espaces de fonctionnement du musée (laboratoires, serres, quartiers d’élevage, bureaux),

ouvertures en transparence pour comprendre le fonctionnement écologique du bâtiment et les processus de soutien aux insectes vivants.

 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=UgoH2pxyvMI

 

http://espacepourlavie.ca/metamorphose-de-linsectarium

Link to comment
Share on other sites

Et pour augmenter l'expérience interactive des visiteurs et stimuler leur enthousiasme, on leur fournira une bonne vieille tapette à mouches dès l'entrée. :rotfl:

Non mais le plus sérieusement du monde, je blague bien sûr. Je ne pouvais tout simplement pas résister à l'ironie.

 

Maintenant sur un ton plus digne, je trouve ce projet très intéressant. Il propose une démarche de découverte par étapes qui fait appel à tous nos sens, en magnifiant la présence de ces bestioles trop méconnues, qui jouent pourtant un rôle écologique de premier plan. On pourra dire que ce sera une approche plus holistique du mandat de l'insectarium, en comparaison de la formule actuelle. :thumbsup:

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value