Jump to content

mercier-hochelaga-maisonneuve Insectarium de Montréal (agrandissement)


Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator

Projet de rénovation de l'Insectarium de Montréal.

Projet de rénovation de l'Insectarium de Montréal, au coût de 28.8 millions de dollars. Livraison du projet en janvier 2021. Plans et devis par consortium KJP. Bâtiment en verre conçu avec un mur-rideau, aménagement des lieux s’inspirant de l’habitat des insectes avec des galeries souterraines, de la végétation et divers aménagements permettant un espace « d’immersion multisensoriel » avec des insectes en liberté.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 5 weeks later...

Triste nouvelle pour l'insectarium

https://www.lapresse.ca/actualites/201906/26/01-5231707-lentomologiste-georges-brossard-est-decede.php

Publié le 26 juin 2019 à 11h04 | Mis à jour à 12h20

L'entomologiste Georges Brossard est décédé

1651307-georges-brossard.jpg
Georges Brossard
PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

JEAN-THOMAS LÉVEILLÉ
La Presse

Le célèbre entomologiste québécois et fondateur de l'Insectarium de Montréal Georges Brossard est mort mercredi matin, à l'âge de 79 ans.

Il a succombé à un cancer du poumon à la Maison Victor-Gadbois, un centre de soins palliatifs de Saint-Mathieu-de-Beloeil, en Montérégie, a confirmé à La Presse le docteur Guy Frenette, un médecin de l'établissement.

Il s'est éteint peu avant 10h, en compagnie de sa femme; ses trois enfants ont également été à son chevet depuis son admission au centre, il y a une semaine.

Né à La Prairie en 1940, fils du cultivateur Georges-Henri Brossard, fondateur de la ville de Brossard, Georges Brossard fut d'abord notaire, avant d'abandonner la pratique à l'âge de 38 ans pour devenir le grand spécialiste des insectes que le public connaît.

Entomologiste autodidacte, il a reçu un doctorat honorifique de l'Université McGill et un autre de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Le film Le Papillon bleu de Léa Pool, sorti en 2004, est inspiré d'un événement marquant de sa vie; à la fin des années 1980, Georges Brossard avait emmené au Mexique un enfant atteint d'un grave cancer qui rêvait d'attraper un morpho bleu.

L'enfant, que tout destinait à la mort, a finalement survécu à sa maladie.

Sollicité par La Presse, l'Insectarium de Montréal n'a pas encore réagi au décès de son fondateur.

Link to comment
Share on other sites

Peut-être pourrait-on lui rendre hommage en renommant l'Insectarium de Montréal (ou au moins un pavillon de celui-ci) à son nom, lors de sa réouverture en janvier 2021.:x

Edited by Chuck-A
  • Like 5
Link to comment
Share on other sites

Communiqué de la Ville

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31781

La Ville de Montréal souligne l'exceptionnelle contribution de Georges Brossard, fondateur de l'Insectarium de Montréal

26 juin 2019

Montréal, le 26 juin 2019 - C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris ce matin le décès de M. Georges Brossard à l'âge de 79 ans. C'est à lui, grand entomologiste autodidacte, que Montréal doit la fondation de l'Insectarium.

« C'est grâce à Georges Brossard, qui a fait don en 1989 de sa fabuleuse collection de spécimens à la Ville de Montréal, que nous pouvons aujourd'hui faire comprendre l'importance des insectes sur notre écosystème et sur la préservation de la biodiversité à des millions de visiteurs. Son legs est d'autant plus important à l'heure où leur protection est devenue primordiale pour nos écosystèmes et même notre économie. L'équipe Espace pour la vie travaille très fort pour faire vivre la passion de Georges Brossard aux nombreux visiteurs qui auront prochainement l'occasion de redécouvrir ces fascinantes créatures dans un insectarium tout neuf qui leur rendra hommage », a déclaré Laurence Lavigne-Lalonde, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable de la transition écologique et résilience, de l'Espace pour la vie et de l'agriculture urbaine.

« Sans l'extraordinaire contribution de Georges Brossard, l'Insectarium de Montréal n'aurait sans doute jamais vu le jour. C'est pour nous  un grand honneur de poursuivre son travail avec une passion à l'image de son fondateur.  Son legs est immense et son souvenir sera à jamais lié à la mission d'Espace pour la vie », a rappelé Charles-Mathieu Brunelle, directeur d'Espace pour la vie.

Humaniste, philanthrope engagé et grand passionné

Fils de cultivateur, Georges Brossard s'intéresse depuis sa tendre enfance au monde des insectes. Après son cours classique à l'Université d'Ottawa, l'étudiant en droit envisage de faire une thèse de doctorat sur les abeilles et de devenir professeur. Rappelé à l'ordre par ses professeurs, il entreprend de devenir notaire. À 25 ans Me Brossard ouvre son étude. Il pratiquera pendant 13 ans,  mais il reste obsédé par son idée de créer un insectarium. C'est par amour des sciences naturelles et de l'environnement qu'il laisse la pratique notariale et qu'il se retire complètement, un 1er janvier à l'âge de 38 ans. Son épouse Suzanne le suit dans l'aventure.

Pour Georges Brossard « de tous les animaux sur terre, ce sont certainement les insectes qui rendent les plus grands services à l'homme. Ils produisent entre autres : le miel, la soie, la cire, la gomme laque et les teintures. Ils assurent la pollinisation des plantes. Et pourtant, ce sont les animaux les plus méprisés, les plus méconnus. On les pourchasse à coup d'insecticide et de fongicide». Voilà pourquoi il souhaite les valoriser.

L'Insectarium, du rêve à la réalité

Georges Brossard s'est alors donné pour mission de bâtir sa collection en sillonnant la planète et en rêvant à un temple à la mémoire des insectes, avec des arrangements muséologiques modernes et dont les buts fondamentaux seraient d'abord éducationnels, scientifiques et culturels.

En 1989, possédant alors assez de spécimens pour créer un insectarium, il donne à la Ville de Montréal sa fabuleuse collection de près de 250 000 spécimens provenant de plus de 100 pays. Le maire Drapeau épouse le projet et met Georges Brossard en contact avec Pierre Bourque, directeur de Jardin botanique qui adhère à l'idée. Le 7 février 1990, on inaugure l'Insectarium de Montréal.

Link to comment
Share on other sites

Entrevue de Pierre Bourque à l'émission le 15-18


https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/entrevue/123289/insectes-entomologiste-deces-mort-georges-brossard

L’ex-maire Pierre Bourque voudrait que l’Insectarium porte le nom de Georges Brossard

PUBLIÉ LE MERCREDI 26 JUIN 2019

insectarium-georges-brossard.jpg
L'entomologiste Georges Brossard présente une partie de sa collection d'insectes.   Photo : Radio-Canada

L'ancien maire de Montréal et ancien directeur du Jardin botanique Pierre Bourque salue le travail de son ami Georges Brossard, décédé mercredi à l'âge de 79 ans. Il souhaite que l'entomologiste donne son nom à l'Insectarium qu'il a fondé.

On perd un très grand Québécois, se désole Pierre Bourque. Je considère qu’il a fait [avec les insectes], pour le peuple québécois, le même travail que Marie-Victorin a fait avec les plantes.

Il rappelle que l’impressionnante collection d’insectes de Georges Brossard est née sur une plage de Thaïlande, en 1978, où il a récolté ses premiers spécimens. Dix ans plus tard, la collection comptait près de 250 000 insectes.

Georges Brossard a alors offert au maire Jean Drapeau de céder son impressionnante collection pour créer un insectarium. C’est Pierre Bourque, alors directeur du Jardin botanique, qui a été mandaté pour rencontrer l’entomologiste et discuter du projet. J’ai été foudroyé, à la fois par le personnage et par la collection, raconte-t-il.

L’offre était trop belle pour qu’il la refuse. Pierre Bourque a eu l’idée d’intégrer l'insectarium au projet de jardin japonais du Jardin botanique, et c'est ainsi qu'il a réussi à obtenir le financement pour réaliser le rêve de Georges Brossard.

Dans les années qui ont suivi, l’entomologiste a fondé d'autres insectariums ailleurs dans le monde.

Un grand pédagogue

C’était un enfant, Georges, et les enfants, ils les aimaient tellement qu’il les recevait chez lui, surtout les enfants autistes, et il allait dans toutes les écoles », souligne Pierre Bourque. Il ajoute que son ami avait un grand talent de vulgarisateur et qu’il avait le don de susciter l'émerveillement des gens pour les insectes.

Il précise que Georges Brossard connaissait aussi très bien les poissons. Il était un spécialiste de la pêche, dit-il.

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value